Stratégie familiale, religion et diplomatie dans la construction de l’État au XVIe siècle : l’exemple de la famille Marillac

Entretien avec Edward J. Gray, doctorant de Purdue University située dans l’État de l’Indiana, invité à l’École des chartes, pour mener ses recherches dans le cadre de sa thèse intitulée « Les Marillac : La stratégie familiale, la religion et la diplomatie dans la construction de l’État français au XVIe et XVIIe siècles » sous la direction de James R. Farr, de Marc Smith et d’Olivier Poncet. Propos recueillis par Léo Davy1.


This dissertation examines and explains the importance of the interaction of familial alliances, religion and diplomacy in the making of the state in France during the early modern period. The expansion of family strategy, and its interplay with religion and diplomacy, drove the ongoing construction of the early modern state, which was born out of an accretion of policies formed by politically important clans working to advance their familial interests. By closely tracing the fortunes of the Marillac family between 1500 and 1650, this study will disclose the nature of power in early modern Europe in its daily, practical manifestations. My project will interrogate structuralist narratives and reaffirm the agency of the family and the individual in the making of the state. My research will therefore contribute to the fields of early modern state-building, diplomacy, religious politics, and women and gender through the prism of Marillac family strategy.

Peux-tu nous présenter ton sujet de thèse ?

Ma thèse s’intéresse à l’histoire d’une famille noble, la famille de Marillac, dont plusieurs de ses membres occupèrent des positions importantes au cours de l’histoire de Frances des XVIe et XVIIe siècles. Mon projet consiste à comprendre les stratégies d’ascension, de conservation du pouvoir et de disgrâce d’une famille en prise avec les enjeux politiques, religieux et diplomatiques. Cette époque est également marquée par l’approfondissement important des pouvoirs et des compétences de l’État royal.

Pourquoi avoir fait le choix de la famille Marillac ?

Au début de mes recherches, je voulais étudier la politique extérieure de Richelieu, mais beaucoup de travaux avaient déjà abordé cette question. Au cours de mes prospections, j’ai souvent rencontré les Marillac qui étaient très souvent mentionnés par les historiens mais sans avoir fait d’étude spécifique et approfondie. Etonnamment, une seule étude avait déjà abordé en détail la carrière d’un membre de la famille : il s’agit de la thèse d’École des chartes de Pierre de Vaissière (prom. 1892) sur Charles de Marillac2. Il y avait donc une opportunité à saisir. Mon projet de thèse se limitait initialement aux années 1610-1640 incluant la guerre de Trente Ans et les enjeux religieux des protestants. Mais j’ai élargi le sujet pour étudier comment cette famille est parvenue au pouvoir et comment a-t-elle traversé les guerres de religion. Une autre étude sur le procès de Louis de Marillac, maréchal de France, en 1924, par le même Vaissière3.

Peux-tu nous présenter les personnages importants de cette famille ?

La famille de Marillac a des origines nobiliaires modestes en Auvergne mais, en un peu plus d’un siècle, ses membres sont parvenus aux plus hautes fonctions de la monarchie. Au XVe siècle, la famille de Marillac est au service des Bourbon-Montpensier : Louis Ier (1406-1486), Gilbert (1443-1496), Louis II (1483-1501) et Charles (1490-1527), le connétable de Bourbon. Les Montpensier avaient le siège de leur comté à Aigueperse, aujourd’hui dans le département du Puy-de-Dôme. J’ai pu m’y rendre et voir les pierres tombales de membres de la famille Marillac dans l’église Notre-Dame d’Aigueperse. Les Marillac possédaient également un château dans un village à proximité, Saint-Genès-de-Retz. Je m’y suis également rendu et j’ai pu voir l’extérieur du château dont la porte est surmontée de leurs armes martelées à la Révolution. Lors de la « trahison » du connétable en 1523 qui se rallia à Charles Quint, les Marillac choisissent de rester fidèles au roi en gérant, en son nom, les domaines du connétable dont ils ont une très bonne connaissance. Grâce à cet acte, ils deviennent en faveur à la cour et sont de plus en plus présents à Paris, et notamment au Parlement.

