Amateur ou connoisseur ? Louis Petit de Bachaumont et le monde des arts au XVIIIe siècle

Entretien avec Léo Davy, archiviste paléographe, qui a soutenu le 4 juin 2019 sa thèse intitulée Devenir connoisseur : figures, stratégies et pratiques de l’amateur non académique chez Louis Petit de Bachaumont (1690-1771), sous la direction de Dominique Poulot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et de Guillaume Fonkenell (École nationale des chartes). Propos recueillis par Loïc Pierrot.


Comment et pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Le choix du sujet s’est effectué au cours de la première année de scolarité à l’École des Chartes. J’avais le projet de travailler sur l’époque moderne et d’allier à la fois l’histoire de l’art, l’histoire sociale et l’histoire culturelle. J’avais aussi le souvenir des cours d’histoire de l’art que j’avais suivi lors de la préparation du concours d’entrée de l’École, qui portaient sur la couleur. J’avais alors lu des ouvrages de Jacqueline Lichtenstein, La Couleur éloquente et Les Raisons de l’art, qui m’avaient beaucoup plu1. Elle y traitait notamment des discours prononcés par les honoraires amateurs de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Ces amateurs, sans jamais avoir été ni des artistes ni des praticiens, ont pourtant produit des discours théoriques et pratiques sur les arts. J’ai ensuite lu la thèse de Charlotte Guichard sur les amateurs d’art parisiens au XVIIIe siècle2. Comme cet ouvrage présentait déjà la qualité d’être une référence sur le sujet, il m’était nécessaire de trouver un autre objet de recherche. J’ai prospecté sur ce qui pouvait se faire en matière d’étude prosopographique ou d’étude d’un amateur d’art en particulier et j’en suis arrivé à Louis Petit de Bachaumont. Il avait la particularité d’avoir laissé un nom parmi les amateurs du Siècle des Lumières sans avoir été membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Il se trouvait aussi qu’il y avait suffisamment de documentation conservée pour produire un travail et que les études à son sujet n’avaient pas été renouvelées depuis les années 1960 et 1970.

Louis Petit de Bachaumont, Louis Carrogis dit Carmontelle, 1760, mine de plomb, sanguine, aquarelle, gouache, papier, Musée Condé à Chantilly, CAR 390.

Ta problématique de travail était donc de proposer une relecture de la figure de Bachaumont ?

L’activité de Bachaumont a intéressé dès la seconde moitié du XIXe siècle parce qu’il a été cité par les frères Goncourt3. Ils lui ont donné la réputation d’être une personne dotée d’un pouvoir quasi omnipotent sur le monde des arts, se mêlant et donnant un avis sur tout. Mais il s’agit d’une image bien différente de ce que j’ai pu moi-même découvrir au cours de mes recherches. La deuxième vague d’intérêt pour Bachaumont a eu lieu dans les années 1960 à l’initiative d’historiens américains4. Ces derniers ont dressé un personnage plus nuancé à la lumière des archives, tout en conservant l’idée qu’il avait une importance majeure dans les milieux de l’art au XVIIIe siècle. Personnellement, mon objectif était d’essayer de comprendre les évolutions de la carrière de Bachaumont, qui s’étend des années 1710 jusqu’à sa mort en 1771. Je voulais comprendre les raisons pour lesquelles un amateur d’art était parvenu à être reconnu dans le monde des arts de son vivant en faisant des choix différents des autres amateurs. Il s’agissait de mettre en valeur les stratégies de construction d’une figure crédible et d’intégration dans un milieu à la fois relativement clos et marqué par des changements importants au premier desquels se trouve l’académisation de l’amateur. Pourquoi n’avait-il alors pas intégré l’Académie royale de peinture et de sculpture, qui était l’espace légitime de prise de parole des amateurs et une source d’honorabilité dans le monde des lettres. Est-ce que cela relevait de son propre choix ou bien d’une volonté de l’Académie ? Est-ce que des raisons politiques ou religieuses entraient en compte ? J’ai eu la chance de disposer de sources abondantes pour traiter ces questions et, même si tout n’est pas encore éclairci, j’espère avoir contribué à mieux cerner le personnage.

En parlant de tes sources, pourrais-tu nous en donner un aperçu ?

