Les dons d’archives et de bibliothèques

Les Presses universitaires de Rennes ont publié en juillet 2018 un recueil de contributions sur le don d’archives et de bibliothèques, rassemblées par quatre enseignants chercheurs de l’Université d’Angers et membres du laboratoire Témos (Temps, mondes, sociétés) : Bénédicte Grailles, Patrice Marcilloux, Valérie Neveu et Véronique Sarrazin. Compte-rendu de lecture par Léo Davy et Lou Delaveau (prom. 2019).


À l’heure de la culture collaborative et participative, le don est devenu l’une des modalités de l’inclusion du public des particuliers dans les activités culturelles. Les services d’archives et de bibliothèques sont en première ligne de ce phénomène. Il convenait alors de s’interroger sur le sens et les enjeux du geste de donner, caractérisé par la liberté et la gratuité qui engagent son destinataire et bénéficiaire. L’ouvrage se compose de trois parties, composées en tout de 15 contributions, chacune envisageant les différentes dimensions du don pour confronter exemples et expériences issues du milieu des archives et des bibliothèques : le geste d’offrir et de recevoir un récit de vie ; l’intégration des dons d’archives et de bibliothèques dans un environnement intellectuel et social ; les stratégies d’élaboration d’une politique documentaire à partir des dons.

Un avant-propos, rédigé par Laetitia Pihel, maître de conférences en management des ressources humaines, offre une entrée en matière par une synthèse introductive à la pensée anthropologique de Marcel Mauss (1872-1950) et de son célèbre essai sur le don et le contre-don comme formes sociales d’échange complexe entre deux personnes1 . Dans l’introduction, Bénédicte Grailles, maîtresse2 de conférences en archivistique, rappelle les origines intellectuelles ayant conduit à la publication de l’ouvrage et explicite son organisation matérielle. Elle propose surtout de redéfinir le don dans une acception élargie, dépassant la seule définition juridique, pour prendre pleinement en compte la dimension sociale qu’a acquis le rôle des professionnels du patrimoine depuis les années 2000.

La première partie se concentre sur le geste d’offrir et de recevoir un récit de vie.
Alix Bernard, maîtresse de conférences en psychologie clinique sociale à l’université d’Angers complète l’explication de la pensée de Marcel Mauss en la comparant à celle du psychanalyste Donald W. Winnicott et du philosophe Paul Ricoeur au sujet de la relation de réciprocité et de créativité attachée au don. Son développement s’attarde sur les questions essentielles que pose le don, indissolublement lié à un travail d’histoire et de mémoire. Ses modalités pratiques et le contexte de sa réalisation sont constitutifs de sa propre histoire et appellent les professionnels du patrimoine à la plus grande disponibilité pour les donateurs.

De son côté, Bénédicte Grailles indique quelques réflexions à l’usage des archivistes. Elle fait ainsi remarquer que la caractéristique du don d’archives réside dans la différence de vocabulaire entre le donateur et le donataire. Il est également une différence entre l’attitude du donateur-producteur qui est de l’ordre du renoncement et de la dépossession d’une partie de soi, et le donateur-ayant droit qui se place du point de vue de la fidélité aux volontés du défunt. L’archiviste doit avoir conscience que les archives qu’il reçoit ont déjà connu des classements, des déplacements, des tris, voire des destructions et qu’elles ne sont jamais figées. Le don s’inscrit dans le cadre de réseaux et de sociabilités dans lequel des personnes jouent les intermédiaires entre le professionnel des archives et les personnes détentrices des documents. La notion d’« archivation » forgée par Jacques Derrida dans son ouvrage Mal d’Archive3, soulève cette tension paradoxale entre le désir de conserver et celui d’oublier. Bénédicte Grailles souligne enfin la question de l’invisibilité de certaines archives personnelles, moins recherchés par les institutions, mais qui font l’objet de nombreuses études par des chercheurs anglo-saxons : ce sont les archives des minorités, dont Terry Cook a identifié le problème et ses conséquences. En effet, si certaines communautés ne sont pas représentées dans les archives, leurs membres ne les fréquenteront pas et ne les donneront pas. Le risque est alors d’assister à une communautarisation de ces archives par leurs membres seulement4.

