Petit panorama des services d’archives de La Nouvelle-Orléans

Grâce à Howard Margot, conservateur au William Research Center, il m’a été donné l’occasion de visiter différents services d’archives implantés aux quatre coins de La Nouvelle-Orléans. Ces visites ont été permises par les conservateurs de ces différentes institutions1. Les magasins de conservation et les documents n’ont pu être photographiés pour des raisons de sécurité2.

La Historic New Orleans Collection

La HNOC est une fondation privée créée en 1966 par le Général L. Kemper Williams (1887-1971) et son épouse Leila (1901-1966) au service de la connaissance de l’histoire de la ville et des États américains du Golfe du Mexique. Elle est à la fois un musée, un centre de recherche et un éditeur d’ouvrages scientifiques. Le musée occupe un bâtiment situé sur Royal Street et présente une exposition permanente de documents et objets originaux développant l’histoire de la ville. Le centre de recherche en occupe un autre, sur Chartres Street, et possède plusieurs niveaux de magasins de conservation, où sont mélangés archives, peintures, documents figurés, cartes, objets.

Cette collection a d’abord été formée par les époux Williams, tous deux passionnés d’histoire de cette région aux cultures métissées par les différentes influences européennes, africaines et nord et sud-américaines. La fondation n’a cessé de l’enrichir par des acquisitions. La collection comprend aujourd’hui près d’un million d’items dont 35 000 ouvrages imprimés, plus de 3 km linéaires de documents manuscrits rédigés à la fois en français, en espagnols, en allemands, et en anglais, 350 000 photographies, imprimés, dessins, peintures, et artefacts. Elle constitue ainsi l’une des plus importantes collections de documents et objets historiques relatifs à La Nouvelle-Orléans et à l’État de Louisiane.

Bâtiment du 410 Chartres Street, siège du Williams Research Center

Les archives municipales

Les archives municipales (City Archives) sont conservées au sein de la Louisiana Division, administration dépendante de la New Orleans Public Library. Elles occupent un étage de la bibliothèque et possèdent deux magasins en sous-sol. Elles emploient sept personnes dont deux conservateurs. Ce n’est que depuis une période récente que les archives municipales sont gérées par des archivistes. Aux XIXe et XXe siècles ce sont surtout des bibliothécaires qui en ont été en charge et qui ont créé les instruments de recherche.

Bâtiment de la New Orleans Public Library, 219 Loyola Avenue

Ces archives représentent environ 60 000 linear feet (soit environ 18 km linéaires). Elles conservent les archives du gouvernement municipal depuis 1769, pendant la période espagnole, mais également les archives des tribunaux civils entre 1804 et 1927 et des tribunaux criminels entre 1830 et 1932 de la Paroisse d’Orléans. Elles conservent enfin des collections de documents thématiques sur le Carnaval, des photographies, des cartes, des menus de restaurant, des cartes postales, des archives privées et des livres rares. Une grande partie des archives ont été microfilmées. La plupart des recherches concernent la généalogie.
Les magasins en sous-sol ont été construits en 1958 en béton avec un système de drainage. Ces types de magasins souterrains sont très rares à La Nouvelle-Orléans en raison de la nature marécageuse des sols. Pendant l’épisode de l’ouragan Katrina, toutes les archives ont pu être sauvées grâce à la résistance de ces magasins qui ont pu garder une température relativement constante pour préserver les documents de la chaleur et de l’humidité.

Salle de lecture des archives municipales

Les archives du Louisiana State Museum

Le Louisiana State Museum est une institution culturelle de l’État de Louisiane, fondé en 1906 à l’initiative de la Louisiana Historical Society. Il gère plusieurs musées et une grande diversité de collections : œuvres d’arts, documents d’archives, costumes et textiles, instruments de musique, meubles et objets du quotidien. Il abrite notamment le Louisiana Historical Center et un centre de conservation et de recherches. Il est ouvert depuis 1977 dans l’ancien Hôtel de la Monnaie (« Old United States Mint »), construit en 1835 et 1838. C’est un tout petit service qui emploie deux personnes.

Bâtiment de l’Old U.S. Mint, situé au 400 Esplanade Avenue

Les archives anciennes sont divisées en deux groupes :

