La sirène dans le livre imprimé de l’époque moderne

Rencontre avec Lou Delaveau, élève de quatrième année, qui soutiendra le 13 juin sa thèse intitulée « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) », sous la direction de Christine Bénévent (École nationale des chartes) et de Michel Pastoureau (École pratiques des hautes études). Propos recueillis par Alice Laforêt.


Ta thèse s’intitule « Le revers de l’écaille. La sirène, entre nature et lecture, dans le livre imprimé à l’époque moderne (1475-1691/1692) » Sur quel corpus t’es-tu appuyée pour tenter de circonscrire une définition livresque de la sirène ?

Savoir ce qu’est une “sirène” dans la production textuelle de l’époque moderne est la grande problématique de mon travail. J’avais été frappée par le fait que certains travaux antérieurs plaquaient rétrospectivement sur des représentations de monstres féminins hybrides le nom de “sirènes” en suivant un processus de reconnaissance qui me paraissait discutable. Cet étonnement en tant que lectrice a sans doute joué un rôle déterminant dans la définition du périmètre de mes recherches, qui portent donc sur la réception des portraits de la sirène offerts aux lecteurs de la première modernité. Tenter de circonscrire une définition s’avère en effet particulièrement complexe, la sirène étant un monstre à la fois hybride et mouvant. C’est par cette approche critique de la terminologie et la prise en compte du livre comme une source à part entière que j’ai souhaité rendre ma thèse originale.
Pour constituer un corpus cohérent et le plus exhaustif possible, j’ai avant tout établi une liste d’ouvrages zoologiques et tératologiques, et retenu ceux qui évoquaient la sirène après avoir consulté leurs tables des matières et leurs index. Je me suis également appuyée sur des encyclopédies ou traités de référence qui accordent à l’époque une large place aux monstres marins en général. Pour le versant numérique de mes explorations, j’ai effectué une recherche d’images dans diverses bases de données afin de retrouver les livres qui les comportaient. Enfin, j’ai travaillé à partir de Google Livres : j’ai établi un formulaire de recherche à partir de vingt-deux orthographes différentes du terme « sirène », ce qui a fait remonter un certain nombre d’ouvrages que mes méthodes précédentes n’avaient pas permis de repérer – notamment des livres qui ne constituaient pas des traités zoologiques ou tératologiques en tant que tels, mais qui pouvaient comporter une définition de la sirène. L’un des enjeux de la constitution de ce corpus était de ne pas plaquer un regard anachronique sur cette créature complexe : le corollaire a été de constituer un corpus de textes documentaires traversant assez largement ce que l’on considérerait aujourd’hui comme des disciplines différentes.

À quoi correspondent les barrières chronologiques de ton sujet ?

La date de 1475 correspond à la première édition du Buch der natur de Konrad von Megenberg à Augsbourg1. Premier ouvrage de zoologie imprimé doté d’illustrations, il comprend deux représentations de sirènes. Le texte comme l’iconographie s’inscrivent dans la continuité du discours médiéval. La borne 1691/1692 correspond à deux publications : Les Sirènes ou Discours sur leur forme et figure, de l’abbé Claude Nicaise2 – la première monographie française sur les sirènes – et le Cabinet de la bibliothèque de Sainte-Geneviève du chanoine Claude Du Molinet3. Ces deux ouvrages ont le bon goût de coïncider avec la fin du XVIIe siècle ! Mon corpus couvre les premiers siècles de l’imprimerie. L’un des enjeux était donc de voir quelle image de ce monstre est renvoyée par le livre, dans un contexte de diffusion plus massif des textes et des motifs iconographiques, à l’heure où l’imprimerie est susceptible d’œuvrer à une forme de standardisation de la nomenclature.

Frontispice de Franz Ertinger (1640-1710) ouvrant le traité de Claude Nicaise, Les Sirènes, ou Discours sur leur forme et figure. (Paris, J. Anisson, 1691, f.ã3v, Bibliothèque de l’Arsenal, 4-BL-5439, photographie personnelle). Ce frontispice synthétise les différents sens que peut prendre le mot “sirène” à la fin du XVIIe siècle.

