Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien

Rencontre avec Clara Germann (prom. 2018), qui a soutenu en juin sa thèse intitulée Germain, évêque de Paris (v. 496/500-576), de l’aristocrate burgonde au saint parisien. Parcours, réseaux et mémoire (début VIe-fin VIIIe siècle), sous la direction de Josiane Barbier (Université Paris Nanterre) et d’Olivier Guyotjeannin (École nationale des chartes). Propos recueillis par Alice Laforêt1.

Tes recherches ont porté sur Germain, évêque de Paris au VIe siècle. Avant toute chose, peux-tu nous en dire un peu plus sur Germain et son parcours ?

Né autour de l’an 500 à Autun, au cœur du royaume burgonde, Germain est issu d’une famille de l’aristocratie éduenne. Il gravit tous les échelons de la hiérarchie ecclésiastique : diacre puis prêtre de l’église d’Autun, il est ensuite nommé abbé de Saint-Symphorien d’Autun, l’une des plus importantes abbayes du royaume burgonde. C’est en 555 qu’il devient évêque de Paris, position majeure pour laquelle il est encore connu aujourd’hui : il laisse en effet son nom à Saint-Germain des Prés.

Pourquoi avoir choisi de travailler sur Germain ? Peut-on encore envisager un sujet biographique portant sur un personnage du haut Moyen Âge ?

Je souhaitais travailler sur Paris au haut Moyen Âge. Or la figure de Germain est mentionnée dans de nombreux travaux sur Paris au cours de la période : Jacques Dubois, un érudit bénédictin, pointe par exemple dans un article de 19852 les nombreux axes d’études potentiels sur Germain et s’étonne que si peu d’historiens se soient penchés sur le personnage.

Faire le choix d’un sujet biographique, sur un évêque mérovingien, me permettait également de m’inscrire dans une historiographie en plein renouveau. Les personnages de saints, leur culte et leur histoire ont fait l’objet de nouvelles approches au cours des dernières décennies. La notion d’Antiquité tardive s’est imposée et permet d’insister sur la continuité entre l’époque mérovingienne et la période précédente. Les sources hagiographiques, qui ont longtemps connu un discrédit important, sont peu à peu réévaluées. Pour toutes ces raisons, il me semblait intéressant d’aborder saint Germain dans le cadre d’une étude biographique, mais sous l’angle d’une historiographie nouvelle.

Quelles furent tes sources ?

Sans grande surprise, les deux sources auxquelles j’ai eu principalement recours sont les ouvrages de Venance Fortunat et de Grégoire de Tours. Venance Fortunat est en effet l’auteur d’une Vie de saint Germain, la Vita Germani, en soixante-seize chapitres3 : c’est le seul texte qui évoque la vie de Germain avant son accession à l’épiscopat parisien. Certains de ses poèmes évoquent également Germain. Venance Fortunat était un ami de Germain, et le texte de la Vita Germani, écrit très peu de temps après sa mort, constitue presque, si on ose l’anachronisme, un « procès en canonisation ».
Les récits hagiographiques de Venance Fortunat ont longtemps été laissés de côté, considérés davantage comme des exercices de style. Ces écrits bénéficient en ce moment d’une nouvelle approche. Une récente journée d’étude a été consacrée aux Vies en prose de Venance Fortunat, et le groupe de recherche Haghis4 entreprend une traduction de ses œuvres.
Quant aux écrits de Grégoire de Tours, les Dix livres d’histoire sont bien sûr une source très précieuse. L’approche de ses travaux a également été beaucoup réévaluée au cours des dernières décennies, notamment par Martin Heinzelmann5. Grégoire de Tours permet à de nombreux égards de compléter le discours de Venance Fortunat.
J’ai par ailleurs eu recours à quelques sources diplomatiques, d’éditions plus ou moins récentes, comme le testament de Bertrand du Mans 6, l’un des fidèles de Germain.
Aucune de mes sources n’est inédite, et mes travaux ne comportaient pas de projet éditorial. Il s’agissait cependant de jeter un regard neuf sur ces textes. Les nouvelles approches de ces sources sont nombreuses. Une nouvelle traduction française de Grégoire de Tours est attendue avec impatience. Certaines sources sont réévaluées, se voient attribuer de nouvelles datations, ce qui permet de les réexploiter d’une manière totalement différente. C’est ainsi le cas du testament d’Erminethrudis, une aristocrate parisienne. Jean Mabillon l’avait daté des environs de l’an 700. Les récents travaux de Josiane Barbier7 permettent de le dater plutôt des années 570-580 : il s’agirait donc de l’un des plus anciens textes permettant de connaître la topographie religieuse de Paris au VIe siècle, dans les dernières années de la vie de Germain.

Tu t’es notamment penchée sur les réseaux de Germain. Au-delà de l’histoire religieuse de la période mérovingienne, qu’est-ce que l’étude de ce personnage peut apporter plus globalement à une histoire socio-culturelle du haut Moyen Âge ?

