Les papyrus mythologiques égyptiens

Entretien avec Emil Joubert, élève archiviste paléographe de quatrième année, qui va bientôt soutenir sa thèse portant sur l’édition de deux papyrus égyptiens de la XXIe dynastie, issus des manuscrits funéraires inspirés du Livre des morts de livres funéraires royaux du Bas Empire, sous la direction de Chloé Ragazzoli (Sorbonne Université) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes). Propos recueillis par Max Hello.


Comment définirais-tu un papyrus mythologique égyptiens ?

La majorité des études actuelles soutiennent que c’est une catégorie qui n’existe pas, mais globalement c’est une appellation sous laquelle on regroupe des manuscrits qui sont caractérisés par une très forte prédominance de l’image sur le texte et par leur mélange entre plusieurs composition différentes. Ils sont assez spécifiques à la XXIe dynastie, donc entre 1069 et 945 avant Jésus Christ.

Comment et pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’avais envie de changer de l’histoire de France que l’on a étudiée en classe prépa et j’aimais bien l’Antiquité. Par ailleurs la seule langue morte que je maîtrisais, à part le latin, c’était l’égyptien et comme j’étais en égyptologie à l’École du Louvre, j’ai essayé de m’en aider pour mon sujet.

Est-ce que la passion de l’Egypte t’est venue tôt ?

J’ai commencé à m’y intéresser à la fin du lycée, mais je ne suis allé visiter le pays seulement que cette année. J’aimais surtout les langues mortes et les épigraphies des arts.

As-tu une appétence particulière pour la XXIe dynastie ?

Pas spécialement. En première année de l’École du Louvre je me suis rendu compte que j’aimais bien la Troisième Période intermédiaire et, au moment de trouver un sujet, je voulais travailler plutôt sur la religion. Ma professeure — directrice de recherche de la Sorbonne — m’a alors proposé plusieurs sujets et celui-ci m’avait plu.

Tes sources se trouvent donc à la Bibliothèque nationale de France, existe-t-il d’autres sources à exploiter pour ton sujet ?

Les papyrus que je publie sont conservés à la BnF et pour l’un des deux on connaît le contenu de la tombe dans laquelle il était, mais il est réparti dans une dizaine de musées européens : une partie se trouve au Louvre, une partie à Berlin et une partie à Marseille notamment. Sinon j’ai des papyrus de comparaison qui ressemblent aux miens et qui sont répartis dans de nombreux endroits : j’en ai étudiés quelques-uns au Louvre, à Londres et au musée du Caire. En bibliothèques française, je crois qu’il n’y que la BnF et la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg qui conservent des papyrus. Mais il existe également quelques fonds universitaires, comme l’institut de papyrologie à la Sorbonne qui conserve des papyrus, plutôt d’époque grecque. Les premiers papyrus sont entrés dans les collections françaises à la fin du XVIIIe siècle, notamment par les collections du comte de Caylus qui ont été transmises à la Bibliothèque royale puis à la Bibliothèque nationale. Au début du XIXe siècle, la BnF a mené une politique d’acquisition des manuscrits orientaux et notamment de papyrus, elle a donc acheté un certain nombre de papyrus. Les collections ont été divisées par thématiques au milieu du XIXe siècle et le Louvre a récupéré la-plupart des collections égyptiennes. La Bibliothèque nationale acheta également des statues, des cercueils, et autres objets récupérés par le musée du Louvre à cause de la création du département des Antiquités Egyptiennes, le 15 décembre 1827.

Comment se passe un travail d’édition pour des documents comme ceux-ci ? Est-ce que cela se rapproche de ce qu’on peut connaître à l’École des chartes ?