Le don des archives privées est présenté à travers l’exemple du fonds Jean Zay aux Archives nationales (667 AP). Sa fille, Hélène Mouchard-Zay, livre un précieux témoignage sur l’aventure des papiers de son père et sur le cheminement personnel et administratif du don. Les historiens de l’homme politique ont joué un rôle primordial en prodiguant des conseils et en créant le lien entre la famille et les Archives nationales. Elle avoue ainsi que l’intérêt porté aux documents et le climat de confiance font beaucoup dans la réussite du don, car les propriétaires ont « besoin d’être aidés dans leur démarche, encouragés et rassurés, et convaincus que ce don, difficile, toujours douloureux, est utile et reconnu »5. Elle soulève également le problème que constitue la frontière entre les papiers privés et les papiers publiques pour les familles. Il est impossible de diviser les fonds car cela aurait pour effet de briser l’unité d’une vie. Ce serait en effet comme « déchirer un homme tout vif » pour reprendre l’expression de Montaigne6. Pour pallier à la séparation des documents d’un proche, leur numérisation par le service et le don des fichiers à la famille sont un juste retour. Ce don présente un sens profond pour la famille de Jean Zay : il permet de remettre en lumière la vie personnelle et l’action politique d’une des plus importantes personnalités de la IIIe République, doublement victime dans son corps et dans sa mémoire.

L’incitation au don peut également s’inscrire dans le cadre privé et associatif. Philippe Lejeune, universitaire et théoricien de la littérature bien connu pour ses travaux sur le pacte autobiographique, présente l’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique (APA) qu’il a créée en 1991. Inspiré par l’expérience d’une ville italienne qui organisait tous les ans un concours de textes autobiographiques, il songea à créer un lieu d’accueil pour les textes autobiographiques qui trouvaient difficilement leur place dans les fonds d’archives privées conservés par les institutions publiques. L’association s’est implantée dans la médiathèque de la ville d’Ambérieu-en-Bugey (Ain), où sont conservés 3 500 dépôts, soit un ensemble de 300 mètres linéaires qui s’accroissent de 150 dépôts en moyenne par an. Ces textes recouvrent surtout la seconde moitié du XXe siècle et sont le plus souvent déposés par leurs auteurs eux-mêmes. Ces déposants conservent leur propriété intellectuelle et peuvent établir des restrictions à la communication de leur texte. Un contre-don est systématiquement offert à ces déposants : leur texte est lu entièrement et un compte-rendu en est publié dans un périodique intitulé Garde-Mémoire. Quatre principes régissent les dons : accueillir sans trier à partir du moment où le texte est autobiographique et inédit ; lire sans étudier ; apprécier sans évaluer par voie de concours ou de classement ; diffuser dans une sphère limitée mais sans publier. Un dispositif intitulé « Prête-mémoire » permet le prêt d’une vingtaine de textes à des bibliothèques publiques pendant un à deux ans pour qu’ils soient ensuite prêtés à domicile et lus.

