Mettre un point d’honneur à s’échapper : enquête dans les archives du Tribunal des maréchaux au XVIIIe siècle

Élève archiviste paléographe de 3e année, Romain Benoit prépare une thèse d’École intitulée : « L’intérêt est normand, et l’honneur est gascon ». Le Tribunal des maréchaux de France : agent régulateur du comportement et du crédit des nobles et militaires au XVIIIe siècle, sous la direction de M. O. Poncet. 


En 1952, Georges Brassens chantait les faits d’armes de « mégères gendarmicides » au marché de Brive-la-Gaillarde et précisait : « il paraît que cette hécatombe fut la plus belle de tous les temps ». Dans cette Hécatombe, les gendarmes subissent en effet de terribles sévices et le maréchal des Logis n’est pas le moins bien traité, lui qui, attaché, doit proférer des propos anarchistes. Brassens dresse le tableau touchant d’une bagarre générale qui, partie de bottes d’oignons, finit en lutte joyeuse contre les représentants de l’ordre et de l’autorité.

« Or sous tous les cieux sans vergogne, c’est un usage bien établi, dès qu’il s’agit d’rosser les cognes, tout l’monde se réconcilie »

Plongé dans mes recherches sur le Tribunal des maréchaux de France au XVIIIe siècle, cette chanson n’est pas sans me rappeler des faits réels qui se sont déroulés il y a un peu plus de deux cents ans. Les archives du Tribunal du Point d’Honneur conservent en effet la trace de nombreuses échauffourées et « voyes de fait » à l’encontre des gardes de la maréchaussée. J’ai choisi de vous en proposer une, sous forme de récit, avant de l’analyser dans la perspective plus large de mes recherches.

Un véritable film de cape et d’épée

Rixe à la foire de La Capelle Biron1

Nous sommes dans le Lot-et-Garonne. Le 29 décembre 1784, le sieur Daunis, maréchal des logis de maréchaussée à la résidence de Castillonès, est présent à la foire de La Capelle Biron, pour le maintien de l’ordre certainement. Il est alors le témoin et la victime de « faits bien singuliers ».

Le 5 janvier 1785, de Ronchamp, prévôt général de la maréchaussée de Guyenne, est à Sainte-Foy. Il écrit alors une lettre adressée au Tribunal des maréchaux de France à laquelle il joint le procès verbal du Sieur Daunis sur les évènements du 29 décembre. Ce dernier a semble-t-il voulu empêcher les « voyes de fait » – c’est-à-dire un combat, un duel – entre deux gentilshommes, le chevalier de Bauredon et Charmail de Trévay. De Ronchamp nous indique les faits contre lesquels il appelle une réaction juste et rapide du tribunal.

« 1° deux gentilshommes qui, après avoir donné leur parolle d’honneur par ecrit, la violent un instant après pour recommancer le combat. 2° un frere de ces gentilshommes qui arrache l’epaulette d’un maréchal des logis en fonction, lieutenant de cavalerie, et qui lui donne un coup de baton, et enfin qui cherche à ameuter la populasse contre des hommes en fonctions ».

Le frère de Trévay est ainsi intervenu contre le maréchal des Logis, et a dû tenter de maîtriser la maréchaussée avec de l’aide. L’histoire est loin de s’arrêter là. À travers les cinq documents conservés aux Archives nationales (AB/XIX/1196 ; dossier 90565), nous pouvons suivre cinq années de poursuites judiciaires à travers le Lot-et-Garonne et le Sud-Est de la Gironde. Deux fois détenus et deux fois évadés, le sieur Charmail de Trévay et son frère nous permettent d’appréhender l’une des nombreuses facettes de l’honneur nobiliaire au XVIIIe siècle.

De nombreux rebondissements

Le 30 juillet 1785, depuis Bordeaux, de Ronchamp écrit au doyen des maréchaux de France. Messieurs de Charmail frères se sont évadés de la prison de Sainte-Foy où ils étaient détenus par ordre du tribunal, certainement à la suite des faits décrits plus haut. Il joint à sa lettre un procès-verbal établit le 25 juillet 1785. Ce jour-là, Étienne Huttin, brigadier, s’était rendu à la prison de Sainte-Foy afin de transférer des prisonniers à Libourne. Le concierge de la prison, Cassagne (ou Cassaigne), l’informe qu’après cinq mois et demi de détention, les deux frères se sont évadés la nuit précédente. Suit alors le constat de l’évasion et la description du procédé utilisé par les fugitifs.

« en entrant dans laditte chambre avons observé qu’il y avoit deux planches joignant le mur et proches de la cheminée qui avoit été enlevée et qu’il y avoit un drap de lit attaché à un chevrons, que à l’aide du dit drap [ils s]ont desendeû dans la chambre du  [dessous où ils] ont ouvert les croisées et ont attaché une corde d’environ douze pieds de long à un piton de la ditte croisée et à l’aide de cette corde se sont glissés dans la rue. »

Le procès-verbal précise jusqu’aux effets laissés sur place par les prisonniers. C’est une bien maigre consolation et, surtout, il n’y a certainement guère de quoi payer les frais de détention : trois mauvaises chemises ; un mauvais gilet de toile blanche ; huit paires de mauvais bas de fils dont sept de blanc et une paire de gris.

