Le savoir-s’asseoir Roche-Bobois, par Clara Roca

Entretien avec Clara Roca, élève de quatrième année qui a réalisé une thèse intitulée Le savoir-s’asseoir Roche-Bobois : de la conception à la réception (1960-fin des années 1980). Propos recueillis par Nola N’Diaye. 

Comment es-tu arrivée à ce sujet ?

Je suis partie de deux idées très vagues : l’étude de l’urbanisme au travers la bande dessinée d’une part, les objets du quotidien comme matériaux à la base d’œuvres d’art d’autre part. Dans le même temps, j’étais très intéressée par le design au sens large.

Diverses rencontres avec des professeurs et des professionnels m’ont permis de voir que le domaine du design était celui où j’aurais le plus de liberté, et il m’est peu à peu apparu que la chaise était un objet idéal à cibler, dans la mesure où il est particulièrement représentatif du travail des designers. Une rencontre avec Agnès Callu a été déterminante : elle m’a confortée dans l’idée de réaliser une étude de cas sur un objet particulier et m’a indiqué qu’il serait nécessaire de m’intéresser à un fonds d’entreprise assez conséquent et intact.

J’ai commencé un travail de prospection en contactant un nombre important d’entreprises de l’ameublement contemporain et j’ai pu faire deux constats : d’une part que la plupart des entreprises travaillant dans la période choisie (de la fin de la seconde guerre mondiale à la fin des années 1980) avait fait faillite et que d’autre part, leurs archives n’avaient jamais été conservées. Pour pallier l’absence d’archives, il m’a donc fallu entrer en contact avec une société encore active aujourd’hui, ce qui permettait aussi de conduire des entretiens avec des témoins à même de combler le manque d’informations. Roche-Bobois s’est montré tout de suite intéressé, ce qui présentait un double atout : en plus d’avoir un fonds d’archives remarquablement complet, la seconde génération de dirigeants attache beaucoup d’importance à son patrimoine historique. De plus, Roche-Bobois se prêtait tout particulièrement bien à une étude portant sur le siège dans la mesure où il fait plus de 50 % de leur chiffre d’affaires, position normalement occupée par le meuble meublant.

J’ai pu, une fois la mission officialisée, mener un très grand nombre d’entretiens avec des acteurs, des témoins directs et indirects de la période en question ; cela m’a d’ailleurs permis de la préciser : l’intervalle 19601 – fin des années 1980. J’ai également affiné mon choix typologique, puisque Roche-Bobois se spécialise dans les sièges de salon. Le siège en tant qu’objet d’étude général permet de croiser un grand nombre de champs d’étude : histoire culturelle, sociale, économique, d’entreprise, technique du corps, théorie du design, théorie des objets, histoire du design, des techniques, des matériaux, des formes…

Après quelques mois de travail sur les archives, j’ai trouvé le thème qui permettait de rassembler les informations collectées : « le savoir s’asseoir Roche-Bobois », formule développée par l’entreprise au tournant des années 1960 pour désigner un mode d’assise beaucoup plus décontracté, beaucoup plus « jeune ». Ce concept était intéressant à reprendre afin de l’appliquer non seulement à ce nouveau « savoir s’asseoir » mais également au « savoir s’asseoir » en général pour comprendre comment les modes d’assise et les sièges qui les matérialisent révèlent les évolutions des sociétés et des styles de vie.

Quels ont été tes axes d’étude ?

Je suis partie du concept, de l’idée et de la vision commune élaborés par les dirigeants de Roche-Bobois et qui commandent à toute la chaîne du siège et à sa réception. Les ressorts principaux de l’idée du siège selon Roche-Bobois sont le confort, la mise en ambiance2 et les styles de vie. C’est l’objet de ma première partie. Cela revient à exposer une théorie du confort, à démontrer sa relativité, sa multiplicité – les variables de l’espace et du temps ont de très forts impacts sur la conception du confort qui du reste est individuelle, chacun a son propre confort. Je démontre ainsi comment Roche-Bobois a réussi à aborder cette multiplicité et cette variabilité grâce au concept de « savoir s’asseoir » en élargissant son offre à un large éventail de sièges et de modes d’assise en accord avec les attentes variées des clients. Ensuite, j’évoque le métier de Roche-Bobois qui se définit comme ensemblier-décorateur et développe le terme d’ambiance et de conception globale de l’environnement de confort.

Je cherche aussi à déterminer comment cette idée du siège propre à Roche-Bobois est appliquée tout au long de ce que j’appelle la « chaîne du siège », c’est-à-dire de la conception à la vente et à la réception par le client. Cela consiste d’abord à présenter une genèse de Roche-Bobois, entreprise qui résulte de l’union entre deux sociétés-mères, tenues par deux familles, les Roche et les Chouchan. Le cœur de la pensée Roche-Bobois vient en fait des partis pris communs aux deux familles, lesquels étaient le fondement de l’union. Citons notamment le choix du contemporain, de la distribution, l’édition, l’importance capitale d’une politique de communication massive et surdéveloppée… Les sociétés-mères gardent un rôle prépondérant dans la société commune créée en 1960. Roche-Bobois décide de baser son modèle économique sur un réseau de franchises. Les rapports entre ces sociétés sont codifiés par des contrats qui servent également de structure à la chaîne du siège et qui définissent les rôles respectifs de ses acteurs. Les plus importants sont probablement les contrats de concession de marques qui fixent le rôle des franchisés, définissent l’espace géographique qui leur est cédé, leur cède l’enseigne Roche-Bobois et les collections élaborées par la société commune, définissant en retour leurs devoirs envers Roche-Bobois, par exemples des redevances. Il apparaît alors que les vraies structures de la chaîne du siège Roche-Bobois sont les dirigeants présents à toutes ces étapes qui diffusent ainsi leur idée du siège, de sa conception à sa réception. Ils peuvent ainsi rendre le produit cohérent en vérifiant qu’il correspond bien à l’idée Roche-Bobois. Parmi ces hommes, il convient de citer tout particulièrement Philippe Roche (décédé en 2011), « l’homme du siège », qui est le directeur de la collection siège Roche-Bobois.

