La réglementation des jeux au XVIIIe siècle : le Traité de la police de Nicolas de La Mare

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2019, la Bibliothèque de l’École des chartes a mis en valeur quelques ouvrages issus de son fonds ancien entrant dans le thème « Art et divertissement ». La publication des présentations des ouvrages exposés à cette occasion permet de prolonger cette médiation. Premier article de cette nouvelle série : Le Traité de police de Nicolas de La Mare.


Le genre des traités de police connut, à la fin de l’époque moderne, un grand succès, parallèlement au développement de la police urbaine depuis la création de la lieutenance générale de police en 1667 par Louis XIV. Nicolas de La Mare (1639-1723), commissaire de police au Châtelet – la juridiction ordinaire de la ville de Paris intramuros, de ses faubourgs et de sa banlieue – rédigea le premier traité de police1. Son ouvrage fut édité à plusieurs reprises tout au long du XVIIIe siècle (en 1705, 1710, 1719, 1722, 1729, 1738, et 1749). Composé de trois volumes, couvrant près de 1 500 pages, il y explique les méthodes d’enquêtes, détaille le cadre législatif des lois et règlements et raconte une histoire de la ville de Paris. La densité du texte n’est que peu agrémenté d’illustrations, hormis huit cartes dépliables présentant la croissance urbaine de la capitale depuis l’époque romaine jusqu’en 1705.


Le titre IV du premier volume est entièrement consacré aux jeux (p. 446 à 450). Le texte est organisé en deux colonnes encadrées dans chaque marge par des références bibliographiques à la manière de note de bas de page. L’auteur rappelle tout d’abord l’histoire légendaire de l’origine des jeux : en raison de sa condition déchue, donc pécheresse et mortelle, l’homme est condamné au travail et à l’épuisement. Le repos et le divertissement sont donc, pour lui, les deux moyens de supporter cette existence. Le divertissement est ainsi une période au cours de laquelle les forces du corps et de l’âme, détournées des affres de la vie par l’amusement, se reconstituent, d’où le nom de « récréation ». Les premiers jeux (les échecs et les dés) auraient été inventés, selon la légende, par les Grecs qui s’ennuyaient pendant le siège de Troyes. Par la suite, les Lydiens, peuples de l’Asie mineure, auraient inventé d’autres jeux (comme les cartes et les paumes) avant de les diffuser en Italie. Les Romains leur auraient donné le nom de « ludi » en référence au peuple inventeur. De cette étymologie provient en français le qualificatif ludique.

Titre IV. Des jeux

De La Mare fait également de nombreuses références aux écrits philosophiques et théologiques pour démontrer que les « assemblées ou académies de jeux » et les jeux de hasard sont défendus depuis l’époque païenne et les premiers temps de l’Église. Certains auteurs chrétiens ont pourtant justifié les jeux comme étant bénéfiques pour l’homme. Saint Jean utilise ainsi la métaphore de la corde de l’arc qui ne doit pas être en permanence tendue au risque de s’affaiblir. De même l’esprit doit pouvoir se détendre pour gagner en vigueur.

Page de titre

De La Mare poursuit en décrivant les différents types de jeux : qu’ils soient publics et ou privés, de parole ou d’action, chacun relève d’une réglementation spécifique. Les jeux d’exercice du corps et de l’esprit sont autorisés car ils fortifient le corps et la santé, alors que les jeux de hasard sont formellement interdits et que les jeux d’adresse ne sont que tolérés. Une liste des nombreux textes de la législation royale est donnée afin d’insister sur la continuité de la condamnation des « assemblées de jeux » et des jeux de hasard depuis Charlemagne et Saint Louis. Les rois de France ont, en effet, périodiquement interdit aux ecclésiastiques ainsi qu’aux laïcs les jeux de dés, de boules, de quilles, de billes, de cartes et de tric-trac au profit des exercices des armes afin de concourir à la défense du royaume et de moraliser la société, les jeux étant rapprochés du vice de la cupidité. Il est ainsi défendu de faire profession de joueur, d’aménager un local uniquement pour le plaisir du jeu et d’en retirer des recettes. Pourtant, l’État royal organise lui-même des jeux car ils sont sources de recettes financières : la loterie a été autorisée pour la première fois par François Ier, en 1539, afin de soutenir l’effort financier exigé par les guerres couteuses. Les loteries ont continuellement été organisées au cours de l’époque moderne2. Les arrêts récents réglementant la loterie sont retranscrits in extenso.

Enfin, les textes des ordonnances royales et des jugements du Parlement de Paris depuis Louis XIII concernant les jeux sont retranscrits en entier afin de porter à la connaissance du lecteur la législation en vigueur et les condamnations possible. De nouveaux jeux apparaissent en effet à l’époque moderne et connaissent un grand succès au sein des milieux fortunés bien qu’ils fussent interdits : le Pharaon, la Barbacole ou la Bassette, et la Hocca, d’origine italienne. Les ordonnances royales successives réitèrent l’interdiction envers les « assemblées » et ces nouveaux jeux, ce qui indique qu’elles avaient du mal à être appliquées : pas moins de huit arrêts condamnent ainsi la Hocca entre 1661 et 1691.  Malgré cette législation contraignante, le monde du jeu demeure un élément important du divertissement à l’époque moderne, dans toutes les couches sociales3

Chapitre V. Des ordonnances de nos Roys & des lois ecclésiastiques touchant les jeux, depuis la naissance de la Monarchie jusqu’à la fin du règne de Louis XIII
Arrêt du Conseil du roi du 12 août 1661 contre le jeu de la Hocca.

Enfin, l’index en fin de volume offre un outil très précieux pour le chercheur en lui indiquant très précisément les différents types de jeux encadrés par la législation royale.

Index thématique en fin de volume
  1. Cf : Bondois (Pierre), « Le commissaire Delamare et le Traité de la police », Revue d’histoire moderne, no 19,‎ 1935, p. 313-351 []
  2. Legay (Marie-Laure), Les loteries royales dans l’Europe des Lumières (1680-1815), Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2014 []
  3. Freundlich (Francis), Le monde du jeu à Paris (1715-1800), Paris : Albin Michel, 1995 ; Belmas (Élisabeth), Jouer autrefois. Essai sur le jeu dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Paris : Champ Vallon, 2006. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.