Le Mémorial de la Shoah a développé une véritable politique d’appel aux dons pour encourager l’enrichissement de ses collections. Karen Taïeb, responsable des archives, rappelle tout d’abord les origines incroyables de cette collecte : dès 1943, à Grenoble, Isaac Scheersohn (1881-1969) parvint à rassembler une quarantaine de représentants de sociétés juives et à les convaincre de sauver les traces et preuves écrites de la persécution des Juifs afin de faire valoir les droits des victimes après la fin de la guerre. À la Libération fut créée l’association du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) qui collecta des archives et publia des témoignages et études sur les quatre années d’Occupation. Ces archives trouvèrent une utilité immédiate car elles servirent à Edgard Faure (1908-1988), procureur général adjoint au Procès de Nuremberg. Pour pérenniser l’activité du CDJC, Isaac Scheersohn fonda le Mémorial de la Shoah en 1956 pour l’abriter en ses murs, dans le Marais. En 2005, les deux institutions fusionnèrent à la faveur d’importants travaux d’agrandissement. La documentation réunie ne se limite pas aux années de guerre mais comprend l’avant et l’après-guerre7. Une politique volontariste de collecte d’archives privées s’est développée à partir des années 1990, au moment du regain d’intérêt pour cette histoire, des commémorations officielles, de l’envie de témoigner des acteurs et des besoins des victimes de réunir les preuves pour les procédures d’indemnisation. Le projet de « Mur des noms » rendant hommage aux 76 000 Juifs persécutés, inaugurés en 2005, fut un élément déclencheur : de nombreuses recherches furent menées en archives en même temps que de nombreuses personnes se présentèrent. À partir de 2013, un programme intitulé « Confiez-nous vos archives » fut mené en itinérance à travers 23 villes françaises afin de diversifier les sources de collecte. Pour faciliter l’accord des particuliers, le Mémorial accepte de recevoir tout type de don – parfois un seul document – mais également de recevoir des copies et pas seulement que des originaux.

Le don d’archives personnelles peut faire l’objet d’une valorisation à part entière, comme l’ont réalisé les Archives municipales de Lyon. Anne-Catherine Marin, ancienne directrice du service, présente le cas de l’exposition organisée en hommage aux donateurs. Intitulée « Pour la passion d’une ville », celle-ci s’est tenu en 2010 à l’occasion du dixième anniversaire du déménagement du service dans un nouveau bâtiment et de la création d’un poste dédié aux archives privés. 220 personnes ont en effet fait acte de donation aux archives municipales entre 2000 et 2010. L’exposition mettait ainsi en avant l’acte de don plus que les documents donnés eux-mêmes. Parole fut donc donnée à vingt et un donateurs représentatifs de différents types de documents et dont les entretiens filmés étaient diffusés. Un catalogue de 128 pages a été publié à l’issu de cette exposition8.

La deuxième partie envisage l’intégration des dons d’archives et de bibliothèques dans un environnement intellectuel et social en évoquant les exemples des archives de chercheurs, des archives des milieux militants et associatifs, et des archives privées en général.
Véronique Sarrazin, maître de conférences en histoire moderne, souligne l’importance des dons dans les collections des bibliothèques publiques au XIXe siècle au prisme des collections de la Bibliothèque municipale d’Angers. Si les confiscations révolutionnaires recouvrent une place numérique prépondérante dans la constitution des fonds, c’est sur les dons issus de donateurs privés – très essentiellement masculins – et sur les motivations de ces derniers que la contribution jette une lumière. Après avoir pointé les biais ou lacunes des sources disponibles concernant l’état matériel des objets concernés – loin de se réduire seulement à des imprimés – mais aussi les tractations précédant les donations, l’historienne souligne les enjeux contradictoires liés aux dons et recoupant d’une part le destinataire exact de ces derniers et de l’autre, la posture adoptée par le donateur. Donne-t-on à la bibliothèque, à la ville ou aux concitoyens membres d’une « petite patrie » à laquelle rendrait hommage le donateur ? Alors que servir et participer à l’instruction, dans la continuité des idéaux révolutionnaires ayant donné naissance aux bibliothèques publiques, est un leitmotiv récurrent, ce but à première vue désintéressé permet de valoriser le don au nom de sa prétendue utilité, de sa rareté ou de sa pertinence par rapport aux collections de l’institution. En outre, la posture humble du donateur démontrant son attachement à la ville – alors que se développent partir des années 1830 les études d’histoire locale – se double souvent d’ambitions plus personnelles : la bibliothèque, panthéon littéraire pérenne, supplée la librairie provinciale dans la diffusion des ouvrages auprès d’un lectorat érudit dont le bibliothécaire serait le garant. La mise en scène de la mémoire du mécène apparaît comme la contrepartie symbolique de dons variables en nature comme en nombre d’exemplaires et se réduisant parfois aux dernières productions d’auteurs locaux. L’article dresse alors une comparaison avec les dons destinés aux bibliothèques populaires : le service rendu à une collectivité plus modeste ne s’embarrasse alors pas d’une autre forme de reconnaissance que la bonne conscience ou l’engagement militant du donateur lui-même.

