« Le secret de l’État. Surveiller, protéger, informer » aux Archives Nationales

Les Archives Nationales, en organisant l’exposition « Le secret de l’État. Surveiller, protéger, informer », présentent pour la première fois un aspect méconnu et souvent fantasmé du pouvoir, grâce à des documents rarement accessibles au public.

Illustration de l'affiche de l'exposition, superposition de portraits de Krzysztof Pruszkowski, Le Président de la République, Fotosynteza (2015)
Illustration de l’affiche de l’exposition, superposition de portraits de Krzysztof Pruszkowski, Le Président de la République, Fotosynteza (2015)

Balayant un spectre chronologique large (du XVIIe siècle au XXe siècle), l’exposition permet de saisir la continuité sur la longue durée, malgré la succession de régimes fort différents, des principes et des normes qui conduisent l’État à créer des secrets. Elle insiste en particulier sur le Consulat et l’Empire, moments fondateurs, surtout en matière de renseignement intérieur. On est frappé par la diversité et la quantité de la production documentaire liée au secret d’État alors que l’on imagine souvent un monde mystérieux, dans lequel l’écrit est évité puisque l’on cherche à ne pas laisser de traces. Cela fait sentir qu’avant d’être une notion abstraite, le « Secret de l’État » est peut-être avant tout une réalité administrative, que le document écrit rend palpable : celui-ci, dans la mesure où il est une preuve crée le secret de façon durable en même temps qu’il le menace s’il devient public.

Il apparaît assez clairement que l’un des buts de l’exposition est de rendre concrète la notion de secret, notamment en montrant ceux qui participent à sa création, tant les grands personnages comme le chevalier d’Éon, Fouché ou Foccart, que des agents anonymes, dont on peut voir le dossier de carrière ou que l’on évoque dans un rapport. À ce titre, il paraît assez judicieux de commencer par l’évocation de l’imaginaire lié au secret, que l’on se serait attendu, de prime abord, à trouver en fin d’exposition : le décalage entre les extraits des Barbouzes diffusés et les documents rend criant le poids de la bureaucratie dans la fabrication du secret, qui semble dès lors extrêmement codifié et par conséquent intelligible.

En dévoilant en partie les archives du secret, l’exposition rappelle la vocation essentielle des services d’archives de donner aux citoyens la possibilité réelle d’exercer un contrôle sur l’action de l’État, qui passe d’abord par la connaissance de celle-ci, et peut s’opérer même dans des domaines particulièrement sensibles, comme ceux dont il est question ici. On a toutefois le sentiment que, malgré la présentation de nombreuses archives inédites, issues de fonds multiples, pour la divulgation desquelles une déclassification a  parfois été nécessaire, certains documents concernant surtout des affaires récentes sont restés secrets, en raison des délais légaux de communication, qui d’ailleurs auraient peut-être mérité d’être plus amplement évoqués, pour mieux faire comprendre la difficulté de mener cette exposition ambitieuse jusqu’au XXe siècle. La dernière partie fait apparaître en creux cette impossibilité légale de révéler publiquement des secrets qui touchent parfois des personnes encore vivantes : elle traite des contestations médiatiques du secret, à la fin du siècle dernier, faisant la part belle à des numéros du Canard Enchaîné. L’exposition se clôture ainsi comme elle a commencé,  par un discours sur le secret, extérieur à la fabrique du secret, et l’on sort de l’hôtel de Soubise avec l’impression curieuse d’avoir eu un aperçu à la fois complet et tronqué du « secret de l’État ». Si l’on a pu percevoir avec netteté le fonctionnement des institutions qui le produisent et approcher les individus qui gravitent autour de lui, le « secret de l’État » reste un mystère.


Du 4 novembre 2015 au 28 février 2016, aux Archives nationales, en l’Hôtel de Soubise. 

À consulter : le dossier de presse de l’exposition et l’exposition virtuelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.