L’intérêt d’un sujet biographique est d’aborder le personnage étudié dans tous les aspects possibles, y compris le domaine de l’intime. Concernant Germain, et l’intégralité de ses contemporains, toute tentative d’accéder à la personne qu’il fut est vouée à l’échec ! Pour les documents émanant directement de lui, on ne dispose que de bien peu de choses : ses souscriptions aux actes de quelques conciles, et une lettre à la reine Brunehaut. Cependant, ce que l’on sait de sa vie et de sa trajectoire permet de révéler les évolutions et les permanences politiques, religieuses et sociales qui ont cours durant le vie siècle, qu’il traverse presque entièrement en quasiment 80 ans d’existence. Je me suis particulièrement penchée sur les questions de réseaux de pouvoir. Germain a la caractéristique de posséder un double réseau de sociabilité, celui qu’il se constitue à Paris et celui lié à sa famille et sa carrière à Autun.
La question des origines familiales de Germain, qui ont suscité peu d’intérêt jusqu’à présent, est ainsi essentielle. Évêque de Paris de 60 à 80 ans, Germain passe la plus grande partie de sa vie à Autun, au cœur du royaume burgonde. Né dans un contexte de tensions politiques entre Francs et Burgondes, Germain est issu de l’aristocratie municipale éduenne, qui cultive son identité romaine et impériale, ainsi qu’un fort rattachement à l’hellénisme. Autour de l’an 500, cette aristocratie s’inscrit toujours dans des modèles de représentations issus de la culture romaine. Les prénoms de certains membres de la famille de Germain, comme Eleutherius et Stratidius, sont très révélateurs de cette tendance et de la prégnance de la culture hellénistique. Germain est d’ailleurs l’un des seuls membres de cette famille à ne pas porter de prénom grec. Ses parents vouaient sans doute un culte à saint Germain d’Auxerre – ce culte est aussi un marqueur pour l’élite de la période. Tout cela nous en dit long sur qui était Germain, et plus largement sur la sociabilité des élites au cours de la période. Les sources sur cette partie de la vie de Germain sont certes rares, puisque seuls les onze premiers des soixante-seize chapitres de l’œuvre de Fortunat y sont consacrés, mais elles permettent d’explorer de nombreuses facettes de cette société. Venance Fortunat raconte ainsi comment la mère de Germain a essayé d’avorter. Il s’agit de la seule femme tentant d’avorter qui soit connue nommément pour cette période du haut Moyen Âge. L’échec de l’avortement participe de la construction de la sainteté de Germain dans le récit de Fortunat, mais est aussi révélateur de certains mécanismes propres au mode de vie des aristocrates. Ces derniers valorisaient en effet la continence sexuelle : la mère de Germain venait d’accoucher, cette nouvelle grossesse prouvait donc qu’elle avait une vie sexuelle – il s’agissait alors de le dissimuler pour des questions d’identité sociale, de représentation.
Je ne m’attendais d’ailleurs pas à ce que l’étude de ce milieu aristocratique bien particulier prenne une si grande part dans mon travail. J’ai commencé mes recherches en pensant travailler sur Germain de Paris, mais je me suis vite retrouvée confrontée à Germain d’Autun. La biographie d’un saint mérovingien tel que Germain est loin de se limiter à un sujet d’histoire religieuse et politique. J’ai même dû explorer quelques facettes d’histoire médicale – Germain est en effet un saint thaumaturge, et le récit de sa vie ne manque pas d’épisodes de guérisons miraculeuses !

Germain ne devient donc évêque de Paris qu’à 60 ans. Quelle fut son importance dans cette ville au cours de la période ? Quels furent les apports de ton sujet sur une histoire de Paris à l’époque mérovingienne ?

