Compte rendu de l’arkhéoconf “Voyage en Perse : l’architecture achéménide” par Ehsan Behbahani-Nia

Ehsan Behbahani-Nia, étudiant de l’EPHE, est venu parler de l’architecture de la Perse achéménide pour la 8e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL), à partir de ses recherches pour son mémoire de M2 à l’EPHE.


Résumé

L’empire perse achéménide constitue un tournant dans l’histoire de l’humanité. Les palais des Grands Rois achéménides en sont l’expression la plus connue, mais ils ont été finalement peu étudiés, dans le cadre d’une approche comparée avec l’architecture gréco-romaine et les autres architectures de l’époque, ainsi qu’en adoptant une démarche d’archéologie du bâti. Nous avons tous entendu le nom Persépolis, et pas uniquement pour le dessin animé: l’architecture de l’ensemble palatial, la grandeur et l’esthétique du site ont attiré l’attention des voyageurs depuis le XVIIe siècle. Quelle est l’origine de cette architecture impressionnante, dont tous les vestiges sont concentrés dans la région de Fars en Iran ? Comment des peuples perses semi-nomades, qui n’étaient pas familiers avec l’architecture en pierre, ont pu faire sortir de terre ces immenses palais au Ier millénaire av. J.-C ? Comment ont-ils construit ces bâtiments dont les vestiges impressionnent encore, 2500 plus tard, et ce malgré plusieurs destructions ? À quoi ressemblaient les chantiers de construction ? La conférence du 24 mai est essentiellement consacrée à la naissance de l’architecture achéménide, pour répondre à ces interrogations.

Abstract

The Achaemenid Persian Empire is a turning point in the history of mankind. The palaces of the Achaemenid Great Kings are the most famous expression, but they were finally little studied, as part of a comparative approach with the Greco-Roman architecture and other architectures of the time, as well as by adopting an architectural archeology approach. We have all heard the name Persepolis, and not just for the cartoon: the architecture of the palatial ensemble, the grandeur and the aesthetics of the site have attracted the attention of travelers since the seventeenth century. What is the origin of this impressive architecture, all vestiges of which are concentrated in the region of Fars in Iran? How semi-nomadic Persian peoples, who were not familiar with the stone architecture, were able to bring out these immense palaces in the first millennium BC? How did they build these buildings whose remains still impress, 2500 later, despite several destructions? What did the construction sites look like? The conference of May 24 is essentially devoted to the birth of the Achaemenid architecture, to answer these questions.

 

Introduction : L’empire achéménide, le premier empire universel  

S’étendant de l’Égypte à l’Anatolie, de l’Asie occidentale au nord de l’Inde, l’Empire perse achéménide est le premier empire universel, par sa dimension multiculturelle et multilinguistique. Il s’étend sur plusieurs millions de kilomètres carrés, et agrège au moins vingt-huit civilisations, d’après les inscriptions.

Cyrus II, le roi d’Anshan, mieux connu sous le nom de Cyrus le Grand, fonda l’Empire perse en 550 av. JC. Il avait auparavant reconquis tous les territoires de l’ancien empire Mède, ainsi que la Lydie et le royaume néo-babylonien. À côté d’autres cités anciennes, comme Suse, Ecbatane et Babylone, qui gardent une certaine importance, Cyrus établit également une nouvelle capitale, Pasargades. Plusieurs capitales coexistaient au sein de l’Empire perse, utilisées alternativement au gré des voyages de la cour, en suivant les saisons : Pierre Briant parle ainsi d’un « roi nomade ».

L’organisation territoriale de l’Empire perse reposait sur le système des satrapies, des circonscriptions régionales dirigées par un satrape, un officier royal. Darius Ier, après être monté sur le trône, a amplifié le système de gouvernement établi par Cyrus.

La Perse n’était cependant à l’origine qu’une petite région située au sud du plateau iranien. La première mention du nom “Iran” (Eran : la terre des Aryens) provient d’une inscription datant de 262 ap. JC, sous le règne de Chapour Ier Sassanide, environ 800 ans après la fondation du premier empire perse. Darius Ier, le troisième roi achéménide, utilisa néanmoins le terme “Aryan” bien avant cette inscription du IIIe siècle ap. JC. Ce nom d’Iran a enfin été remis à l’honneur bien après, en 1935, lorsque Rezâ Shâh, avant-dernier roi d’Iran, a notifié aux gouvernements étrangers que son pays ne devait plus être appelé « Perse », mais désormais « Iran ».