Au sein du panorama archivistique, les archives de chercheurs présentent des enjeux symboliques et des pratiques archivistiques particulières que Goulven Le Brech, archiviste responsable de la mission Archives de Science Po, expose à l’aune de l’anthropologie et de la philosophie9. Les archives de chercheurs posent en effet des questions quant à leur transfert du laboratoire de recherche vers le service de conservation. Ces archives sont, par nature, à la jonction des archives publiques et des archives privées car attachées à un travail personnel de toute une vie mais indissociables du centre de recherche auquel appartient le chercheur, le plus souvent financé par de l’argent public. Leurs archives sont donc, selon le Code du patrimoine, des archives publiques. Toutefois, il vaut mieux convaincre le chercheur de l’intérêt d’une conservation optimale de ses archives dans un centre dédié avec des professionnels, que de lui forcer la main s’il montre de la réticence. Il peut en effet choisir lui-même le lieu de conservation comme en témoigne l’exemple des archives d’Alain Touraine. La valeur financière de ces archives n’est pas à négliger car certains fonds sont estimés à plusieurs millions d’euros (comme les archives de Michel Foucault) et la concurrence des centres universitaires se déploie désormais à l’échelle internationale. Le chercheur lui-même ou ses ayant-droits peuvent alors se détourner du don pour préférer un achat. Se pose également à l’archiviste la question de la conservation de la documentation associée à un fonds d’archives : livres, tirés-à-part, mémoires d’étudiants, revues, brochures, selon la pertinence et les contraintes matérielles de place. Enfin, les archives nativement numériques de plus en plus nombreuses rendent nécessaire pour l’archiviste d’intervenir le plus en amont possible auprès du chercheur pour pérenniser la transmission de ses archives qui, après sa disparition, continueront à « faire vivre son travail et à faire fructifier ses idées, découvertes et intuitions »10 .

Le don d’archives des milieux militants présente également des spécificités analysées par Bénédicte Grailles qui prend pour exemple les fonds de deux structures : le Centre d’histoire du travail de Nantes (CHT, fondé en 1981) et le Centre des archives du féminisme d’Angers (CAF, fondé en 2000)11. Le but de ces associations étant de « combler les silences de l’histoire »12, la mise en valeur de témoignages alternatifs et leur légitimation apparaissent comme des thématiques primordiales : les dons de militants font écho à l’émergence d’une l’histoire sociale du travail, à l’intérêt pour les recherches prosopographiques, aux études de genre… Un rapport intime à l’écriture de l’histoire, qu’il découle des travaux internes aux mouvements ou d’expériences personnelles, facilite les dépôts et les dons tout en marquant un « dessaisissement »13 des expériences militantes au profit d’un discours objectivé – mais pas nécessairement objectif. Ainsi les groupes militants privilégient-ils les centres d’archives engagés dans des projets de valorisation et d’éditions puisque ceux-ci garantissent la légitimation d’un engagement qui reste écartelé entre le groupe (voire la classe sociale) et la singularité d’acteurs espérant se distinguer. Si des militants développent parfois des stratégies afin d’orienter la réception des documents – ce qui interroge bien entendu la déontologie du travail archivistique – l’article évoque aussi les solutions permettant d’établir la relation de confiance, fondée sur l’écoute, nécessaire à la collecte des documents. Dans ces circonstances, le malentendu concernant l’adhésion supposée de l’ensemble des archivistes au combat des donateurs – facilité par la médiation d’universitaires engagés connus des militants – profite aux deux parties puisqu’elles en retirent respectivement la justification de leur existence et l’assurance d’une transmission de leurs témoignages.

