Le « Palais des fées » : le Palais-Royal, centre des amusements de la capitale de 1780 à 1815

Entretien avec Florence Köll, archiviste paléographe qui a soutenu en juin 2019 sa thèse intitulée « “Le résumé de Paris” ? Le Palais-Royal de 1780 à 1815 : commerces, logements, divertissements », sous la direction de Dominique Massounie (Paris X Nanterre) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Entretien recueilli par Hugo Forster.1


Comment en es-tu arrivée à travailler sur ce sujet ?

J’avais envie de travailler sur l’histoire des divertissements ainsi que sur celle de l’architecture, et mes sensibilités personnelles me poussaient vers le XVIIIe siècle. J’ai interrogé M. Fonkenell, mon directeur de thèse, à propos de ces pistes, et il m’a indiqué une très riche bibliographie en la matière. Parmi ces travaux, aucun ouvrage ne traitait le Palais-Royal en tant que centre de divertissements à part entière. Il existait bien un ouvrage en deux volumes de Victor Champier et Roger Sandoz publié en 19002, mais on y décèle d’importants biais, la lecture des sources – qui d’ailleurs y sont très rarement référencées avec clarté – étant orientée a priori par l’image stéréotypée du Palais-Royal comme lieu de débauche. Des caricatures y sont interprétées comme des sources objectives, et des erreurs de lectures accusent encore plus le trait : il y est affirmé qu’après le célèbre incendie de l’Opéra jouxtant le palais princier, le duc d’Orléans aurait demandé à ses jardiniers que les feuilles des arbres du jardin soient nettoyées une à une, alors que l’ordre n’appelait bien sûr qu’à ramasser les feuilles noircies tombées à la suite de l’incendie…

PalaisRoyal01
Robert, Hubert (1733-1808), L’incendie de l’Opéra, vu des jardins du Palais-Royal, le 8 juin 1781, ca. 1781, huile sur toile, 84,5x114cm, Musée Carnavalet, Histoire de Paris, P1081

Le Musée Carnavalet avait quant à lui organisé une exposition sur le sujet en 19883, mais celle-ci abordait la parcelle avec un point de vue fort généraliste qui laissait champ libre à une nouvelle étude sur le Palais-Royal comme centre d’attractions. Tout un fonds d’archives n’avait pas été exploité (la sous-série DQ10 aux archives de Paris) : j’ai pu prendre ces nouvelles informations en compte pour étayer ou au contraire infirmer des hypothèses tenues jusqu’ici. La connaissance des années 1790 à 1810 manquait en grande partie à l’étude du Palais-Royal.

Sur quelles sources as-tu construit ta recherche ?

Un grand arc de mon travail a consisté à établir un état exhaustif de l’iconographie du Palais-Royal entre 1780 et 1815. J’ai pour cela utilisé des ressources en ligne basiques type Gallica, mais ai surtout exploré les recueils topographiques d’estampes de la BnF. Les papiers des princes aux Archives Nationales (R4 281 à R4 299) m’ont fourni de très nombreux documents de gestion : entre autres, des baux permettant de connaître les loyers pratiqués, ou bien des états des lieux d’un grand intérêt pour comprendre l’évolution des immeubles et des appartements qu’ils abritent. La sous-série Z1J, qui contient les mémoires, expertises, toisés et devis des greffiers des bâtiments du Roi, a quant à elle été précieuse pour les descriptions de l’avancement des travaux ou l’évolution de l’état de délabrement de certaines parties des bâtiments. Aux archives de Paris, les archives des Biens nationaux, plus particulièrement la sous-série DQ10, fut extrêmement riche en informations pour ce qui est du fonctionnement quotidien de l’enclos après la mort du prince à son origine.