En premier lieu, la Bibliothèque de l’Arsenal conserve trois portefeuilles composés d’une collection de pièces diverses issues des papiers personnels de Bachaumont, représentant en tout à peu près 1 100 folios. Je me suis posé la question de savoir comment ces papiers ont pu intégrer la Bibliothèque de l’Arsenal. Personne ne s’était posé cette question auparavant, alors que cela signifiait quelque chose de l’importance du personnage et de sa postérité. Il s’agit essentiellement de correspondances, de mémoires écrits de sa main ou de copies datant pour l’essentiel des années 1740-1750, c’est-à-dire de la période la plus productive de sa carrière. Le deuxième fonds qui m’a le plus servi est celui du Minutier central des notaires de Paris conservé aux Archives nationales. En identifiant les notaires chez qui Bachaumont contractait, j’ai pu constituer une collection de près de soixante de documents notariés s’étendant sur cinq décennies. Cela m’a appris beaucoup de choses sur sa sociabilité et sur ses affaires. Les deux documents notariés les plus importants sont son testament et l’inventaire après-décès, dont j’ai proposé une édition et qui m’ont renseigné sur l’état de sa fortune, ses légataires et son patrimoine – notamment sa bibliothèque et sa collection d’œuvres d’art. Aux Archives nationales, j’ai également consulté les fonds très riches des séries O1 de la Maison du Roi et H2 du Bureau de la ville de Paris. Pour ce qui est des sources complémentaires, qui m’ont été utiles sans être cruciales, j’ai eu recours aux collections du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, des Archives de Paris et des Archives départementales de l’Eure, des Yvelines et de l’Oise. Chaque fonds a apporté des pièces éclairant l’histoire familiale et généalogique de Bachaumont.

À côté d’un Bachaumont amateur d’art, tu as aussi eu affaire à un Bachaumont homme de lettres, puisqu’on lui attribue la paternité des Mémoires secrets. Proposes-tu une nouvelle vision de cette œuvre ?

Cela a été un point de la recherche qui a été assez difficile à traiter. Le nom de Bachaumont est associé à ce recueil de nouvelles et d’anecdotes couvrant la période de 1762 jusqu’à la Révolution. Cette somme de 36 tomes a été abondamment utilisée par les historiens, ce qui explique la notoriété de Bachaumont mais aussi le fait que sa vie et sa carrière ont été moins étudiées en elles-mêmes. Bernadette Fort et Christophe Cave ont déjà travaillé la genèse des Mémoires secrets et ils en ont conclu que Bachaumont n’était pas l’auteur de ce recueil5. Son identité a été utilisée par les deux compilateurs, Mathieu-François Pidansat de Mairobert et Barthélémy Moufle d’Angerville, comme prête-nom à leur recueil pour lui donner davantage de publicité. Mais là où il n’est pas tout à fait étranger aux Mémoires secrets, c’est que ce sont des membres du salon qu’il fréquentait qui ont participé au projet. Il ne pouvait donc pas ne pas être au courant de ces activités. Pour ma part, je n’ai pas voulu – et je ne pouvais pas au vu du temps imparti – me lancer dans une étude complète des Mémoires secrets. Je voulais simplement comprendre à quel niveau se situait l’implication de Bachaumont à partir des sources primaires. Je n’ai finalement rien trouvé dans les sources conservées d’une intervention directe de Bachaumont dans les Mémoires secrets. Les manuscrits apparentés à ceux-ci ne présentent nulle part son écriture.

Qu’est-ce que la figure de Bachaumont nous dit de la sociabilité des salons au XVIIIe siècle ?

Le XVIIIe siècle est connu comme celui de la sociabilité salonnière. Bachaumont a participé à un salon pendant près de quatre décennies. Ce salon, dénommé « la Paroisse » se réunissait dans l’appartement de Marie-Anne Doublet au sein du couvent des Filles de Saint-Thomas, situé sur l’actuel emplacement de la Bourse dans le deuxième arrondissement. Bachaumont habitait un appartement également situé dans ce couvent. Ce salon avait pour socle les alliances familiales de la famille Legendre-Doublet, apparentée à la famille Crozat et à plusieurs familles issues du milieu de la robe. Mais il est étonnant de constater qu’aucun artiste n’est mentionné parmi les habitués. Comme les salons des espaces privés où la parole y est plus libre, les positions politiques et religieuses de la Paroisse ont fait débat : le salon a pendant longtemps été tenu pour un foyer du parlementarisme janséniste ayant pris part aux querelles politico- religieuses du règne de Louis XV. J’ai essayé de comprendre la réalité de cet engagement et particulièrement celui de Bachaumont dans le cas où ses opinions auraient influencé ses choix artistiques : bien que certains des membres du salon soient proches des idées parlementaires et de la sensibilité augustinienne, les archives ne témoignent franchement et directement d’un engagement partisan de Bachaumont.

Couvent des Filles de Saint-Thomas, Plan de Turgot, 1734-1739, Bibliothèque nationale de France, Département des Cartes et Plans- GE CC – 1215 (RES) (détail).

Si Bachaumont entretient une sociabilité de proximité à travers les salons, il est aussi au cœur de réseaux à une échelle plus vaste que l’espace parisien. Quel usage fait-il de ses réseaux de longue distance ? Est-il en cela différent des autres amateurs de son temps ?