Dans une perspective similaire, Michel Chomarat, éditeur et chargé de mission « mémoire » pour la ville de Lyon entre 2001 et 2013, présente le processus par lequel, en 1992, il a déposé pour prêt à usage du public sa collection d’archives et documents sur la cause LGBT à la Bibliothèque municipale de Lyon. D’après celui qui se présente volontiers comme un « activiste »14, le processus de don permettrait de réintroduire dans des collections patrimoniales traditionnellement constituées de documents anciens ou liés à l’histoire locale les témoignages de mémoires négligées et n’ayant pas fait l’objet d’une collecte institutionnalisée par le dépôt légal. Dans le cadre lyonnais, la mise en valeur de ce fonds, noyau du premier centre de ressources dédié aux identités de genre15, est due à la passion du collectionneur, à l’ouverture vers la modernité d’un directeur de bibliothèque (Patrick Bazin) et à la politique de lutte contre l’homophobie portée par le maire Gérard Collomb, notamment à partir de 2005. La contribution constatait en 2015-2016 le retard de la France dans le développement des études LGBT en raison de polémiques et de la perspective parisiano-centrée adoptée par des projets occultant la richesse des fonds provinciaux16. Toutefois, des manifestations comme les Assises de la mémoire gay et lesbienne (2002-2009) et des expositions (parfois adaptées en version numérique17 ) illustrent le travail de légitimation mené par la Bibliothèque de Lyon : des documents témoins d’une mémoire longtemps considérée comme marginale deviennent constitutifs d’un patrimoine commun, même si l’édification d’un centre parisien pour les archives LGBT demeure aujourd’hui une problématique incandescente18.

En matière de valorisation d’archives personnelles, des initiatives privées ont émergé ces dernières années. Claude Zurcher présente l’exemple d’une plateforme consacrée au partage des archives familiales intéressant l’histoire sociale et culturelle de la Suisse romande : notreHistoire.ch. Cette plateforme a collecté depuis 2009 près de 90 000 documents et rassemble plus de 4 000 contributeurs, 22 institutions et 25 associations culturelles. Ces dons d’origine privée sont un complément très important aux archives administratives et institutionnelles. Les documents sont de toute nature : manuscrits, imprimés, journaux, cartes, gravures, dessins, photographies, films. Toutefois, seuls les documents originaux sont autorisés. La numérisation est à la charge des particuliers contributeurs. Du côté du droit de propriété, les documents publiés à l’initiative des auteurs ou ayant droit étaient, avant 2016 placés sous une licence « tout droit réservé ». Mais depuis la refonte de la plateforme, les documents sont publiés sous une licence Creative Commons. Pour le droit à l’image, il n’y a pas d’autorisation à obtenir mais c’est aux personnes opposées à la publication de se manifester pour faire valoir leur droit. Un principe de contre-don s’est développé autour de plusieurs aspects : la mise en valeur quotidienne de documents nouveaux sur la page d’accueil et par la lettre d’information, la remise d’un prix annuel notreHistoire.ch décerné par un jury de cinq professionnels du domaine de la photographie et de l’histoire de l’art, et à travers la publication de livres en collection avec une maison d’édition de Fribourg. Un projet pédagogique avec les classes d’élèves a également été mené. Cette plateforme en rappelle une autre : HistoGraphe. Lancée en 2012, elle reposait sur le même principe de don d’archives privées sous format numérique ouvert à tous, mais son activité s’est interrompue brutalement quelques années plus tard.