Mon exploitation des sources notariales a quant à elle relevé du jeu de piste. Je suis partie du sommier foncier aux archives de Paris (DQ18 35, 94 et 135) pour dépouiller l’état des propriétaires et locataires du Palais-Royal en 1815. Il se présente comme un tableau et, grâce aux noms des notaires et les dates indiquées, j’ai retracé la piste d’actes que j’ai pour une partie retrouvés au Minutier Central. La mention des premiers locataires dans les papiers des princes (qui payaient directement Louis-Philippe-Joseph d’Orléans jusqu’à ce qu’il décide de vendre ses lotissements plutôt que de les louer en 1787) m’a de même aidé dans cette piste. Je n’ai pas pu être exhaustive dans ces recherches, qui ont parfois été peu fructueuses.

Les sources imprimées ont quant à elles été fort éloquentes. J’ai essentiellement travaillé à partir des fonds du département d’histoire de la BnF. J’en ai extrait des almanachs qui listent les activités intéressantes du quartier, ou des guides touristiques qui, d’année en année, décrivent l’évolution des lieux tout en documentant la plus ou moins grande émotion avec laquelle les nouveautés étaient reçues. À leur lecture, c’est surtout le caractère éphémère des entreprises de l’enclos qui transparaît, corrélé au dynamisme incomparable de ce dernier. Des pamphlets révolutionnaires m’ont plus particulièrement renseignée sur la symbolique péjorative qu’a porté le Palais-Royal : la Pétition des 2100 filles du Palais-Royal ou bien des caricatures des revendications des sans-culottes signées au cirque du Palais sont de clairs exemples de ces moqueries allant à l’encontre des rassemblements politiques qu’abritait l’enclos4.

Alors que le Palais-Royal fait partie de notre paysage quotidien, on ne connaît généralement de lui à l’époque de sa création que très peu de choses au-delà d’images figées et stéréotypées. Peux-tu nous resituer le Palais-Royal dans le contexte sur lequel repose ton étude ?

Bien loin de la belle endormie du paysage parisien qu’il est aujourd’hui à nos yeux, – paisibles habitués, commerce de luxe peu enclin à déplacer les foules, sages parterres de fleurs – le jardin du Palais-Royal et les bâtiments qui l’enlacent sont, à la fin du XVIIIe siècle, « le cœur, l’âme, le cerveau, le résumé de Paris »5, la « capitale de Paris »6, le « punctum saliens of the world »7 ! Son apparence est relativement similaire à celle que l’on connaît, à l’exception des installations éphémères qui ont échelonné l’évolution du lieu. Mon étude se concentre sur le jardin, les rues et le lotissement dessinés par Victor Louis et construits entre 1780 et 1784, bien que le quadrilatère projeté ne demeure dans un état d’incomplétude chronique. En effet, le quatrième côté prévu à l’origine ne connaît pas d’exécution ㅡ ne contenant pas de boutiques, sa réalisation ne fut pas pressée par l’attrait de la rentabilité ㅡ et des galeries de bois lui sont substituées. Le palais princier en tant que tel n’entre pas dans mon champ de recherche.

En quoi ces travaux de 1780 – 1784 ont-ils été décisifs dans l’aspect du jardin jusqu’à aujourd’hui ?

Avant les rénovations menées par le duc d’Orléans, le jardin était beaucoup plus vaste et aéré : les trois nouvelles rues (rues de Montpensier, de Beaujolais et de Valois) ainsi que les nouveaux bâtiments sont autant de surface prise sur les anciennes plantations ! Les critiques à l’encontre du nouveau plan le jugent étouffant, voire carcéral. Toutefois, avant même les nouveaux lotissements qui entourent aujourd’hui le jardin, celui-ci était déjà enceint de hauts bâtiments : des immeubles particuliers, soumis à des normes de construction de fait peu respectées, enserraient le jardin originel pour profiter d’une vue agréable et de la proximité princière. Les nouvelles ailes de logements en pourtour du jardin, qui tournent ostensiblement le dos aux immeubles préexistants, ont généré de grandes vexations chez ces premiers propriétaires dont les biens furent brusquement dévalués. Aujourd’hui encore, l’ornementation des rues de Montpensier, de Beaujolais et de Valois garde les traces du conflit : les façades les plus anciennes sont très ornées, alors que celles solidaires au Palais-Royal sont nues. Cet aspect est particulièrement visible si l’on compare ces dernières à la décoration foisonnante des façades sur jardin du nouveau lotissement.