Disons que ce sont des documents qui sont beaucoup plus illustrés, donc j’ai eu un travail non seulement philologique mais aussi iconographique à faire. Comme ce sont des documents sur lesquels il y a en général beaucoup d’images et très peu de texte, il faut essayer d’identifier d’où viennent ces images — si ce sont des vignettes du Livre des morts par exemple ou des choses de ce genre — et j’ai eu un gros travail d’interprétation pour essayer de comprendre comment les papyrus sont organisés. J’ai notamment un papyrus qui réunit trois compositions différentes qui se lisent toutes dans un sens différent. Il fallait donc que j’essaye de comprendre comment créer une unité à partir de ces sources.

Cote : Egyptien 170-173. Papyrus mythologique de Tanytamon 21e dynastie (1069-945 av. J-Chr.). Figures polychromes et texte en hiéroglyphes cursifs à l’encre noire. La composition est inscrite dans un cadre rectangulaire, matérialisé par un double bandeau, rouge et jaune. 20,5 x 317,5 cm. Fonds produit par : Thèbes.

Quels outils t’ont été utiles pour mener ce travail à bien ?

Pour le Livre des morts, des éditions regroupent toutes les versions connues . Il existe également des bases de données en ligne sur le Livre de morts notamment. Je pense au Totenbuch-Projekt de l’université de Bonn par exemple qui regroupe tous les objets existant sur lesquels il y a des passages du Livre des morts et qui en donne des photographies, ce qui est très pratique. Sinon on peut trouver des publications spécifiques sur des papyrus mythologiques.

Dans quelle mesure l’enseignement que tu as reçu à l’École des chartes a pu s’appliquer à l’égyptologie ?

Le travail d’édition de texte notamment. Il est question d’histoire du livre aussi, parce que j’insiste beaucoup sur les questions d’aspect matériel du papyrus, sur la façon dont ils sont fabriqués et dont ils sont recopiés à l’encre ou les rechargements en encre. On pourrait parler de voluminologie, mais c’est très embêtant parce qu’il n’y a pas vraiment de terme approprié. On ne peut pas parler de papyrologie parce que normalement cela désigne la papyrologie grecque, ni de bibliographie matérielle non plus. Mais ce sont des ouvertures méthodologiques qui m’aident à comprendre les études systématologiques que font beaucoup les Allemands sur le Livre des morts notamment et qui sont peut-être un peu plus faciles à étudier parce qu’on en fait un peu plus à l’École des chartes.

On a souvent une image un peu figée des hiéroglyphes, pourrais-tu nous éclairer sur son histoire ainsi que sur sa variété stylistique et formelle ?

L’écriture hiéroglyphique apparaît vers la fin de l’époque prédynastique (fin du IVe millénaire). Assez vite se forme une opposition entre une écriture hiéroglyphique formelle et l’écriture hiératique qui est l’écriture des documents de la pratique et qui est plus éloignée de ses référents iconographiques. L’écriture hiéroglyphiques est plutôt utilisée soit sur des monuments ou sur des documents religieux ou officiels, alors que l’écriture administrative est utilisée pour les documents de la pratique. À la XXIe dynastie, l’écriture hiératique commence à être utilisée pour le Livre des morts. Il y a donc une extension de l’écriture cursive à l’écriture religieuse. Cette extension se généralise de plus en plus puisque à l’époque grecque on n’utilise plus que le hiératique et non plus les hiéroglyphes pour écrire des textes religieux — c’est d’ailleurs pour cette raison qu’on l’appelle l’écriture hiératique par opposition au démotique qui est la nouvelle écriture cursive depuis la XXVIe dynastie, encore plus cursive et qui retranscrit un nouvel état de langue. La dernière inscription date du VIe siècle et se trouve dans le temple d’Isis à Philae, situé à l’extrême sud de l’Égypte, et qui est le dernier temple non chrétien ouvert dans l’Empire romain jusqu’à sa fermeture par Justinien.

Qu’est-ce que recouvre le terme « mythologique » ?

