Un nouvel inventaire pour le vieux Montferrand : un exemple de rétro-saisie d’un inventaire sommaire aux Archives départementales du Puy-de-Dôme

Louis Borel de Bretizel (AP2) a réalisé un stage de trois mois au sein des Archives départementales du Puy-de-Dôme auprès de leur directeur, Pierre-Frédéric Brau. Parmi les missions qui lui ont été confiées figure la rétro-saisie d’un inventaire sommaire des archives des consuls de la ville de Montferrand.


Si vous avez déjà visité Clermont-Ferrand, heureux êtes-vous si vous avez poussé jusqu’à la vieille ville de Montferrand ! Tracée selon un plan hippodamien, celle-ci s’élève sur une colline à l’est de Clermont et compte encore nombre d’hôtels du XVIe siècle. Moins connu sans doute que le charme de ses rues, son fonds d’archives est un des plus riches et des mieux conservés parmi les archives communales françaises et possède de nombreux atouts susceptibles d’intéresser les chercheurs. Encore faut-il que l’instrument de recherche qui lui donne accès soit complet et performant : au vu de l’état du fonds et d’un Inventaire sommaire existant, mais inachevé, les Archives départementales du Puy-de-Dôme se sont lancées dans un chantier intéressant de rétro-saisie et de remise à niveau de son instrument de recherche. Avant d’en exposer la méthode et l’intérêt, nous survolerons brièvement l’histoire de cette ville et le destin de ses archives.

Histoire de Montferrand

La ville de Clermont est installée depuis l’Antiquité sur une petite butte située au centre d’un ancien cirque volcanique. Dès le Moyen Age central, elle tombe sous le pouvoir quasi exclusif de l’évêque et devient cité épiscopale, tandis que le comte d’Auvergne a du mal à lui imposer son autorité. De retour de croisade, le comte d’Auvergne, Guillaume VI, décide de prendre les armes pour retrouver son autorité sur Clermont. Il a besoin pour cela d’une place forte. La première mention authentique de la ville de Montferrand date de 1120 : il s’agit de la charte par laquelle Guillaume VI, fonde un prieuré à Montferrand, dont dépend une église dédiée à saint Robert1. Le comte choisit une élévation de terrain, à l’est de Clermont, plus proche de la plaine de la Limagne et des voies de communication, pour y établir un château et, sans doute, déjà un embryon de ville. A cause de l’hostilité du comte, l’évêque de Clermont, Aimeri, en appelle à Louis VI qui se rend en Auvergne à la tête de son armée, en une campagne que nous rapporte Suger. En 1226, les hostilités reprirent et les textes attestent que les fortifications de Montferrand ont déjà vu le jour. Suite à la seconde intervention royale et aux négociations entre le comte et l’évêque, une paix relative s’installe, mais les deux villes n’en poursuivent pas moins un développement indépendant, l’une comme cité épiscopale, l’autre comme ville comtale.

Par la suite, le comté d’Auvergne subit d’importantes mutations politiques : suite à la querelle dynastique entre Guillaume VII et son oncle Guillaume VIII, au milieu du XIIe siècle, le comté d’Auvergne est divisé en deux et le fils de Guillaume VII, Dauphin, hérite de la portion appelée Dauphiné d’Auvergne, à laquelle est rattachée Montferrand, et donne naissance à la branche des dauphins d’Auvergne. Enfin, en 1212 Philippe Auguste s’empare de la plus grande partie du comté en combattant le comte Guy II qui s’était allié à Richard Cœur de Lion, dont les anciennes possessions constituent la Terre d’Auvergne, rattachée au domaine royal. Au XIIIe siècle, l’Auvergne se trouve ainsi morcelée en quatre parties : la cité de Clermont, propriété de l’évêque ; le comté d’Auvergne, centré sur Vic-le-Comte ; le Dauphiné d’Auvergne, à l’ouest d’une ligne Clermont-Issoire ; et la Terre d’Auvergne.