La constitution de réseaux de longue distance est née avec l’humanisme au XVIe siècle et s’est développée au siècle suivant. Au XVIIIe siècle, la plupart des amateurs d’art possèdent des informateurs dans les autres pays européens. Bachaumont correspondait avec l’Italie, la Prusse et l’Angleterre. En cela Bachaumont correspond à un modèle commun et ses pratiques sociales n’ont rien de spécifique. Là où il se démarque, c’est dans le fait qu’il n’a pas accompli le « Grand Tour », voyage initiatique pour la culture artistique et l’expérience des amateurs. Je n’en ai trouvé aucune trace et, en remontant les actes notariés qu’il a contracté, j’ai pu constater que Bachaumont n’a jamais été trop longtemps absent de Paris. On peut difficilement penser qu’il a renoncé à cette entreprise par manque de temps ou d’argent, ce dont il disposait en menant une vie de rentier. Or il s’agit d’une anomalie, puisque les autres principaux amateurs ont accompli ce voyage. On peut considérer que Bachaumont use de ses réseaux pour pallier ce manque, même si tout ne se résume pas à cela. Ces correspondances lui permettent ainsi de se tenir informer des nouvelles créations et surtout d’acheter des œuvres modernes ou antiques à l’étranger. Bachaumont joue un rôle d’intermédiaire du marché, comme dans le cas de sa correspondance avec Jean-Baptiste Boyer d’Argens, conseiller de Frédéric II de Prusse au cours des années 1740.

Quel rôle jouent la collection et le collectionnisme dans l’institutionnalisation de la figure de l’amateur ?

Le XVIIIe siècle constitue un âge d’or pour le collectionnisme en France car le marché de l’art connaît d’importants changements : une intensification du nombre de transactions, une diversification des lieux de vente et une professionnalisation de ses acteurs, à l’image des marchands experts, comme l’ont montré les travaux de Patrick Michel6. Paris concentre alors les collections parmi les plus importantes d’Europe. En plus de conseiller certains collectionneurs, Bachaumont collectionne lui-même mais, on doit l’avouer, assez modestement. Sa collection était hétéroclite, composée de quelques belles œuvres qui n’étaient pas pour autant exceptionnelles, contrairement à d’autres collectionneurs contemporains. À partir de son inventaire après décès, j’ai tenté de reconstituer cette collection en essayant d’identifier les éléments mais nombreuses sont les œuvres sans auteur et sans localisation. J’y suis néanmoins parvenu pour quelques-unes. Pour revenir à la question du rapport entre collectionnisme et figure de l’amateur, la collection joue un rôle très important car elle participe à la légitimité de l’amateur : la possession d’œuvres d’art, le goût qu’elles permettaient de développer par l’étude et la fréquentation des artistes autorisent un curieux des arts à développer un discours et gagner en reconnaissance, donc à être reconnu comme un amateur.

Peut-on considérer que les connaissances et les activités de Bachaumont en matière artistique ont fait de lui un expert ?

Au XVIIIe siècle, l’expertise en matière d’art est appelée connoisseurship. Il repose sur un ensemble de savoirs et de savoir-faire techniques, élaborés au sein des collections privées, des musées et du marché de l’art. Même les non-professionnels que sont les amateurs ont participé au développement de ce marché. Pour sa part, Bachaumont a pratiqué des compétences d’expertise sans en révolutionner ni la pratique ni la théorie. Il développa une activité de conseiller et d’intermédiaire sous différentes formes : attributions et estimations de tableaux, rôle d’intermédiaire dans l’achat et la vente de tableaux, de sculptures et de recueils de gravures à des collectionneurs, dont le baron de Thiers et le roi de Prusse, et enfin rédaction de mémoires à l’attention des autres amateurs pour indiquer la localisation d’œuvres d’art mises en vente. Bachaumont publia également, en 1751, un Essai sur la peinture, la sculpture et l’architecture, adressé aux curieux sans qualification artistique. Celui-ci prend la forme d’un dialogue autour de chefs-d’œuvre accompagné d’anecdotes historiques, de conseils bibliographiques et d’exercices simples pour se forger le regard. En s’engageant et en appelant les curieux à s’engager en faveur des arts, Bachaumont souhaite renforcer leur poids dans la société : si les nobles et les bourgeois s’intéressent aux arts, la monarchie soutiendra davantage leur développement. La publication de son Essai survient à un moment où la monarchie devient plus interventionniste en matière de politique artistique qu’au début du siècle. Elle s’inscrit d’ailleurs dans un contexte d’explosion du nombre de publications sur les arts. Cette inflation, sans égale dans la France moderne, témoigne d’un engouement nouveau pour la place des arts.

Bachaumont a également été particulièrement impliqué dans l’urbanisme de Paris. Quelle a été son activité dans ce domaine ?

