Des sépultures et des saints

Fabien Aguglia, élève archiviste paléographe de quatrième année, nous parle aujourd’hui de sa thèse, intitulée De la sépulture à la sainteté : des tombes privilégiées à l’émergence du culte de saints, à l’époque romane. Propos recueillis par Nola N’Diaye.

Comment t’es venue l’idée de travailler sur ce sujet ?

La question de la sainteté m’a toujours intéressée, le pourquoi et le comment de personnages qui se dotent de figures de saints. Les vies de saints m’intéressaient tout autant, notamment au haut Moyen Âge, mais ce sujet a déjà été beaucoup travaillé. Finalement, j’ai choisi d’étudier ce sujet par un autre pan, celui de l’histoire de l’art, et j’ai contacté M. Philippe Plagnieux. Ce dernier m’a très vite proposé un sujet sur les sépultures privilégiées à l’époque romane. « Privilégié » désigne ici le fait d’être situé dans un espace architectural, comme une église, une abbaye. On entend par tombeau privilégié celui qui n’est pas avec le commun des mortels dans le cimetière. Signalons par ailleurs qu’il ne s’agit pas forcément d’un tombeau ou d’une sépulture, cela peut aussi désigner une inscription. Jamais de synthèse n’avait été faite sur ce sujet auparavant. Je tenais à réaliser une partie de ma thèse finale sur la vie des saints, et M. Plagnieux n’y voyait pas d’objection. Cela m’a donc permis de travailler différents aspects autour du même thème.

Peux-tu nous parler de tes axes de travail et de tes sources?

Je me suis tout d’abord intéressé à l’inhumation chrétienne, des origines jusqu’à l’époque romane, sur les plans sociologique, spirituel, historiographique et du point de vue de l’histoire de l’art. La question de la sainteté constitue mon deuxième axe d’étude, certains tombeaux ayant été le lieu de développement d’un culte des saints dont j’ai pu définir les enjeux et les modalités, en insistant notamment sur le phénomène de réactivation d’anciens cultes et l’émergence de la dévotion à des saints contemporains. Enfin, dans un dernier axe, j’évoque des cas particuliers de personnages devenus saints ou non afin de poser les jalons du mécanisme de sanctification à une époque où la canonisation au sens moderne du terme n’existe pas encore.
Pour les sources, j’utilise en premier lieu les sépultures et les épitaphes, avec lesquelles j’ai constitué un catalogue, puis des sources littéraires, comme par exemple Simon Chèvre-d’Or ou Philippe de Bonne-Espérance, connus grâce à l’Histoire littéraire de la France (initiée en 1733) sans oublier des martyrologes, ordinaires et hagiographies.

Y a-t-il des choses qui t’ont étonné dans tes recherches ou dans ces sources ?

Disons que je pensais trouver moins de différences entre les vieux saints et les saints contemporains. À cette époque, les vieux cultes étaient très importants et les saints contemporains, à part des cas exceptionnels que je traite, sont très localisés et le culte est peu diffusé, au moins sur le plan des monuments. Les saints de l’époque romane sont ainsi peu connus des contemporains, on trouve notamment beaucoup d’abbés. Cela s’explique par le fait que la canonisation universelle par le pape n’existait pas encore : la renommée de ces saints ne fut pas la même jusqu’au XIIIe siècle avec par exemple les Franciscains.
Pour ce qui est des sources, je me suis rendu compte qu’elles présentaient le paradoxe d’être assez lacunaires alors que le corpus que j’ai constitué est assez important. De manière surprenante, certaines abbayes importantes ont en effet très peu d’archives et inversement. Sur ce point précisément, j’ai eu la chance de pouvoir travailler avec un très bon laboratoire de Poitiers, le CESCM1, qui a entamé depuis les années 1970 un gigantesque travail sur l’étude de son patrimoine. Ses membres m’ont énormément aidé avec le peu de temps que j’avais pour pouvoir exploiter mes sources de la manière la plus satisfaisante possible. De plus, leur accueil fut toujours très chaleureux car ils apprécient beaucoup d’accueillir de jeunes chercheurs.

Quelles sont les difficultés que tu as pu rencontrer ?

J’ai éprouvé pas mal de difficultés en informatique. C’est un outil fantastique mais qui demande une formation et qui peut être un obstacle. Il faut maitriser le matériel dont on dispose et nos formations en France sont lacunaires à ce sujet. Par ailleurs, la constitution de mon catalogue et la traduction des épitaphes inédites sont les tâches qui m’ont demandé le plus de travail. J’ajoute enfin que mes professeurs n’ont pas hésité à remanier mes plans plusieurs fois, notamment pour relier le contexte historique à ma recherche et rendre l’alliance des deux la plus pertinente possible.

Quels sont tes prochains objectifs de recherche ?

Je souhaite réaliser une thèse de doctorat autour du même sujet et plusieurs possibilités s’offrent à moi : agrandir mon aire géographique, creuser les sources que je n’ai pu exploiter – faute de temps -, notamment les nécrologes liés aux monuments ou encore approfondir des cas de saints de manière plus précise ou leurs abbayes. Il faudra donc faire un choix. Il resterait encore des choses à faire en iconographie mais il faudrait pour cela sortir du monde roman et viser une période plus large pour multiplier les supports autour du culte de quelques grands saints.

Aurais tu des conseils pour les promotions suivantes ?

Je dirais d’abord qu’il faut commencer très tôt à réfléchir sur un sujet, tout en n’allant pas sur un thème proposé par un professeur s’il ne nous plaît vraiment pas. Quand je dis commencer tôt, c’est également pour éviter de s’épuiser à la fin. La thèse est davantage un marathon qu’un sprint final, ce qui est également mieux pour faire mûrir son sujet.
Je dirais ensuite de très vite identifier les sources et délimiter un corpus car on peut rapidement se laisser piéger quand on se rend compte qu’on en découvre sans cesse de nouvelles. Il faut également choisir des professeurs qui suivent les travaux de près et si possible qui s’entendent, ce qui facilite beaucoup les choses.
Je conseille également de ne pas oublier d’avoir recours aux laboratoires de recherche et aux autres chercheurs, qui ont souvent beaucoup de ressources et qui sont ravis d’aider.
Enfin, au niveau des lectures, je dirais qu’il est essentiel de bien sélectionner sa bibliographie. En effet, ce travail n’est pas forcément long et fastidieux et il ne faut pas hésiter à sélectionner des chapitres pour être le plus précis possible, tout en se rappelant qu’on ne peut pas, avec le délai dont on dispose, être exhaustif.

  1. Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.