Bien plus tard, le 10 janvier 1790, à 6h30 du matin, Pierre Sauvaud, écuyer, capitaine de cavalerie, conseiller du roi et lieutenant en la maréchaussée générale de Guyenne au département et siège d’Agen fait entrer chez lui le concierge des prisons d’Agen : détenu depuis le 21 juillet 1789, le sieur Charmail de Trévay s’est évadé avec d’autres prisonniers dans la nuit ! Ils se rendent alors tous deux à la prison avec un brigadier, le sieur Fabre.

« le concierge nous a conduit au premier appartement des dites prisons et dans lequel le dit Sieur Charmail étoit enfermé, au plancher duquel et du cotté du Nord, avons apperçu une effraction tout ressement faite de la grandeur d’environ deux pieds de long sur un de large, et estant montés au second appartement qui vise au Nord y avons apperçus une seconde effraction au plancher d’iceluy, à peu près de la même grandeur pénétrant au grenier de l’édifice des dites prisons, et estant montés au dit grenier y avons apperçu une troisième effraction aussi tout ressement pratiquée au toit et avons remarqué qu’un homme a pu aisément passer par les dites breches et par conséquent s’évader des dites prisons ainsi que le [concierge] l’a déclaré et certifié. »

Un exemple parlant de la conception nobiliaire de l’honneur au XVIIIe siècle

Finalement, outre l’imagination débordante des fugitifs qui arrivent toujours à s’en sortir, ce que le chercheur apprécie au milieu de ses dépouillements, que peut-on déduire d’une telle affaire ?

Que l’honneur est la capacité d’un homme, au sein d’un groupe social et dans un cadre culturel précis, à s’ériger en seul juge de ses actions, de ce qui lui est dû – à la fois à lui-même et à sa réputation – et de ce qu’il peut tolérer dans son rapport à l’autre. Cet autre est alors un égal car il lui est reconnu, à lui aussi, cette capacité : tous deux sont nobles ou militaires. Nous ne savons pas pourquoi, au tout début, le 29 décembre 1784, le chevalier de Bauredon et Charmail de Trévay se battent. Un officier de la maréchaussée leur demande de cesser ou bien intervient avant, on ne sait. Il obtient en tous cas une promesse écrite, sur l’honneur, de ne plus se battre. Ils le font pourtant un instant plus tard. Sont-ils déshonorés ? Ont-ils perdu leur honneur en violant leur parole ? Non. Pour les maréchaux et les officiers de maréchaussée à leurs ordres, oui. Mais pour eux-mêmes, il ne me semble pas.

Le tribunal des maréchaux, juge suprême sur les questions d’honneur pour les gentilshommes et les gens faisant profession des armes depuis qu’il est aussi tribunal du point d’honneur, devrait logiquement être écouté et suivi. Il ne l’est pas. Que ce soit à propos de remboursements tardifs de dettes d’honneur ou à l’occasion de rixes (euphémisme sous-entendant souvent, aux XVIIe et XVIIIe siècles, duel), les maréchaux de France ne sont pas les seuls juges de l’honneur. L’individu l’est lui aussi pour son propre honneur. C’est pourquoi il peut fuir leur justice, s’échapper, poursuivre sa vie et gérer ses affaires comme il l’entend et le peut.

Pour conclure : structure et financement d’une institution judiciaire particulière

À travers cet exemple, nous avons voulu montrer la complexité mais aussi la richesse des recherches sur l’honneur et le comportement nobiliaire au XVIIIe siècle. Cette question, nous l’abordons à travers le tribunal des maréchaux, institution alors en véritable essor. Cela nous amène à nous intéresser à l’organisation de la maréchaussée dans les provinces depuis les réformes de 1720 et à travers les réformes qui suivirent, au financement de cette dernière (des officiers, des cantiniers dans les prisons, des frais divers) et à l’une de ses attributions : rendre effectives les décisions du Tribunal des maréchaux de France. Structure hiérarchisée et organisée, la maréchaussée est de plus en plus organisée au cours du XVIIIe siècle.

Condamnés respectivement le 25 septembre 1785 à vingt et quinze ans d’emprisonnement par les maréchaux de France, Charmail du Trévay et son frère, déjà fugitifs à l’époque de la condamnation, le sont à nouveau en janvier 1790, alors que la Bastille a été prise et qu’une Révolution est en cours. Mais maréchaux et officiers de la maréchaussée poursuivirent encore quelque temps leurs activités judiciaires, offrant à l’historien des sources toujours plus riches et hétérogènes.

Sources :

  • Archives Nationales : AB/XIX/1191-1207 (Fonds du Tribunal des maréchaux de France) et série Z/1c (Connétablies et maréchaussées de France).

Pour en savoir plus :

  • Hervé Drévillon et Diego Venturino (dir.), Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne [colloque, Metz, 2008], Rennes, PUR, 2011, 386 p.
  • Fadi El Hage, Histoire des maréchaux de France à l’époque moderne, Paris, Nouveau Monde, 2012, 601 p. (surtout chapitre 12)
  • Jacques Lorgnier, Maréchaussée, histoire d’une révolution judiciaire et administrative, tomes 1 et 2, Paris, L’Harmattan, 1994, 445 et 408 p.

  1. Tous les toponymes sont ceux du XVIIIe siècle et sont situés dans le Lot-et-Garonne et en Gironde. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.