Gouverner au nom du roi entre Renaissance et Guerres de Religion : Guy Chabot de Jarnac, gouverneur de La Rochelle

Élisabeth Sosson, archiviste paléographe (prom. 2018), a soutenu en juin dernier, sous la direction de MM. Olivier Poncet (Énc) et Laurent Bourquin (Le Mans Université), une thèse d’École des chartes consacrée à l’édition et à l’étude de la correspondance de Guy Chabot de Jarnac, protestant et gouverneur de La Rochelle (1559-1572). Propos recueillis par Claire Daniélou. 

Pour commencer : Qui est Guy Chabot de Jarnac ? Quelle a été sa formation ? Quels sont ses réseaux (familiaux, politiques…) ?

Guy Chabot serait né en 1508 et mort en 1584. Pour l’anecdote, il est l’auteur du « coup de Jarnac », expression qui l’a fait passer à la postérité. Il est issu d’une vieille famille de l’Ouest de la France, qui a connu une ascension sociale au cours des derniers siècles du Moyen Âge au service des princes locaux et des rois de France. Il fait ainsi partie de ce qu’on appelle la noblesse seconde, groupe à part d’envergure provinciale mais à l’influence importante.

C’est Philippe Chabot, amiral de Brion (v. 1492-1543), son oncle, qui devient son mentor. Guy Chabot effectue auprès de lui son apprentissage politique et guerrier. Il le suit sur les champs de bataille comme dans les intrigues de la Cour et assiste même son oncle en Angleterre où ce dernier est brièvement ambassadeur. Cette formation lui permet donc de s’intégrer dans un réseau de compagnons de guerre, notamment à la faveur des guerres d’Italie de François Ier et d’Henri II.

Ses relations se composent en outre des nobles de son milieu, auxquels il est lié par des enchevêtrements d’alliances matrimoniales et d’affinités de voisinage. Cette noblesse qualifiée donc de seconde, dans laquelle s’insère Guy Chabot, sert de relai essentiel de l’autorité royale en province, auprès des petits seigneurs, des communautés et des pouvoirs locaux. C’est son appartenance à ce groupe social, la reconnaissance dont son lignage bénéficie et son passé de soldat au service de la monarchie qui déterminent sa nomination comme gouverneur et lieutenant-général pour le roi de la ville de La Rochelle et du pays d’Aunis, fonction qu’il exerce pour les derniers Valois (Henri II, François II et Charles IX). Ces relations nobiliaires constituent le socle de son efficacité politique comme gouverneur.

Par-delà ces réseaux qui lui apportent leur soutien, Guy Chabot interagit avec de multiples interlocuteurs locaux : municipalités, institutions financières et judiciaires, ainsi que petits seigneurs. Son rôle est d’assurer la concorde sur le territoire qui lui est confié. En ce sens, il doit veiller à la stabilité du corps de ville, à la sécurité du port, à la quiétude des échanges commerciaux, à l’application des décisions de justice, ou encore au prélèvement des taxes et impôts. C’est pour ces raisons qu’il est amené à collaborer avec ces différents acteurs du jeu rochelais, mais aussi, en cas de besoin, à arbitrer les dissensions qui peuvent se faire jour entre eux.

À quoi ressemble La Rochelle à l’époque où Guy Chabot en devient le gouverneur ?

La Rochelle, dans la deuxième moitié du XVIe siècle, est un port très dynamique, dont la puissante classe marchande contrôle les instances municipales. C’est une ville jalouse de ses privilèges, hérités de la période médiévale. Le père de Guy Chabot, Charles, avait déjà fait les frais de cette indépendance quand il était lui-même gouverneur de la ville. La situation rochelaise est aussi marquée par des tensions autour du corps de ville qui contrôle la cité, dans la mesure où la fermeture progressive de la municipalité, sur laquelle une véritable oligarchie parvient peu à peu à mettre la main, est dénoncée par une partie de la population.

Il faut dire que La Rochelle occupe alors une position essentielle, à la fois pour son commerce portuaire avec toute l’Europe et pour son emplacement stratégique, clef de la sécurité du royaume face à la flotte anglaise.

De plus, aux tensions politiques s’ajoutent des tensions religieuses, qui en font une véritable poudrière : La Rochelle est une des villes du royaume qui accueille la Réforme avec le plus d’enthousiasme, mais une minorité catholique influente subsiste, ce qui provoque des heurts sociaux, politiques et religieux. En tant que gouverneur, Guy Chabot est censé arbitrer ces conflits pour la monarchie.

Quel est le positionnement de Guy Chabot pendant les Guerres de Religion ?

Chabot est à la fois un protestant déterminé et un royaliste viscéral. Il tente donc de concilier sa fidélité religieuse à sa foi et sa fidélité politique à la monarchie. Je me suis beaucoup interrogée sur cette facette de sa personnalité. Arrive-t-il réellement à réconcilier ces deux modes de pensées ou est-il condamné à l’échec dans cette tentative ? Un lecteur du XXIe siècle aura facilement tendance à juger une telle réconciliation comme utopique, mais il ne faut pas perdre de vue que la résolution de la déchirure confessionnelle semble encore envisageable avant la Saint-Barthélemy. Ainsi, à cette époque, les grands du royaume déjà convertis au protestantisme – les Coligny-Châtillon, les Navarre – ne se placent pas encore en porte-à-faux face à la Couronne.

