Compte rendu de l’arkhéoconf “Le long voyage d’Epona, des plaines Gauloises au delta du Danube” par Henri de Mégille

Henri de Mégille, enseignant d’histoire-géographie, diplômé de l’ENS et Paris I (master PISA), est venu parler du long voyage d’Epona pour la 5e mini-Arkhéoconf d’ArkhéoPSL (club d’archéologie de PSL). Protectrice des cavaliers et des chevaux d’où elle tire son nom, Epona est une divinité gallo-romaine qui émerge entre le Ier et le IIIe siècle ap. J.-C. Des régions éduennes et Trévires jusqu’aux confins du limes danubien, Epona est connue par 438 attestations de culte. Comment expliquer la success story d’une divinité rustique d’origine celte qui, arrivée à Rome, est admise parmi le panthéon impérial ?


Introduction : Le fabuleux destin d’Epona

Epona est une déesse protectrice des cavaliers et des chevaux, qui émerge entre le Ier et le IIIe s. ap. J.-C, et tire son nom du cheval même (du grec ἵππο-, latin equus, celtique epos). Le suffixe -ona serait quant à lui la marque du sacré, d’après le Pseudo-Plutarque, en tant que « déesse qui veille sur les chevaux ». Epona est toujours représentée avec eux, plus que les Dioscures eux-mêmes. Son culte est attesté de la Bourgogne et la Belgique jusqu’au limes danubien en Roumanie, et trouverait son origine dans les régions d’élevage de chevaux de la Gaule lyonnaise, chez les Éduens où il émerge au IIe s.

Statuette d’Epona en bronze, Franche-Comté, époque impériale (Bnf, département des Monnaies, médailles et antiques)

1. Les représentations figuratives

Sans doute y-a-t-il eu un « modèle plastique » dérivé de l’iconographie hellénistique, et dont les variantes stylistiques sont dues aux ateliers provinciaux de sculpteurs et de potiers. Au coeur du pays Éduen, qui concentre l’essentiel du corpus, Epona cavalière est représentée assise ou debout. Le culte se diffuse ensuite à Rome, peut-être avec les cavaliers Bataves que César ramène de la guerre des Gaules, puis sur le Danube. Là, Epona prend des traits plus « orientaux » que celtiques, et devient une reine trônant au milieu d’une cour de chevaux, en lieu avec les religions orientales qui finalement éclipsent son culte au IVe s.

Les différents attributs d’Epona suggèrent plusieurs spécialités, selon qu’elle soit accompagnée d’un ou plusieurs chevaux, un poulain sur les genoux, encore un panier rempli de fruits :

  • Rustique, gardienne des étables et écuries (statuettes retrouvées dans des villas)
  • Protectrice des marchands (ex-voto représentant des quadriges)
  • Funéraire (le cheval accompagne les âmes)
  • Gardienne des sources (stèles retrouvées dans les sanctuaires d’eau)
  • Guerrière (inscriptions en lien avec les divinités militaires, ou réalisées pour des soldats)

2. Les dédicants d’après les sources littéraires et épigraphiques

À côté des témoignages sculptés de Gaule, des auteurs décrivent les fresques qui ornaient les écuries d’Italie. Tous, païen comme Juvénal ou chrétien comme Tertullien, se moquent de cette dévotion populaire et superstitieuse, quand ils ne l’ignorent pas simplement, comme César et Tacite. Peut-être est-ce le fait de l’interpretatio romana, qui intègre des divinités extérieures au monde romain, en leur reconnaissant un caractère proprement indigène.

3. Les témoignages archéologiques d’un culte

Son culte, essentiellement privé, préexistait sans nul doute dans la Gaule indépendante, avant d’être mis en image avec la conquête romaine. Certaines Epona ont été découvertes sur des sites, avec une vieille tradition d’offrandes de chevaux en terre-cuite à l’époque préromaine, comme Cigarralejo en Espagne ou Châteaubleau. Il est possible qu’Epona ait été d’abord une déesse zoomorphe, représentée sous la forme d’un cheval seul, avant qu’à l’époque impériale le cheval se réduise à un « trône » pour une déesse anthropomorphe.