Assiste-t-on à une évolution linéaire du discours sur la sirène au cours de la période ?

Au cours de cette période donnée, le discours sur les sirènes est loin d’être linéaire. On est confronté à une pluralité de définitions adoptées par les auteurs selon les sources qu’ils compilent : sirènes-oiseaux mythologiques, sirènes-poissons réelles ou légendaires, sirènes-serpents, sirènes “humaines” (prostituées), sirènes désincarnées et nominales servant de prétextes à des exposés moraux ou érudits, etc. Cela dépend beaucoup du genre de l’ouvrage : nombreux sont les textes dont le discours constitue un éloge de la beauté de la création et où l’on dénombre des lieux communs sur la mer faisant intervenir des sirènes pisciformes. Il est parfois malaisé de jauger ce que les auteurs écrivent à leur sujet. Croyance ? Épochè ? Tournure rhétorique ? Affabulation destinée à ravir le lecteur ? La structuration des traités et l’emplacement des passages dédiés révèlent beaucoup sur l’appréhension de cette créature, ainsi que sur la croyance ou non en son existence.
À la fin du XVIIe siècle, tous les auteurs de mon corpus sont loin d’affirmer que les sirènes n’existent pas. Il serait parfaitement anachronique de postuler que la période voit l’affirmation définitive d’un regard scientifique sur les créatures marines monstrueuses même si on trouve effectivement une approche critique sur le mythe de la sirène sous la plume de certains auteurs. C’est le cas, par exemple, dans le Cabinet de la bibliothèque de Sainte-Geneviève. Le bibliothécaire Claude Du Molinet, reconnaît que la “main de sirène” qui y est conservée n’est sans doute qu’une vulgaire nageoire de poisson, ce que viendrait confirmer l’absence de la tête qui, si elle avait été anthropomorphe, eût sans doute été conservée ! Il existe ainsi, tout au long de ma période d’étude, des réflexions qui visent à la rationalisation, mais ces perspectives ne sont pas généralisées : elles ont surtout à voir avec la sensibilité des auteurs, leur intérêt propre pour ce monstre – dont certains conservent de soi-disant fragments dans leurs cabinets de curiosité – et le but qu’ils proposent à leurs ouvrages.

Planche introduisant le livre des « poissons et serpents les plus curieux » dans Le cabinet de la bibliothèque de Sainte Geneviève de Claude Du Molinet (Paris, Antoine Dezallier, 1692, planche n° 42 en regard de la p. 200. Bibliothèque Sainte Geneviève, COLL GUEN 172 RES, photographie personnelle). Cet exemplaire a appartenu à l’archéologue Louis-Jean Guénebault (1789-1878). L’annotation manuscrite indique “main de Sirenne” conformément au titre du chapitre correspondant

Comment la sirène est-elle décrite dans les textes de ton corpus ? Est-il possible de d’isoler une définition dominante de la sirène au cours de la période ?