En revanche, force est de constater que Guy Chabot semble, en cas de dilemme, trancher en faveur de sa fidélité au roi. S’il cherche à favoriser le protestantisme sur le territoire dont il a la charge, il reste légaliste et se retire plutôt qu’outrepasser le droit. Je me suis par exemple penchée sur le cas d’une communauté protestante fervente à laquelle il accorde sa protection. Pour ce faire, il s’appuie sur les édits de pacification. Mais lorsque la comtesse qui possède les terres sur lesquelles la communauté en question est installée fait appel au roi Charles IX et obtient gain de cause, il retire son soutien. Cette affaire est représentative de l’exercice de son influence en faveur des protestants : Guy Chabot s’arrête dès que prévaut la loyauté envers le roi.

Plus encore, Guy Chabot est intéressant parce qu’il définit sa fidélité au roi comme l’une des conditions mêmes de sa noblesse, noblesse qu’il conçoit non seulement servante mais aussi garante de la monarchie. Il est en cela conforme à l’idéal chevaleresque défendu entre autres par Blaise de Monluc1. Ainsi, sa conception de l’articulation entre le politique et le religieux, dans laquelle l’allégeance au monarque semble l’emporter, ne témoigne pas des prémices de la « raison d’État » telle qu’elle apparaît au XVIIe siècle, faisant des intérêts politiques et des intérêts religieux des causes séparées, la seconde se trouvant subordonnée à la première. Au contraire, sa vision est plutôt celle d’un vieux routier, enfant des guerres d’Italie élevé à la cour pétrie de chevalerie de François Ier. Il reste bloqué dans des représentations médiévales de la noblesse et de ses relations à l’État et échoue à conserver la confiance de l’un ou de l’autre camp.

Trouve-t-on des traces de l’exercice de son pouvoir dans La Rochelle (hôtels particuliers, bâti…) ?

Guy Chabot exerce pour bonne part son pouvoir à distance car il réside loin de la ville, sur ses terres personnelles (à commencer par Jarnac, en Charente). Même s’il dispose de représentants sur place, il est conscient du handicap que son absence implique. C’est pourquoi il essaie, au cours de ses années de gouvernement, de récupérer des biens immobiliers, notamment ceux abandonnés par les communautés religieuses catholiques exilées, et manifeste aussi sa volonté de s’approprier des taxes sur les bois, afin de financer l’acquisition d’un pied-à-terre rochelais. Il ne semble pas avoir eu à cœur de marquer le bâti urbain de son empreinte : celui-ci donne bien mieux à voir le pouvoir des échevins du corps de la ville.

Que représente sa correspondance dans l’exercice de son autorité de gouverneur? En quoi consistent les documents que tu as édités ?

J’ai réuni 350 lettres. Elles couvrent les treize années du gouvernement de La Rochelle par Guy Chabot (1559-1572) et révèlent que la plume constitue un outil de gouvernement. Guy Chabot se sert de l’écrit de manière utilitaire et non à des fins d’expression personnelle. Comme je l’ai dit, il exerce son pouvoir à distance : l’écrit lui est donc indispensable en temps de crise pour affirmer son autorité face à une municipalité revêche. Toutefois, les périodes les plus difficiles des guerres de religion ne correspondent pas nécessairement à des pics de sa correspondance. Ses lettres servent également à alimenter ses sociabilités nobiliaires. Elles sont accompagnées de cadeaux, de nouvelles, de renseignements et montrent que Guy Chabot tente de se rendre indispensable auprès de ses relations, d’entretenir un réseau important. Ses lettres contribuent aussi à entretenir son lien étroit, même s’il est en grande partie fictif, avec la Couronne. Il correspond pour obtenir des informations ou des précisions sur les ordres qu’on lui adresse. Il constitue ainsi un réseau informatif qui n’est pas uniquement lié aux événements guerriers.

Toutefois, la correspondance, active et passive2, est incomplète. Il est difficile de statuer sur le rythme d’écriture réel de l’épistolier, par exemple, du fait de pertes importantes.

Les lettres sont aussi accompagnées de « pièces jointes », que j’ai également éditées. Il s’agit par exemple de compte-rendu de réunions municipales – intéressants car les registres rochelais ont été perdus –, de lettres de tiers, de mémoires ou de rapports diplomatiques, à l’image d’une note sur la révolte des Gueux aux Pays-Bas.