Au sein de ces remaniements politiques, la ville de Montferrand continue son développement, tiré par l’activité commerciale. Entre 1196 et 1199, la comtesse G. (désignée ainsi dans la charte), femme de Dauphin d’Auvergne, et son fils Guillaume octroient aux habitants de Montferrand une charte de franchise qui délimite les droits respectifs du comte et de la communauté d’habitants. L’existence d’un consulat y est mentionnée, et semble déjà bien en place. Les consuls n’ont pas un véritable droit de justice, qui relève exclusivement du comte, mais ils apparaissent comme conseillers des bayles et plusieurs décisions ne peuvent être prises sans leur accord. En 1224, par le mariage de Catherine, dauphine d’Auvergne, avec Guichard V de Beaujeu, seigneur de Montpensier, Montferrand passe à la maison de Beaujeu, jusqu’à ce que Philippe-le-Bel acquière cette seigneurie de Louis II de Beaujeu en 1292. En 1291, Montferrand voit ses privilèges renforcés par l’octroi d’une charte de franchise par Louis de Beaujeu. En 1311, le roi la déclare irrémédiablement unie à la couronne. En 1360, Jean II le Bon donne Montferrand en apanage à son fils Jean, duc de Berry. A la mort du duc en 1416, la ville retourne au roi.

En 1425, le roi crée un bailliage royal à Montferrand, implantant sa justice dans une ville royale, située à proximité du duché d’Auvergne qui vient de passer à la puissante famille de Bourbon. La ville connait alors, aux XVe et XVIe siècles, un développement important, renforcé par le prestige et l’activité que lui procure le bailliage qui obtient aussi la juridiction des exempts de basse-Auvergne en 1466. Si, au XVIe siècle il perd la connaissance des cas royaux, Henri II compense ce dommage par l’installation d’une cour des Aides en 1557. Le bailliage s’installe dans l’ancien château. Mais les consuls, pour leur part, n’ont pas de maison fixe. Ils se réunissent à l’hôtel du Saint-Esprit, devenu palais de la cour des Aides, à la maison appelée « chancellerie », à l’auditoire vieux du bailliage, à la porte de Bize ou encore chez un consul. Leurs missions sont variées : sûreté et hygiène de la ville ; exercice de la juridiction de la Purge (tribunal chargé de juger des cas de lèpre) ; répartition des tailles royales et levée des impositions municipales. Ils envoient un des leurs représenter la ville aux états de Basse-Auvergne, mais aussi s’adresser au roi ou au gouverneur.

Cependant Montferrand pâtit de sa rivalité avec Riom et Clermont. Avec Riom tout d’abord, qui, retournant au domaine royal avec les autres possessions du connétable de Bourbon, vit sa sénéchaussée de ducale devenir royale, et même être érigée en présidial en 1552. Quant à Clermont, en 1630, par l’édit de Troyes, le roi Louis XIII décide d’unir les deux villes sous le nom de Clermont-Ferrand : pour dédommager Clermont du démembrement de son élection, le roi transfère le siège de la cour des Aides de Montferrand à Clermont ; chaque ville lèvera et administrera séparément ses deniers communs, jusqu’à la réunion de l’enceinte des deux villes. Malgré de multiples procédures engagées, Montferrand ne retrouvera jamais la cour des Aides, et avec elle son prestige. Cependant, la ville conserve en fait ses consuls et sa propre administration jusqu’en 1731 date à laquelle Louis XV, par l’édit de Versailles, parfait l’union en ordonnant que les biens de Clermont et ceux de Montferrand soient administrés en commun et que les délibérations se tiennent à l’hôtel de ville de Clermont. Voilà le coup ultime porté à Montferrand et l’avènement définitif de Clermont-Ferrand.

Présentation des archives

La documentation disponible permet de retracer de manière assez fine la constitution du fonds d’archives et l’évolution d’une pratique archivistique de la part des consuls de Montferrand, dès le Moyen Age. En effet, les archives de la ville ont toujours fait l’objet d’un soin particulier de la part des consuls : recueil des privilèges de la communauté, elles constituent tout à la fois un des éléments de l’identité urbaine et le réservoir des preuves à apporter en cas de conflit juridique impliquant la ville.

Figure 1. Les registres des comptes des consuls. © Arch. dép. Puy-de-Dôme. Photo : Géraldine Da Costa

Aucun renseignement sur la conservation des documents de la cité n’est toutefois antérieur au XIIIe siècle. Pourtant, un écrit communal existe dès avant la charte de franchise accordée à la fin du XIIe siècle, puisque celle-ci mentionne un Livre des coutumes : « 94 – Totas las chauzas que hom [no] trobarias escriutas en la charta o el lhibre dels uzatjes de Monferrant devont esser acordadas, aordenadas o jutjadas pel senhor o pels cosols »2.