Le corollaire de la prudence que j’ai choisi d’adopter quant à la désignation de certaines créatures comme “sirènes” est qu’il est parfois difficile de s’affranchir d’une définition un peu tautologique de celles-ci : j’ai retenu dans mon approche toute créature désignée comme “sirène” dans les éditions de mon corpus. Néanmoins, la sirène se distingue bien par des critères morphologiques, mais ceux-ci peuvent varier d’un texte à l’autre, l’alternative la plus courante étant celle de la sirène à ailes d’oiseau (forme antique) et de la sirène pisciforme (qui émerge au Moyen Âge et triomphe à partir du XIIe siècle). Je me suis demandé si l’on assistait à la Renaissance, en raison de la relecture humaniste des sources antiques, à un retour triomphal de la sirène-oiseau. Cette dernière connaît effectivement des résurgences dans les discours de “zoologie philologique” accordant une place importante à la compilation et aux réflexions étymologiques, ainsi que dans les ouvrages consacrés à la mythologie. En revanche, les textes qui appartiennent au champ de l’histoire naturelle et qui évoquent la sirène du point de vue du “réel” retiennent plutôt la forme de la sirène-poisson. Le fait est qu’on trouve davantage dans mon corpus de sirènes à queue de poisson que de sirènes volatiles. Une mauvaise lecture des sources antiques – de l’Histoire naturelle de Pline en premier lieu – explique en partie le portait troublé qui est donné de ces monstres : chez Pline, les sirènes sont traitées au livre X sur les oiseaux, tandis que les femmes-poissons, les « néréides », sont évoquées avec les tritons au livre IX. Or des lecteurs postérieurs ont pu confondre ces deux passages, ce dont témoignent les gravures et le paratexte de certaines éditions modernes4. En outre, des topiques culturels sur les hybrides aquatiques assurent la suprématie de la sirène poisson. Ainsi les récits d’expéditions exotiques renforcent-ils l’image pisciforme de la sirène : davantage que la « femme-poisson », c’est alors un « poisson-femme » qui émerge des textes, moins désirable, plus animal. Cette forme moins attrayante dessine les contours d’une “espèce” de la sirène et peut corroborer l’idée que des sirènes mâles existent également.
Au-delà des critères morphologiques, on trouve aussi d’autres caractères récurrents : la nocivité de la créature, l’émerveillement qui s’y attache, le contexte marin, ainsi que la fréquence d’une lecture morale.

Hiéroglyphe illustrant “la perdition et ruine des choses” dans les Commentaires hiéroglyphiques, ou Images des choses…, de G. P. Pierio Valeriano (trad. Gabriel Chappuys, Lyon, Barthélemy Honorat, 1576, p. 384, BnF, Z-479 via Gallica). La prégnance du stéréotype de la sirène-poisson explique que la sirène-poule décrite par l’auteur se voit dotée dans cette xylographie de deux queues de poissons qui ne sont pourtant pas mentionnées dans le texte.

La sirène occupe-t-elle une place particulière dans le discours sur la nature à l’époque moderne ?

La question de la définition de la sirène pose aussi celle du rapport entretenu avec les autres créatures. Les discours zoologiques et tératologiques ne s’excluent pas : la sirène peut se trouver à la fois du côté des monstres et du côté des animaux. La question de sa classification dans le discours sur la création est donc épineuse. La sirène est un monstre atypique qui tient également de l’humain, ce qui implique un certain nombre de problématiques théologiques. Puisque les hommes terrestres croient trouver dans l’eau des créatures qui leur ressemblent, la sirène jouit d’une place privilégiée dans les représentations d’une nature traversée par des correspondances et des parallélismes. La thématique du reflet, du miroir, est centrale. Il est alors intéressant de voir comment elle est traduite dans des ouvrages qui sont eux-mêmes censés décalquer le réel.

Frontispice du Tractatus de piscibus de l’édition princeps latine de l’Hortus sanitatis. (Hortus sanitatis…, Mayence, Jakob Meydenbach, 1491, f. 334 v. University of Cambridge, Inc.3.A.1.8[37]) Le frontispice de ce traité sur les poissons souligne les correspondances cosmiques en plaçant selon une composition circulaire deux savants en regard d’un moine de mer et d’une sirène. On remarque une incohérence au sein de l’édition quant à la représentation de la queue de la femme-poisson (unique ou bifide), renforcée par une mise en couleur divergente.

Bois introduisant le chapitre sur la sirène. (Hortus sanitatis…, Mayence, Jakob Meydenbach, 1491, chap. 83, f. 358r. University of Cambridge, Inc.3.A.1.8[37]).
Quel a été l’apport de l’iconographie à ton sujet ?