  • les archives judiciaires (environ 100 mètres linéaires) : ce sont les archives du conseil supérieur de la ville pendant la période française (entre 1714 et 1769) et les archives judiciaires sous la période espagnole (entre 1769 et 1803). Ces dossiers criminels et civils constituent des sources primaires uniques pour écrire l’histoire sociale, politique et économique de la Louisiane en documentant la vie des hommes et femmes libres et esclaves, africains, indigènes, européens et américains. Dans leur majorité, il s’agit de tentatives de recouvrement de créances impayées, des inventaires de succession, des registres de transactions commerciales, des correspondances et des copies de testaments, des contrats de mariage, actes de baptême, de mariage et d’inhumation. La collection de documents coloniaux comprend également des requêtes d’esclaves, des demandes de licence d’exploitation émanant de marchands, des demandes d’absolution émanant de capitaines de navire, ainsi que des demandes d’autorisation de commerce présentées par des commerçants en Europe, aux Antilles et les colonies britanniques en Amérique du Nord. Au cours de la période espagnole, de nombreux esclaves d’ascendance indienne ont demandé aux autorités d’accéder à la liberté, ce qui leur était généralement accordée sur preuve d’ascendance autochtone.
  • Les collections de manuscrits (environ 170 mètres linéaires) : ce sont des archives privées relatives à l’activité et à la vie de personnages très divers ayant joué un rôle dans le développement de la ville. Elle est complétée par une importante collection de journaux imprimés en plusieurs langues (français, espagnol, anglais, allemand, italien, portugais) depuis le XVIIIe siècle.

La collection de cartes compte environ 1 400 cartes originales, de la plus ancienne datant de 1525 jusqu’à nos jours. Elles sont complétées par 600 pièces qui ne sont pas des originaux mais des reproductions. Ces cartes documentent l’organisation des villes et villages, le fleuve du Mississippi et d’autres cours d’eau de la Louisiane, le Golfe du Mexique, la région entourant les Caraïbes, ainsi que certaines parties du Canada, de l’Amérique du Sud, de l’Europe et de l’Afrique. Plusieurs cartes se rapportent à la bataille de la Nouvelle-Orléans et à la Guerre de Sécession.

Lors de l’ouragan Katrina le bâtiment n’a pas subi de dommages, mais le système d’aération ayant été dégradé, la température et l’hydrométrie n’ont pas pu être maintenus pendant plusieurs jours, alors que la météo était de plus de 35 degrés et 100% d’humidité. Une partie des documents a donc subi des détériorations, rendant impossible leur libre communication. Seuls les microfilms peuvent être consultés. Depuis 2010, une grande campagne de numérisation est à l’œuvre afin de rendre accessible des documents via des bibliothèques numériques : la Lousiana Digital Library et la plateforme KnowLa (clin d’œil au surnom de la ville : NOLA), encyclopédie digitale de la ville. Mais c’est surtout le Louisiana Colonial Document Project qui est au cœur de la valorisation de ces archives. Ce dernier est soutenu par un programme de transcription et d’indexation collaborative. Par le passé, plusieurs étudiants français, dont de l’École des chartes, ont participé au travail d’inventaire de ces documents. Chaque document est accompagné d’une fiche descriptive comportant un regeste de l’acte, sa transcription intégrale, son numéro d’identification. Des index alphabétiques permettent aux chercheur d’y avoir un accès facilité.

Les archives du jazz forment enfin la collection la plus importante au monde dédiée à ce genre musical, dans la ville qui l’a vu naître et grandir. Elle comprend 12 000 photographies, 4 000 disques 78 tours datant de 1905 jusqu’au milieu des années 1950, des centaines de feuilles de partition depuis la fin du XIXe siècle, des centaines d’heures d’enregistrement de concerts, des posters, des peintures, des imprimés de toute sorte, et des bandes magnétiques. Environ 4 500 recueils de partitions de musique non- jazz, datés entre 1829 et 1958, sont conservés. La plus importante collection d’instruments de musique de jazz y est conservée : trompette, cornet, trombone, clarinette et saxophone dont certains ont appartenu aux plus grands musiciens de jazz de l’histoire. Des pièces exceptionnelles y sont exposées comme par exemple la première trompette de Louis Armstrong, le piano de Fat Domino et de Professor Long Hair, et les clarinettes de Pete Fountain.

Première trompette de Louis Armstrong (1901-1971) lorsqu’il était adolescent, vers 1913. En 1965, il l’authentifia grâce aux sillons qu’il avait creusé au niveau de l’embouchure. 1978. 118(A). 155 a

Les archives du World War II Museum 

Le World War II Museum a ouvert ses portes en 2000 dans le Central Business District. Il était consacré à l’origine à l’histoire du D-Day, du débarquement allié sur les plages de Normandie du 6 juin 1944. La création de ce musée revient à Stephen E. Ambrose (1936-2002), Professeur d’histoire à l’Université de La Nouvelle-Orléans. En 2003, une loi du Congrès des États-Unis l’a élevé au rang de musée national. Après la catastrophe de Katrina de 2005 qui l’obligea à fermer pendant trois mois, une campagne d’agrandissements conduit le musée a changé d’envergure. C’est désormais toute la Seconde guerre mondiale qui est considérée, sur les deux fronts, l’Europe et le Pacifique. Des agrandissements sont encore prévus au cours des prochaines années. Il constitue aujourd’hui l’une des principales attractions de la ville en comptant, pour l’année 2017, 700 000 visiteurs sur les 15 millions de touristes qu’accueille La Nouvelle-Orléans.

