Marseille et l’horizon territorial, par Pierre Vey

Aux origines du territoire de Marseille au Moyen Âge, ou comment Arlulf s’imposa au sein du comitatus Massiliensis à la fin du Xe siècle.

Pour donner un aperçu des questions territoriales dans le pays marseillais, le plus simple et le plus efficace reste de remonter aux origines de la famille vicomtale qui présida aux destinées du comitatus Massiliensis durant près de deux cent cinquante ans. Elle tenait à partir de la deuxième moitié du Xe siècle les trois honneurs constitutifs de l’autorité publique, c’est-à-dire l’episcopatus, l’abbatia de Saint-Victor, qui en dépendait, et la vicomté (comitatus).

Au commencement était Arlulf, obscur personnage de la fidélité du roi de Bourgogne Conrad III, dit le Pacifique. Il apparaît dans les sources en 950, lorsque Conrad lui concéda un important domaine fiscal, la curtis de Trets1. Elle s’étendait le long de la vallée de l’Arc, une rivière orientée est-ouest, courant entre le massif de la Sainte-Victoire et les monts Auréliens, entre Marseille et Aix. Très propice à l’agriculture, alimentant les deux cités en grains, cette curtis présentait également l’avantage d’avoir en son cœur, à Trets, une « turris », c’est-à-dire un ensemble fortifié qui fut probablement une résidence comtale à la fin du siècle précédent. Ce point est remarquable dans la mesure où il n’y en a pas d’autre dans le reste de la Provence orientale – les défenses se concentrant entre Arles et Avignon, là où les comtes avaient leur siège. Ainsi, le domaine concédé à Arlulf, avec tous les droits fiscaux afférents, est de nature à faire de cet homme un personnage incontournable de la politique provençale. Et, en ce milieu du Xe siècle, c’est bien la volonté de Conrad.

Pour comprendre cela, il faut revenir au début du siècle. La Provence était alors entre les mains de Hugues d’Arles, successeur de Louis l’Aveugle. Sacré empereur en 926, il était accaparé par l’Italie où Bérenger cherchait à le renverser. Il laissa donc la Provence entre les mains de son frère Boson, jusqu’en 931, date à laquelle il le rappela en Italie. En 931, c’est un autre Boson, leur cousin, qui se retrouva comte de Provence ; il mourut en 935, date à laquelle le comté échut encore à un Boson, cousin issu de germain de Hugues d’Arles2 ; c’est de ce Boson-là qu’est issue la première lignée comtale de Provence. Ainsi, lorsque la Provence tomba entre les mains de Conrad, c’est un Bosonide qui tenait les rênes du comté, ce qui représentait un obstacle à son intégration dans le royaume, dans la mesure où pendant près de cinquante ans les mêmes réseaux de fidélité avaient dominé cet espace. Et, pour compliquer les choses, Conrad était encore mineur quand il fut couronné roi de Bourgogne en 937, ce qui laissa à Boson le temps de jouir d’une certaine autonomie.

Aussi, pour reprendre en main cette nouvelle partie de son royaume, Conrad avait besoin d’installer des hommes nouveaux et fidèles qui puissent concurrencer l’aristocratie favorisée par la dynastie précédente. Et en matière d’homo novus, Arlulf pourrait sembler exemplaire. Si son nom et celui de son père (Thibert) renvoient au Viennois, ce qui pourrait être l’indice d’une installation plus ancienne en Provence, Hugues, précédemment comte de Vienne, ayant emmené des aristocrates de cette région dans ses bagages, il ne semble pas qu’il faille forcément en faire un ancien fidèle des Bosonides débauché par Conrad. La simple mention « quidam homo nomine Arlulfus », dans l’acte de 950, pourrait démontrer qu’il n’était guère plus qu’un parvenu, dépourvu de titre. Le roi insistait intentionnellement sur le défaut de légitimité de son homme pour mieux mettre en valeur sa dépendance, réelle ou désirée, envers son royal bienfaiteur.