Fig. 1 – Escalier Est de l’Apadana, qui représente les délégations des peuples de l’empire achéménide pour le grand roi (Photo Ehsan Behbahani Nia).

Les sources pour étudier l’histoire des achéménides restent assez limitées. Concernant les sources historiques sur l’Empire, on ne dispose que des textes des auteurs occidentaux (Hérodote, Xénophon, etc.). Néanmoins des inscriptions provenant de sites archéologiques, particulièrement celle de Behistun, ainsi que des archives sous forme de tablettes, permettent de compléter ces connaissances. Les sources archéologiques et iconographiques incarnent donc une nouvelle piste pour mieux connaître une histoire qui reste lacunaire.

 

I. Présentation des sites les plus importants  

Parmi les plus importants sites archéologiques d’Iran, on peut citer :

Trois sites majeurs, dans la province centrale de Fars :

  • Pasargades, nouvelle capitale fondée par Cyrus le Grand
  • Persépolis, une capitale cérémoniale fondée par Darius Ier
  • Naqsh-e-Rostam, nécropole des rois achéménides

Suse, un autre site majeur, dans la province d’Élam, fondée également par Darius 1er

D’autres sites mineurs achéménides qu’on peut citer :

  • Ecbatane, ancienne capitale de la Médie
  • Borazjan, sur 3 sites
  • Rivi (Khorsan shomali)
  • Gosale Afraz (Bam)
  • Tol-Ajori
  • Jin Jan (Mamasani)
  • Dahane Gholaman

Plus récemment, de nombreux bâtiments ont été construits depuis le XXe siècle dans un style néo-achéménide (persépolitain), comme la Banque Melli à Téhéran.

 

II. L’architecture achéménide : le reflet de l’histoire de l’empire

L’archéologie iranienne est aujourd’hui bien développée, mais, après la révolution islamique, les fouilles des sites ne sont que rarement accompagnées par des études architecturales synthétiques et thématiques d’envergure. Il n’existe ainsi pas d’ouvrage abordant spécifiquement l’architecture achéménide, contrairement à ceux de Pierre Gros sur l’architecture romaine, ou à ceux de Marie-Christine Hellman sur l’architecture grecque.

Bien que l’Empire perse s’étendît sur un vaste territoire, l’architecture proprement achéménide s’est concentrée, en Iran, dans la région de Fars. Dans les autres régions au contraire, le style architectural et les méthodes de construction demeurèrent dans la lignée des traditions locales, puisque l’un des fondements de l’empire était le respect des différentes cultures.

Fig. 2 – Chapiteau d’une colonne de la salle d’audiences (Apadana) du Palais de Darius Ier à Suse, conservé au Louvre (Photo Ehsan Behbahani Nia).

Sur les différents monuments achéménides, situés dans la région de Fars, un mélange de différents styles et techniques de construction représente un seul et même style éclectique inédit. Ces styles et techniques trouvent tous leur origine dans les différentes civilisations sous contrôle de l’empire Perse. Leur import dans l’architecture achéménide n’est pas un simple décalque, mais une véritable combinaison originale, qui peut s’observer tout simplement sur un élément isolé, comme les colonnes de Suse et Persépolis, au cœur de l’empire. Il faut observer les différents éléments dans le détail pour bien comprendre l’origine de chacun d’entre eux. Le style éclectique de l’architecture achéménide est également une manifestation évidente du pouvoir de l’empire et de son idéologie.

 

III. La naissance de l’architecture achéménide  

Fig. 3 – Évolution du plan architectural de salle à colonne dans l’architecture achéménide ; Gauche : Godin Tepe (pré-achéménide), Centre : Pasargades (Palais P, époque Cyrus), Droite : Persépolis (Apadana, époque Darius et ses successeurs).

Les Perses reprennent donc le plan du grand bâtiment à colonnes, pour en faire un élément central de leur architecture monumentale. Ce modèle est inspiré par les bâtiments existant alors en Égypte, dans le monde grec, mais aussi dans l’ouest et le nord-ouest de l’Iran actuel, plus précisément entre la Médie et l’ancien royaume d’Urartu. Les Perses ont également recours à une main d’œuvre venue de tout l’Empire, notamment depuis l’Anatolie. Enfin, les bâtisseurs perses s’inspirent aussi, pour les décors, des traditions artistiques des différents territoires vaincus. Ces palais comportent donc souvent des traces de ces influences architecturales ioniennes, mésopotamiennes et égyptiennes.

