Où et comment consulter une thèse d’École des chartes ? État des lieux

De par leur statut particulier dans le cursus universitaire français, les thèses d’École des chartes font l’objet d’un traitement documentaire également particulier. Le présent vade-mecum a donc pour objectif d’en faciliter la compréhension aux personnes qui souhaiteraient consulter ces travaux1, en complément des informations précises qui se trouvent sur le site de la bibliothèque de l’École des chartes.

Identifier les thèses

Au préalable, il faut rappeler que le diplôme d’archiviste paléographe se distingue du système universitaire licence-master-doctorat. Les élèves suivant ce cursus réalisent ainsi une « thèse d’établissement », soutenue au terme de leur quatrième année, après avoir soutenu un mémoire de master 22. Une thèse d’École des chartes n’est donc pas une thèse de doctorat3. De ce fait, ces thèses ne figurent pas sur le site theses.fr, qui recense les thèses en préparation et soutenues en France.

Soldats étudiant la position des Allemands avec une carte posée sur la voie ferrée [photographie de presse] / Agence Rol, BnF, département des Estampes et de la Photographie, EST EI-13 (404) ark:/12148/btv1b69323982.

Après un dépôt papier, les thèses sont cataloguées par les bibliothécaires de l’École des chartes. Elles figurent dans le Sudoc et évidemment dans le catalogue de la Bibliothèque de l’École des chartes. Cependant, cette dernière n’en assure pas la conservation.

Et consulter la version imprimée aux Archives nationales…

Les thèses sont en effet conservées aux Archives nationales, dans la série AB XXVIII, de manière exhaustive depuis 1961, date à laquelle les élèves de l’École deviennent des élèves fonctionnaires. Les thèses antérieures peuvent également figurer dans ce fonds, mais il s’agit alors de dons par les auteurs. Ces derniers ont pu les garder par devers eux ou les déposer au sein des collections d’autres bibliothèques ou de services d’archives dans lesquels ils ont effectué leur carrière. Un état des sources indiquant la répartition géographique de ces thèses a été entrepris à l’initiative de quelques chartistes mais n’a pas été encore publié. Cependant, il est notable que certaines thèses rédigées au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle sont considérées comme perdues en raison de l’absence de dépôt centralisé. 

Cet archivage des thèses implique certaines contraintes qui ne pèsent pas forcément sur les thèses universitaires : consultation sur place, aux Archives nationales, mais aussi des modalités d’accès variables. Si la thèse a été donnée ou déposée, ce sont des conditions spécifiques au don ou au dépôt qui s’applique. En revanche, pour les thèses déposées automatiquement – depuis 1961 -, l’autorisation de consultation est soumise à l’auteur ou l’autrice, que les services des Archives nationales se chargent de contacter4.

Et en ligne ?

A l’âge de l’Open access et de HAL, ce fonctionnement instauré dans les années 1960 a évidemment vieilli et constitue un frein à l’accessibilité de ces travaux. Si un portail institutionnel HAL doit prochainement être mis en en place, celui-ci se concentrera d’abord sur les thèses de doctorat soutenues à l’École. Alors que les pratiques autour des archives ouvertes se développent, les thèses d’École des chartes continuent, du fait de leur caractère « à la marge » des cursus universitaires, à être peu visibles… à moins que leurs auteurs ne se chargent eux-mêmes de les communiquer.

Reste pour l’ensemble des thèses la possibilité de consulter les positions de thèses, éditées annuellement pour chaque promotion en volume puis électroniquement, et s’apparentant à des résumés détaillés. Les volumes papiers sont consultables à la Bibliothèque de l’École des chartes. Les positions de thèses des années 2000 à 2015 sont disponibles au sein d’une base de données dédiée5, tandis que pour les années postérieures, elles sont consultables sur le site de l’École6. Une campagne de numérisation de toutes les thèses et des positions a été entreprise par la Bibliothèque de l’École des chartes dans l’optique de la célébration du bicentenaire, en 2021.

http://theses.enc.sorbonne.fr/

En l’absence d’un dépôt électronique institutionnel à l’heure actuelle, on ne peut qu’inviter les chercheurs à se mettre en relation avec les auteurs et autrices des thèses, s’ils veulent se procurer ces thèses « Enc » rapidement et sous un format facilement consultable !


Image de couverture : Archives de René Herbst, Grande halle d’exposition, Bureau de renseignements à l’Exposition Coloniale, Paris, 1931. Section de la métallurgie française. Plaque de verre, Ville de Paris / Bibliothèque Forney / Roger-Viollet.


  1. Nous recevons régulièrement des demandes d’informations sur la consultation de ces thèses. N’assurant pas leur conservation et n’étant pas en contact avec l’ensemble des auteurs et autrices, il ne nous est pas forcément possible de répondre à certaines de ces demandes. Dans la mesure où ce carnet a pour objectif leur valorisation, il est cependant essentiel d’aborder ici la question de leurs modalités de communication. []
  2. En général, l’obtention du diplôme de master 2 a lieu l’année précédente. []
  3. Certains élèves décident par la suite de poursuivre leurs recherches en doctorat, ou peuvent également chercher à publier en l’état le résultat de leurs travaux. []
  4. D’autres détails sont disponibles à cette adresse : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/AP-pdf/AB-XXVIII-presentation.pdf []
  5. Base de données qui recense également l’ensemble des titres et auteurs des thèses soutenues depuis 1849. []
  6. Qui reprend également les positions de thèse antérieures. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.