Le premier guide pratique du travail sur archives

En octobre 2018 est paru un guide pratique et méthodologique du travail sur les archives. Bien que la littérature historienne et archivistique soit importante dans ce domaine, il s’agit du premier ouvrage du genre.


Ses auteurs, Jonathan Barbier et Antoine-Mandret-Degeilh ne sont pas archivistes mais docteurs et enseignants à Science-Po Toulouse, le premier en histoire et le second en sciences politiques. Ils indiquent avoir pris comme référence certains guides méthodologiques existant dans les autres sciences humaines : celui de Howard S. Becker en sociologie1 et celui de Stéphane Beaud et Florence Weber en ethnologie2 .

Cet ouvrage n’est en effet pas un guide archivistique mais un manuel pratique, visant un public non spécialiste. Sa finalité est donc de donner des conseils et astuces pour aider les personnes qui souhaiteraient effectuer des recherches dans les fonds d’archives sans être familières des règles et subtilités de ce monde foisonnant, regroupant plusieurs centaines de services et des centaines de milliers de mètres linéaires de documents. Des guides du lecteur existaient pour orienter les lecteurs dans le labyrinthe des fonds, comme celui des Archives nationales, paru pour la première édition en 1964, régulièrement mis à jour jusqu’en 19933. D’autres manuels de recherche en archives pour les trois périodes (médiévales, modernes et contemporaines publiées) ont été publiés sous la direction de Paul Delsalle4. Mais aucun guide transversal de toutes les archives françaises n’était jusqu’alors disponible. Le propos de Jonathan Barbier et d’Antoine-Mandret-Degeilh s’articule autour de trois usages des archives : un usage académique ou journalistique, un usage généalogique, et un usage administratif. L’ouvrage se compose en quatre parties et huit chapitres.

La première partie est une entrée en matière par une présentation générale. Le premier chapitre est lexicographique en clarifiant les termes juridiques du cadre légal français et techniques du de la terminologie archivistique qui définissent les archives. Sont ensuite envisagés, dans le deuxième chapitre, les lieux de conservation des archives, décrits selon leur diversité typologique, organisationnelle et géographique : les services publics aux différents échelons administratifs (nationales, départementales, municipales et régionales). Leur histoire, leur organisation actuelle et leur cadre de classement sont détaillées. Les services de bibliothèques (BnF, bibliothèques municipales, bibliothèques de musées et bibliothèques universitaires) et les centres privés (entreprises, syndicats, partis politiques, associations) ne sont pas oubliés et à juste titre car ils conservent également des documents d’archives.

La deuxième partie est consacrée à la préparation à la recherche : de la lecture des manuels fondamentaux à la consultation des catalogues en ligne, la recherche se prépare en amont pour identifier quel type d’archives correspond à la recherche, et ensuite quels lieux les conservent. Des conseils sont indiqués pour les trois usages – académique ou journalistique, généalogique et administratif : des ressources imprimées, comme les guides de recherches généalogiques, et numériques, comme les fiches d’aide à la recherche disponibles en ligne. Les liens vers ces outils sont indiqués en annexe et le développement détaille très bien le parcours à l’intérieur de ces sites internet. L’idée de présenter des cadres de classement thématiques, transversaux aux différents services, est ainsi particulièrement utile pour appréhender la complémentarité des sources à explorer, comme l’illustrent les archives judiciaires données en exemple.

La troisième partie traite du travail sur les archives et dans les services d’archives : la consultation des instruments de recherche – analytiques ou synthétiques – en salle de lecture ou au moyen de la salle des inventaires virtuelle, le repérage des cotes. Les conseils portent sur comment effectuer une recherche efficace : l’usage de mots-clés, le classement des cotes à consulter par ordre de priorité et d’importance, la constitution d’un échantillon dans le cas d’un corpus trop large à exploiter, la rédaction d’un journal de recherche pour indiquer les cotes déjà consultées afin de ne pas les consulter une nouvelle fois et perdre du temps, et enfin l’anticipation de la communicabilité des archives que l’on souhaite consulter. Les aspects pratiques de la consultation sont même abordés : qu’il s’agisse des avantages et inconvénients de la transcription à la main ou sur ordinateur ainsi que les avantages et inconvénients de la reproduction par photographie plutôt que par dépouillement des cartons.

Le manuel envisage également les aspects scientifiques de la consultation du document qui ne se limite pas à sa lecture : les principes et méthodes de la critique interne et externe, ainsi que les règles de base de la transcription, sont énoncés. L’une des principales difficultés rencontrées par les lecteurs néophytes des archives est la familiarisation avec les délais de communicabilité des archives contemporaines. Il peut s’agir des archives publiques encore non communicables, encore conservées par les producteurs ou des archives privées difficilement accessibles. Le manuel offre ainsi une série de conseils sur les techniques d’approche, les formulations de sa demande auprès des personnes compétentes, les stratégies de négociation auprès des administrations et des détenteurs d’archives.