On trouve aussi des inventaires de munitions ou d’approvisionnement. Ainsi, quand le port de La Rochelle reçoit la flotte du Grand Prieur de l’Ordre de Malte, Guy Chabot est chargé d’en assurer le ravitaillement. En tant que gouverneur, il doit avancer les fonds au nom de la monarchie, qui l’indemnisera ensuite, c’est pourquoi on trouve dans ses lettres des documents comptables sur ce que peuvent fournir les boulangers et taverniers de la ville et sur les montants engagés. Ce mode de fonctionnement met cependant le gouverneur en difficulté, car étant issu de la noblesse moyenne, son pouvoir n’est pas assis sur une fortune importante. Ces sources mettent en avant le manque d’indépendance du baron de Jarnac, qui affaiblit son gouvernement. Il apparaît en effet financièrement dépendant d’un pouvoir royal qui a lui-même du mal à le renflouer, car en temps de crise il devient impossible d’acheminer l’argent nécessaire jusqu’à lui.

Beaucoup de sources législatives apparaissent enfin. Les lettres font état d’édits de pacification que Guy Chabot a la charge de promulguer. Se situant à un niveau intermédiaire dans la prise de décision, il doit trouver des moyens d’adapter ces édits aux réalités du contexte local. Le pouvoir royal s’appuie en effet sur les gouverneurs en tant que spécialistes de terrain. La mise en œuvre des édits repose ainsi sur un aller-retour permanent entre pouvoir central et pouvoir local.

Comment ces lettres nous sont-elles parvenues ?

Par chance, les descendants de la famille Chabot ont fait relier les correspondances de Charles et Guy Chabot au cours du XVIIe siècle. A la Révolution, la bibliothèque du château de Jarnac a été saisie et ce sont quatre volumes reliés qui ont été transférés à la bibliothèque de district de Cognac. Ils ont par la suite été restitués à la fille du dernier comte de Jarnac et sont pour l’essentiel toujours en mains privées. C’est finalement au XXe siècle que les lettres ont subi des dommages. En 1968, les volumes ont été mis en vente puis disséqués au gré de ventes aux enchères. Les autographes de grandes personnalités historiques (Catherine de Médicis, Henri IV, le duc de Guise…) ont attiré l’attention de collectionneurs privés qui les ont acquis. Ces lettres séparées du fonds réapparaissent périodiquement en vente publique. Deux volumes (le deuxième et le quatrième) n’ont toutefois pas été touchés, tandis que les premier et troisième volumes ont fait l’objet de prélèvements, dont un certain nombre a pu être retrouvé. La bibliothèque municipale de La Rochelle, les archives municipales de la ville et les archives départementales de Charente-Maritime cherchent ainsi à les acquérir quand cela est possible. Mais des parties de cette correspondance sont aussi disséminées dans d’autres institutions, comme la BnF, la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg, ou encore à Genève dans des établissements spécialisés sur l’histoire du protestantisme.

Comment s’achèvent cette correspondance et les prérogatives de gouverneur de son auteur ?

Un événement décisif survient en 1568 : la révolte de La Rochelle contre le pouvoir royal. Une faction protestante revendicative accède à la municipalité et saisit l’artillerie. La municipalité se déclare en faveur du prince de Condé3. Absent de La Rochelle au moment où se produisent ces événements, Guy Chabot éprouve des difficultés à gérer la crise. Il parvient finalement, au terme de longues négociations, à rentrer dans son gouvernement mais constate l’impuissance de son action et sa perte de légitimité.

Dès lors, Guy Chabot se retire sur ses terres, quelques semaines seulement après son entrée dans La Rochelle. S’il conserve son titre de gouverneur, le roi le remplace de facto en Aunis par le maréchal de Vieilleville, avant de le révoquer en 1572 au profit d’Armand de Gontaut-Biron, futur maréchal de France.

A partir de 1568, la correspondance du baron de Jarnac se fait de plus en plus rare. Lors de la bataille de Jarnac, en 1569, sa demeure est pillée par les armées, ce qui relance ses échanges avec les membres de sa famille. Par la suite, Guy Chabot ne reprend la plume qu’à l’occasion de sa révocation, en 1572, pour supplier la monarchie de lui conserver sa charge. Après ce moment très douloureux pour lui, la correspondance cesse et l’on peine à trouver des traces de l’activité du baron de Jarnac, qui touche des gages de la part de la Couronne jusqu’à son décès, en 1584.

En guise de conclusion, y a-t-il un passage issu de cette correspondance que tu aimerais citer ?

Dans une lettre à Catherine de Médicis d’août 1568, Guy Chabot énonce :

« je ne suis digne de mectre la main aupres de celle de mon maistre et de ma maistresse, més bien de mon sangc tesmongner jusques à la derniere goutte la fidellité tres humble et service que je porte et doibtz à Vosdites Majestéz  ».

Par cette phrase, il refuse en réalité de prêter serment de fidélité à la monarchie, puisque la fidélité « coule dans ses veines » en tant que noble : formule qui rend bien compte de sa conception de sa dignité.


  1. Blaise de Monluc (mort en 1577) est l’un des plus célèbres capitaines du XVIe siècle. Ses Commentaires constituent l’une des sources sur la période les plus fréquemment exploitées et défendent une conception chevaleresque de la noblesse dans ses rapports au roi. []
  2. Par correspondance active, on entend les lettres envoyées par le gouverneur. La correspondance passive désigne quant à elle les lettres reçues par lui. []
  3. Louis Ier, premier prince de Condé (1530-1569), principal chef protestant pendant les trois premières guerres de religion. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.