Toutefois, il apparaît que la qualité d’homme nouveau d’Arlulf tient plus de la fiction diplomatique que de la réalité. Deux ans avant la concession fiscale, Conrad, qui en tant que roi conservait la haute main sur les collations aux bénéfices ecclésiastiques, plaçait sur le siège épiscopal de Marseille le fils d’Arlulf, Honorat3. Ce nom romanisant laisse entendre un certain calcul : il était traditionnel que les prélats provençaux portent des noms latins, comme pour entretenir le souvenir de l’antiquité de la christianisation. De plus, Honorat, prénom du saint fondateur de Lérins mais aussi de l’évêque de Marseille qui rédigea la Vita de Saint-Hilaire au Ve siècle, semble inscrire encore davantage le fils d’Arlulf dans le contexte local4. À sa suite, les membres de la famille vicomtale destinés à l’épiscopat reçurent le nom latin de Pons, un autre saint provençal. Ce choix ne peut être un hasard. Il s’inscrit dans une politique de légitimation voulue par Arlulf pour les siens, au sein de laquelle la concession fiscale n’est qu’une étape de plus.

Plusieurs spécificités de l’acte en question ne s’expliquent que dans cette perspective. L’acte, malgré son importance, se caractérise par un laconisme qui ferait presque croire qu’il est bâclé. L’invocation est limitée au strict minimum (« In nomine sancte trinitatis »), de même la suscription (« Chonradus gratia dei rex »), qui sont pourtant les lieux privilégiés de la manifestation du pouvoir. La suite de l’acte laisse la même impression, quoique l’exposé prenne la peine de souligner l’infériorité d’Arlulf (« Arlulfus petiit […] nos petens… »). C’est encore cet étrange souci d’économie qui anime le dispositif, limité à la terminaison de la curtis et à une rapide clause injonctive et prohibitive («  [Ut autem] hoc nostrum preceptum [ ab omnibus] observetur et a nullo umqua[m viol ] etur »). Sans compter que la description de la concession plaque des notions bourguignonnes sur des réalités provençales : la mention d’une curtis et d’une turris est déjà un hapax en soi dans les chartes concernant la Provence, et l’appartenance d’un lieu à deux comitatus différents transcrit une distinction courante en Bourgogne entre le diocèse et le comté fiscal, mais qui est jusque-là inexistante en Provence5. Ce point est révélateur à la fois de la méconnaissance du contexte provençal par la chancellerie bourguignonne et d’un intérêt très circonspect à l’endroit d’Arlulf. S’il s’agissait d’un fidèle véritablement récompensé par son maître, dans le contexte d’une reprise en main de la Provence, une donation de cette importance aurait été l’occasion d’une mise en scène de la puissance royale. On peut affirmer qu’il s’agit du résultat d’un accord gagnant-gagnant entre un aristocrate qui cherchait à s’imposer dans le pays marseillais, contre l’agent comtal, mais ressentait profondément son manque de légitimité, et un roi en conflit larvé avec un comte toujours plus indépendant, un roi affaibli mais qui restait une source incontestable de légitimité.

Par ailleurs, la turris évoquée dans l’acte réapparaît cinquante ans plus tard, dans la dédicace de la chapelle Saint-Michel du château surplombant Trets6 : elle porte alors le nom de « castrum Arlulfo ». Cette référence au fondateur de la lignée vicomtale est assez inhabituelle pour être remarquée. Le nom d’Arlulf a été oublié dans l’onomastique des vicomtes, occulté par celui de son fils Guillaume, premier vicomte en titre et combattant du Freinet7. De même, dans les donations à Saint-Victor, il n’est mentionné qu’à l’occasion de confirmations de donations qu’il aurait faites. Il paraît vraisemblable que, occupant déjà les lieux avant la concession royale et y exerçant de fait les prérogatives fiscales, il y fit ériger le premier ensemble fortifié mentionné par l’acte soulignant les limites du pouvoir comtal en même temps qu’il ancrait son propre pouvoir dans le paysage : le site du castrum se situe sur un promontoire qui domine la vallée de l’Arc et est bien visible depuis les alentours. Autrement il serait incompréhensible que son nom y soit associé et le resta jusqu’au XIXe siècle (château Arnoud).

