Compte rendu de l’arkhéoconf “Les commanderies des Templiers et Hospitaliers en Franche-Comté” par Jean Bernard

Jean Bernard, élève archiviste paléographe de quatrième année, est venu parler du patrimoine des ordres militaires pour la 7e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL), à partir des résultats de sa thèse d’École des chartes, sous la direction de Philippe Plagnieux et François Blary. Loin des fantasmes sur les Templiers guerriers et leurs frères Hospitaliers, l’étude de l’architecture des commanderies met en évidence une organisation très structurée, des croisades à la Révolution française. La mise en relation du patrimoine bâti et du patrimoine écrit (archives médiévales et modernes) révèle une seigneurie moins militaire qu’économique, religieuse et judiciaire. L’enjeu de la gestion rigoureuse de l’architecture, tant pragmatique que symbolique, est le maintien d’une seigneurie féodale et souveraine, bien que contestée, sur la longue durée, jusqu’à la Révolution. L’utilisation de différents ornements, formes et techniques, répond à cet objectif.


Carte des sièges successifs des Templiers et des Hospitaliers.

Introduction :
Les ordres militaires, de l’exception à la légende

Les Templiers sont aujourd’hui connus à travers une production pléthorique d’essais et de fictions, plus ou moins délirants, tant cet ordre religieux de « moines soldats » nourrit les fantasmes. Dès leur création en 1120-1129, le moine cistercien Bernard de Clairvaux en fait des « super-chevaliers » pour promouvoir leur statut inédit de moine-soldat, et leur donne ainsi une aura exceptionnelle. Mais les légendes trouvent surtout leurs sources dans leur procès retentissant et très politique, à l’instigation du roi de France Philippe le Bel. Ce procès déboucha sur la suppression de l’ordre du Temple en 1312, et l’exécution du grand maître Jacques de Molay en 1314. Dès l’instruction du procès, de nombreuses rumeurs circulèrent pour les défendre ou condamner, en les accusant de blasphème, sodomie, etc., et surtout leur prêter un grand pouvoir et d’immenses trésors. Ils furent ensuite érigés en héros face à l’injustice du roi, en figures fondatrices de mouvements ésotériques, ou en démons machiavéliques. Il n’en fallait pas davantage pour en faire des personnages épiques, et leurs attribuer complots et conspirations millénaires, d’Ivanhoé à Da Vinci Code en passant par Assassin’s Creed.

L’ordre des Hospitaliers est l’autre ordre militaire très présent en France, mais ceux-ci sont beaucoup moins célèbres, donc moins manipulés par l’historiographie et la fiction. Cet ordre est pourtant, lui aussi, fondé dans le contexte des croisades, vers 1100, et il inspire les Templiers comme modèle d’indépendance par rapport aux autorités religieuses, avant que les Hospitaliers ne s’inspirent à leur tour des Templiers en se militarisant a posteriori. Les Hospitaliers ont donc inspiré les Templiers, ils ont combattu à leurs côtés en Orient, mais ils leur ont aussi survécu, et s’en sont même faits les héritiers. Lors de la suppression de l’ordre du Temple en 1312, le pape obtient que les biens Templiers soient dévolus aux Hospitaliers, pour poursuivre la lutte en Orient. Contrairement aux Templiers qui n’existèrent que deux siècles (1120-1312), les Hospitaliers marquèrent l’Europe par leurs nombreuses possessions durant sept siècles (1100-1798), bien après les croisades, avec des replis successifs de leur siège (vers Chypre en 1291, Rhodes en 1310, Malte en 1522), jusqu’à la conquête de Malte par Napoléon en 1798.

Carte de la position de la Franche-Comté parmi les différentes circonscriptions des Templiers et des Hospitaliers.

I. Un réseau vaste et durable de commanderies

Les possessions des Templiers et des Hospitaliers s’étendent sur toute l’Europe, et s’intègrent dans une structure très hiérarchisée, établie progressivement. Outre l’ordre dirigé par le grand maître, il existe deux échelons intermédiaires : province et baillie pour les Templiers, langue et grand prieuré pour les Hospitaliers. Ces circonscriptions sont indépendantes de toute autre division religieuse et politique, et suivent notamment des frontières linguistiques supposées (province ou langue de France, etc.).