Cette concentration d’influences et de ressources est connue par un document exceptionnel, la charte de fondation du palais de Darius Ier à Suse. Cette dernière indique les origines des matériaux utilisés pour la construction du palais d’Apadana, à Suse. D’après cette inscription, on comprend également que presque toutes les parties de l’Empire et tous les peuples contribuèrent au chantier, y compris les Lydiens et les Ioniens. Il est possible de dresser une image plus complète des chantiers de construction achéménides, à l’aide d’autres documents comme les tablettes élamites, ou encore les inscriptions laissées par les ouvriers grecs près de Persépolis.

Fig. 4 – Charte de fondation du palais de Darius Ier à Suse, en vieux-perse, conservée au Louvre.

Les méthodes de construction à Pasargades par exemple (où l’on voit apparaître les premiers bâtiments achéménides), sont identique à celles des Grecs, des Ioniens et des Lydiens. Ainsi, la technique de liaison des pierres sans mortier (anathyrose) est bien visible sur les vestiges de Pasargades, ainsi que les traces en creux laissées par les agrafes, en forme de queue d’aronde.

À cette évolution des techniques correspond une évolution des outils, qui a servi de base à la distinction de deux phases par l’historiographie de l’architecture achéménide. La première phase, sous Cyrus II, est dénommée « archaïque », et marquée par l’emploi de la pointe, qui laisse des traits uniques. La seconde phase, sous Darius Ier, est dénommée classique, et marquée par l’emploi du ciseau à dents, qui laisse des traits parallèles.

Fig. 5 – Trace en négatif d’un crampon en queue d’aronde à Pasargades (Photo Ehsan Behbahani Nia).

 

IV. La reconstitution des différentes phases du travail d’après le monument du Tol-e Takht et les sources écrites  

La terrasse du Tol-e Takht, située au Nord-Est du site archéologique de Pasargades, est l’un des monuments majeurs de ce site. L’architecture de la terrasse a été étudiée partiellement pendant les années 70. La poursuite de l’étude de ce monument constituera une partie du mémoire de d’Ehsan Behbahani Nia, et sera probablement le point départ d’une thèse de doctorat. La structure bâtie est composée de deux parties : un noyau en blocage grossier à l’intérieur, et à l’extérieur un parement réalisé en appareil rectangulaire isodome. Avec un style diffèrent de celui de la terrasse de Persépolis, les caractères gréco-lydiens du VIe siècle avant J.C. sont bien visibles dans les méthodes de construction et dans le style de la terrasse du Tol-e Takht.

Fig. 6 – Façade Ouest de la terrasse du Tol-e Takht (Photo Ehsan Behbahani Nia).

La plateforme du Tol-e Takht, observée et analysée par Ehsan Behbahani Nia lors d’un séjour à Pasargades en novembre 2018, est un support précieux pour reconstituer les différentes phases de travail de la pierre, effectué sur l’une des premières constructions achéménides. Son caractère inachevé permet en effet d’observer les pierres à différents degrés d’assemblage, de taille et de finition.

Selon une historiographie ancienne, Cyrus envisageait de construire un ensemble palatial ressemblant à celui de Persépolis sur cette terrasse, mais le projet aurait été arrêté avec la mort du roi perse. Darius aurait repris ensuite l’idée de Cyrus, pour construire une nouvelle terrasse à Persépolis. Ainsi, en modifiant la fonction initiale du Tol-e Takht, Darius a construit des structures militaires sur cette terrasse (Tol-e Takht), principalement en brique crue.

L’orthophotographie de la façade ouest du Tol-e Takht, effectuée par Ehsan Behbahani Nia pour disposer d’une image de l’ensemble des parements, ainsi que la différence de forme entre deux groupes de marques de maçons, ont révélé que deux équipes distinctes de tailleurs de pierres ont travaillé sur le chantier de construction. D’après cette étude, le style et la méthode de ravalement changent exactement au centre de la façade Ouest. Une étude stéréotomique du parement et de l’appareillage de la façade ouest de la terrasse a également facilité la compréhension des phases de construction. En effet, le ravalement final du parement des pierres s’est arrêté à un stade plus ou moins avancé. D’après ces analyses, les parements peuvent être classés en quatre états de ravalement : la face externe de certaines pierres est polie, d’autres ont besoin d’un dernier polissage et ravalement final, d’autres sont partiellement ravalées, d’autres pas du tout.