PalaisRoyal02
Figure 2 : Victor Louis, [Vue de la façade sur la rue], [1780], dessin à la mine de plomb, plume et encre de chine, lavis bleu et rose, 42,3×36,8cm, Arch. nat. Cartes et Plans, N III Seine R4 288
PalaisRoyal03
Figure 3 : Victor Louis, Vue de la façade sur le jardin, [1780], dessin à la mine de plomb, plume et encre de chine, lavis bleu et rose, 40,3×37,6cm, Arch. nat. Cartes et Plans, N III Seine R4 288

Ton intitulé de thèse décrit les fonction qu’abrite l’enclos du Palais-Royal en trois temps : commerce, logement, et divertissement. Que peux-tu nous en dire  ?

Commençons par l’aspect commercial. Les trois côtés du Palais-Royal sont occupés par les « galeries de pierre », imaginées dès le premier projet de Victor Louis. Ce sont de grandes boutiques, relativement luxueuses. Avec l’apparition du « shopping »8, l’essor des voyages, et l’apparition du tourisme, le Palais-Royal s’érige en premier centre commercial luxueux de la capitale française. L’espace s’adapte à la consommation, et, dans le même mouvement, les vitrines se perfectionnent, tout comme l’étalage et l’enseigne qui se spécialisent. Alors qu’au second XVIIIe siècle, la fonction d’une enseigne était avant tout de signaler la profusion sans distinction du contenu (« La corne d’abondance » serait un bon exemple d’enseigne alors appliquée à n’importe quel type de marchandise), l’Empire voit une « codification » de la vitrine en œuvre : citons par exemple la boutique de fournitures alimentaires « Au gourmand ».

PalaisRoyal04
Figure 4 : Anonyme, Au Gourmand. Enseigne du marchand de comestibles Corcellet. Au n°104, Palais-Royal, galerie du Lycée/de Valois, vers 1801, huile sur bois, 180x85cm, Musée Carnavalet, Histoire de la ville de Paris, EN132

Les galeries de bois résultent de ce dynamisme. Détruites en 1827, elles ont pendant une trentaine d’années remplacé le pan manquant du quadrilatère, et ont fait office de séparation de fortune entre le palais des Orléans et le jardin. Les 125 boutiques du « Camp des Tartares » (surnom de ces galeries), sont occupées par des « libraires, des opticiens, des marchands de jouets d’enfants, des lingères, des bijoutiers, des marchands de sucreries, de portefeuilles, des marchands tailleurs, des marchandes de modes »9. Leurs contenus sont parfois licencieux : des plaintes ont été émises quant à la diffusion d’estampes pornographiques ㅡ il faut rappeler que jusqu’en novembre 1793, la police ne peut pénétrer dans l’enclos, toujours en main privée, et il est contrôlé par une police interne ne dépendant que du prince. Ces boutiques connurent une telle vogue que leur loyer annuel devint fort onéreux, bien qu’elles soient mal couvertes, avec un sol en terre battu et de simples vitrages entre chaque marchand. Le lieu bénéficie d’ailleurs d’une telle aura qu’il donna naissance à une iconographie propre, représentée par exemple sur des feuilles d’écrans à main.

Et pour ce qui est des logements ? Quel est leur rapport avec ce centre commercial grouillant ?

Les maisons en pourtour du jardin allient lieu de vie et lieu de vente, créant un cercle vertueux quant à la valeur de l’enclos : la fréquentation des théâtres assure le succès du commerce, qui garantit l’attractivité des logements et la popularité du lieu, elle-même source d’une fréquentation accrue.