Cette hypothèse se confirme lorsque l’on examine la situation de Marseille et de ses environs dans le comté de Provence. Les comtes avaient leur résidence depuis Charlemagne en Arles, dans le palais de la Trouille, et se déplaçaient le long du Rhône, dans leurs possessions fiscales qui s’étendaient jusqu’en Avignon. À ce titre, Marseille pouvait passer pour relativement éloignée, malgré son statut d’ancienne capitale aux temps mérovingiens. Le comte se contentait d’y déléguer un agent, qualifié de vicecomes à compter du Xe siècle, quoique l’on ne connaisse pas l’extension précise de ses prérogatives ; il s’agissait de l’héritier du vidame (vicedominus), agent des comtes carolingiens, et il ne semble pas qu’il faille postuler qu’il fût attaché à un ressort particulier. Dans la perspective de Conrad, aider Arlulf à s’imposer dans ce comitatus était bénin. Il n’avait rien à perdre et créait à peu de frais une potentielle source de nuisance pour le pouvoir comtal. D’autant que le temporel de l’Église de Marseille – le plus important après Arles –, l’influence traditionnelle de son évêque sur la Provence orientale et  la présence du sanctuaire de Saint-Victor (sous la tutelle de l’évêque) concourraient à offrir à qui contrôlerait les honneurs de la ville les moyens de rivaliser avec le comte lui-même.

On pourrait alors trouver une autre explication à l’appartenance de la curtis à deux comitatus à la fois. Conrad, sur la demande d’Arlulf ou bien de son propre chef, rattachait de la sorte la vallée de Trets au comitatus Massiliensis auquel elle n’avait jusque-là pas appartenu. L’acte prend en effet la peine de redoubler la pertinence de la curtis à ce ressort (« Hoc est in curte de Tresia , que est pertinens ex comitatu Marsiliacense et iacet in comitatu Aquense , cum omnibus apenditiis , qui inibi pertinent de comitatu Marsilia »). Cela permettait à Arlulf de prétendre exercer un pouvoir régalien dans le diocèse où son fils détenait l’autorité spirituelle et  renforçait donc sa légitimité à exercer un pouvoir de nature fiscale dans les environs. Cette manœuvre, si elle était présente à l’esprit de nos protagonistes, ne dura pas : par la suite, les Arlulfides distinguaient bien ce qui relevait de leur propre et de l’honneur vicomtal, et Trets appartenait à la première catégorie, sans compter qu’au XIIIe siècle, la vallée finit dans le diocèse d’Aix8, malgré la concession de Conrad brandie par les moines de Saint-Victor lors des plaids de délimitation.

Tous ces éléments rassemblés excluent l’idée qu’Arlulf ait pu être un homme imposé par Conrad, un fidèle d’entre les fidèles parti de rien. Il est plus probable qu’Arlulf fut issu d’un lignage aristocratique qui vint à la suite de Hugues d’Arles pour profiter de sa prise en main de la Provence. Son comportement ne laisse pas entendre pour autant qu’il fut particulièrement loyal envers les anciens maîtres de la Provence. Le comportement d’Arlulf témoigne d’un certain pragmatisme, conscient du contexte politique local et des enjeux nouveaux soulevés par la réduction des horizons du pouvoir régalien, phénomène que F. Mazel appelle la « régionalisation »9. En effet, il n’hésita pas à se rapprocher de Conrad pour légitimer et asseoir son influence au sein d’un pays, le comitatus Massiliensis, alors que le pouvoir des comtes se trouvait contesté par la politique rodolphienne. Mais par la suite, une fois sa position bien établie, il n’eut aucun remord à revenir vers le comte de Provence – s’il s’en était réellement éloigné –, plus ou moins au fait de la vanité de la manœuvre bourguignonne : Conrad ne visita qu’une fois, en 967, la Provence, encore qu’il ne dépassa pas Avignon, et cela resta le seul passage d’un roi bourguignon au Sud de la Durance10. En revanche, Arlulf n’avait aucun intérêt à entretenir une rivalité trop vive avec le comte, bien plus proche et menaçant que le  souverain en titre.

