Le Matenadaran, sanctuaire des manuscrits d’Arménie

Au nord de la capitale arménienne, Erevan, se trouve un lieu à mi-chemin entre musée et bibliothèque. Et pour cause, le Matenadaran (մատենադարան), c’est à dire le “dépôt de manuscrits” en arménien ancien, relève des deux catégories : il s’agit du sanctuaire où sont conservés et partiellement exposés les trésors manuscrits de l’Arménie. Si le lieu est singulier, il succède pourtant à des dépôts ainsi nommés qui avaient été créés dans les monastères depuis la création de l’écriture arménienne au début du Ve siècle de notre ère. Le bâtiment actuel est récent ; l’idée de rassembler les manuscrits en un même lieu date de l’ère soviétique. Le bâtiment de béton, dont l’allure trahit autant l’architecture fonctionnaliste soviétique que la référence aux églises médiévales arméniennes, est achevé en 1957 et inauguré en 1959. Au bout de la grande avenue portant son nom, la statue de Mesrop Machtots, (Մեսրոպ Մաշտոց ), inventeur révéré de l’alphabet arménien aux alentours de 405, accueille le visiteur.

Le bâtiment principal du Matenadaran. Crédits photo : Charles Viaut

Les visiteurs sont accueillis au troisième étage du bâtiment dans les salles d’exposition, les seules à accueillir du public. La plus grande partie des quelque 13 000 manuscrits arméniens et 3 000 manuscrits étrangers n’est accessible qu’aux chercheurs ; toutefois, le Matenadaran présente depuis sa création une sélection choisie des collections. La partie centrale de l’exposition et des collections est composée de manuscrits religieux, notamment d’Evangiles copiés dans les villes et les très nombreux monastères du plateau arménien. Certains, comme l’Evangile d’Etchmiadzine (Մայր Տաճար Սուրբ Էջմիածին, cathédrale siège de l’église apostolique arménienne), date du Xe siècle, avec une reliure en ivoire du VIe siècle.

Evangiles d’Etchmiadzine. Crédits photo : Charles Viaut

Le Matenadaran permet d’ailleurs une plongée dans l’histoire de l’iconographie religieuse des différentes communautés arméniennes médiévales. Cet évangile du Vaspourakan (Վասպուրական), sur le haut-plateau arménien, est daté du XIIIe siècle et figure l’entrée de Jésus à Jérusalem.

Evangile du Vaspourakan, XIIIe siècle, détail. Crédits photo : Charles Viaut

Un autre manuscrit, copié en Cilicie à la même époque, rappelle l’existence du royaume arménien méditerranéen de Cilicie, contemporain des croisades.

Evangile cilicien, XIIIe siècle. Crédits photo : Charles Viaut

L’activité érudite des monastères arméniens médiévaux ne s’est pas limitée à la copie et à l’enluminure des textes saints. La mise par écrit de la langue arménienne dans son propre alphabet à partir du Ve siècle engendre une vaste mouvement de copie et de traduction des œuvres de l’Antiquité classique, de Byzance et de l’Occident latin à partir du XIIe siècle. Le Matenadaran présente des exemples de traductions, notamment un très bel exemplaire de l’Histoire d’Alexandre par Eusèbe de Césarée.

Histoire d’Alexandre. Traduit du grec au Ve siècle, manuscrit du XVIIe siècle. Crédits photo : Charles Viaut

La traduction depuis les langues modernes n’est pas en reste dans l’Arménie médiévale, mise en lien direct avec les royaumes chrétiens d’Occident à partir de l’époque des croisades. La traduction de l’Histoire de Paris et de Vienne dans un manuscrit du XVIe siècle témoigne de la persistance de ces contacts culturels.

Histoire du chevalier Paris et de la belle Vienne, roman traduit du français en 1578. Crédits photo : Charles Viaut

Les œuvres arméniennes sont évidemment les plus représentées dans l’exposition et les collections. L’histoire, genre roi de la littérature arménienne médiévale, est représentée notamment grâce à des manuscrits des oeuvres d’Agathange (Ագաթանգեղոս), et Eghiché (Եղիշե) historiens arménien du Ve siècle. Ces auteurs sont respectivement les historiens de la conversion de l’Arménie au christianisme au IVe siècle et de la bataille d’Avarayr de 451 (Ավարայրի ճակատամարտ), défaite des Arméniens menés par le connétable Vardan Mamikonyan (Վարդան Բ Մամիկոնյան), si sanglante qu’elle dissuada les Perses d’imposer le mazdéisme aux Arméniens chrétiens.

Agathange, histoire de l’Arménie, manuscrit de 1569. Crédits photo : Charles Viaut

Eghiché, histoire de Vardan Mamikonyan et des guerres arméniennes, manuscrit de 1569. Crédits photo : Charles Viaut

Les sciences mathématiques, astronomiques et astrologiques sont également bien représentées dans les collections de manuscrits du Matenadaran, notamment les sciences exactes et les mathématiques, dans des traités souvent traduits du grec ou de l’arabe.

Géométrie d’Euclide, traduction du VIIe siècle, manuscrit du XIIe siècle. Crédits photo : Charles Viaut

Carte géographique, XIIe-XIIIe siècle, manuscrit du XVe siècle. Crédits photo : Charles Viaut

La médecine, enfin, n’est pas en reste, notamment de remarquables manuscrits médicaux et botaniques médiévaux et modernes. Mkhitar Heratsi (Մխիթար Հերացի), médecin arménien du XIIe siècle, fut notamment un pionnier de l’étude des fièvres et des maladies infectieuses.

Mkhitar Heratsi, Traité des fièvres, manuscrit de 1279. Crédits photo : Charles Viaut

Traité des herbes médicinales, manuscrit du XVIIIe siècle. Crédits photo : Charles Viaut

En définitive, les collections du Matenadaran témoignent de l’exceptionnel dynamisme intellectuel de la culture arménienne médiévale et moderne, culture pourtant fort méconnue en Europe, où les arménologues se font rares. Elle est pourtant fondamentale, tant par sa réception des œuvres antiques, arabes et occidentales que par son apport propre à la science dans de nombreux domaines. En somme, de nombreux manuscrits du Matenadaran attendent encore les chercheurs !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.