Le terme de « papyrus mythologique » est assez impropre. En fait, à la XXIe dynastie, de nouveaux types de papyrus apparaissent dans les Livres des morts et des sortes de manuscrits étranges mêlant diverses iconographies ont fait leur apparition. Comme on ne savait alors pas vraiment comment les cataloguer au début du XIXe siècle, on les appelés « papyrus mythologiques ». Mais ils n’ont pas un contenu spécifiquement mythologique, en général cela se rapproche plus soit du Livre des morts soit de l’Amdouat— un autre texte funéraire. Certains chercheurs pensent qu’on devrait abandonner cette appellation, mais comme tout le monde l’utilise depuis assez longtemps, cela pose problème. C’est un peu la même chose pour le Livre des morts qui est une terminologie impropre. C’est aussi lié au fait qu’il y a des scènes étranges qui apparaissent et notamment une scène qui se retrouve assez fréquemment sur ce type de papyrus à cette époque, avec un côté plus ou moins mythologique : c’est une représentation du monde, qui a été difficile à interpréter. Les chercheurs l’ont donc qualifié de mythologique et l’identifient désormais comme la scène avec Geb et Nout. Une thèse est actuellement en préparation en Allemagne et la désigne simplement comme a scène avec Geb et Nout ou encore « scène cosmique ». Sinon pour ce qui concerne la mythologie en Égypte en général, il n’y a pas vraiment de textes égyptiens qui décrivent des mythes de manière continue. Ce sont plutôt des allusions éparses dans plusieurs textes, notamment dans des textes magiques ou dans des textes religieux où est fait allusion à des actions d’un dieu. Mais il n’y a quasiment jamais de récit continu à part quelques textes de conte qui racontent, notamment, la lutte entre Horus et Seth. Ce qui est le plus connu en terme de mythologie égyptienne est le mythe osirien parce qu’il est raconté par Plutarque mais le récit a été mis à la grecque et correspond plus à une autre conception du mythe.

Geb et Nout : Cote : Egyptien 170-173. Papyrus mythologique de Tanytamon 21e dynastie (1069-945 av. J-Chr.). Figures polychromes et texte en hiéroglyphes cursifs à l’encre noire. La composition est inscrite dans un cadre rectangulaire, matérialisé par un double bandeau, rouge et jaune. 20,5 x 317,5 cm. Fonds produit par : Thèbes.

En quoi selon toi le papyrus est-il un matériau spécial à travailler et est-ce que l’Egypte a connu d’autres matériaux ?

Il y a eu des tablettes d’argile comme en Mésopotamie sauf que la-plupart du temps elles n’étaient pas forcément cuites donc on en a conservé assez peu : quelques exemples sont connus au Moyen Empire dans l’oasis de Balat. Il y a des cas d’écriture sur tissu aussi, notamment du Livre des morts écrits sur des bandelettes – quelques-uns sont conservés à la BnF. Il existe aussi de l’écriture sur pierre, mais la plupart des gens écrivaient sur des ostraca parce que le papyrus était un matériau luxueux. On écrivait plutôt sur des éclats de pierre ou des poteries, plutôt de la vaisselle courante de grande taille, donc des hauts d’amphore ou des bords d’amphore, ce qui offrait une surface plate. À l’époque arabe s’est développé le papier, mais les Arabes continuèrent à produire du papyrus pendant un certain temps, d’une qualité comparable à ce qui se faisait à l’Ancien Empire : les Arabes faisaient même des joints plus fins qu’au Nouvel Empire.

Sinon ce qui est particulier au papyrus par rapport au papier ou au parchemin c’est sa réalisation par la superposition de deux couches de fibres différentes : un côté recto et un côté verso avec, sur le verso, des fibres verticales et sur le recto, des fibres horizontales. Cela entraîne des processus de copie préférentiels, on écrivait de préférence sur le recto plutôt que sur le verso et quand il y a des feuilles montées en verso cela peut être un indice de fabrication. J’ai notamment un papyrus dont on voit qu’il a été fabriqué à partir de deux rouleaux différents parce qu’il y a, en plein milieu, une feuille montée en verso. Le titre est écrit à la verticale par rapport au reste du texte et il peut être écrit sur le verso du manuscrit qui est l’équivalent d’un recto — c’est écrit dans l’autre sens. Le pinceau accroche moins sur les fibres du papyrus quand on écrit au recto.