Aussi est-ce pourquoi, en 965, il apparut à la cour comtale, souscrivant à un acte de restitution de biens situés dans les environs immédiats de Marseille11. Son fils Honorat, au nom de l’abbaye de Saint-Victor dont il avait la garde, était venu revendiquer les terres en question qui étaient visiblement intégrées au fisc comtal. Arlulf figure alors parmi les « nobles hommes d’Arles, juges et princes » qui assistent le comte dans sa décision. De plus, il figure immédiatement après le vicomte en titre (sans précision de juridiction), Pons – que J.-P. Poly a identifié avec Pons l’Ancien de Fos –, dans la liste des présents et à nouveau dans la souscription. Si l’on doit bien reconnaître que sa présence ait beaucoup à voir avec l’action que menait son fils, l’évêque, il n’était pas nécessaire de l’inclure dans les « nobles hommes d’Arles ». De fait, cela rend compte d’un apaisement des tensions entre le comte et l’ancien allié de Conrad, qui venait immédiatement après, dans les listes suscités, les agents comtaux, les juges et le vicomte. D’ailleurs, Boson ne se gêna pas pour faire honneur à cet homme alors même que le vicomte en titre, dont les prérogatives étaient contestées par l’affirmation d’Arlulf et des siens, assistait au plaid.

S’il s’agissait bien de Pons l’Ancien, l’événement était alors loin d’être anodin : les Fos et les Marseille entretinrent une longue inimitié durant tout le XIe siècle, et systématiquement, les comtes étaient les alliés des seconds. Par exemple, à la suite de la victoire du Freinet, les Fos contestèrent l’attribution du comitatus Tolonensis et de larges portions de celui de Fréjus aux Marseille et le comte maintint son choix en faveur des seconds ; par deux fois, dans la première moitié du XIe siècle, les comtes firent appel aux Marseille et aux Baux pour reprendre aux Fos le castrum du même nom12. Il est alors nécessaire de rappeler que les possessions des Fos, réparties autour de l’étang de Berre, à une centaine de kilomètres au Nord-Est de Marseille, en faisaient des concurrents directs d’Arlulf et des siens dans la lutte pour le contrôle du comitatus Massiliensis. On comprend que les relations de Pons l’Ancien avec Arlulf n’aient guère été cordiales. On peut même se demander si le comte Boson n’avait pas quelque arrière-pensée en acceptant un rapprochement avec Arlulf : Fos et ses alentours relevaient du fisc comtal et du diocèse d’Arles. Naturellement, il eut été bien plus dangereux pour le pouvoir comtal de voir les Fos étendre leur pouvoir sur le pays marseillais. À la tête du comitatus Massiliensis, Arlulf était moins gênant : il restait les Fos pour servir de tampon, ce qu’ils ne manqueraient pas de faire. Finalement, Arlulf et Boson trouvaient leur compte à se rapprocher.

À défaut de pouvoir avancer qu’Arlulf menât une politique parfaitement consciente de tous ces éléments, il est intéressant de noter la cohérence de ses actions. Elles ont pour dénominateur commun la volonté de légitimer son influence, de lui donner la sanction des autorités supérieures, et par là de la couler dans le modèle carolingien du pouvoir et de son exercice. On peut légitimement avancer que la concession fiscale de Conrad devait s’apparenter à un fief de reprise : Arlulf détenait déjà l’ensemble des droits que lui remit le roi, mais il lui manquait l’essentiel selon la perception de l’époque : l’autorité d’une délégation en bonne et due forme. Conrad condescendit à la lui accorder, rappelant ainsi qu’il était bien à l’origine de tout pouvoir fiscal en Provence, et il ne manqua pas de le souligner dans l’acte de 950. Quinze ans plus tard, comme le roi de Bourgogne ne semblait pas devoir réussir à reprendre en main la Provence, il était tout à fait naturel que l’on se tournât vers le comte. Ce dernier avait, dans les faits, la haute main sur le fisc et tenait encore fermement ce qu’il en restait du côté de Marseille – comme le prouve la démarche d’Honorat. De plus, il s’inscrivait, autant par le titre que par le sang ou l’onomastique, dans la droite ligne de Louis l’Aveugle et de Hugues d’Arles, tous deux empereurs (d’ailleurs, si l’on appelle « bosonide » la lignée issue de Boson, roi de Mantaille, on fait de même avec la première lignée comtale de Provence, issue du Boson qui nous occupe). Le contexte changeant, Arlulf s’y adapte, mais pour autant, ses buts restent les mêmes : asseoir son pouvoir et celui de sa lignée en lui donnant les formes imposées par le modèle carolingien. Force est de reconnaître que l’intelligence politique, consciente de soi ou non, d’Arlulf finit par payer : son fils Guillaume obtint du comte le titre vicomtal et les prérogatives régaliennes sur le comitatus Massiliensis. À la différence des précédents vicomtes, relais du pouvoir comtal, que nous avons évoqués, sa titulature renvoyait directement à son ressort, « vicecomes Massilie », et il jouissait du fisc dans les seules limites de la vicomté marseillaise, pour ce que l’on peut en déduire d’actes postérieurs – notamment la distinction maintenue entre le patrimoine familial (proprio jure) et le fisc (de honore suo).

