Leonardo e Ponte Buriano : Un chantier de restauration avec la Joconde pour toile de fond

Jean Bernard a effectué son stage de 4e année d’École des chartes, en octobre-novembre 2017, à la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per le province di Siena, Grosseto e Arezzo (Italie)1.

C’est dans un coin de Joconde qu’est né l’intérêt pour le Ponte Buriano, ravivé pour les 500 ans de la mort du maître, c’est au creux du paysage vaporeux en sfumato qu’il faut porter son regard, à la gauche de Mona Lisa. Les piles frémissantes d’un pont relient l’épaule du personnage à la montagne qui ferme le tableau, en poursuivant la courbe du drapé rejeté en arrière. D’âpres batailles eurent lieu pour identifier le paysage en général et le pont en particulier : français ? Italien ? Le Ponte Gobbo de Bobbio ? Aujourd’hui, à la suite des travaux de Carlo Starnazzi2, le Ponte Buriano revendique le titre de pont le plus regardé du monde, et un « Museum Leonardo e l’Aretino »3 dédié aux rapports entre Léonard de Vinci et la région d’Arezzo a même ouvert dans la localité le 16 juillet 20164.

Leonardo di ser Piero DA VINCI, dit Léonard de Vinci, Portrait de Lisa Gherardini, épouse de Francesco del Giocondo, dite Monna Lisa, la Gioconda ou la Joconde¸ vers 1503-1519, bois (peuplier), 77 x 53 cm. Musée du Louvre, Paris, détail (Creative Commons)

Situé dans les environs d’Arezzo, au cœur du paysage toscan, ce pont construit entre 1240 et 1277 est resté un point de passage important pour franchir l’Arno, et 7000 véhicules l’empruntent encore chaque jour. Mis à l’épreuve du temps, ce monument appartenant à la Province (la subdivision de la région, qui équivaut plus ou moins au département) fait l’objet d’une restauration sous la surveillance de la Surintendance de l’Archéologie, des Beaux-Arts et du Paysage pour les provinces de Sienne, Grosseto et Arezzo, où j’effectue mon stage en octobre et novembre 2017.

Le Palazzo Albergotti, demeure néoclassique de la fin du XVIIIe siècle d’une grande famille arétine, abrite les services de la surintendance à Arezzo

Les Surintendances représentent le Ministère des Biens et des Activités culturels et du Tourisme au niveau de la province, et sont regroupées sous un Secrétariat régional, ici de Toscane. À la suite d’une réforme de 2014, la surintendance de Sienne-Grosseto avec son siège à Sienne (créée avec les premières surintendances après la loi de 1909) a été regroupée avec Arezzo qui avait son siège dans la même ville (créée à la fin des années 1960). De la même façon qu’en France subsistent les sièges des ex-DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), comme le site de Poitiers qui dépend du siège à Bordeaux de la DRAC de Nouvelle Aquitaine, le site d’Arezzo conserve un fonctionnement autonome sur un certain nombre de plans, même s’il dépend du siège de Sienne pour le nouveau regroupement Sienne-Grosseto-Arezzo. J’ai eu l’opportunité d’observer les deux sites de Sienne et Arezzo et leur articulation.
Depuis la même réforme de 2014, les surintendances regroupent trois spécialités au sein de chaque province, Histoire de l’art (patrimoine mobilier), Architecture (patrimoine immobilier) et Archéologie, avec les titres correspondants d’Historien de l’art, Architecte et Archéologue. Le système est comparable à la division des DRAC en différents services, mais on notera que patrimoine mobilier et immobilier sont séparés, avec une opposition plus nette entre histoire de l’art d’une part et histoire et technique de l’architecture d’autre part. Cela est vrai tant pour la formation que pour le poste, et il n’est pas possible de passer de l’un à l’autre : historien de l’art et architecte sont des fonctions imperméables en Italie, là où les conservateurs des Monuments historiques en France peuvent avoir une formation d’architecte ou d’historien de l’art. En Italie en revanche, l’architecture est plus étroitement liée au paysage, dont la préservation est un enjeu important en Italie, et particulièrement en Toscane, et les architectes ont un sens poussé de l’intégration harmonieuse des bâtiments anciens et moderne dans le paysage, avec des exigences précises et fortes envers les aménageurs.

Panneau de chantier reprenant les informations règlementaires… et une photo aérienne du Ponte Buriano, fondue avec celle de la Joconde

En tant que bien public, puisqu’il appartient à la province qui gère la voirie, et en tant que bâtiment de plus de 70 ans, puisqu’il date de l’époque médiévale, le pont de Ponte Buriano est automatiquement considéré comme un bien culturel, sans procédure particulière d’inscription sur une liste limitative, et donc sans texte précis qui établirait un intérêt culturel, cet intérêt est donc de facto et non de jure. Tous les travaux et restaurations le concernant sont en conséquence placées sous la haute surveillance de la Surintendance. Faute de fresques ou décor sculpté particulier, et faute de creusements dans le sol, l’historien de l’art et l’archéologue référents pour la zone ne sont pas impliqués, mais seul l’architecte de la Surintendance intervient, ici Donatella Grifo. Celle-ci est en relation avec l’architecte auteur du projet, ici l’architecte de la province Pierangelo Casini5, ainsi qu’avec l’entreprise qui a remporté le marché.