La troisième et dernière partie propose de dégager les stratégies d’élaboration d’une politique documentaire des dons au sein des institutions de la continuation des relations entre l’institution et le donneur après son acte de don.
Le directeur adjoint de la Bibliothèque municipale classée d’Angers, Marc-Édouard Gautier, décortique les réactions en chaîne produites par les dons patrimoniaux et leur répercussion sur la politique documentaire de la bibliothèque. Ainsi, une collection d’autographes offerte par le conservateur François Grille (1837-1848) suscite l’entrée de documents aboutissant, par exemple, à la constitution d’un important fonds sur le sculpteur David d’Angers : un legs familial sera alors attribué à la bibliothèque plutôt qu’à d’autres donataires potentiels ̶ un musée ou les archives départementales. De même, des dons successifs concernant les imprimeurs Pavie y justifient le dépôt d’une dation éclairant le travail du poète Aloysius Bertrand et, à terme, une stratégie d’acquisitions centrées sur le recueil Gaspard de la Nuit. Si certains dons, très spécialisés, demeurent sans lendemains, d’autres se révèlent incontournables dans le développement de certaines thématiques telles que les patois. Une intéressante note de bas de page revient aussi sur la valeur mémorielle que peut recouvrir un don faisant hommage – jusque dans la notice de catalogage – à une résistante déportée19. L’auteur esquisse enfin certaines tendances : l’explosion des dons de bibliophilie contemporaine et de livres d’artistes. À ce sujet, des acteurs ou mécènes espérant influer sur les collections de la bibliothèque servent parfois d’intermédiaires entre les conservateurs et les artistes – à charge pour les premiers de courtiser les seconds en procédant à certains achats ou en promettant des expositions ou publications synonymes de reconnaissance publique. L’article n’élude pas la question de l’intégrité des fonds, les risques de doublons et la nécessaire réflexion sur une complémentarité des collections dépassant le cercle des seules bibliothèques.

Du côté des archives, la question des différentes voies d’intégration des dons et de leur conséquence sur la politique documentaire se pose également. Comme le rappelle Élisabeth Verry, directrice des Archives départementales de Maine-et-Loire, c’est à partir du XXe siècle que les archives privées intègrent plus largement les fonds des archives départementales dont le champ de collecte s’élargit alors à des producteurs non exclusivement institutionnels. Les dons jouent un rôle décisif dans les « entrées par voie extraordinaire » : l’article en dresse une typologie en présentant de courtes études de cas tirées de la série J des archives départementales de Maine-et-Loire. Au « don passif » par lequel les Archives départementales deviennent récipiendaires par défaut de documents en déshérence (par exemple le fonds archéologique Godard-Faultier et le fonds des architectes Jamard), répond le « don actif », réfléchi et assumé, du producteur ou possesseur d’archives (par exemple le fonds de la famille de Contades). Davantage que le désir de valorisation, une recherche de la pérennisation et d’une sécurisation des documents se révèle un tremplin vers le don. Celui-ci est également favorisé par certains événements : un cycle de commémorations sur la mémoire des camps (fonds Jeanne Letourneau) ou encore l’expérience traumatique de la mise en danger d’une collection particulière sauvée par l’intervention technique des archivistes professionnels (le fonds de cartes postales Lionel Chrétien). Il faut également compter avec les collectes volontaristes initiées par les archivistes, concrétisées par des campagnes d’archives orales et des prises de contacts avec des acteurs politiques dans la perspective de dons ultérieurs (par exemple les fonds du Ministre de la Justice et du juriste Jean Foyer). Compte tenu du contexte et des liens unissant les donateurs au service d’archives, le don semble ainsi receler une dimension humaine absente d’autres modes d’entrées comme l’acquisition ou le versement.