Même si mon corpus comporte de nombreuses éditions sans gravure, j’ai privilégié les ouvrages illustrés, même lorsqu’ils étaient en langue étrangère, afin de mener une étude sur le rapport du texte à l’image. Cette approche avait déjà été conduite pour le corpus médiéval, mais assez peu pour l’époque moderne. Cette démarche révèle des incohérences ainsi que des stratégies propres à l’économie de l’image au cours de la période : un bois représentant à l’origine une sirène est par exemple réemployé pour illustrer le chapitre de l’Histoire naturelle de Pline sur les néréides. Tout comme l’identité de la sirène dans les textes, les dénominations attachées à une même image peuvent varier ; on constate une véritable plasticité de l’image au sein même des éditions.
Il faut également compter avec une forme de concurrence quant au portrait “type” du monstre marin qui est offert aux lecteurs de la première modernité. Les célèbres “moine” et “évêque de mer” popularisés par les traités de Pierre Belon et Guillaume Rondelet5 – et dont les apparitions sont datées – bénéficient d’un effet de réel puissant auquel est assorti un effet de mode favorisant la copie et le remploi des modèles iconographiques. Contrairement à ces monstres terriblement actuels et bien connu des lecteurs, la sirène – en dépit de certaines “apparitions” recensées – pâtit d’une nomenclature fluctuante ainsi que d’une indétermination quant à sa morphologie et à son existence. Par conséquent, elle est parfois évincée de certains textes consacrés aux monstres marins.

Quelles sont les difficultés que tu as pu rencontrer au cours de tes recherches ?

L’une de mes principales difficultés a été l’importance de mon corpus et la profusion des données disponibles. Si certains jeunes chercheurs sont confrontés à un manque de source, mon enjeu a plutôt été de restreindre mon corpus, trop abondant – notamment les sources que mes requêtes sur Google Livres avaient pu faire remonter. Mon approche de la sirène touchait en outre à de nombreux domaines comme la zoologie, l’anatomie, l’évolution des techniques scientifiques, la géographie, l’emblématique, la littérature, ce qui impliquait de consulter une bibliographie secondaire étendue. D’un point de vue plus pratique, la non-maîtrise de certaines langues peut alors constituer un véritable obstacle. Je ne parle pas allemand, ce qui est un frein pour l’accès à certains travaux antérieurs ainsi qu’à quelques sources primaires (le Buch der Natur en premier lieu) que j’ai toutefois pu étudier grâce à l’aide que des chercheurs et amis m’ont apportée.

Pourquoi avoir choisi de travailler sur la sirène ?

Ce choix de sujet puise en partie ses sources dans une anecdote familiale : enfant, le tout premier de mes dessins aurait représenté une sirène à queue de poisson ! J’ai par ailleurs toujours été attirée par le folklore marin. Par la suite, j’ai pris conscience que si la sirène médiévale avait déjà ses historiens, la période moderne – surtout étudiée sous le prisme des imprimés – était beaucoup moins abordée et méritait de l’être puisque c’est dans le livre que se fixent sens et connaissances.

  1. Konrad von Megenberg, [Das Buch der Natur] Hye nach volget das Puch der Natur…, Augsbourg, Johann Baemler, 1475. []
  2. Claude Nicaise, Les Sirènes, ou Discours sur leur forme et figure. A monseigneur le chancelier, Paris, Jean Anisson, 1691. []
  3. Claude Du Molinet, Le cabinet de la bibliothèque de Sainte Geneviève…, Paris, Antoine Dezallier, 1692. []
  4. Lou Delaveau est intervenue sur ce sujet lors de la journée d’étude jeunes chercheurs ENC-EPHE (20 et 21 mai 2019) : « Sacrés Anciens ! Sources, relectures et réinterprétations à l’époque moderne : l’exemple de la sirène dans l’Histoire naturelle de Pline » (actes à paraître) []
  5. Pierre Belon, De aquatilibus, libri duo…, Paris, Charles Estienne, 1553 (trad. fr. 1555) ; Guillaume Rondelet, Libri de piscibus marinis, in quibus verae piscium effigies expressae sunt…, Lyon, Macé Bonhomme, 1554-1555 (trad. fr. 1558). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.