Entrée du château de Saint-Genès-de-Retz. Le blason qui surplombe l’entrée a été martelé à la Révolution française.

Charles de Marillac (vers 1510-vers 1560) a été le premier membre de la famille à avoir une carrière importante. Il entame sa carrière au Parlement de Paris comme avocat, puis évêque de Vannes et archevêque de Vienne. Suspecté au cours de l’affaire des Placards, il décide de prendre de la distance et part avec Jean de la Forest, premier ambassadeur permanent auprès de Soliman le Magnifique, dans un voyage à destination de Constantinople. À son retour, il devient ambassadeur du roi en Angleterre auprès d’Henri VIII. Il est ensuite devenu ambassadeur à la cour impériale de Charles Quint, puis a reçu une mission extraordinaire à Rome. Il était un ami du chancelier Michel de L’Hospital, qui était également originaire d’Aigueperse, et avec lequel il partageait les idées moyenneurs au début des guerres de religion. Mais il a été disgracié par François II, sous l’influence des Guise qui ne voulaient pas de cette politique de compromis avec les protestants. L’avancement de la famille marque donc un arrêt dans les années 1560.

Son frère, Guillaume de Marillac (1521-1573), est devenu contrôleur général des finances entre 1568 et 1573 après avoir été général des monnaies et maître des comptes, Il est le père de Michel, de Louis et de Valence de Marillac. Celle-ci a épousé Octavio Doni d’Attichy, un florentin qui était arrivé en France en suivant Catherine de Médicis. Il a donc ouvert son réseau aux Marillac qui ont pu bénéficier de la protection de la nouvelle reine Marie de Médicis. Grâce à la reine, la famille est devenue de plus en plus puissante. Ils ont accueilli Richelieu lors de son arrivée à la cour mais leurs ambitions se sont affrontées.

Michel de Marillac (1560-1632), après avoir été ligueur, a finalement rallié le parti d’Henri IV parce qu’il était attaché à la cohésion et la continuité de l’État royal. Ce ralliement lui a permis d’intégrer les hautes charges politiques. Il a occupé la charge de surintendant des finances entre 1624 et 1626 et de garde des sceaux à partir de 1626. Mais, alors qu’il pensait devenir le ministre principal de Louis XIII, il est disgracié lors de la célèbre journée des dupes en 1630. Il est arrêté et enfermé dans une prison à Châteaudun où il meurt.

Portrait de Michel de Marillac, gravure au burin, Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie, RESERVE QB-201 (27)-FOL, p. 52.

Portrait de Louis de Marillac, maréchal de France, gravure au burin, Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie, RESERVE QB-201 (27)-FOL, p. 50.

Son demi-frère, Louis (1572-1632) a accompli une belle carrière militaire jusqu’à devenir maréchal de France en 1629 en récompense de ses services. Mais il fut lui aussi arrêté après la Journée des Dupes et subit un procès au Parlement de Paris. Bien que les juges aient été choisis par le roi et Richelieu, ils n’ont pas condamné Louis. Un deuxième procès a donc été organisé en 1632 par Richelieu à Rueil-Malmaison. À quelques voix près, les juges l’ont condamné à mort. Louis de Marillac a été décapité en public, en place de Grève comme un condamné de droit commun, ce qui est une humiliation pour un noble. Le procès a été vu dès l’époque comme un abus du pouvoir, un procès politique, contraire aux lois. Même Marie de Médicis, Gaston d’Orléans en exil, et le pape ont envoyé des lettres pour soutenir Louis.