Bâtiment du World War II Museum, 945 Magazine Street

Dès sa création, le musée se dote d’une collection d’exposition dans les salles visitables mais aussi d’une collection de réserve. Il conserve ainsi aujourd’hui près de 250 000 artefacts et documents d’archives et 9 400 objets personnels. Cette collection comprend des médailles, des armes, des uniformes, des véhicules, des documents d’archives, des photographies, des affiches, des cartes, des livres. Elle ne cesse de s’enrichir par des centaines de dons de particuliers provenant d’archives familiales de tous les États-Unis, et par des acquisitions pour les pièces de grande importante. C’est pourquoi les espaces de stockage ont été beaucoup agrandis ces derniers années, construits selon les normes de conservation les plus récentes. Trois magasins ont été aménagés au quatrième étage du bâtiment. L’équipe responsable ne comporte que quatre personnes. Deux d’entre elles sont occupées au projet de numérisation et de photographie des documents et des objets. Ces fichiers numériques sont avant tout destinées à une utilisation interne, pour l’organisation d’exposition, la publication et la communication. Ils ne sont donc pas, pour l’instant, accessibles librement en ligne. Le musée ne possède par ailleurs pas de salle de lecture pour recevoir les chercheurs. Les recherches sont effectuées par correspondance, à partir du site internet, contre une rémunération des chercheurs.

Les archives de l’archidiocèse

La colonisation de la Louisiane comportait, comme dans toute entreprise coloniale, un volet religieux. Les colons français qui s’y installèrent à partir de 1718, puis les allemands à partir de 1721, étaient catholiques et les populations amérindiennes, notamment le peuple Houma, furent évangélisées en même temps qu’elles apprirent le français. Des paroisses furent alors créées sur le modèle d’organisation de la métropole, devenant les circonscriptions locales encore en vigueur de nos jours. Les prêtres prirent l’habitude de tenir des registres de baptême, mariage et sépulture comme en Europe. La tenue des registres a été continuée sans interruption après le changement de domination de la France à l’Espagne en 1763 et des États-Unis en 1803. Les plus anciens registres datent de 1720, soit deux années seulement après la fondation de la ville. Ils constituent évidemment de très précieuses sources d’histoire généalogiques. Des index ont été élaborés depuis plusieurs décennies afin de servir d’instruments de recherches.

Les archives ecclésiastiques de La Nouvelle-Orléans étaient conservées, du XVIIIe jusqu’au XXe siècle, au deuxième étage du couvent des Ursulines, situé au sud-est du French Quarter. Ce couvent, construit en 1752-1753 sur ordre de Louis XV, est le plus vieux bâtiment de la Nouvelle-Orléans. À la fin du siècle, la ville subit deux incendies ravageurs, le premier en 1788 et le second en 1794, qui détruisent la majeure partie des habitations. Grâce à l’intervention du Père Antoine (1748-1829), frère capucin de l’église Saint-Louis, la grande partie des archives sont sauvées des flammes grâce à son action de jeter les registres par les fenêtres pour les empêcher de brûler avec le bâtiment.

Entrée du couvent des Ursulines, 1100 Chartres Street

Les archives de l’archidiocèse conservent tous les registres des paroisses antérieurs à 1930, soit plus de 900 registres. Après cette date, les registres sont conservés dans chaque paroisse d’origine. À partir de 1954, une campagne de microfilmage est engagée. Quarante-trois registres compris entre 1720 et 1818 ont été numérisés et sont accessibles en ligne pour en rendre la consultation plus aisée. Lors de l’ouragan Katrina, en 2005, les archives sont heureusement sauvées de la destruction. Suite à l’ouragan, les archives sont déménagées dans un bâtiment moderne du French Quarter, qui n’a échappé à l’inondation car étant sur un terrain situé au-dessus du niveau de la mer, afin d’assurer une meilleure conservation.

Les archives archidiocésaines constituent l’autre grande partie des collections. Le diocèse de la Louisiane a été fondé en 1793, pendant la période coloniale espagnole. Il couvre alors l’immense territoire de la Louisiane compris entre la frontière mexicaine et la frontière canadienne. En 1825 et 1826 son ressort est réduit par la création de diocèses de Mobile et de Saint-Louis. En 1850, le diocèse de La Nouvelle-Orléans est élevé au rang d’archidiocèse. Des manuscrits et des ouvrages imprimés complètent cette collection.

Les archives notariales

Celles-ci ont déjà fait l’objet d’un article à retrouver ci-dessous.

Les archives notariales de La Nouvelle-Orléans

  1. Que soient ainsi remerciés : Howard Margot, Christina Bryant, Sally Sinor, Sarah-Elizabeth Gundlach, Jennifer Waxman, et Emilie Gagnet-Leumas []
  2. Photo de couverture : Reconnaissance de dette du soldat Poulousat envers Delauze, capitaine de son régiment, 7 février 1714. Numéro 1714_01_07_01. Document en ligne sur le Louisiana Colonial Documents Digitization Project []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.