Conclusion :  Perspectives sur l’origine d’Epona

Les origines d’Epona restent obscures : était-elle liée à des peuples nomades qui vouaient un culte au cheval ? Faut-il faire des parallèles avec les sacrifices de chevaux, notamment dans les sanctuaires arvernes du IIIe au Ier s. av. J.-C ? Ou avec les chevaux associés aux tombes humaines à l’époque gallo-romaine comme à Gondole chez les Arvernes ou bien en Provence au IIe s., où Epona est pourtant quasi absente ? La chute d’Epona correspond au moment où une législation antipaïenne cherche à mettre un terme aux sacrifices civiques, qui disparaissent au profit de formes d’équarrissage (site de La Courtille à Chartres).

La plupart des chercheurs ont cherché ces origines vers la plaine du Pô, ou dans la figure du « Dromador Ibérique », voire du « Cavalier Thrace ». Mais qu’en est-il des motivations des dédicants, de leurs origines sociales ? Une étude épigraphique exhaustive de l’ensemble des inscriptions reste à faire, pour la comparer aux dernières découvertes archéologiques.


Questions

  • Carole Quatrelivre (ENS) note que la présence de chevaux dans les tombes est fréquente, et moins liée à un culte lié au cheval qu’à des valeurs guerrières, au moins depuis l’âge du bronze.

Henri répond qu’en effet ces pratiques coexistent sans qu’il y ait forcément de lien entre elles, si ce n’est qu’elles cessent toutes à partir du IVe siècle, avec la progression du christianisme et la fin des cultes civiques.

  • Jean Bernard (ENC) demande si le latin est la seule langue des inscriptions ?

Henri répond que l’on trouve des inscriptions en grec sur le limes du Danube, et ce contexte militaire et hellénistique met d’ailleurs Epona en concurrence avec les culte du cavalier Danubien et du cavalier Thrace.

  • Jean demande si, au milieu des différents cultes et pratiques, la féminité ne serait pas le principal caractère distinctif d’Epona.

Henri répond qu’elle se démarque ainsi des Dioscures, même si elle est de toute façon plus spécialisée qu’eux par rapport aux chevaux. On la rapproche en revanche également des Matres, les 3 déesses mères assises.

  • Héloïse Frébault (ENS) demande si des rapprochements peuvent être faits avec la déesse minoenne Potnia Therôn, représentée sur quelques vases en bronze grecs sur lesquels elle travaille. Cette déesse « maîtresse des animaux » est certes représentée avec des chevaux, mais de manière non exclusive. De manière plus globale, le thème de maître des animaux est un mythe générique, déjà présent dans le Proche-Orient ancien. Héloïse demande par ailleurs si des traces de gibier ont été retrouvées en lien avec Epona.

Henri confirme que seuls les chevaux sont associés à Epona, sans nulle trace de gibier. Concernant l’origine d’Epona, de nombreuses pistes existent, mais le comparatisme n’apporte en effet que des renseignements limités, et l’étude des attestations de culte est la voie la plus prometteuse.

  •  Carole évoque le cas d’un bassin en forme de coquillage, provenant du trésor Rethel datant de 280, qui comporte une représentation de femme trônant avec 2 chevaux. La posture se réfère plutôt à un modèle germanique, la femme ne trône pas sur mais à côté chevaux, l’identification à Epona est difficile à établir.

Henri confirme que l’identification systématique de ce type de représentation avec Epona est effectivement difficile, et rappelle que seules deux inscriptions associent le nom d’Epona avec une image.