Magali Lacousse, ancienne adjointe au département des archives privées des Archives nationales, présente les relations de l’après don à travers l’exemple des archives d’entreprise, de presse et d’associations. Il existe une grande variété typologique des relations ou de l’absence de relations entre le donateur et les archivistes. Celles-ci peuvent ainsi être inexistantes par choix (don définitif sans volonté de poursuivre les relations) ou par contrainte (absence d’information ou décès du donateur). Les tentatives de reprise d’un fonds sont très rares mais existent et leur apparition est favorisée par les termes juridiques ambigus employés dans la lettre de don, pourvoyeurs de problèmes : les archives sont ainsi données et non pas confiées, versées ou déposées20 La confusion entre le don et le dépôt peut, en effet, être à la source de méprise : le dépôt autorise un donataire à venir emprunter des documents issus de ses propres archives pour un usage personnel, ce que ne permet pas le don. Magali Lacousse rappelle que les succès de dons d’archives privés relèvent davantage de qualités humaines que de principes archivistiques : un bon relationnel, un intérêt raisonnable et sincère pour les archives concernées, et la rédaction rapide d’un instrument de recherche.

La dernière contribution, due à John Boyd et Beth Cramer, forme une passionnante étude de cas sur les collections de la Belk Library, bibliothèque de l’Appalachian State University (États-Unis, Caroline du Nord). Cette institution conserve notamment deux fonds spécialisés consacrés, pour l’un, aux courses de Stock-cars (courses de voitures de série) et, pour l’autre, au folklore de cette région rurale marquée par les stéréotypes et les questions identitaires. Les deux auteurs soulignent l’importance de formaliser sous la forme d’une charte les règles encadrant la réception des dons. Le grand mérite de l’article est de lever le voile – parfois de manière cocasse – sur les difficultés à la fois éthiques et relationnelles que peuvent rencontrer les professionnels des bibliothèques face à des pressions ou dons encombrants. Un don, gratuit, est en effet susceptible de générer d’importants investissements en termes de temps de travail, métrage linéaire ou efforts pour le personnel. Outre le principe de sélection des documents, la charte d’acquisition de la Belk Library octroie donc à la bibliothèque des coudées franches dans la gestion des dons dont 60 % sont désherbés (orientés vers des ventes génératrices d’autres crédits d’acquisition ou recyclés). L’article revient aussi sur les motivations des donateurs : survivance, hommage, aide à la recherche… mais aussi stratégies fiscales battues en brèche par le refus de la bibliothèque d’évaluer financièrement le patrimoine que les donateurs lui proposent. Les difficultés juridiques liées à la communication des documents ou aux cessions de droits ne sont pas oubliées. Le sujet est si fécond qu’on pourrait regretter que le recueil ne propose pas d’autres cas techniques similaires permettant de tracer des comparaisons avec le droit et les pratiques françaises.

La conclusion rédigée par Véronique Sarrazin synthétise de manière efficace les enjeux récurrents des contributions en pointant les spécificités des dons aux centres d’archives et bibliothèques. Le schéma tracé par Marcel Mauss doit être précisé et nuancé compte tenu du rôle de médiation propre à ces acteurs culturels. Non seulement le destinataire exact du don ne se réduit pas à l’institution récipiendaire mais la sensibilisation à la sauvegarde patrimoniale, les prises de contacts, les collectes et les appels aux dons nouent bien avant le transfert de propriété une relation sociale entre les parties concernées. Si des événements peuvent s’avérer déterminants dans le processus de don, certains donateurs peinent à se dessaisir de documents personnels et privilégient d’autres modalités que le don en lui-même : dépôt, prêt pour consultation ou numérisation etc. Ces fragments de vie chargés d’affects occupent une place particulière dans les collections : alors que les bibliothèques encourageaient les dons comme moyens d’acquisition à peu de frais, les centres d’archives ont longtemps considéré avec méfiance ces documents privés dont la teneur contrastait avec le caractère objectif et officiel des versements publics. Les entrées des dons dans les collections se font donc les miroirs de l’évolution du regard porté sur ces documents mais aussi des thématiques privilégiées par les historiens, notamment les réflexions sur les mémoires et les identités. En somme, le don aux archives et bibliothèques se caractérise par une série de ruptures : transfert d’un propriétaire à un autre et passage de la sphère privée au patrimoine public. Internet est même susceptible d’introduire une nouvelle rupture en donnant une visibilité sans précédent à ces documents qui relevaient du domaine intime. Enfin, il convient de signaler que l’ouvrage, en plus de disposer d’un index, offre une bibliographie très complète, organisée de manière thématique, pour permettre au lecteur de poursuivre l’étude de ces problématiques du don.