Il est possible, par ailleurs, que Conrad ne soit pas resté insensible à ce rapprochement : un acte daté de 976-978, tiré du cartulaire de l’Église de Grenoble, nous montre le roi de Bourgogne présidant à un rituel d’excommunication qu’il semble bien avoir organisé13. La cible de la condamnation est un certain Aicard, dont il n’est malheureusement donné que le nom, mais que l’on soupçonne d’être le troisième fils d’Arlulf. Il aurait accaparé des terres relevant de l’Église de Valence (dédicacée à l’époque à Saint Apollinaire et Saint Cyprien), sans qu’il soit pour autant précisé lesquelles. Le texte ne mentionne même pas l’archevêque d’Arles, s’adressant directement aux habitants de la ville, mais l’invite implicitement à donner lecture de la sentence et à déposer l’acte sur l’autel de sa cathédrale. Partie comme elle était, on se doute que la sentence resta lettre morte. C’est d’ailleurs pourquoi elle se retrouva dans le cartulaire de l’évêque de Grenoble. S’il s’agit bien du fils d’Arlulf – et on ne voit pas quel aristocrate provençal était alors assez puissant pour mériter une telle attention de la part du roi de Bourgogne –, on comprend aisément que Conrad ait cherché à lui nuire : sa famille s’était installée dans la fidélité des comtes de Provence et n’entendait pas en sortir. Trois ou cinq ans plus tôt, Guillaume, le frère d’Aicard, s’illustrait même auprès du comte lors de la reconquête du Freinet et recevait pour ses services un très large ensemble de terres en alleux à Toulon et à Fréjus. L’absence aussi bien physique que textuelle de l’archevêque d’Arles vient certainement de l’autonomie croissante que prenait le comté de Provence à l’endroit du pouvoir royal. Après deux archevêques bourguignons, sans doute parachutés par Conrad (Ithier et Anno/Aimon), c’est Pons de Marignane qui occupe le siège arlésien. Par son origine, aussi bien familiale que géographique, il ne pouvait s’agir que d’un fidèle des comtes de Provence ; en sus, il était un parent des Baux, eux-mêmes alliés des Marseille. Dans le contexte de l’époque, aussi bien provençal que bourguignon, cet acte ferait sens, illustrant la difficulté croissante pour un pouvoir lointain de contrôler une principauté où une famille était installée depuis longtemps.

L’histoire d’Arlulf est donc avant tout celle de la formalisation, de la légitimation d’un pouvoir local jusque-là informel. Il ne fait guère de doute qu’il tenait le domaine fiscal de Trets avant que Conrad ne le lui concède ; il devait s’agir d’une ancienne résidence comtale qui servit de base à l’érection de sa turris. De même devait-il jouir d’une grande influence au sein du comitatus Massiliensis, suffisante en tout cas pour imposer son fils aîné sur le siège épiscopal. Dans les deux cas, la décision revenait au souverain bourguignon, et Arlulf réussit visiblement à apparaître comme un homme digne de son soutien. Toutefois, il ne se compromit pas trop par excès de zèle, puisqu’il ne sembla pas inquiéter outre mesure le comte de Provence. En bref, il sut tirer profit des limites du modèle carolingien qui faisait d’un souverain lointain, incapable d’avoir une influence effective sur place, la source de toute légitimité. Il assurait ainsi sa position au sein du paysage local, puisqu’il obtenait et l’autorité spirituelle par son fils – dont on sait combien elle était importante –, et  la reconnaissance de sa domination sur le val de Trets, qu’il pouvait désormais considérer comme son patrimoine et qu’il ne manqua pas de transmettre à ses enfants. C’était obtenir les deux composantes essentielles du pouvoir dans la vision du monde carolingienne : des prérogatives fiscales d’origine régalienne épaulées par un magistère spirituel. Par-là, on peut se permettre de remarquer qu’il mettait le pied à l’étrier de son fils Guillaume qui obtint l’honneur vicomtal, i.e. une délégation entière des pouvoirs comtaux sur le comitatus Massiliensis.