Dans le cas du Palais-Royal, le devis des différents ouvrages10 est très précis à l’égard des matériaux utilisés et leur distribution dans l’espace témoigne d’une division sociale selon l’emplacement du logement. Les deux premiers étages étaient plutôt luxueux, alors que la vue du troisième était bloquée sous la corniche, et le quatrième, sous les combles, était garni de chambres destinées aux domestiques. Ainsi, la descente progressive des étages jusqu’au premier laisse deviner une « ascension » sociale de l’occupant. Les appartements sont standardisés. La distribution de ces maisons, bien que sans doute adaptable, correspond le plus souvent, dans les actes de vente conservés, au plan type d’une demeure de trois travées joint au contrat avec l’entrepreneur.

PalaisRoyal05
Figure 5 : [Victor Louis], [Vue en coupe d’une maison donnant sur le jardin], 1780, [ca. 1780], dessin à la plume et encre de chine, lavis vert, rose et gris, 54×40,5cm, Arch. nat. R4 281

Néanmoins, les espaces sont adaptables : différentes distributions sont le fait de cloisons et modifications ultérieures des propriétaires ou locataires. Ces réaménagements s’accélèrent avec la paupérisation progressive de l’enclos : les habitants fortunés sont remplacés par des locataires de plus en plus démunis au cours de la Révolution. L’habitat modeste prend ainsi le pas sur le logement bourgeois, dont les dimensions originelles au 1er et 2e étage sont subdivisées. Certaines personnes au service de l’enclos, par exemple chargées de l’ouverture des grilles ou de l’éclairage, ont en outre pu être logées gratuitement, ce qui confirme la faiblesse de la valeur locative de certaines habitations. Avec l’installation du Tribunat, même les anciennes parties princières sont parfois l’objet d’initiatives de charité. On peut citer la situation d’une veuve octogénaire et aveugle : insolvable pour son loyer, elle vendit son lit en dernier recours avant que l’Administration révolutionnaire ne décide finalement de ne pas l’inquiéter.

Les appartements perdent en outre en valeur à cause de la détérioration très rapide du lieu. Cette construction faite à l’économie met bien en lumière une partie des motivations du duc d’Orléans, qui sont celles d’un entrepreneur immobilier : il souhaitait garantir la rentabilité du lieu en déployant une apparence de faste qui attirerait des potentiels propriétaires fortunés. Les ornementations du jardin aux apparences d’abord somptueuses ne sont à l’observation pas si remarquables : les motifs se répètent dans des bas-reliefs sans programme iconographique défini, et ils sont parfois réalisés au rabais. Les vases installés sur les toits, taillés dans une pierre trop friable, se sont vite érodés, et ont manqué de créer des accidents dans le jardin alors qu’ils s’effondraient.

PalaisRoyal06
Figure 6 : Les bas-reliefs des arcades n°90 et 91, en miroir.

Si l’on suit l’intitulé de ta thèse, nous voici arrivés à la troisième partie : les divertissements. Quels sont-ils ?

À ce centre commercial attractif et ses théâtres est adossée une myriade d’entreprises de divertissement. Des boutiques de la galerie de pierre sont tournées en lieu de spectacles où il convient d’amuser, d’étonner, d’effrayer.

Un type d’amusement semble obtenir la faveur du public à la fin du siècle des Lumières : les curiosités naturelles, sous la forme d’êtres vivants jugés exotiques ou étranges. Les entreprises en tirant profit exploitent la plupart du temps la curiosité morbide ou le voyeurisme des spectateurs. Les entrepreneurs des galeries répondent donc à une demande du public et « on a vu, au Palais Royal, un Anglais d’une grosseur prodigieuse, ne pesant guères moins de 476 livres »11; il s’agit sans doute de Paul Butterbrodt, dont subsiste un prospectus publicitaire. Est exposée au même titre « Mlle La Pierre, jeune géante prussienne, âgée de 19 ans, de 6 pieds 2 pouces [2 m] de hauteur »12visible au n°33. Cette curiosité du public parisien de la fin du XVIIIe siècle pour les individus au physique inhabituel tourne au voyeurisme et s’étend à l’image du « sauvage », dans le cadre de spectacles érotico-exotiques : « [À la nuit tombée]  le jeune homme abandonné à lui-même, allait repaître ses yeux du spectacle de ce prétendu sauvage qui s’accouplait publiquement avec une femme de son espèce, à vingt-quatre sols par tête […] »13.