Grailles (Bénédicte), Marcilloux (Patrice), Neveu (Valérie) et Sarrazin (Véronique) (dir.), Les dons d’archives et de bibliothèques. XIXe – XXIe siècle. De l’intention à la contrepartie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

  1. Mauss (Marcel), « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », L’Année sociologique, nouvelle série, 1923-1924, tome 1. []
  2. Nous utilisons la forme des titres universitaires (maître/maîtresse de conférence) conformément au choix de chacune des rédactrices. []
  3. Derrida (Jacques), Mal d’Archive. Une impression freudienne, Paris : Galilée, 1995. []
  4. Grailles (Bénédicte), Marcilloux (Patrice), Neveu (Valérie) et Sarrazin (Véronique) (dir.), Les dons d’archives et de bibliothèques. XIXe – XXIe siècle. De l’intention à la contrepartie, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 49. []
  5. Ibid., p. 54 []
  6. Montaigne, Essais, III, « Sur des vers de Virgile », III, 5, B, 892-893. []
  7. http://www.memorialdelashoah.org/archives-et-documentation/le-centre-de-documentation.html []
  8. Pour la passion d’une ville : 2001-2010 : les Archives rendent hommage à leurs donateurs (Lyon, Archives municipales, 20 mai – 9 octobre 2010), Lyon, Archives municipales de Lyon, 2010. []
  9. Godelier (Maurice), L’Énigme du don, Paris, Fayard, 1996 ; Derrida (Jacques), Donner le temps, Paris, Galilée, 1998. Pour Derrida, le don échappe totalement à la logique économique puisqu’il possède un caractère de gratuité et s’oppose même à la réciprocité d’un contre-don. []
  10. Les dons d’archives et de bibliothèques […], Op. cit., p. 122. []
  11. L’article fait référence à une campagne d’archives orales menée en 2009-2010. Les notes pointent vers diverses ressources en ligne, dont certaines ne sont malheureusement plus disponibles à l’heure où nous écrivons ces lignes, en décembre 2019, signe de l’évanescence de l’information en ligne et du caractère nécessaire d’un travail de pérennisation de la documentation numérique… []
  12. Les dons d’archives […], Op. cit., p. 126 d’après Perrot (Michèle), Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998. []
  13. Ibid., p. 128 []
  14. Entretien avec Michel Chomarat à la Bibliothèque municipale de Lyon (2018) (1”07) : : https://www.youtube.com/watch?v=kewTbiDcw64 []
  15. https://www.bm-lyon.fr/nos-blogs/le-centre-de-ressources-sur-le-genre-le-point-g/article/collections#chomarat []
  16. Signalons pour exemple depuis la rédaction de l’article (qui nous semble dater de 2016), la création du collectif Archives LGBTQI en 2017 à Paris, ainsi que la parution de l’ouvrage suivant : Itier (Antoine), Archives des mouvements LGBT+, une histoire de luttes de 1890 à nos jours, Paris, Textuel, 2018. []
  17. https://www.bm-lyon.fr/expo/virtuelles/follement_gay/index.htm []
  18. Pour exemple de ces problématiques, cet article de Didier Lestrade pour Slate (11 juin 2019) : http://www.slate.fr/story/178173/centre-archives-lgbt-mairie-paris []
  19. Les dons d’archives et de bibliothèques […], Op. cit., note 13, p. 164. []
  20. Ibid., p. 183. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.