Cote : Egyptien 153-155 Papyrus funéraire de Khonsoumès. Textes mythologiques et funéraires. Troisième Période intermédiaire. 21e dynastie (1069-945 av. J.C). Le rouleau est constitué par l’association de feuilles de 20 cm de moyenne pour 155 et 153 et 24 cm pour 154. On constate des traces de pliure tous les 10 cm. Le rouleau a été découpé en trois fragments, collés sur papier et encadré (Cadre (Hamm) de chêne, arrière de carton, verre minéral à l’avant). Le papyrus semble avoir souffert de l’humidité et présente des plissements et des remontées de sels. Un fragment du texte du premier registre a migré sur la droite. La composition est inscrite entre deux traits noirs parallèles qui courent sur l’ensemble du rouleau, laissant une marge supérieure de 3 cm et inférieure de 2 cm. Les colonnes de texte sont composées en hiéroglyphes cursifs à l’encre noire. Il est accompagné de scènes religieuses et mythologiques également tracées à l’encre noire. Le texte est inscrit sur le recto du papyrus. Egyptien de tradition Le rouleau a été découpé en trois fragments encadrés. L’ordre des cadres est le suivant : 155 ; 154 ; 153. 172,8 cm x 24 cm. Fonds produit par : Thèbes.

Est-ce que le papyrus a survécu au déclin de l’Egypte ? Et si oui, où et pourquoi ?

Le papyrus a été utilisé par les Arabes après la conquête (639). Il était le support privilégié d’écriture pendant l’Antiquité, y compris en dehors de l’Égypte : par exemple en Grèce et à Rome, ce qui fait que pendant assez longtemps le bassin méditerranéen dépendait de l’Égypte pour son approvisionnement en papyrus. En France le papyrus a été utilisé comme support d’écriture jusqu’au VIIe siècle, notamment à la chancellerie royale : quelques exemplaires de papyrus mérovingiens sont conservés à la BnF. Mais le problème du papyrus est que sa conservation est meilleure en Égypte qu’en France. La chancellerie pontificale l’utilisa jusqu’au XIe siècle il me semble. Pour pouvoir continuer à assurer la production il y a eu des tentatives d’acclimatation du papyrus en dehors de l’Égypte : la Sicile est devenue un producteur de papyrus assez important au Moyen Âge, sachant qu’il a quasiment disparu de l’Egypte probablement à cause de la surexploitation avant d’y être ensuite réintroduit.

Où en est la recherche sur ton sujet ?

Des études ont été faites sur l’ensemble des papyrus pour dresser un répertoire de tous les papyrus selon une typologie. Cela simplifie donc beaucoup le travail parce qu’on peut trouver très facilement des outils de comparaison. Mais il n’existe pas de travaux précis sur la plupart des manuscrits et beaucoup restent encore inédits. Autrement la troisième période intermédiaire est de plus en plus à la mode en ce moment. Depuis la fin des années 1970 il y a eu une vague de la troisième période intermédiaire en égyptologie : beaucoup de travaux ont été réalisés pour préciser la chronologie de l’époque et étudier le matériel funéraire, notamment les cercueils et les papyrus. Cette année il y eu une grosse exposition à Grenoble sur la troisième période intermédiaire1. Mais peu de choses existe sur les papyrus mythologiques et sur les papyrus en hiératique. Giuseppina Lenzo et Rita Lucarelli sont en train de travailler sur les papyrus en hiératique à peu près de la même période. Bizarrement les manuscrits les plus illustrés ne sont pas les plus étudiés2. Peut-être cela tient au fait que ce sont des manuscrits sur lesquels il n’y a pas beaucoup de texte et ceux-ci sont assez faciles à traduire, ce qui oblige plus ou moins à découvrir des choses intéressantes sur le manuscrit si on veut que l’étude ait un intérêt. Au contraire, en étudiant un papyrus en hiératique, plus difficile à lire, on est sûr d’apporter quelque chose de nouveau à la recherche, alors qu’avec un papyrus où il y essentiellement des images il est difficile de faire une publication qui dépasse simplement l’intérêt des jolies photographies. C’est probablement aussi dû au fait qu’il n’y a globalement que peu d’études sur les manuscrits funéraires de cette période en général.