 

Conclusion  

Avec la fondation de l’empire Perse par Cyrus, celui-ci envisage d’intégrer la pierre en élévation (et non plus seulement en fondation) dans une architecture proprement achéménide, marquée par diverses influences, notamment l’art ionien-lydien, égyptien et mésopotamien. Darius Ier développe cette architecture, surtout présente dans la province de Fars, en mobilisant toutes les ressources de l’Empire, et en faisant évoluer les outils et les techniques, afin de mettre en œuvre ces nouvelles inspirations, et fonder ainsi une nouvelle architecture encore méconnue.

L’architecture est ainsi un élément essentiel pour étudier l’empire achéménide, car une seule pierre peut incarner l’histoire de l’empire. Ces apports nouveaux nourrissent donc l’espoir d’une relance de l’étude architecturale des édifices préislamiques en Iran.

 

Questions  

Quels sont les outils utilisés pour le levage des pierres ?

Les outils de levage ne sont malheureusement peu connus.

À quoi sont dus les trous présents dans le mur de parement du Tol-e Takht ?

Ce n’est qu’après l’abandon du monument que des trous sont apparus. En effet, ces trous profonds étaient creusés au-dessus de chaque joint, pour décrocher les crampons en fer afin de les revendre. Le métal a donc disparu presque partout.

Existe-t-il des normes et standards pour cette nouvelle architecture ?

Même si l’architecture achéménide puise ses inspirations dans les traditions de plusieurs civilisations, on peut noter l’importance de quelques références, comme le plan de la salle à colonne. Les monuments proprement achéménides qui subsistent aujourd’hui forment une petite famille. Pour étudier ces bâtiments, on est parfois obligé de se référer à des monuments plus anciens ou plus récents, ainsi qu’à des monuments d’autres région. Il est évident que le manque de sources écrites masque sans doute d’autres références architecturales importantes.

Retrouve-t-on en Asie mineure des marques de tailleurs de pierre similaires à celles du Tol-e Takht ? Et si oui, leur signification y est-elle mieux connue ?

Des marques similaires existent sur les tombeaux lydiens à Sardes, à Éphèse, ainsi qu’à Persépolis, ce qui montre la diffusion des ouvriers et de leurs techniques. En revanche, même si la signification de ces marques est mieux connue en Asie mineure qu’en Iran, la grande diversité de ces significations empêche les déductions par comparaison.

Les palais sont-ils isolés de la ville ?

Le mieux est de se reporter aux articles de nos collègues français, Rémy Boucharlat et Sébastien Gondet, qui ont effectué des prospections géophysiques autour des sites achéménides importants, afin de retrouver les traces des habitations. Le problème est que l’architecture non palatiale est souvent en brique crue et en bois, des matériaux qui se conservent mal et laissent peu de traces.

 

Bibliographie sélective

BOUCHARLAT R. et BRIANT P. (éds.), L’archéologie de l’empire achéménide: nouvelles recherches ; actes du colloque organisé au Collège de France par le « Réseau International d’Études et de Recherches Achéménides » (GDR 2538 CNRS), 21 – 22 novembre 2003, Paris, de Boccard, 2005 (Persika 6).

BRIANT P., Histoire de l’Empire perse : de Cyrus à Alexandre, Paris, Fayard, 1996.

BOARDMAN J., Persia and the West. An Archaeological Investigation of the Genesis of Achaemenid Art, London, 2000.

MOUSAVI A., Persepolis: Discovery and Afterlife of a World Wonder, Berlin, 2012.

NYLANDER C., Ionians in Pasargadae: Studies in Old Persian Architecture, Stockholm, University of Uppsala, 1970.

ROAF M., « Sculptures and Sculptors at Persepolis », Iran 21, 1983.

ROOT M. C., The king and kingship in Achaemenid art: essays on the creation of an iconography of empire, Leiden, 1979 (Acta Iranica).

SCHMIDT E. F., Persepolis I: Structures, Reliefs, Inscriptions, Chicago, The University of Chicago Press, 1953.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.