Presque toutes les sources, si on excepte Venance Fortunat, ne parlent de Germain que pendant son épiscopat, et on a eu tendance à adopter une vision un peu simple, consistant à dire que Germain était devenu évêque parce qu’il était déjà saint, et que le roi Childebert l’appréciait. J’ai tenté de redonner un contexte politique précis à cet événement. Une étude précise de la chronologie des faits permet d’avancer certaines hypothèses. Le royaume burgonde a en effet été conquis par les Francs depuis vingt ans déjà, et les cités ont été partagées entre les descendants de Clovis. La ville d’Autun échoit à Clotaire Ier en 555, qui est alors l’un des deux seuls fils de Clovis survivants avec son frère Childebert Ier. Or cette année voit la révolte de Chramn, fils de Clotaire, contre son père, et Chramn conduit des troupes au coeur de la Bourgogne, avant de s’allier avec son oncle Childebert, roi de Paris. Dans ce contexte, le fait que Germain se retrouve à Paris auprès d’un roi qui n’est pas le sien ne me semble pas anodin : il est très possible que la cité d’Autun ait envoyé une délégation auprès de Childebert pour négocier son ralliement. Germain est un aristocrate local, l’abbé de leur prestigieuse basilique, et un homme mature – il a entre 55 et 60 ans. Il fait donc un bon candidat pour représenter la cité auprès du roi. Ensuite, il se trouve que l’évêque de Paris venait de décéder, et il me semble donc probable que la nomination de Germain soit une manière de sceller ces négociations. Au même moment ou peu après, un aristocrate du royaume de Childebert, Syagrius, devient évêque d’Autun. On peut tenter d’y voir un lien.
Paris est alors une ville déjà très importante, déjà parce que c’est là que repose Clovis, le fondateur de la dynastie – le rôle d’évêque de cette cité est donc particulièrement crucial. Germain s’impose comme une figure de premier plan, anime plusieurs conciles, s’implique dans les débats auprès des souverains, développe de nombreux cultes de saints, notamment des évêques. Il n’est en revanche pas si facile d’estimer ce que Germain a fait directement pour Paris. Il n’a en effet pas du tout joué le rôle d’évêque bâtisseur, puisqu’on ne lui doit même pas la construction de Saint-Vincent – à présent Saint-Germain – qui était une fondation royale. En revanche, Germain forme de nombreux religieux parisiens, et semble avoir œuvré pour défendre l’autorité épiscopale et se poser en principal référent de la cité, alors même que Paris est partagée entre les souverains et fait l’objet de nombreuses convoitises. Il incarne une forme de modèle d’évêque pour certains de ses contemporains, charitable, pieux, mais aussi conscient de l’auctoritas de sa charge.
Pour ce qui est de l’histoire de Paris, je me suis aussi efforcée d’apporter de nouvelles hypothèses quant à Germain après sa mort. Son culte est, depuis le Moyen Âge central, tellement attaché à Saint-Germain-des-Prés, qu’il devient nécessaire de démêler le vrai du faux dans les textes produits par les moines de Saint-Germain. J’ai essayé de montrer que Germain n’était pas le fondateur de cette basilique, qui s’appelait alors Saint-Vincent, et la naissance de son culte à Paris doit probablement être liée à l’impulsion de l’entourage royal, en particulier autour de Chilpéric Ier et son fils Clotaire II.

Souhaiterais-tu poursuivre tes recherches ? Quels seraient les développements possibles du ton sujet ?

Je souhaiterais poursuivre mes recherches en travaillant plus largement sur le royaume mérovingien de Bourgogne. Les investigations que j’ai pu mener sur les réseaux burgondes de Germain m’ont en effet montré tout ce qu’il restait à faire sur cette aire géographique au cours de la période. Sans compter que les travaux des archéologues se développement aussi dans cette zone et renouvellent les sources à disposition de l’historien.
En ce qui concerne le personnage de Germain, il serait sans doute intéressant de se pencher davantage sur sa destinée au cours du Moyen Âge central. Les moines de Saint-Germain jouent en effet un rôle important dans la construction de son image. Des travaux similaires ont pu être menés sur les figures de sainte Geneviève8 ou de saint Rémi9 . Il y aurait encore beaucoup à faire sur la « réinvention » de saint Germain.


Clara Germann a aussi donné un entretien sur ce sujet pour Passion Médiévistes, podcast mensuel sur l’histoire médiévale à travers des interviews de jeunes chercheurs, qui vise à la fois à faire mieux connaître le Moyen Âge mais aussi àdonner un aperçu accessible de ce qu’est la recherche universitaire aujourd’hui.

  1. Illustration de couverture : page d’incipit dans un encadrement orné d’une frise à la grecque contenant un médaillon avec saint Germain entouré de deux officiants à demi-dissimulé. Bnf Latin 12610, f.40v. []
  2. Dubois Jacques (Dom), « Saint Germain, évêque de Paris (552-576), pasteur itinérant pour la gloire des saints. Sa malle de voyage. », dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 112, 1985, p. 27-47. []
  3. Venance Fortunat, Vita Germani episcopi Parisiaci, éd. Bruno Krusch, dans MGH, SRM, t. VII, Hanovre, 1920, p. 372-418. []
  4. Coordonné par B. Dumézil, Stéphane Gioanni, Sylvie Joye et Charles Mériaux. En ligne : <https://haghis.blogspot.com/> []
  5. Parmi d’autres : Heinzelmann Martin, « Structures typologiques de l’histoire d’après les histoires de Grégoire de Tours. Prophéties — accomplissement — renouvellement », dans Recherches de Science Religieuse, t. 92, 4/2004, p. 569-596 ; Id., Gregory of Tours. History and Society in the Sixth Century, Cambridge, 2001. []
  6. Weidemann Margarete (éd.), Das Testament des Bischofs Berthramn von Le Mans vom 27. März 616. Untersuchungen zu Besitz une Geschichte einer fränkischen Familie im 6. Und 7. Jahrhundert, Mayence, 1986. []
  7. Barbier Josiane, Archives oubliées du haut Moyen Âge. Les gesta municipalia en Gaule franque (VIe-IXe siècle), Paris, 2014 ( Histoire et Archives, n°12), p. 271-348. []
  8. Heinzelmann Martin et Poulin Joseph-Claude, Les vies anciennes de Sainte Geneviève de Paris, Études critiques, Paris, 1986. []
  9. Isaïa Marie-Céline, Remi de Reims. Mémoire d’un saint, histoire d’une Église, Paris, 2010. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.