Dans une perspective territoriale, l’action d’Arlulf nous apprend qu’à l’époque considérée, parler de territoire est un non-sens. Le concept de territoire renvoie à trois caractéristiques au moins : un espace borné (quelle que soit la précision des bornes), un centre (qu’il soit physique ou non, ce peut être un homme ou une famille), et un ensemble d’activités humaines qui se déploient à travers le premier depuis le second. On pourrait au mieux parler des territoires d’Arlulf, encore que ce soit particulièrement spécieux dans la mesure où ce dernier n’agissait pas comme s’il en avait. Le pouvoir comme les activités économiques s’exprimaient essentiellement à travers des réseaux, des relations interpersonnelles non territorialisées. C’est ainsi qu’il faut comprendre la concession de 950 : Conrad n’avait aucun contrôle sur le fait qu’Arlulf occupât ou non la curtis de Trets, bien que celle-ci relevât de son royaume.

En revanche, à travers la double légitimation de son pouvoir, il l’enracinait dans le paysage marseillais et donnait le coup d’envoi d’un processus qui n’aboutira que bien plus tard, et que seul l’historien peut percevoir. Par la reconnaissance de la nature fiscale de sa domination sur le val de Trets, il pérennisait sa position et la sortait de la nuit noire où tous les pouvoirs sont noirs. Il n’était plus un simple aristocrate tirant partie de ses alliances, de sa force et de l’état de fait. Il devenait le maître reconnu d’un espace bien borné, donnait à l’influence qu’il avait su engranger ce soupçon d’abstraction, de formalisme nécessaire pour la prolonger dans le temps. Plus important encore pour notre propos, il avait su faire entrer dans l’orbite familiale un siège épiscopal voisin. Il mettait ainsi le pied dans le centre urbain le plus important de la région, mais aussi la main sur un temporel suffisamment important pour gagner la fidélité de l’aristocratie de la ville et contrôler un grand nombre des fiefs du comitatus Massiliensis. La longévité remarquable de son fils Honorat, qui se maintint plus de vingt ans sur le siège marseillais, joua aussi pour beaucoup dans la continuité de la politique familiale.

Pour conclure, le cas d’Arlulf est significatif à l’échelle marseillaise à plusieurs égards. D’abord, pour des raisons archivistiques, il surgit dans l’histoire après un vide documentaire et archéologique de plusieurs siècles, qui correspond peu ou prou à l’époque carolingienne, et s’insère, grâce au Grand Cartulaire de Saint-Victor de Marseille, dans un ensemble homogène de sources qui s’étend jusqu’aux années 1070. Ensuite, il sut profiter du contexte historique dans lequel il évoluait, révélant par-là les contradictions d’une époque révolue – l’ère carolingienne – qui accouchaient d’une nouvelle organisation des pouvoirs où l’élément local était appelé à dominer. C’est justement de son enracinement à une échelle micro-régionale qu’il tirait son pouvoir, et, sachant s’en contenter, il parvint visiblement à le renforcer pour s’imposer, lui et son lignage. Enfin, alors que la Provence, et en particulier la région marseillaise, était en voie de pacification, il pavait le chemin pour l’installation d’un pouvoir unique à l’échelle d’une cité (ou comté). Comme le montre l’exemple de Nîmes à la même époque, où par la captation de l’épiscopat, une lignée seigneuriale patrimonialisa à son profit la délégation du pouvoir comtal dans la cité14 – et par là lui donna une première incarnation territoriale –, Arlulf, en obtenant l’épiscopat marseillais et la légitimation de son influence sur une partie stratégique de la cité, permettait à ses fils de mettre en place leur direction familiale sur l’ensemble des pouvoirs qui pouvaient s’y exercer. C’est donc bien le point de départ qui remet Marseille au centre de son comitatus en réactivant ce dernier.