La même année 2018 est paru un autre ouvrage pédagogique rendant l’accès aux archives départementales plus facile : le mode d’emploi rédigé par Yann Guillerm et Marie-Odile Mergnac, tous les deux membres d’associations de généalogistes, dans une nouvelle version actualisée par rapport à la première édition de 20175 . Ce guide s’organise en trois parties : une présentation résumée des missions des archives départementales et des fonds qu’elles conservent pour les principales séries et les plus intéressantes du point de vue des recherches généalogiques. Sont également donnés quelques conseils généraux quant à l’utilisation des sites internet et de l’organisation de son travail en salle de lecture.

La deuxième partie – la plus précieuse – est une présentation des 101 services d’archives départementales et des collectivités d’outre-mer par ordre alphabétique du code Insee. Pour chacun sont indiqués les coordonnées, les horaires d’ouverture, et les fonctionnalités et ressources du site internet, notamment les fonds d’archives numérisés. Néanmoins, les quelques particularités des certains sites internet ne sont pas évoqués comme le fait le guide de travail sur les archives – à l’exception des nombreuses ressources des archives de Haute-Vienne6 . À titre d’exemples, les archives départementales du Morbihan possèdent un convertisseur en ligne du calendrier révolutionnaire vers le calendrier grégorien7. Les archives départementales des Alpes-Maritimes offrent de nombreuses fiches d’aide à la recherche (cartes de géographie historique, convertisseur de poids et mesures, dictionnaire prosopographiques, glossaire de mots italiens)8. Dernier exemple, les archives départementales des Pyrénées-Atlantiques proposent un glossaire en ligne des institutions, des impôts, des termes religieux et des archives9. Ces outils peuvent être utiles à tous les chercheurs et pas seulement aux seuls lecteurs fréquentant le service de leur département. Toutefois, les éléments les plus importants que sont le cadre de classement, un lexique et un tableau des délais de communication des archives sont publiés en fin de volume.

Il est certain que l’ouvrage de Jonathan Barbier et d’Antoine Mandret-Degeilh est et restera une référence pour tout futur lecteur des services d’archives : la clarté du propos et la pertinence des nombreux conseils et outils mentionnés lui assurent une utilité bienvenue pour les aider dans leurs recherches. Les points importants du développement sont mis en valeur dans le texte et un point récapitulatif et synthétique clôt chaque chapitre afin de mettre en sailli les idées essentielles à retenir. En témoignent également les annexes qui fournissent des informations de première importance : les délais de communicabilité, un modèle de formulaire de demande de communication par dérogation, un mode d’emploi de lecteur de microforme, des photographies de quelques types de documents d’archives, et un extrait d’inventaire. La bibliographie et la webographie complètent ces informations. Nous ne pouvons qu’espérer que ce manuel conduise de nouveaux lecteurs à prendre le chemin des archives.

Barbier (Jonathan) et Mandret-Degeilh (Antoine), Le travail sur archives. Guide pratique, Paris : Armand Colin, 2018.

  1. Becker (Howard S.), Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, trad. de l’anglais par Jacques Mailhos ; révisée par Henri Peretz, Paris, Éditions de la Découverte, 2002. Traduction de l’ouvrage original, Sociological work : method and substance, paru en 1977. []
  2. Beaud (Stéphane) et Weber (Florence), Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris : Éditions de la Découverte, 1997. []
  3. Ermisse (Gérard) et Le Tréguilly (Philippe), Guide du lecteur, Paris, Archives nationales, 1993, sixième édition. []
  4. Delsalle (Paul) (dir.), La recherche historique en archives du Moyen-Âge, Gap, Orphys, 1995 ; La recherche historique en archives : XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, Gap, Orphys, 2007 ; La recherche historique en archives : XIXe et XXe siècle : de 1789 à nos jours, Gap, Orphys, 1996. []
  5. Guillerm (Yann) et Mergnac (Marie-Odile), Archives départementales mode d’emploi, Paris, Archives & Culture, 2018. []
  6. http://archives.haute-vienne.fr/r/14/boite-a-outils/ : s’y trouvent des définitions, cartes des juridictions et circonscriptions civiles de l’Ancien Régime []
  7. https://archives.morbihan.fr/rechercher/conseils-et-outils-de-recherche/calendrier-republicain/ []
  8. https://www.departement06.fr/outils-de-recherche-et-archives-numerisees/aide-a-la-recherche-2896.html []
  9. http://archives.le64.fr/faire-une-recherche/preparer-vos-recherches/outils-pratiques/glossaires.html []

2 réflexions sur « Le premier guide pratique du travail sur archives »

  1. Bonjour,
    j’ajoute à votre compte-rendu tout à fait précis et bienvenu cet ancêtre du livre de J. Barbier et A. Mandret
    http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1981-02-0118-011
    L’ouvrage de notre consoeur Andrée Chauleur a été écrit en 1981, avant la “révolution” numérique, mais il a déjà le même souci large et pratique que le livre dont vous rendez compte et dont j’ai invité les deux jeunes auteurs à une journée d’études dans laquelle ils ont parlé du vocabulaire des archives, à l’aide de recherches inédites sur la loi d’archives de 1979 et son élaboration (qu’est-ce donc qu’un document (d’archives) ?
    https://www.youtube.com/playlist?list=PLA4IsVlwsUwXbrfUsQE87tYG6nxjcazCI
    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.