Est-ce que, selon toi, un établissement comme l’École des chartes gagnerait à s’ouvrir à des études comme l’égyptologie par exemple ou ce n’est pas son rôle ?

Cela renouvelle en effet un peu les champs de recherches. L’École laisse la liberté sur le choix du sujet de thèse : quand j’ai demandé s’il était possible que je fasse une thèse d’égyptologie, l’École a répondu que cela faisait des ouvertures disciplinaires comme l’exemple de la thèse d’il y a quelques années sur les jeux vidéo3. J’essaye d’utiliser mon profil chartiste, parce que c’est plus inhabituel et que cela se remarque un peu plus. Mais le revers est que le milieu de l’égyptologie connait moins bien l’École des chartes n’est pas reconnue comme un endroit de recherche sur l’Égypte ancienne.

Tu as dû suivre un triple cursus, à l’École des chartes, en faculté et à l’École du Louvre. Quel souvenir en gardes-tu et penses-tu qu’il faudrait valoriser ce genre de parcours à l’École des chartes ?

Oui, plutôt. C’est intéressant parce que le fait de faire plusieurs cursus en même temps permet d’avoir plusieurs ouvertures disciplinaires et de s’ouvrir à plusieurs champs de recherche. Cela donne également plus de méthodologie. C’était un peu sportif, y compris en sens propre du terme parce que mes cours se chevauchaient et que je devais courir en permanence d’un endroit à l’autre. Mais c’était assez stimulant et j’ai personnellement beaucoup aimé. Je l’ai fait aussi parce que c’était proposé par l’École, mais malheureusement les aménagements d’emploi du temps sont assez difficiles à concorder dans les faits, mis à part les cours d’allemand.

Quelles difficultés as-tu rencontrées durant tes recherches ?

D’un point de vue très bête, les horaires d’ouverture en bibliothèque en triple cursus n’étaient pas facile à gérer. Mais il est difficile de travailler sur des manuscrits où il n’y a que des images. Par exemple quand j’ai un texte que je ne connais pas, je peux aller sur une base de données, taper des mots et voir s’il y a des textes qui ressortent. Pour des images c’est un peu plus compliqué. C’est plus simple d’une certaine façon puisqu’il suffit de feuilleter des catalogues pour voir s’il y a des images qui correspondent, mais parfois les images ne correspondent pas avec le texte… J’ai mis deux ans et demi avant de comprendre dans quel sens il fallait lire l’un de mes papyrus parce qu’il y avait trois scènes qui se lisaient dans des sens différents et j’ai finalement compris que c’était la projection d’un décor architecturale en trois dimensions et que si on repliait le papyrus pour former un ensemble architectural, cela donnait un ensemble de lecture plus cohérent. J’ai également vu qu’il y avait à peu près la même combinaison de scènes dans une tombe où elles étaient organisées à peu près de la même façon. À l’occasion des journées d’étude des Chroniques chartistes l’an dernier4, j’ai essayé de faire des résumés sur ces problèmes de sens de lecture des papyrus en faisant des schémas avec des flèches. En prenant le papyrus, à un moment il s’est plié et j’ai vu qu’il fallait le lire à partir du centre, ce qui fonctionnait davantage.


Cote : Egyptien 170-173. Papyrus mythologique de Tanytamon 21e dynastie (1069-945 av. J-Chr.). Figures polychromes et texte en hiéroglyphes cursifs à l’encre noire. La composition est inscrite dans un cadre rectangulaire, matérialisé par un double bandeau, rouge et jaune. 20,5 x 317,5 cm. Fonds produit par : Thèbes.