La production manuscrite qui augmente au XIIIe siècle rend nécessaire un moyen de conservation spécifique : l’arche3. La première mention d’un coffre commun remonte à 1264 : les consuls versent alors 7 sous et 6 deniers pour l’archa de portar […] e per I mesagé4. Les comptes des consuls donnent régulièrement l’inventaire des pièces de la ville, réalisé lors du changement de consulat. La liste dressée le 7 mai 1380 (E-dépôt 113 II CC 170, fol. 45) recense les sceaux, chartes de privilèges et autres arrêts rendus en cour de justice, tous actes fondateurs ou de grande importance pour les droits de la commune. L’explosion documentaire et les nécessités de classement suscitent l’apparition de boîtes pour le rangement et même de plusieurs arches5. Ces arches peuvent être mobiles et suivent le consulat dans ses changements de domicile. En 1409, les archives rejoignent la collégiale Notre-Dame et prennent place dans une armoire située près de l’autel saint Pierre (E-dépôt 113 II CC 175, fol. 19 v.). Cette sanctuarisation des archives est à rapprocher du dépôt, dans la seconde moitié du XIIIe siècle, du Trésor des Chartes dans la Sainte Chapelle du Palais, ou de l’exemple clermontois où en 1402, sur ordre du duc de Berry, les élus font faire « une huche fermant à trois clefs » qu’ils placent, pour plus de sécurité, dans l’église cathédrale6. En 1462, les registres de compte mentionnent l’achat de sacs pour les archives (E-dépôt 113 II CC 187, fol. 3 et 6 v). On ne voit apparaître aucune mention d’un garde des archives ; sans doute cette fonction était-elle assumée par les consuls eux-mêmes.

Enfin, en 1496, la ville opère une prise de conscience de ses éléments fondateurs et de ses archives : considérant que la charte de coutume accordée par Louis de Beaujeu (1291), écrite en latin, est inconnue des habitants, elle décide de la traduire en français (E-dépôt 113 II AA 5, fol. 1). Cette même année, les archives sont qualifiées de « trezor de la ville » et sont réaménagées dans deux pièces à l’étage de la tour nord de la collégiale (« en la chambre de la ville de Montferrand située au-dessus la chappelle de Estevenot » [E-dépôt 113 II II 1, pièce 2, fol. 1]).

Les archives sont alors conservées à cet endroit pendant plusieurs siècles. Le rattachement de Montferrand à Clermont, en 1630, confirmé en 1731, n’entraîne pas de déménagement des archives du consulat. Au milieu du XIXe siècle, la ville de Clermont-Ferrand les transfère dans son hôtel de ville.
Ces archives se distinguent par la richesse des documents conservés, tant du point de leur continuité chronologique que de la diversité des sujets traités. Ainsi en est-il de la suite quasi ininterrompue des délibérations du consulat entre 1470 et 1731 (série BB), et de celle des comptes des consuls, de 1258 à 1694 puis de 1718 à 1731 (série CC), qui constituent une base aux recherches portant sur l’activité du consulat, les relations avec les états, mais aussi le commerce ou la vie quotidienne. Le plus ancien registre de compte des consuls (1259-1272, E-dépôt 113 II CC 154) est fait en papier, seulement dix ans après le plus ancien document en papier conservé en France (registre du notaire marseillais Giraud Amalric, 1248). Elles sont aussi particulièrement riches pour l’histoire des états de Basse-Auvergne, et complètent à ce titre la sous-série 5 C des archives départementales, et celle de l’Auvergne, particulièrement au XVIe siècle. Les archives offrent aussi un terrain propice aux études philologiques avec de nombreux documents en occitan, notamment la série des comptes des consuls pour les XIIIe et XIVe siècles (Figure 1), édités par Anthony R. Lodge. Par ailleurs, les documents produits et conservés au sujet des différentes juridictions ayant leur siège à Montferrand offrent un regard intéressant tant sur l’administration de la justice que sur la rivalité entre les différentes villes de Basse-Auvergne, tandis que les registres du tribunal de la Purge renseignent sur l’encadrement des lépreux7.

Figure 2. Acte du 23 avril 1421 (E-dépôt 113 II FF 30). © Arch. dép. Puy-de-Dôme.

