Pierre Le Baud, La Compillation des cronicques et ystoires des Bretons (1480)

Pierre Le Baud est assis, en train d’écrire, sans doute dans une mise en abyme de sa tâche d’historiographe de Bretagne, en regard du texte. Son vêtement montre bien qu’il s’agit d’un clerc, mais il se fait plus représenter en tant que lettré qu’en tant que chanoine1, tenant à la double nature du chanoine séculier, chargé de l’office divin et engagé dans le siècle.

Il s’agit d’une des rares représentations de chanoine de collégiale de la Bretagne médiévale, si ce n’est la seule.

Pierre Le Baud (ca. 1450-1505), fils de Jeanne de Châteaugiron, est issu d’une famille qui s’illustre dans la fidélité aux ducs de Bretagne et aux seigneurs de Laval, ce qui lui vaut l’obtention de nombreux bénéfices, qu’il cumule2 : il reçoit l’aumônerie de Saint-Julien de Laval, celle de Châteaugiron, devient chantre (1493) puis doyen (1504) de la collégiale Saint-Tugal de Laval, et obtient la charge de trésorier de la collégiale Sainte-Madeleine de Vitré (1492), soit plusieurs bénéfices de dignitaire qui lui fournissent une aisance certaine, qu’il met à profit dans ses travaux profanes.

C’est l’un des premiers historiographes de Bretagne. Cette charge lui est confiée par Jeanne de Laval, veuve de René d’Anjou, et par la duchesse Anne de Bretagne, qui fait de lui son aumônier. Il est ainsi l’auteur de La Compillation des cronicques et ystoires des Bretons (1480) et du Bréviaire des bretons, notamment.

Ses chroniques et son engagement au service des laïcs en font un témoin de son temps  : il assiste par exemple au contrat de mariage de la duchesse Anne et du roi Charles VIII en 1491 au château de Langeais.


 

  1. Pour une représentation classique de chanoine, voir le célèbre tableau de Van Eyck, La Madone au chanoine Van der Paele, où le chanoine est paré des attributs de sa fonction, celui de magister de la collégiale Saint-Donatien de Bruges : il porte un bréviaire, des lunettes, une aumusse de fourrure. []
  2. Le Baud dédicace sa première Chronique à son cousin Jean, devenu baron de Derval en 1451 par une faveur du duc Pierre II. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.