En dessous de ces deux échelons, les commanderies constituent le véritable niveau d’administration, avec le « chef » de la commanderie, soit le siège, et les « membres », soit les dépendances. Elles ont à leur tête un commandeur, qui exerce les nombreuses prérogatives et défend les non moins nombreux privilèges des ordres militaires, accordés par le pape ou les princes. Ce « seigneur commandeur » est responsable d’une seigneurie complète : foncière, banale, judiciaire et spirituelle, ce qui suscite de nombreux conflits avec différents acteurs : les évêques sur le plan spirituel, le roi et ses agents ainsi que les communautés d’habitants sur les plans économique, politique et judiciaire.

Carte des commanderies de Franche-Comté et de leurs dépendances en 1373 et 1789.

II. La Franche-Comté, un ensemble singulier et marginal

La Franche-Comté est un territoire cohérent, car il correspond au Moyen Âge et à l’époque moderne au diocèse de Besançon et au comté de Bourgogne. Il ne constitue cependant pas un échelon administratif en tant que tel pour les ordres militaires, mais il est intégré dans les circonscriptions citées : province de France et baillie de Bourgogne pour les Templiers, langue d’Auvergne et grand prieuré d’Auvergne pour les Hospitaliers (langue et grand prieuré sont confondus, et s’étendent du Limousin à la Suisse). Il faut surtout considérer les circonscriptions des Hospitaliers, qui ont existé bien plus longtemps (du XIIIe siècle à 1798) que celles des Templiers (du XIIe siècle à 1312).

Les Templiers et les Hospitaliers se sont installés depuis la Bourgogne dans les vallées et axes de circulation de la Franche-Comté, qui ne dispose néanmoins que de 10 commanderies au Moyen Âge, fusionnées en 5 commanderies à l’époque moderne. De ces commanderies dépendent cependant de nombreux membres : une petite centaine avant les saisies révolutionnaires. Les fusions de commanderies dépendent de logiques personnelles, car c’est d’abord par la réunion sous un même commandeur qu’elles sont rapprochées, sans logique géographique ni volonté d’équilibre. Il y a cependant bien des pôles de possessions autour d’établissements importants, les « maisons », qui disposent ou non du titre de commanderie selon les périodes. Ces maisons sont les centres économiques et politiques de seigneurie importantes, mais fragilisées par les conflits que connaît la région, et par leur désertification rapide, faute de recrues pour les ordres militaires, surtout avec la fin des croisades.

Plan de l’ex-commanderie templière de Sales en 1714 (70), AD 69, 48H3098, fol. 2r.

III. L’architecture et leurs visites : la mise en œuvre et le contrôle d’une stratégie

La répartition des commanderies dans toute l’Europe entraîne une grande diversité de leurs situations, une variété visible aussi en Franche-Comté. On connaît mal les commanderies urbaines, comme à Salins-les-Bains (Jura) car elles ont été peu conservées, tandis que de nombreuses commanderies rurales disposent de vestiges importants. Ces commanderies peuvent ressembler à de grandes fermes monumentales, comme à Sales ou La Villedieu-en-Fontenette (Haute-Saône), ou à de petits châteaux avec tours, comme à Montseugny (Haute-Saône), mais il ne reste parfois que le logis principal, comme à Falletans près de Dole (Jura).

Au-delà de ces variations, les commanderies ont des caractères communs : la présence de bâtiments d’habitation et d’exploitation, mais aussi la notion d’enclos, qui se matérialise souvent par un petit mur faisant le tour de la commanderie, auquel peuvent s’adosser les différents bâtiments, comme à Coulommiers (Seine-et-Marne).