  • Julia Sribny (Sorbonne Université/Paris IV) fait remarquer à ce propos que l’un des objets présentés, une pièce de monnaie présentant une femme nue sur un cheval, ne se réfère pas à Epona mais plutôt à Morrigan. Cette déesse fait partie d’un trio de déesses de la guerre, dans la mythologie celtique irlandaise, et peut être représentée, comme ici, nue et chevauchant à califourchon, tandis qu’Epona est toujours habillée et chevauche en amazone. Mais il est vrai que l’association entre Morrigan et les chevaux est forte, elle est dite parfois « courir plus vite que les chevaux du roi… »

Cindy Cadoret (Sorbonne Université/Paris IV) confirme l’association entre Morgan/Marha Morkahar les chevaux, puisqu’elle a retrouvé parmi les textes vernaculaires le récit de ces courses retranscrits par les moines Irlandais qu’elle a étudié. Le mari de Morgan aurait lancé un défi au roi d’Ulster, pariant que sa femme courait plus vite que les chevaux du roi, ce qui se vérifie, et Morgan qui était enceinte accouche pendant sa course de jumeaux, « dont le destin sera à jamais lié à cette course ». Gérald de Galles, un archidiacre proche du roi Henri II, et dont il soutient le projet de conquête de l’Irlande, cite un sacrifice de chevaux lors de l’intronisation du roi. Il exagère l’atrocité ce rite impliquant des chevaux et le roi, pour discréditer ce dernier. Il s’agirait plutôt de sacrifices moins sophistiqués d’un taureau à son intronisation. Enfin, on trouve le même problème du comparatisme, avec l’existence en Inde de pratiques impliquant la reine et des chevaux.

Henri répond que précisément, le Pseudo-Plutarque (à situer vers la fin du IIIème siècle) dans Parallela Minora., XXIX, rapporte une fable sur l’origine de la naissance d’Epona dans laquelle un certain « Falvius Stellus, qui avait de l’aversion pour les femmes, s’unit à une jument ». Naquit de cette union une belle jeune-fille appelé Epona ou Hippona, « la déesse qui veille sur les chevaux ». Epona serait, ici, fille d’un misogyne et d’un simple animal.

Ce passage littéraire est peut-être une des sources de l’histoire de Marha telle qu’elle est parvenue jusqu’à nous. La légende de Marha, née de l’union d’un cheval et d’un roi se confond donc avec Epona dans l’imaginaire celte irlandais. Sauf que Marha est identifiée comme une déesse guerrière alors qu’Epona est avant tout une déesse rustique. En fait le récit du Pseudo-Plutarque révèle l’aversion réelle d’une certaine élite romaine vis-à-vis du culte d’Epona, qu’ils cantonnent aux écuries.


Bibliographie sélective

BENOIT, F., Les mythes de l’outre-tombe. Le cavalier à l’anguipède et l’écuyère Epona, Bruxelles, 1950.

BOUCHER S., “Notes sur Epona”, in Y. Burnand, H. Lavagne (a cura di), Signa deorum. L’iconographie divine en Gaule romaine, 1999, Paris, p. 13-22.

ESPERANDIEU E., Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine. 1907 – 1938.

FAUDUET I., Les temples de tradition celtique en Gaule romaine, édition Errance, 2010.

GIACCHERO M., «Sanctuaires indigènes : le cavalier danubien » in SORDI M. (dir.), Santuari e politica nel mondo antico, Milano : Vita e pensiero, coll. « Contributi dell’ Istituto di storia antica », 9, p. 168- 195, 1983.

MAGNEN R, THEVENOT E., Epona, déesse gauloise des chevaux, protectrice des cavaliers, Bordeaux, 1953.

MÉGILLE (DE) H., Epona, la diffusion de son culte dans l’empire romain du ier siècle av. J.-C. au ve siècle ap. J.-C., Mémoire de maîtrise d’archéologie préparé sous la direction d’Olivier de Cazanove (Université de Paris1 Panthéon-Sorbonne), juin 2016.

REINACH S., Epona, la déesse gauloise des chevaux, Paris, 1895.

VAN ANDRINGA W., La religion en Gaule romaine : piété et politique, Ier-IIIe siècle après J.-C, Errance, Paris, 2002, p. 336.

WINKLE J.-T., “Epona Salvatrix? Isis and the Horse Goddess in Apuleius’ Metamorphoses”, Ancient Narrative, Calvin College, 1999.


 


Une réflexion sur « Compte rendu de l’arkhéoconf “Le long voyage d’Epona, des plaines Gauloises au delta du Danube” par Henri de Mégille »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.