Le fonds recèle aussi quelques documents se distinguant à titre individuel, comme ce remboursement de prêt consenti aux consuls de Montferrand par Blaise Pascal, le 6 novembre 1652, où il fait mention de la succession de son père (E-dépôt 113 II CC 518). Ou bien cet acte du 23 avril 1421 par lequel Guillaume Lurin, seigneur de Chabreuge, reçoit d’Armand Ariste, procureur de Béraud III, dauphin d’Auvergne, deux livres (le De Proprietatibus rerum et les Metamorfozeos sive Ovide) qu’il lui avait prêtés, à charge pour lui de les lui rendre ou bien de payer la somme de 300 livres tournois, qui reflète incidemment la circulation des livres précieux parmi l’élite civile (Figure 2, E-dépôt 113 II FF 30).

Le nouvel instrument de recherche

Pour accéder à ces 26 ml d’archives, le chercheur disposait d’un Inventaire sommaire rédigé par Emmanuel Teilhard de Chardin (1844-1932), archiviste paléographe. Ces deux tomes de près de 600 pages chacun étaient le fruit d’une quarantaine d’années d’un labeur érudit autant que bénévole. Le modèle de l’inventaire sommaire correspond à un moment de l’archivistique française : sa prescription au milieu du XIXe siècle s’inscrit dans une politique volontariste, orchestrée par le ministre de l’Intérieur, visant à classer les fonds anciens conservés dans les départements et communes et à en publier l’inventaire8. Les « Instructions pour le classement et l’inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790 » du 25 août 1857 prescrivent d’une part un cadre de classement réglementaire pour les archives communales anciennes (complétant ainsi le cadre de classement pour les archives communales modernes prescrit par les instructions du 16 juin 1842) et d’autre part la rédaction d’inventaires sommaires sur le modèle de ceux des archives départementales.

L’inventaire de Teilhard se présente comme un monument d’érudition pour le chercheur : dans chacun des articles, les pièces sont minutieusement analysées, voire en partie transcrite, les personnages et les lieux identifiés. Contrairement à certains exemples d’inventaires sommaires dont le principal écueil est de feindre l’exhaustivité de leur description alors qu’ils n’inventorient qu’un nombre restreint de documents par article, les notices de Teilhard sont le plus souvent exhaustives, chaque document étant annoncé par un tiret ; seules des liasses de documents justificatifs, par exemple de documents comptables, comportent la mention « etc » à la fin. Cependant, cet inventaire présente un certain nombre de limites :
– conformément aux instructions, les documents ont été classés par série puis, le plus souvent, par ordre chronologique ; le plan de classement éventuel, correspondant à la typologie des documents ou aux matières traitées dans les dossiers n’apparait pas, ce qui rend fastidieuse toute recherche analytique9 ;
– le fonds a évolué depuis un siècle : des documents ont pu être malheureusement égarés et sont aujourd’hui en déficit, tandis que d’autres ont été retrouvés par la suite, et constituent des suppléments ;
– l’inventaire est inachevé : outre les suppléments, certaines séries sont simplement couvertes par un répertoire dactylographié.

Une reprise de l’inventaire, en vue d’en proposer le contenu en ligne, paraissait justifiée. Mais comment utiliser aujourd’hui, avec les normes archivistiques actuelles et un public toujours plus demandeur d’un contenu facilement accessible en ligne, un tel travail d’érudition alors que son accès est mal aisé (classement chronologique), et que les documents qui constituent le fonds ont évolué (pertes, suppléments) ? La simple numérisation de l’inventaire sommaire ne pouvait satisfaire toutes ces attentes et la rétro-conversion envisagée ne pouvait faire l’impasse d’une remise à niveau complète.
Le chantier de rétro-saisie en vue de la production d’un nouvel instrument de recherche électronique s’est donc déroulé selon quatre axes :
– un récolement pièce à pièce : l’opération a permis de relever les documents en déficit d’après la description qu’en donne Teilhard afin de le mentionner dans le nouvel instrument de recherche, mais aussi de reclasser des documents, que l’on pensait perdus ;
– le classement et l’inventaire des suppléments à chacune des séries, qui jusqu’ici n’étaient, pour certains, pas communicables faute d’être décrits ;
– la récupération des données de l’inventaire de Teilhard grâce à un logiciel de reconnaissance optique de caractère et la structuration de ces informations conformément à la norme ISAD(G), tant au niveau de l’article que dans les niveaux de description supérieurs ;
– l’élaboration d’un répertoire méthodique, qui englobe l’inventaire de Teilhard et les suppléments, selon un plan de classement adapté.
En revanche, l’indexation de l’instrument de recherche, qui eût achevé heureusement ce travail, n’a pas été envisagée, faute d’une réflexion suffisamment aboutie sur ce sujet aux Archives départementales du Puy-de-Dôme et du temps nécessaire à une tâche de cette ampleur.