Enfin, la dernière personne la plus connue de la famille est une femme. Louise de Marillac (1591-1660) est la fille naturelle de Louis Ier de Marillac. Elle a été considérée comme membre de la famille et envoyée au couvent de Poissy pour son éducation. Elle s’est ensuite mariée avec Antoine Le Gras, secrétaire de la reine Marie de Médicis, avec qui elle a eu un enfant. Après la disgrâce de sa famille, elle gère les biens de la famille et s’occupe de plus en plus de la charité envers les pauvres et devient proche de Vincent de Paul (1581-1660). C’est avec lui qu’elle fonde les Filles de la Charité en 1633. Pourtant elle est bien moins connue de lui et n’est devenue sainte qu’en 1934.

Intérieur de l’église Notre-Dame d’Aigueperse (Puy-de-Dôme). Pierre tombale de la famille Marillac

Intérieur de l’église Notre-Dame d’Aigueperse (Puy-de-Dôme). Pierre tombale de la famille Marillac

Comment les Marillac ont-ils contribué à la construction de l’État moderne ?

Michel de Marillac est surtout connu pour avoir donné son nom au code Michau, qui s’inscrivait dans la tradition des ordonnances de réformation a tenté de compiler les volontés réformatrices des états-généraux de 1614 et des deux assemblées des notables de 1617 et 1626. Cette ordonnance prévoyait une grande réforme des institutions de l’État, de la justice, du droit privé. Mais le lit de justice du 15 janvier 1629, destiné à enregistrer le code auprès du Parlement, a refusé de l’enregistrer, notamment en raison de l’opposition de Richelieu qui préférait développer la politique extérieure de la France plutôt que de réformer les institutions. Les Marillac ont donc échoué à développer une politique sur plusieurs décennies. Leur échec est une raison de pourquoi ils ont été sous-estimés par l’historiographie, alors que les personnages victorieux politiquement, comme Richelieu, ont eu plus de chance. Même s’ils ne sont pas demeurés au pouvoir, les Marillac sont importants parce que leur façon de naviguer, de monter, et même de survivre à la disgrâce nous montre comment le pouvoir a fonctionné quotidiennement à l’époque moderne. Certes, ils n’ont pas gagné, mais ceux qui ont gagné ont utilisé les mêmes méthodes, les mêmes réseaux et stratégies familiales pour parvenir au sommet de l’État.

Quelles ont été les causes de la chute politique des Marillac ?

Je me suis particulièrement intéressé à la notion de disgrâce. Qu’est-ce qu’une disgrâce ? Comment est-elle gérée par la famille ? Est-elle ou non définitive ? Dans le cas des Marillac, la chute est brutale avec un emprisonnement et une décapitation mais elle n’est pas définitive car la famille retrouve une position à la cour. En effet, seulement quelques années après la chute de Charles de Marillac, son frère Guillaume devient contrôleur général des finances. Au siècle suivant, un petit-fils de Michel de Marillac, René, devient un conseiller de Louis XIV. En outre, certains amis de Michel de Marillac ont défendu sa mémoire. Donald A. Bailey a ainsi fait une édition d’une hagiographie de Marillac rédigé par Nicolas Lefèvre de Lézeau4. Après la mort de Richelieu, il y a eu une révision du procès de Louis de Marillac pour restituer les biens de la famille aux héritiers parce que le procès avait été truqué. Les raisons de la chute des Marillac ont d’abord été comprises comme l’opposition de Louis de Marillac à l’alliance de Richelieu avec les protestants et contre sa politique absolutiste au détriment d’un pouvoir royal modéré par les corps intermédiaires. Une historienne, Caroline Maillet-Rao a avancé la thèse que Louis était également un partisan de l’absolutisme mais qu’il critiquait le pouvoir trop personnel et puissant de Richelieu5.

Peux-tu nous décrire les archives que tu as consultées ?

