« Une histoire encore ! » L’École des loisirs aux Arts décoratifs

Le département des jouets des Arts décoratifs accueille actuellement une exposition consacrée à l’École des loisirs, pour célébrer son cinquantenaire.

Avant d’évoquer plus en détail de l’exposition, revenons sur les origines de la maison d’édition. En 1965, les Éditions de l’École ne conçoivent encore que des ouvrages scolaires mais Jean Fabre, Jean Delas et Arthur Hubschmid imaginent de réaliser des livres illustrés, dans l’objectif de rendre la lecture plus attrayante pour les jeunes et très jeunes lecteurs. Dans ces albums, les images motivent le récit et stimulent l’imagination dans une plus large part que dans l’édition traditionnelle destinée aux enfants. Le succès de l’École des loisirs, dû en particulier à ses liens étroits avec des médiateurs, notamment les professeurs des écoles et les éducateurs, lui a également permis de diversifier par la suite son catalogue, l’élargissant à des publications pour la jeunesse (romans pour adolescents mais aussi bandes dessinées,  etc.).

Le parti pris de l’exposition est de se mettre à la portée des petits et des grands enfants, aussi ce n’est pas le récit de l’histoire de l’expansion de l’Ecole des loisirs qui nous est proposé mais bien, selon le programme annoncé, un panorama de la création, sous des formes très diverses.

C’est avec plaisir que l’on découvre les dessins originaux des auteurs et que l’on profite d’une présentation ludique tout au long de l’exposition. Il ne faut pas s’attendre à une exposition de livres (même si ceux-ci sont bien présents) ; le choix s’est porté davantage sur la mise en valeur des univers des auteurs/illustrateurs – à l’image des installations qui recréent les tables de travail et de dessin, ateliers pleins d’un faux bazar, de Nadja et Grégoire Solotareff.

Ce qui frappe d’emblée dans l’exposition, c’est la volonté de s’adapter à un public d’enfants : les cartels prennent ainsi la forme de livres placés à leur hauteur pour qu’ils puissent y dessiner et y écrire (et c’est le cas !) ; de même, dès la première salle, on remarque l’installation animée avec les trois brigands de Tomi Ungerer. La taille de l’exposition, assez modeste, correspond aussi au public familial et scolaire visé. À noter, l’installation de Claude Ponti réalisée par le Studio Constance Guisset (qui signe aussi la scénographie générale) et Dominique Corbin, qui permet au visiteur de jouer !

De manière très agréable, des espaces sont dédiés à la lecture des albums disséminés au fil des salles, la lumière tamisée recréant l’impression de la lecture du coucher. Les albums disponibles sont d’ailleurs ceux dont les illustrations figurent dans les vitrines, les affiches ou les installations. 

Pour conclure, on peut évoquer le fait que cette exposition illustre à quel point le public enfant et jeunesse constitue un enjeu important en bibliothèque : avant d’arriver au musée des Arts décoratifs, elle a d’abord pris place à la Bibliothèque municipale de Lyon, laquelle avait organisé tout un cycle d’activités et d’événements autour du livre jeunesse dans les différents points de lecture publique de la ville. À l’occasion de l’inauguration parisienne de l’exposition, François Hollande a d’ailleurs annoncé la mise en place d’un soutien financier pour l’ouverture des bibliothèques le dimanche. 

« Une histoire encore ! » 50 ans de création à L’École des loisirs,  du 1er octobre 2015 au 22 mai 2016 au Arts Décoratifs. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.