Le résultat a abouti à un instrument de recherche structuré en DTD-EAD, consultable aisément sur internet. Ce nouveau répertoire n’invalide pas le précédent inventaire de Teilhard puisque le contenu des cotes n’a pas été changé. Seul l’ordre des articles a pu être modifié pour correspondre à la logique méthodique du nouveau répertoire, plus structuré et plus complet.
Fruits de l’effort de classement et d’inventaire de la seconde moitié du XIXe siècle, les inventaires sommaires sont légion dans les services d’archives. Plus d’un siècle après leur publication, leur présence est parfois source d’ambiguïtés pour un service : trésor d’érudition s’il a été bien fait et devenu en lui-même une référence pour le chercheur, l’inventaire sommaire se présente aussi comme un pavé dont la logique chronologique très linéaire rebute le chercheur, toujours plus pressé. L’heure de la numérisation des instruments de recherche permet d’interroger sa pertinence ; un scan, même doublé d’une reconnaissance optique de caractères, ne fait que redonner le même inventaire figé à l’époque de sa rédaction, alors que, dans certains cas, le fonds a évolué : inventaire rédigé alors que le versement ou le classement n’était pas achevé, documents perdus ou retrouvés… Fondre l’inventaire sommaire dans un nouveau répertoire méthodique, permet d’offrir au lecteur un aperçu complet du fonds et d’accéder facilement aux riches descriptions de chacun des articles. Cette expérience, très similaire à celle menée par les Archives départementales du Cantal pour les archives anciennes d’Aurillac, fait retrouver une nouvelle vie aux inventaires sommaires. Espérons que la mise à disposition en ligne d’instruments de recherche plus performants facilitera les études historiques : la ville de Montferrand attend sa monographie.

  1. RANQUET (Henri du), RANQUET, (Emmanuel du), Montferrand : ses vieilles pierres : château, remparts, église, logis, Clermont-Ferrand : imprimerie générale, 1936, p. 18. []
  2. TEILHARD de CHARDIN (Emmanuel), “La première charte de coutumes de Montferrand”, extrait des Annales du Midi, tome III, année 1891, Toulouse : Edouard Privat, 1891. []
  3. PICOT (Johan), « Montferrand, la communauté, le consulat et l’arca communis (milieu XIIIe-début XVIe siècle) », dans Le bazar de l’hôtel de ville. Les attributs matériels du gouvernement urbain dans le Midi médiéval, JEAN-COURRET, Ezéchiel, LAVAUD, Sandrine, PETROWISTE, Judicaël et PICOT, Johan direction, Bordeaux, Ausonius Editions, 2016, p. 72. []
  4. Ibid. []
  5. Ibid. p. 78. []
  6. Ibid. p. 80. []
  7. PICOT (Johan), « « La Purge » : une expertise juridico-médicale de la lèpre en Auvergne au Moyen Age », dans Revue historique, 2012/2 n°662, Paris : PUF, pp. 292-321. Consulté sur : https://www.cairn.info/revue-historique-2012-2-page-292.htm []
  8. NOUGARET (Christine), « De l’outil de gestion interne à l’outil scientifique publié : l’instrument de recherche dans tous ses états (XIXe-XXe siècles) », dans : La Gazette des archives, n°220, 2010-4. Les instruments de recherche : évolutions, publics et stratégies. pp. 21-32. Consulté sur : https://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_2010_num_220_4_4732 []
  9. Pour remédier, en partie, à la difficulté d’accès des inventaires sommaires, l’instruction ministérielle du 25 mars 1909 étend aux Archives départementales la typologie arrêtée dès 1887 pour les Archives nationales et prescrit la rédaction de répertoires numériques pour toutes les séries, y compris celles couvertes par un inventaire, en vue d’en porter rapidement la connaissance au public. Cf. Nougaret, p. 30. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.