L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 – Marion Seure

Marion Seure, élève de 4e année et candidate au concours de l’Institut National du Patrimoine pour les monuments historiques, nous présente sa thèse intitulée  « L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors de 1511 à 1629 : enjeux de la commande et de la création artistiques à la Renaissance ». Entretien réalisé par Nola N’Diaye.

Comment t’es venue l’idée de travailler sur ce sujet ?

En réalité, l’idée ne m’est pas venue, puisqu’à l’origine, je souhaitais travailler sur le XVIe siècle à Rouen, dont je suis originaire. La commande artistique des armateurs m’intéressait tout particulièrement, mais j’ai dû y renoncer car des travaux de recherche étaient déjà en cours sur des problématiques très voisines. J’ai ensuite eu des difficultés à redéfinir un sujet plus précis sur Rouen. Finalement, au mois de juillet de ma première année d’archiviste paléographe, je n’avais toujours pas de sujet et mon directeur de recherches m’a alors proposé de poursuivre chronologiquement son travail sur l’église de Gisors, qui portait plus particulièrement sur la période flamboyante. Un de mes principaux objectifs était de mêler histoire et histoire de l’art et ce sujet se prêtait particulièrement à ce type d’exercice. En effet, j’ai eu le plaisir de découvrir que les archives concernant cet édifice étaient bien conservées et très variée. Les registres de confréries ainsi que les comptes de la fabrique permettent de connaître les personnes qui vivaient alors à Gisors. L’église paroissiale, du fait de la grande densité de ses institutions, fonctionne plus ou moins comme un miroir de la société. En lien avec cette étude historique, j’ai travaillé sur le mobilier et les vitraux conservés dans l’édifice. La problématique était double : saisir les enjeux que représentent la commande et la création artistiques autour de l’église et comprendre comment les formes de la Renaissance ont été introduites à Gisors. J’ai ainsi pu appréhender le milieu des artistes, à la fois mobile (certains ont travaillé sur d’autres chantiers prestigieux, comme à Fontainebleau) et pérenne (d’autres forment de véritables dynasties d’artistes au service de l’église). La famille d’architectes Grappin a par exemple cumulé les deux aspects : Jean Grappin est à la tête du chantier à partir de 1548, son père Robert l’a été avant lui et a également participé à d’autres chantiers flamboyants. De là, j’ai pu constater que le chantier de Gisors et les dynasties d’artistes qui y ont travaillé ont introduit de nouvelles formes artistiques dans le Vexin.

Gisors, église Saint-Gervais-Saint-Protais, baie 10, Vitrail de la Vie de la Vierge.
Gisors, église Saint-Gervais-Saint-Protais, baie 10, Vitrail de la Vie de la Vierge.

Peux-tu justement nous définir ce courant artistique ou ce style gisorsien ?

Ma réponse va être plurielle dans la mesure où mon travail porte sur plusieurs formes d’art (architecture, sculpture, peinture…), avec pour chacune des particularités. La majorité des œuvres sculptées conservées sont en fait liées à l’architecture (reliefs du jubé, de la façade occidentale, statues placées dans des niches…). Au cours du premier XVIe siècle, elle est encore marquée par l’influence du Moyen Âge finissant et est très expressive (plis agités, visages aux traits marqués). Le second XVIe siècle est marqué par le maître maçon qui règne en maître: les influences de la Renaissance sont pleinement intégrées, les plis se veulent à l’antique. La spécificité de Jean I Grappin est de représenter des personnages aux membres épais, aux visages carrés, aux nez allongés… Pour ce qui est des principaux maîtres verriers gisorsiens, la famille Buron, qui exporte des œuvres dans tout l’actuel département de l’Eure, est très influencée par la manière de Beauvais (paysages foncés pour les arrière-plans, coloris vifs…). Mais l’on trouve également des vitraux à Gisors qui n’ont pas été réalisés par des artistes de la ville (vitraux de la famille Le Prince de Beauvais, vitrail de la Vie de la Vierge d’origine parisienne, etc.) et qui ont pu marquer les artistes de la ville. Les familles de peintres gisorsiens ont une activité particulièrement prolifique à partir de la seconde moitié du XVIe siècle. Malheureusement, on ne peut pas toujours relier les œuvres conservées aux documents que nous possédons. À Gisors sont conservés des peintures murales et des panneaux peints de retable. La majorité de ces derniers date de l’extrême fin du XVIe siècle et est fortement marquée par le style maniériste, tant par le coloris, que par la composition et l’attitude des personnages. Si les scènes sont souvent tirées de modèles gravés, les peintres ont aussi apporté leur touche personnelle.