Outre les caractéristiques fonctionnelles, les formes et la gestion de cette architecture présentent une dimension symbolique forte. L’entretien fait l’objet d’un suivi strict et précis, avec de nombreux procès-verbaux de visite, tandis que des bâtiments spécifiques incarnent certains aspects de la seigneurie : les colombiers et girouettes sont des privilèges nobiliaires, les gibets incarnent le pouvoir judiciaire. Ces signes s’additionnent ou se combinent avec des ornements, souvent les armes du commandeur (abusivement appelé “blason”), mais aussi des motifs appartenant au vocabulaire architectural militaire : tours, voire meurtrières et pont-levis comme à La Romagne (Côte-d’Or).

Angle nord-est de la commanderie hospitalière de Montseugny (70), église et logis.

Conclusion : un patrimoine à étudier, reconnaître, protéger

Le patrimoine des ordres militaires est un reflet de leur histoire longue et riche, ainsi que de leur insertion locale comme de leur dimension intercontinentale. Sa valeur de témoignage historique et architectural n’est que partiellement reconnue par l’historiographie, les propriétaires, les habitants, et les services du patrimoine. Seuls les bâtiments des commanderies de Salins-les-Bains (Jura), Varessia (Jura) et Sainte-Cécile-de-Valay (Haute-Saône) sont inscrits au titre des monuments historiques, et même ces protections n’empêchent pas toujours les modifications pour des raisons utilitaires (Sainte-Cécile-de-Valay a été en grande partie rasée dans le milieu des années 2000, dix ans après sa protection en 1994). Ces manipulations utilitaires correspondent à une certaine tradition d’usage agricole et fonctionnel de ces bâtiments qui connurent de nombreuses modifications, mais elles sont aujourd’hui contraires à l’intérêt général et patrimonial.

Façade est des ruines de l’ex-commanderie hospitalière de Sainte-Cécile de Valay (70), inscrite au titre des monuments historiques en 1994, mais rasée au milieu des années 2000.

Questions

Guillaume Cot (Paris VIII) demande si, dans le contexte de la féodalité, les commanderies templières et hospitalières essuyaient des attaques de seigneurs voisins.

Jean répond que l’enquête pontificale de 1373 montre déjà que les commanderies de Franche-Comté subirent de nombreuses destructions, mais elles sont causées par des conflits de grande ampleur, ce que confirment les procès-verbaux de différentes époques (guerre de Cent Ans au Moyen Âge, guerre de Trente Ans à l’époque moderne…). Les attaques sporadiques de seigneurs voisins sont moins importantes, même si on relève quelques exemples. Le soutien de nombreux princes et seigneurs, dont le comte de Bourgogne, ainsi que le statut de seigneurie ecclésiastique placée sous la protection du pape, garantissent une certaine protection, renforcée parfois par le paiement de redevances à un seigneur proche qui a la « garde » de la commanderie, même s’il en profite parfois pour se servir. Les sources sont cependant très lacunaires, et on peut s’interroger par exemple sur le degré de militarisation de l’ordre : les prêtres sont beaucoup plus présents que les chevaliers en Franche-Comté comme dans le reste de la France, selon l’enquête de 1373, mais on peut noter qu’en 1365 le commandeur de Montseugny prend l’initiative d’incendier le bourg voisin de Pesmes, pour en chasser les routiers qui s’y étaient retranchés.

Léo Davy (ENC) demande si le passage de suzeraineté de la Franche-Comté du Saint-Empire au royaume de France en 1678 a eu des conséquences pour les établissements hospitaliers qui y étaient implantés.

Jean répond que la Franche-Comté est une zone frontière marquée par les conflits. Cette région a été épargnée par les guerres de religion de France (deuxième moitié du XVIe siècle) puisqu’elle dépendait encore du Saint-Empire Romain Germanique, mais elle est touchée de plein fouet par la guerre de Trente Ans, c’est-à-dire les guerres de religion d’Allemagne. La phase du conflit en Franche-Comté est appelée guerre de Dix Ans (1634-1644), France et Espagne s’affrontent alors, et la population est décimée, selon ce que rapportent les comptes rendus de visites, car il n’est pas rare que les visiteurs arrivent dans un village désert, sans témoins à interroger. Les ordres militaires ont pourtant une position neutre, puisqu’ils tournent tous leurs efforts contre l’infidèle, sans les détourner contre les chrétiens. Cela ne décourage cependant pas leurs membres de s’engager selon leur origine nationale, ni les pays d’exercer des pressions sur les ordres comme sur les membres nés sur leur territoire. Un document est particulièrement révélateur de cette situation : un certificat est délivré en 1645 au commandeur de Montseugny, d’origine française, pour attester qu’il n’a pas pris part au conflit, ni du côté de l’Espagne ni du côté de la France. Les ordres militaires, par leurs privilèges et leur précarité, sont dans une situation d’insularité inconfortable, qui cause toujours leur perte.