PalaisRoyal07
Figure 7 : Anonyme, « A Paris chez Basset, M.d d’estampes et fabricant de papiers peints, rue Saint Jacques, au coin de celle des Mathurins », Paul Butterbrodt, homme vivant pesant quatre cent soixante et seize livres que l’on voit au Palais-Royal, ca. 1785, estampe coloriée, Bibl. nat. de France Est. RESERVE QB-201 (116)-FOL
PalaisRoyal08
Figure 8 : Anonyme, Mlle La Pierre, jeune géante prussienne. Agée de 19 ans, de 6 pieds 2 pouces de hauteur. On la voit au Palais Royal, arcade N°33, 1788, eau-forte, 34,5 x 24 cm, Bibl. nat. de France Est. RESERVE FOL-QB-201 (117)

Le Palais-Royal s’inscrit en outre, pour les entrepreneurs de spectacle, dans une géographie parisienne où il convient de se faire une place, entre les foires et les boulevards. Le cabinet de figures de cire du sieur Philipp Wilhelm Matthias Kurtz, dit Curtius, mentor de Madame Tussaud, furent présents dans chacun de ces foyers d’activité au cours de leur développement. Néanmoins, il semble que Curtius ait adapté ses cabinets à leur emplacement : alors que celui du Palais-Royal se concentrait autour de figures nobles et célèbres (la famille d’Orléans, le couple royal, Henri IV, Sully etc.), celui de la foire Saint-Germain allie des éléments spectaculaires, macabres et exotiques : assassins, empereurs chinois, favorites du sultan. Le changement constant des figures exposées en fonction de l’actualité assure l’affluence du public, mais ces changements se font parfois au détriment du réalisme des figures… Des statues de cire sont également utilisées, dans une optique différente, dans des cabinets médicaux à la fois éducatifs, moraux et spectaculaires : les effrayants moulages de visages de syphilitiques touchent parfois à la tératologie. Le Palais-Royal accueille à ce titre le « Muséum de démonstrations de physiologie et de pathologie, de M. Bertrand, professeur d’accouchement »14au n°23: y sont rassemblées « toutes les parties qui entrent dans la structure du corps humain, et le tout en cire coloriée avec tant d’art, que l’œil est trompé par la vérité, le ton, le transparent des chairs »15.

Outre les salles de spectacle et les boutiques, le jardin du Palais-Royal attirait-il la foule pour d’autres raisons ?

Le lieu fourmillait de l’activité et de la diversité de ses cafés. Les cafés et restaurants usent souvent des mêmes stratégies que les boutiques afin d’attirer le potentiel client : une devanture reconnaissable et une riche vitrine. L’aspect extérieur de l’établissement doit laisser présager du luxe de l’intérieur : faux-marbres de couleurs variées et éléments décoratifs antiquisants semblent de rigueur. « Oh ! Les jolies maisons de verre ! Je ne vois que lustres et glaces de toutes parts ; et ce sont des cafés »16s’exclame ainsi le narrateur de Paris en miniature face à la riche ornementation des établissements parisiens. Les miroirs sont en effet l’un des éléments les plus remarqués et appréciés : ils permettent non seulement de donner l’illusion d’un espace plus étendu, mais offrent également aux consommateurs la possibilité d’observer discrètement leur environnement.

PalaisRoyal09
Figure 9 : Mixelle, Jean-Marie, Intérieur d’un Café, [1810], matière noire coloriée à la main, in « Collection des Maisons de Commerce de Paris les mieux décorées », planche n°52, Bibl. nat. de France Est. EF-84-FOL.