Envisages-tu de poursuivre tes recherches ?

Oui, je fais un dossier pour un contrat doctoral l’année prochaine avec Chloé Ragazzoli à la Sorbonne. Je vais étendre la recherche à l’ensemble de la tombe d’un des manuscrits, celui où il y a la scène avec Geb et Nout. L’autre est peut-être plus intéressant, mais on n’a quasiment aucun contexte donc c’est plus difficile d’aller plus loin.


Bibliographie sélective

Présentation synthétique et récente des papyri funéraires de la 21ème dynastie:

LENZO (Giuseppina), « Les papyrus funéraires de la Troisième Période intermédiaire » p. 106-111 in MUSÉE DE GRENOBLE, Florence GOMBERT-MEURICE et Frédéric PAYRAUDEAU, Servir les dieux d’Égypte – Divines adoratrices, chanteuses et prêtres d’Amon à Thèbes, 2018. 415 p.

Étude de base sur l’ensemble des manuscrits funéraires de la 21èmedynastie:

NIWIŃSKI(Andrzej), Studies on the illustrated theban funerary papyri of the 11th and 10th centuries B.C.. Fribourg / Göttingen: Universitätsverlag / Vandenhoeck & Ruprecht, 1989. XXXII – 402 p., 49 planches. (orbis biblicus et orientalis, 86). [disponible en ligne: https://archive.org/details/Niwinski1989StudiesOnTheIllustratedThebanFuneraryPapyriPages4572(consulté le 8/3/2019)].

Publication d’un grand nombre de “papyri mythologiques”:

PIANKOFF(Alexandre) RAMBOVA(Natacha), Mytholological papyri, translated with introduction by Alexandre Piankoff, edited, with a chapter on the sympolism of the papyri by N. Rambova. New York : Bollingen, 1957. II volumes (221 p. et 30 planches) (Bollingen series XL (Egyptian religious texts and representations), 3). [disponible en ligne: https://archive.org/details/PiankoffRambovaMythologicalPapyriTexts/page/n3et https://archive.org/details/PiankoffRambovaMythologicalPapyriLivret/page/n2(consulté le 8/3/2019)].

Histoire des collections égyptologiques de la BnF:

RAGAZZOLI (Chloé), « Les papyrus égyptiens de la Bibliothèque nationale de France: redécouverte d’une collection majeure », Bulletin de la Société Française d’Égyptologie182, 2012, p. 6-32.

Base de données sur les Livres des Morts

UNIVERSITÄT BONN(Akademie Nordrhein-Westfalen, Wissenschaften und Kunste), Das altägyptische Totenbuch, ein digitales Textzeugenarchivhttp://totenbuch.awk.nrw.de/[en ligne, consulté le 3/8/2017].

Publication du papyrus de Tanytamon (BNF Manuscrits Égyptiens 170-171-172-173):

PIANKOFF (Alexandre), «The funerary papyrus of Tent-Amon», Egyptian Religion4, 1936, p. 49-70.

Les manuscrits égyptiens de la BnF sont consultables en lignes, notamment:

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc57415q

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc84279

Aspects matériels des papyrus :

KRUTZSCH (Myriam), « Einzelblatt und Rolle – Zur Anatomie von Papyrushandschriften », Internet-Beiträge zur Ägyptologie und Sudanarchäologie 19, Ägypten begreifen – Erika Endesfelder in memoriam, 2017, p. 213-222 et 345-350 (pl. I-VI).

  1. « Servir les dieux d’Egypte », 25 octobre 2018-27 janvier 2019, Musée de Grenoble. []
  2. Il y a une thèse en cours sur les Amdouat du musée de Turin. []
  3. Colin Sidre (prom. 2014), auteur d’une thèse intitulée « Une histoire du jeu vidéo en France. L’objet vidéoludique et ses réseaux de distribution (1974-1988) ». []
  4. “Les sources inédites en histoire”, 25 et 26 mai 2018, École nationale des chartes : https://chartes.hypotheses.org/2446 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.