Les questions d’architecture et d’aménagement urbain connaissent d’importants débats en raison des considérations nouvelles qui émergent sur le thème des « embellissements ». Bachaumont s’est ainsi particulièrement intéressé à ces sujets : il rédigea des mémoires à l’attention de la Direction des Bâtiments et du Bureau de la ville de Paris pour proposer l’achèvement de la colonnade de Louvre et une nouvelle utilité au palais, plusieurs versions pour la création d’une place royale en l’honneur de Louis XV ou la construction d’une salle de spectacle à Versailles. Mais il s’est particulièrement distingué dans le sauvetage de la colonne de l’hôtel de Soissons, construit par Jean Bullant à la demande de Catherine de Médicis. À la mort de son dernier propriétaire en 1741, l’hôtel était voué à la destruction par ses créanciers mais Bachaumont a multiplié les lettres et les mémoires pour montrer l’intérêt architectural de la colonne et motiver sa conservation. L’œuvre a finalement été achetée par la ville de Paris en 1750 et est toujours visible aux côtés de la Bourse du commerce, aujourd’hui en rénovation. J’ai pu, à l’aide de documents inédits, préciser le rôle de Bachaumont dans cette affaire : alors qu’on pensait jusqu’à présent qu’il avait avancé l’argent de l’achat, il n’a fait que servir d’intermédiaire auprès des autorités. Ce sauvetage est l’un des rares exemples de monument ancien sauvé de la destruction par l’intervention des amateurs et l’un des rares succès de Bachaumont parmi ses interventions en matière d’embellissements de la capitale. La colonne est même associée à son image comme en témoigne le portrait qu’a réalisé de lui Carmontelle.

Colonne érigée en l’hôtel de Soissons par Catherine de Médicis. Dédié à Messire Louis Basile de Bernage […], 1750, Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie, RESERVE FOL-QB-201 (100).
Jacques-Jean Pasquier (gravure) et Michel-Adrien Portien (dessin), Frontispice de l’Essai sur la peinture, la sculpture et l’architecture, Paris, 1751, Bibliothèque nationale de France, V24891.

As-tu des projets de prolongement ou de publication de tes travaux ?

Oui, j’aimerais poursuivre mes recherches en doctorat, mais pour le moment la priorité va au concours de l’Institut national du patrimoine. J’ai d’ores et déjà plusieurs projets de communication dans les mois à venir. Mais quand je reprendrai mes recherches, il faudra que je réfléchisse à l’envergure de mon sujet. Je ne dispose plus d’assez de sources neuves pour apporter des éléments décisifs à la vie et à la carrière de Bachaumont, hormis la découverte surprise d’un fonds privé : la documentation actuellement conservée ne rend compte grossièrement que des années 1740 et 1750 et non de l’ensemble de la carrière de Bachaumont qui s’étend sur cinq décennies.


Illustration d’en-tête : testament et codicilles de Louis Petit de Bachaumont, Minutier Central des notaires de Paris, Archives nationales, MC, Et, CXV, 761.

1 Lichtenstein (Jacqueline), La Couleur éloquente. Rhétorique et peinture à l’âge classique, Paris : Flammarion, [1989], 2013 ; Les Raisons de l’art. Essai sur les théories de la peinture, Paris : Gallimard, 2014.
2 Guichard (Charlotte), Les amateurs d’art à Paris au XVIIIe siècle, Paris : Champ Vallon, 2008.
3 Goncourt (Edmond et Jules de), Portraits intimes du XVIIIe siècle, Paris : E. Dentu, 1857-1858.
4 Tate (Robert S.), « Petit de Bachaumont : his circle and the “Mémoires secrets.” », Genève : Studies on Voltaire and the Eighteenth century, no. 65, 1968 ; “Bachaumont revisited: some unpublished papers and correspondence”, Institut et Musée Voltaire-Les Délices, Genève : Studies on Voltaire and the Eighteenth century, no. 84, p. 233-273, 1971 ; Olivier (Louis A.), « Bachaumont the chronicler : a questionnable renown », Studies on Voltaire and on the Eighteenth century, no. 143, 1976, p. 161-179 et « The Other Bachaumont : connoisseur and citizen », Studies on Voltaire and on the Eighteenth century, no. 161, 1976, p. 219-244.
5 Fort (Bernadette), Les Salons des “Mémoires secrets” 1767-1787, Paris : École nationale supérieure des Beaux-Arts, 1999 ; Cave (Christophe) et Cornand (Suzanne), Mémoires secrets (dit de Bachaumont) pour servir à l’histoire de la République des Lettres en France, depuis 1762 jusqu’à nos jours, Vol. I-III, Paris : Honoré Champion, 2009.
6 Michel (Patrick), Le commerce du tableau à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Acteurs et pratiques, Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2008 ; Peinture et plaisir. Les goûts picturaux des collectionneurs parisiens au XVIIIe siècle, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.