Mobile/Immobile : les mobilités en question aux Archives nationales

Les Archives nationales présentent, depuis le 16 janvier et jusqu’au 29 avril, leur nouvelle exposition intitulée « Mobile/Immobile. Artistes et chercheurs explorent nos modes de vie »1. Comme celle consacrée l’année dernière à Mai 68, elle s’articule autour des deux sites, à Paris et à Pierrefitte-sur-Seine. De manière inédite, sa conception a été réalisée en collaboration avec le Forum Vies Mobiles, institut de recherche crée en 2011 par la SNCF. Cet institut encadre des recherches, publie des ouvrages et organise des événements dans le domaine scientifique et artistique prenant pour thème la mobilité dans la vie contemporaine. Il s’engage ainsi particulièrement dans l’étude et la valorisation des transports et des modes de vie adaptés aux nouveaux enjeux environnementaux .

L’exposition de l’hôtel de Soubise est organisée en quatre thèmes qui explorent, de manière semi-chronologique et thématique, les grandes questions contemporaines de la mobilité : « Pétrole, vitesse et modernité » explique le lien organique entre le développement des mobilités et les représentations symboliques de la vitesse dans le cinéma ou les publicités, incarnées par les courses de voiture ; « Une mobilité sous contrôle » met en évidence le développement croissant de la surveillance des individus en mouvement depuis le XIXe siècle ; « Des vies mobiles entre villes et campagnes » souligne les pratiques quotidiennes de mobilité dans différents pays, de l’Inde aux Mid-West américain en passant par la Chine et la France ; enfin « Et demain…accélérer ou ralentir ? » pose la question de la nécessité de développer des alternatives à la crise moderne. Chacune de ces parties est illustrée par des œuvres d’artistes contemporains travaillant tout type de medium : photographies, objets, peintures, dessins, vidéos, installations, ou expériences comme la cartographie subjective sonore de Swan Thommen qui a suivi six habitants de Genève et Zurich pendant douze heures d’une même journée, afin de capter les bruits permanents et montrer ainsi le niveau de la pollution sonore de leur quotidien.

 

« La montagne immobile », Elinor Whidden

Le thème de l’exposition, résolument actuel, est inhabituel au sein de la programmation culturelle et scientifique des Archives nationales : en effet, le cœur de l’exposition ne s’attache pas à présenter l’histoire des mobilités sur un temps long, mais à les montrer sous le jour des pratiques quotidiennes contemporaines. On pourrait donc regretter la quasi absence de documents d’archives puisqu’aucun document issu des fonds conservés par les Archives nationales n’est exposé de manière directe. C’est au moyen d’un vidéo-projecteur qu’une série de documents est présentée pour retracer l’histoire du contrôle des individus depuis le XIXe siècle. La plupart de ces documents sont issus de l’exposition Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années 60, organisée en 2011. Une chronologie complète le dispositif, indiquant les grandes étapes de l’enregistrement de l’identité et des déplacements au XIXe et XXe siècles : ce sont, par exemple, la première migration sur fiche opérée par la préfecture de police en 1833, la création des premiers passeports avec photographie en 1853, suivie cent ans plus tard, en 1955 de la création de la carte nationale d’identité.

En outre, neuf reproductions d’affiches sont également projetées : il s’agit d’affiches électorales produites par l’association Les Amis de la Terre, ayant soutenu René Dumont (1904-2001), premier candidat élogiste à l’élection présidentielle de 1974. Est à remarquer que l’une d’entre elles, datant de 1978, a été dessinée par Jean-Jacques Sempé.

Parmi les propositions artistiques présentées, une entreprise archivistique apparait comme tout à fait unique : il s’agit du travail de Thomas Sauvin, habitant de Pékin, qui, depuis 2009, achète des sacs de photographies destinées à la destruction pour y sauver des témoignages de la vie quotidienne en Chine et ainsi illustrer, par des images anonymes, les bouleversements connus par le pays depuis 70 ans. Il a ainsi récolté et classé plus d’un demi-million de photographies dont seulement 82 sont présentées dans l’exposition, afin d’évoquer le rapport à la mobilité.

À côté des œuvres, sont diffusées des vidéos d’interviews d’universitaires aux interventions extrêmement intéressantes, apportant leur éclairage scientifique sur les enjeux spécifiques aux mobilités. On peut ainsi retenir les interventions de Vincent Kaufmann, professeur de sociologie de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, sur la réversibilité des mobilités ; de Lionel Rougé, maître de conférences en géographie à l’Université de Caen-Normandie, sur les nouveaux modes de vie urbains, périurbains et ruraux ; enfin de Christophe Minck, criminologue et sociologue, sur l’injonction sociale faite aux individus à la mobilité.

Le propos est de souligner l’ambivalence fondamentale de la mobilité : celle-ci est célébrée comme l’accomplissement de l’individu contemporain, à la fois dans sa vie personnelle et professionnelle. Elle est donc une notion idéologique qui suppose qu’aller vite et loin, de manière de plus en plus fréquente, est source d’expériences existentielles et une condition de la liberté. Cependant, elle entre pleinement en contradiction avec les enjeux actuels et futurs de conservation d’un cadre de vie durable, car reposant sur un modèle économique ayant épuisé les ressources naturelles, détruit les écosystèmes, et accru les inégalités sociales. Ce système économique repose essentiellement sur les mobilités comprenant les modes de déplacements des personnes et des biens à l’échelle planétaire. À l’épuisement du monde est conjoint l’épuisement des individus, pour qui le temps de mobilité, autrefois un temps mort, est devenu aujourd’hui un temps rempli par les loisirs ou par le travail, alors que les aspirations à un ralentissement du mode de vie, surtout dans la vie quotidienne, se développent.

Les différents types de mobilité sont présentés dans leur grande variété, plus ou moins connus : qu’ils soient des phénomènes nouveaux comme les néo-nomades, personnes ayant choisi de quitter leur domicile fixe pour vivre dans des camions ou des caravanes aménagés ; ou mieux connus comme les migrations pendulaires entre le lieu de domicile et le lieu de travail. Ils sont surtout mis au regard des contrastes de notre époque : un monde dans lequel coexistent la sollicitation à l’ouverture vers l’extérieur dont témoignent des migrations touristiques toujours plus intenses, avec un contrôle et un discours, eux aussi en essor, de fermeture aux réfugiés politiques, économiques ou climatiques.

Cette exposition, organisée de manière novatrice du point de vue de sa conception, atteint son but qui est de nous faire réfléchir sur des problématiques assurément actuelles et auxquelles nous sommes inextricablement liés, comme le décrivent les planches BD intitulées « Tranches de vie mobile », exposées en haut de l’escalier d’honneur, racontant les transports entre milieux urbains, « rurbains » et ruraux. Elle interroge notre propre rapport à la mobilité et aux aspirations contradictoires que nous y associons, entre désirs de s’abandonner toujours davantage au voyage et tropisme pour un rythme de vie plus calme et ralenti.  

“Windshield wiper tent” et “Small car knapsack”, Elinor Whidden, 2006 et 2009

Pour poursuivre l’exploration des problématiques de la mobilité, le site de Pierrefitte-sur-Seine présente des dispositifs complémentaires : des jeux futuristes imaginant des avenirs possibles, des présentations de bandes dessinées, de films et d’ouvrages fondamentaux sur les théories de la mobilité par Vincent Kaufmann et Javier Caletrio, respectivement directeur et conseiller scientifiques du Forum Vies mobiles.

 

  1. Photo de couverture : © Elinor Whidden / La Montagne immobile []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.