Julie Glodt (ENC) demande si l’architecture des commanderies présente des caractères régionaux propres au contexte de la Franche-Comté.

Jean répond qu’il reste trop peu de vestiges pour le dire, mais l’étude en détail de l’architecture encore peu avancée. La prégnance des critères économiques et la variété des préoccupations symboliques n’ont pas permis la constitution d’une pensée architecturale aussi précise, par exemple, que celle des cisterciens qui ont diffusé un certain type de gothique en Franche-Comté. Les procès-verbaux de visite insistent néanmoins sur certaines caractéristiques techniques présentées comme régionales : la couverture en pierre (lauze ou « lave » en Franche-Comté) ou en bois (petites planches ou « ancelles » en Franche-Comté). La présence de tourelles d’escalier, appelées « viorbe » en Franche-Comté, pourrait être une caractéristique spécifique, que l’on retrouve à Salins-les-Bains (Jura) et Montseugny (Haute-Saône).

Henri de Mégille (ENS-Paris I) pose la question des raisons du maillage très dense des commanderies templières et hospitalières dans toute l’Europe.

Jean répond que les donations sont très diverses, nombreuses et réparties aléatoirement. Ces donations sont celles de laïcs, attirés notamment par l’esprit de la croisade (principal argument des Hospitaliers avant leur militarisation sur le modèle des Templiers), et par le nouveau modèle de moine-soldat, alliant prière et combat, porté par les Templiers, et ce dans un contexte global de renouvellement spirituel qui prend davantage en compte les aspirations des laïcs. L’appui politique est néanmoins essentiel, d’où la progression d’abord dans le sud pour les Hospitaliers, et plutôt en Champagne et Bourgogne pour les Templiers, car Bernard de Clairvaux et Hugues de Payns, le premier grand maître, en sont originaires. Ce n’est donc qu’avec le soutien de l’empereur et comte de Bourgogne Frédéric Barberousse au milieu du XIIe siècle que les ordres militaires peuvent réellement s’installer en Franche-Comté, et ils connaissent des difficultés lorsque Frédéric Barberousse est affaibli par sa défaite face au pape (consacrée par la paix de Venise de 1177).

 

Bibliographie sélective

BERNARD Jean, « Pour servir et profiter au seigneur commandeur ». L’architecture des commanderies des Templiers et des Hospitaliers en Franche-Comté, thèse d’École des chartes, 2019.

BERNARD Jean, Histoire et architecture des commanderies en Franche-Comté, in Chroniques chartistes, 07/01/2019 [en ligne].

CLAVERIE Pierre-Vincent, « Essai sur l’historiographie templière et ses déclinaisons culturelles depuis le XIVe siècle », Le Moyen Age, CXVIII, 2012, pp. 661‑674.

DEMURGER (Alain), Les Hospitaliers : De Jérusalem à Rhodes. 1050 -1317, Paris, Tallandier, 2013, 457 p.

DEMURGER (Alain), Les Templiers : une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, Éditions Points, 2014.

HÉLARY (Xavier), Les Templiers – Leur faux trésor, leur vraie puissance, Paris, First, 2018, 256 p.

LOCATELLI (René), Sur les chemins de la perfection: moines et chanoines dans le diocèse de Besançon vers 1060-1220, Université de Saint-Etienne, 1992.

MOYSE (Gérard), « Les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem dans le diocèse de Besançon en 1373 », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, vol. 85, n° 2, 1973, pp. 455‑514.

Prier et combattre : dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Paris, Fayard, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.