La chaîne du siège se déploie en deux temps. Il y a d’abord l’importation3, et l’édition, que Roche-Bobois favorise à partir des années 1970. Ce premier temps pose la question des salons internationaux, de la sélection à l’origine de la création des collections, ce qui ramène à la question du travail avec des créateurs et des fabricants. Le second temps,  c’est la diffusion, la distribution et la vente du siège, qui voit la mise en place d’une politique de communication de grande ampleur restée fameuse.

Le dernier axe porte sur la représentation de Roche-Bobois, comme autre forme de réception, au-delà de celle du client. Il y a d’abord auto-représentation, ce qui passe par l’élaboration d’une image de marque, fondée sur la création4 et sur des liens nourris avec des sphères culturelles par l’intégration d’œuvres d’art dans les ambiances proposées par l’entreprise et par l’insertion d’œuvres d’art dans l’offre de l’enseigne.

Dans le même ordre d’idées, Roche-Bobois ne peut se limiter à la création, dans la mesure où c’est une société avant tout distributrice. L’image de marque est donc complétée par la recherche de contact et de complicité avec le client qui passe par l’élaboration d’un discours particulier, par des liens forts entretenus avec la presse nationale et spécialisée afin d’avoir une visibilité importante et par la mise en scène dans des espaces favorisant ce contact avec le public comme les stands des salons, les vitrines, les magasins…

La représentation de Roche-Bobois passe aussi par des acteurs extérieurs, et notamment par les institutions culturelles. C’est l’occasion de parler de l’entrée du design et plus précisément du siège dans les musées, parallèlement à l’élaboration de théories du design et au travail de sociologues. J’en viens ainsi à évoquer les modalités de la réception et de la représentation de Roche-Bobois et plus particulièrement du siège Roche-Bobois par les musées.

As tu eu des surprises, des choses qui t’ont étonnée ?

Je n’avais aucune attente vis-à-vis des archives de Roche-Bobois. Comme il s’agissait de cartons de déménagement, dans un bureau inutilisé, je ne savais pas du tout si j’allais avoir la matière pour travailler mon sujet. La seconde surprise fut, compte tenu cet état des archives, l’intérêt des dirigeants et des acteurs du microcosme Roche-Bobois pour mes recherches.

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées ?

L’état des archives, leurs lacunes, le fait que la personne la plus intéressante à rencontrer était malheureusement décédée… En outre, la prise de contact avec la société pour être sûre d’avoir accès aux archives pour mes recherches a été très longue. Pendant une année, ce fut un stress permanent. Les sources étaient très éparpillées, j’ai dû aller dans un grand nombre d’endroits différents, rencontrer des gens qui ne vivaient pas à Paris, mais même si c’était une contrainte, ce n’était pas pour autant pour moi une grande difficulté.

La définition du sujet a par ailleurs été complexe, notamment pour faire valoir auprès de mes différents interlocuteurs ma définition et ma vision du siège.

Quels sont tes projets pour la suite ?

Je compte réaliser une thèse de doctorat. Pour l’instant, j’envisage deux pistes : la première, c’est de continuer l’étude du siège Roche-Bobois en élargissant le cadre chronologique jusqu’à nos jours. Cela me permettrait de poser les questions de l’adaptation à la conception assistée par ordinateur, aux nouvelles préoccupations écologiques et à la collaboration avec de nouveaux créateurs, notamment ceux des maisons de haute couture. La seconde option consisterait aussi en un élargissement, cette fois en sortant de l’“étude de cas”, c’est à dire d’étudier le siège ou le savoir-s’asseoir en France, de 1945 à la fin des années 1980. Le problème de ce sujet passionnant est le risque de rencontrer le même problème qu’au début de ma thèse d’École, à savoir le manque cruel d’archives.

Aurais-tu des conseils pour les promotions suivantes ?

Il faut faire très attention avec les archives privées, elles donnent souvent des coudées libres car il y eut peu de prédécesseurs voire pas du tout, mais leur accès est compliqué, demande beaucoup de temps, de démarches auprès des personnes possédant ces archives. Il faut se montrer extrêmement disponible pour s’adapter à leur calendrier souvent très chargé, il faut aussi être prêt à se déplacer.

Mon deuxième conseil serait que, si un sujet plaît, il faut le défendre jusqu’au bout, bec et ongles, car quatre ans c’est long. Il faut que ce soit un sujet que l’on aime vraiment afin de pouvoir le défendre jusqu’au bout pour qu’il soit accepté.


  1. Date de fondation de la société commune D.A.N, aujourd’hui Roche-Bobois International. []
  2. Façon de concevoir le siège et son confort au-delà du seul objet pour concevoir tout le cadre qui entoure le siège, son décor par exemple, et qu’on retrouve dans la communication visuelle élaborée par Roche-Bobois : ne pas présenter un produit isolé mais à le mettre virtuellement en pratique. []
  3. Dans les années 1960, la société qui est créée est une société d’importation et de distribution de mobilier. []
  4. La création des designers pour élaborer le siège, la création architecturale, avec des magasins souvent réalisés par architectes ou sélectionnés pour leur valeur propre et pré-existante,  la création visuelle avec le travail des photographes de renom pour élaborer la communication visuelle. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.