  1. MGH, Diplomata, Burg., Konrad, Diplome (Placitum, Cartae), n°32, p. 141 []
  2. M. Bouiron, « Passages : Marseille, VIe -Xe siècle », in Th. Pécout (dir.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, Désiris, 2009, p. 38-39. []
  3. Ibid., p. 40 []
  4. F. Mazel, La noblesse et l’Eglise en Provence, fin Xe-début XVe siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002, p. 72 []
  5. Idem, « La Provence entre deux horizons (843-1032). Réflexions sur un processus de régionalistaion », in M. Gaillard, M. Margue, A. Dierkens et H. Pettiau (éd.), De la Mer du Nord à la Mer Méditerranée. FRANCIA MEDIA. Une région au coeur de l’Europe (c. 840 -c. 1050), Luxembourg, 2011, p. 477 []
  6. H. de Gérin-Ricard et E. Isnard, Actes concernant les vicomtes de Marseille et leurs descendants, Monaco, 1926 []
  7. F. Mazel, « Noms propres, dévolution du nom et dévolution du pouvoir dans l’aristocratie provençale (milieu Xe-fin XIIe siècle) », in Provence Historique, t. 53, 2003, p. 147-148 []
  8. F. Mazel, « Cujus dominus, ejus episcopatus ? Pouvoir seigneurial et territoire diocésain (Xe-XIIIe siècle) », ibid. []
  9. Idem, « La Provence entre deux horizons (843-1032) », in M. Gaillard, M. Margue, A. Dierkens et H. Pettiau (éd.), De la Mer du Nord à la Mer Méditerranée, Luxembourg, 2011, p. 453-485 []
  10. Ibid., p. 477 []
  11. CSV, n° 29 []
  12. F. Mazel, La noblesse et l’Eglise en Provence, Paris, 2002, p. 43-45 []
  13. J. Marion, Cartulaires de l’Église cathédrale de Grenoble, dits cartulaires de Saint Hugues, Paris, 1869, Carta XXV, p. 59-61 []
  14. L. Schneider, « Cité, castrum et « pays » : espace et territoires en Gaule méditerranéenne durant le haut Moyen Âge. L’exemple de la cité de Nîmes et du pagus de Maguelone (Ve-XIe siècle) », in P. Cressier (éd.), Le château et la ville. Espaces et réseaux (Ve– XIIIe siècle), Castrum 8, Casa Velázquez / École française de Rome, p. 46-49 []

2 réflexions sur « Marseille et l’horizon territorial, par Pierre Vey »

  1. Bonjour

    J’aurai encore une ou deux questions pour monsieur Vey, après avoir relu son article et relu ses réponses à mes premières questions !
    D’abord, et ça n’a pas l’air d’être courant dans ce contexte méditerranéen, ce vide de presque 5 siècles de documentation et de littérature semble incroyable : on pourrait au moins concevoir que les tenants de la culture latine ou romaine auraient pu avoir le temps de camoufler ou enfouir leurs écrits quelque part comme ça se passe quelquefois dans les périodes très troublées genre Manuscrits de la mer Morte, ou bien de les faire passer dans une région plus calme, etc….
    Ensuite, en ce qui concerne ce fameux « curtis » de Trets, on n’ a pas beaucoup de données : quelle surface, quel revenu ? et surtout y avait-il d’autres curtis fiscaux ailleurs qu’à Trets ? et sinon pourquoi à Trets , même si Trets était bien défendu, etc…?
    Sur la carte IGN, on constate quand même que la distance est assez marquée entre le lieu fortifié de la « Tour » et le lit de l’Arc….
    Merci

    François Pelatan

    Nb – je vois sur la carte très précise de Trets qu’il y deux lieu-dits sur les bords de l’Arc : Quartier Courtot et petit Courtot, pensez-vous que ça pourrait venir de « Curtis » ?

  2. Deux questions à l’auteur sur ce texte :

    – Choix de noms « romanisants » Honorat, Pons, etc… mais alors les noms autres sont de quelle culture ?

    –  » Vide documentaire et archéologique de plusieurs siècles sur Marseille  » que s’était-il passé ? invasions ? et était-ce particulier à la région de Marseille ou bien d’autres lieux avaient-ils vécu le même vide ?

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.