J’ai principalement travaillé avec les archives conservées aux Archives nationales, surtout avec les actes notariés (contrats de mariage, testaments, donations et prêts) du Minutier central des notaires, et avec les manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale de France : les lettres de Charles de Marillac et des pièces généalogiques que la famille a fabriquées car elle avait besoin d’inventer des ancêtres d’ancienne. Cette pratique était répandue et ne posait pas de problème des chevaliers seigneurs de Haute-Auvergne, des officiers fidèles au roi, des femmes religieuses. La Bibliothèque de l’Arsenal conserve des pièces du procès de Louis de Marillac. La Bibliothèque municipale de Dijon en possède également car beaucoup de juges étaient bourguignons. Beaucoup d’archives ont disparu car le roi a fait détruire les archives du procès car il savait que ces pièces étaient accablantes. Mais des lettres du XVIe siècle et des copies du XVIIIe siècle indiquent des éléments. L’Université à Chicago conserve un livre d’éducation de Louis de Marillac, avec une magnifique reliure de Clovis Eve (vers 1565-1634/1635), relieur du roi6.

Recueil de pièces du procès de Louis de Marillac. Bibliothèque municipale de Dijon, Ms. 325.
Disposition du jury du procès de Louis de Marillac, 1632. Bibliothèque municipale de Dijon, Ms. 326.

Pourquoi avoir choisi de travailler sur l’histoire de France et particulièrement sur l’histoire sociale, politique et religieuse des deux premiers siècles de l’époque moderne ?

J’ai choisi d’apprendre le français en langue étrangère au lycée. Je m’intéressais aussi à l’histoire et particulièrement aux XVIe et XVIIe siècle, époque bousculée par les découvertes scientifiques, les révolutions culturelles et intellectuelles mais toujours prédominée par la tradition. En 2015, lors de la Summer Paleography Workshop organisé à la Newberry Library de Chicago, j’ai rencontré Marc Smith, professeur de paléographie, qui m’a fait découvrir l’École des chartes. J’ai postulé pour venir y suivre des cours et bénéficier du séjour en France pour avancer les recherches. Grâce au statut de doctorant invité, j’ai pu rester trois ans, ce qui m’a été beaucoup utile.

Comment se sont déroulées les recherches ? Y-a-t-il des choses qui t’ont étonné et quelles difficultés as-tu rencontrées ?

Les problèmes que j’ai rencontrés sont le lot commun d’un chercheur étranger : le problème de la langue, de paléographie difficile, et de familiarisation avec les habitudes et les codes des services de consultation à distance ou en salle de lecture comme les établissements qui limitent l’accès aux chercheurs par des conditions de recommandation. À cause des problèmes financiers, les jeunes chercheurs américains ont généralement peu de temps – un ou deux mois en tout – pour consulter les documents, les prendre en photos et ensuite les traiter à leur retour aux États-Unis. En étant à l’École des chartes, j’ai eu de la chance d’avoir pu bénéficier de trois années pour m’intégrer au système de recherche français.

Souhaites-tu poursuivre tes recherches après le doctorat ?

J’aimerais bien devenir archiviste quelque part en France. Et pourquoi pas aider et accompagner les jeunes chercheurs américains qui commencent seuls leurs recherches dans un pays étranger et qui sont confrontés à un système qu’ils ne connaissent pas.

  1. Photo de couverture : Armes de Guillaume II de Marillac, bas-relief en calcaire, Église Notre-Dame d’Aigueperse. Photo Edward J. Gray. []
  2. Thèse publiée sous le titre : Charles de Marillac. Ambassadeur et homme politique sous les règnes de François Ier, Henri II et François II (1510-1560), Paris, H. Welter, 1896. []
  3. Pierre de Vaissière, Un Grand procès sous Richelieu : L’affaire du Maréchal de Marillac (1630-1632), Paris, Perrin et Cie, 1924. []
  4. Donald A. Bailey (éd.), La vie de Michel de Marillac : 1560-1632, garde des sceaux de France sous Louis XIII, par Nicolas Lefèvre, sieur de Lézeau, Québec, Les Presses de l’Université de Laval, 2007. []
  5. Maillet-Rao (Caroline), La pensée politique des dévots Mathieu de Morgues et Michel de Marillac : une opposition au ministériat du cardinal Richelieu, Paris, Honoré Champion, 2015. []
  6. http://digicol.lib.depaul.edu/digital/collection/p16106coll11/search []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.