Échafaudages sur deux becs de la face est

Sur un budget de 3 millions d’euros, 700 000 € proviennent de la région de Toscane et de la province d’Arezzo. Une première tranche en 2017 consiste en une restauration et un renforcement de la structure de deux becs de la face est, plus saillants et massifs que les becs de la face ouest, mais à contre-courant et exposés jusqu’au XIXe siècle au transport de troncs d’arbres. Les travaux ont donc été prévus pour septembre et octobre 2017, tant que le fleuve est bas, pour garder la base au sec, et tout retard a pour risque la remontée du niveau du fleuve.

Parement et remplissage, on distingue au milieu du cliché une pierre ôtée pour placer l’extrémité d’un tirant d’acier, ainsi que les fils colorés de repérage tendus le long des échafaudages

La structure de ces becs est totalement maçonnée en partie basse, mais n’est qu’un mur de parement avec remplissage de terre en partie haute. Cette partie plus fragile est soumise aux vibrations produites par les véhicules, et se voit donc renforcée par la pose de tirants d’acier. Il faut pour cela enlever puis remettre une assise de pierres, qui sont repérées avec un système de fils de couleurs formant une grille reproduite sur le tablier du pont.

Pierres retirées et posées sur une grille

Ces pierres sont également numérotées, afin d’être replacées correctement. Le but est de réutiliser toutes les pierres et d’en remplacer le moins possible, toutefois certaines lacunes dans le mur imposent le recours à de nouvelles pierres.

Pierres avant bossage en haut (on peut reconnaître sur celle de gauche la marque en négatif du tube qui a servi à l’extraction), après bossage en bas

Ces pierres sont extraites avec des techniques récentes, mais dans des carrières de la région similaires à celles de la construction initiale. Elles sont ensuite retravaillées par un tailleur de pierre qui en égalise la surface pour les rendre utilisables dans la maçonnerie, et en harmonise la surface avec un bossage, ici réalisé avec une broche (ou pic) percutée par un maillet.

Lacune comblée avec de nouvelles pierres, dont la surface est ici encore alignée avec les anciennes, ce qui fait ressortir la surface plus régulière et intègre des premières. Elles seront retirées, rabotées et replacées en retrait des autres

Deux problèmes sont toutefois rencontrés lors de la pose des nouvelles pierres, concernant leur agencement et leur aspect. Le principe général est de trouver un équilibre entre intégration (esthétique) et distinction (scientifique) de l’intervention avec l’existant, avec comme contrainte l’efficacité de la structure. Un moyen simple pour la distinction est de ne pas aligner la surface des nouvelles pierres avec les anciennes, en les mettant en retrait, mais la largeur du mur est parfois insuffisante et la pierre ainsi rabotée serait trop fine, l’arbitrage se fait au cas par cas.
De même, il est difficile de trouver un équilibre entre l’aspect trop neuf des nouvelles pierres qui jurent avec le reste, et le côté artificiel (et intellectuellement malhonnête ?) d’une patine factice. Ici, le premier bossage proposé pour les nouvelles pierres, avec des incisions obliques trop régulières, contrastait trop avec le reste selon l’architecte de la Surintendance. Ces pierres seront donc déposées, lissées et quelque peu « dérégularisées », finalement pour se rapprocher de l’état brut de la sortie de la carrière, sans écarter d’éventuelles retailles pour s’adapter à la pose dans le mur. Ces problématiques sont évidemment difficiles à trancher sur le papier lors de la rédaction du projet, et les décisions sont mieux informées sur le terrain. Cette précaution scientifique, qui privilégie des expérimentations sur le terrain avant de fixer une méthode, entraîne toutefois des complications logistiques, car ces changements en cours de route (ici la dépose et retaille des pierres déjà apprêtées) ont aussi un coût.
La première phase de restauration prépare la seconde, qui a lieu en 2018 sur la face ouest, certains critères sont donc alors fixés d’après l’expérience acquise sur la face est (connaissance précise de la structure interne, choix de la couleur des pierres, du bossage, etc.). La réflexion sur la construction d’un autre pont n’a toutefois pas encore abouti, cela permettrait pourtant de soulager l’ancien et, par exemple, de retirer la couche de bitume pour laisser apparaître le pavement d’origine. L’irruption d’un nouvel édifice dans le paysage toscan, témoin du temps de la construction du pont et peut-être plus encore de celui du regard (fétichisé) de Léonard, dans ce paysage jalousement gardé comme ressource culturelle et économique, ne serait toutefois pas anodine…

  1. Photo de couverture : Le Ponte Buriano (Arezzo), 1240-1277, face ouest. Les becs qui montent presque au niveau du tablier ont été un élément d’identification, de préférence notamment à des ponts français. []
  2. Présentation de Carlo Starnazzi et de ses travaux, suivant des critères géomorphologiques notamment, sur le site dédié au Ponte Buriano http://www.ilpontedellagioconda.it/museo/carlo-starnazzi.html []
  3. Site officiel du Ponte Buriano, page présentant le musée http://www.ilpontedellagioconda.it/museo.html []
  4. Reportage du 12 juillet 2016 par Arezzo Notizie TV sur l’ouverture du « Museum Leonardo e l’Aretino », http://www.arezzotv.net/index.php/tempo-libero/cultura/7378-ponte-buriano-ar-nasce-il-museum-leonardo-e-l-aretino-sabato-16-luglio-l-inaugurazione.html []
  5. Interview de Pierangelo Casini par Arezzo TV, http://www.arezzotv.net/index.php/video-2/14857-ponte-buriano-al-via-i-lavori-di-restauro-strada-chiusa-fino-al-31-ottobre.html []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.