Le décor, faute d’être luxueux, peut inclure des éléments surprenants. Ainsi au n°55, au premier étage, « est le salon curieux où l’on voit le passage du Mont-St-Bernard, par l’armée française », auquel est rattaché « le Café du Mont-St-Bernard : tout y est digne d’être vu, attendu les curiosités qu’il renferme »17. L’établissement est décoré de grottes, de minéraux, et de costumes « de tous les pays »18. Le Café Méchanique, au n°12119 peut être considéré comme le summum de cette stratégie : il attire exclusivement pour son originalité. La commande se passe en effet par un trou pratiqué dans chaque table, et la boisson apparaît en son centre « comme par magie », via une soupape ! Les pieds de table sont en réalité deux cylindres creux, dont le prolongement communique avec le laboratoire qui est sous la salle. L’élément d’attraction d’un café peut également être un spectacle offert par l’établissement : c’est le cas de la chorale d’aveugles qui opère au Café Lyrique et lui donne son nom de Café des Aveugles, ou du faux « sauvage » caricatural du Café du Caveau.

Tu évoquais des architectures éphémères aujourd’hui disparues. Y en a-t-il d’autres que les galeries de bois ?

Il convient de citer le cirque du Palais-Royal, qui a connu une existence mouvementée. D’abord destiné à Philippe Astley, inventeur du spectacle de cirque moderne, l’installation s’est retrouvée sans fonction précise quand le spectacle de l’entrepreneur a été interdit car il empiétait sur les privilèges des théâtres parisiens. Se sont alors succédés en son sein un véritable vauxhall concentrant salles de concert, de bal, cafés et autres lieux de consommation, puis ce que l’on pourrait appeler un centre commercial semi-enterré, et enfin le « Lycée des Arts ». Ce dernier est fondé à l’initiative de Charles Désaudray, qui installe dans ce local un établissement d’instruction ouvert à toutes et à tous. Le Lycée des Arts connaît sa première séance en 1793 dans un vaste salon d’environ 40m sur 23m à l’extrémité nord du cirque, et prenant environ un tiers de sa surface. À ces séances publiques étaient associées quatre salles pour les cours et les écoles primaires. Les travaux du Lycée des Arts dans ce domaine sont par ailleurs reconnus par le comité d’Instruction publique mais cette initiative fut souvent passée sous silence dans l’histoire du Palais-Royal, car elle va à l’encontre de son image rebelle et licencieuse.

PalaisRoyal10
Figure 10 : Anonyme, Vue du Nouveau Palais Royal [avec le cirque en son centre], XVIIIe siècle, estampe en noir et blanc, 21,6×13,5cm, Bibl. nat. de France Est. Va 231 (b), A 25 386

La consultation des archives de la ville de Paris a été une riche source d’informations sur ce cirque, et m’a permis de comprendre pourquoi il s’est si rapidement détérioré.  Son architecture relevait en partie de celle d’une construction de jardin, en bois peint et en cuivre, partiellement recouverte de végétation, éclairée par de larges verrières. Sa décoration était « à l’antique », le tout étant entouré d’une galerie de bustes d’hommes illustres, suivant la volonté d’un programme édifiant par le duc d’Orléans. L’eau des fontaines était très présente, et l’architecture faite à l’économie n’a pas aidé à se garantir des infiltrations et de rapides dégradations, qui ont débuté à peine cinq ans après la fin de sa construction. Charles Désaudray lui-même rapporte qu’une partie du plafond du bureau qu’il occupe au sein de l’établissement s’est effondré !

Finalement, que retiens-tu de ton expérience personnelle de la recherche ?

Au moment d’entamer les travaux, je savais que je n’avais pas vraiment de vocation de chercheuse. Mon approche des archives à longtemps était défiante, bien que mon travail repose finalement sur un recoupement de sources vraiment nombreuses et diversifiées qui, heureusement, étaient relativement concentrées en un petit nombre d’institutions.

C’est surtout l’expérience solitaire de ce travail à laquelle j’ai eu du mal à m’accoutumer ; je suis très reconnaissante à mes directeurs de leur soutien et de leur implication. À mesure que j’avançais, le contact avec le document original est devenu de plus en plus captivant : j’y cernais efficacement son intérêt historique, ce qui était motivant, et j’ai trouvé fascinante la proximité d’anonymes de l’histoire (indigents, jardiniers, employés des cafés) avec des figures emblématiques comme Philippe-Égalité.