Quels axes abordes-tu dans ton travail ?

En fait, j’aborde principalement deux grands axes : la commande artistique effectuée dans le cadre de l’église et le milieu artistique qui gravite autour d’elle.  En premier lieu, j’évoque Gisors et son contexte social, afin de comprendre qui sont les personnes qui commandent mais également l’organisation de la paroisse, véritable société avec ses institutions, comme la fabrique et les confréries, ses donateurs, son chantier strictement organisé… Puis dans une deuxième partie, j’étudie l’architecture, j’analyse l’introduction de la Renaissance et de ses motifs, jusqu’en 1629 (mon directeur de recherches s’étant arrêté en 1548 en ce qui concerne l’architecture). Gisors est en effet un des premiers édifices du Vexin à utiliser un répertoire ornemental d’ordres à l’antique. On y retrouve un peu plus tard des motifs tirés de l’école de Fontainebleau. J’ai également pu proposer une reconstitution du jubé aujourd’hui disparu. Enfin, ma troisième partie porte sur le mobilier et l’aménagement intérieur de l’édifice. Cela nous apporte un certain nombre d’informations sur la répartition de l’espace ecclésial entre les différents acteurs qui l’animent, sur l’évolution des types de dévotions. À travers l’étude des œuvres, retables, vitraux et sculptures, je cherche à déterminer les influences, pour ne pas rester dans le domaine du catalogue.

Y a-t-il des choses qui t’ont étonnée durant ton travail de recherche ?

Une chose toute simple m’a beaucoup surprise : je n’ai jamais pu rencontrer le curé de l’église de Gisors alors que j’ai eu de très bons rapports avec toutes les autres personnes sur place. Il était tout simplement débordé.

Quant aux œuvres, si elles ont pu au départ me sembler étrangères, au fur et à mesure, l’œil se forme et elles deviennent familières. De même avec les sources : aller aux archives de l’Eure est devenu peu à peu un rituel. Mais j’ai par dessus tout été passionnée par le travail sur le terrain. À chaque fois, je partais en expédition avec mes jumelles pour découvrir de nouveaux détails. Explorer les édifices situés dans les environs et faire sans cesse de nouvelles rencontres sont selon moi les avantages d’une thèse de terrain. Enfin, dernière belle surprise en date, j’ai peut-être identifié un tableau anonyme au Louvre, car le peintre serait gisorsien. Je suis actuellement en contact avec la conservatrice en charge de ce tableau au musée et j’espère en savoir plus très bientôt.

As-tu rencontré des difficultés ?

Disons qu’il faut savoir se ménager du temps pour les déplacements aux archives et pour aller à Gisors. J’ai eu l’avantage d’avoir un sujet très ciblé mais j’ai eu la petite frustration de ne pas trouver de registres notariés, ce qui fait que beaucoup de commandes demeurent méconnues.

Quels sont tes projets pour la suite ?

Le concours bien sûr. Après cette étape, je dois avouer que le doctorat n’est pas ma priorité. J’aimerais faire connaître mes recherches, notamment celles autour du splendide vitrail de la Vierge, car le maître verrier est sûrement parisien. Toutefois, si je devais continuer un travail de recherche, j’entamerai sûrement une comparaison avec les autres églises du Vexin.

Quels seraient tes conseils pour les promotions suivantes ?

Je dirais d’abord de ne pas hésiter à parler de son sujet avec d’autres personnes : les professeurs donnent les meilleurs conseils et estiment souvent justement les sources disponibles.

Par ailleurs, au vu de mon expérience, j’aimerais également rappeler que l’on peut s’épanouir dans un sujet que l’on n’avait pas choisi au départ, notamment en histoire de l’art où il y a beaucoup de choses à explorer, et que cela vaut probablement mieux plutôt que de s’embourber dans un sujet sans issue. Ensuite, si les archives ne sont pas à Paris, il faut avoir des points de chute et examiner son choix en fonction du nombre de dépouillements à faire.

Il ne faut pas non plus hésiter à demander des conseils dès le début, notamment aux conservateurs des archives dans les lieux où l’on doit se rendre mais également aux autres chercheurs, qui s’intéressent toujours aux sujets en lien avec leurs recherches.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.