  1. Illustration d’en-tête : Anonyme, [Façade du Palais-Royal sur le jardin avec les galeries de bois], [1800], dessin à la plume et lavis à l’encre de Chine, aquarelle; 20 x 27,6 cm, Bibl. nat. de France Est. RESERVE FOL-VE-53 (G) ; Citation du titre : F.-M. Mayeur de Saint-Paul, Tableau du nouveau Palais-Royal, en deux parties, Londres, Paris, Maradan, 1788, p. 21. []
  2. V. Champier, G.-R. Sandoz, Le Palais-Royal d’après des documents inédits (1629-1900), deux volumes, Paris, Société de propagation des livres d’art, 1900. []
  3. Le Palais Royal, Paris, Edition Paris-Musées, 1988 (Catalogue d’exposition : Paris, musée Carnavalet, 9 mai-4 septembre 1988). []
  4. Les demoiselles Chit-Chit du Palais-Royal ; suivies de La Déclaration des droits des citoyennes du Palais ; Les œufs de Pâques des demoiselles du Palais-Royal ; Pétition des 2100 filles du Palais-Royal ; Requête présentée par les filles d’amour ; Tarif des filles du Palais-Royal ; Nouvelles liste des plus jolies femmes publiques, pièces révolutionnaires publiées de 1790 à 1801, San Remo, J. Gay et fils, 1874 ; Les Demoiselles du Palais-Royal aux États-Généraux. Paris, 1789 ; Pétition des deux mille cent filles du Palais Royal, à l’Assemblée nationale, Paris, « chez la veuve Macart, rue Neuve-des-petits-Champs, au-dessus du chaircuitier, au coin de la rue de Ventadour », 1790 []
  5. N. M. Karamzin, Lettres d’un voyageur russe en France, en Allemagne et en Suisse (1789-1790), traduites du russe, accompagnées de notes et d’une notice biographique sur l’auteur par V. de Porochine, Paris, E. Meillier, 1867, p.312. []
  6. Du Palais-Royal, ce qu’il est, ce qu’il a été, ce qu’il peut devenir, 1813, p.13. []
  7. The Picture of the Palais Royal, describing its spectacles, gaming rooms, coffee houses… and other remarkable objects in that high change of the fashionable dissipation and vice of Paris, Londres, W. Hone, 1819, p.III. []
  8. N. Coquery, « Promenade et shopping : la visibilité nouvelle de l’échange économique dans le Paris du XVIIIe siècle », dans Christophe Loir et Laurent Trucot (dir.), La Promenade au tournant des XVIIIie et XIXe siècles (Belgique – France – Angleterre), Paris, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2011, («Études sur le XVIIIe siècle», n°39) p. 61-75. []
  9. L.-M. Prudhomme, Miroir historique… 1807, tome V, p.238. []
  10. Arch. nat. R4 281, Contrat entre Orléans et Berthault, 9 novembre 1781 []
  11. P.-J.-B. Nougaret, Les Petits spectacles de Paris…, tome II : année 1787, p.36. []
  12. Paris, Bibl. nat. de France, Est., RESERVE FOL-QB-201 (117). []
  13. L.-S. Mercier, Le Nouveau Paris, seconde édition, à Gênes, à l’Imprimerie de la Gazette Nationale, place Neuve, n°749, 6 tomes, an III républicain [1798], p.98. []
  14. L.-M. Prudhomme, Miroir historique…, tome V, 1807, p.245. []
  15. P. Villiers, Manuel du voyageur à Paris, Paris, 1806, p.142. []
  16. Paris en miniature, d’après les dessins d’un nouvel Argus, s.n., Amsterdam, 1784, p.14 à 15. []
  17. J. F. Normant, Annuaire…, an X [1801-1802], p.60 à 61. []
  18. L.-M. Prudhomme, Miroir historique…, tome V, 1807, p.255. []
  19. Almanach du Palais-Royal, utile aux voyageurs pour l’année 1786, 1785. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.