La bibliothèque, outil de rénovation urbaine ? Compte-rendu d’une session du 64e congrès de l’ABF

Du 7 au 9 juin derniers, j’ai eu la chance de me rendre au 64e congrès de l’Association des Bibliothécaires de France qui a eu lieu à La Rochelle, en tant qu’élève conservatrice à l’Enssib. Si ce congrès était l’occasion de découvrir La Rochelle et sa BM-BU ainsi que d’assister à de multiples sessions, je souhaitais surtout rendre compte ici d’une table-ronde qui m’a paru illustrer avec pertinence ce que peut la bibliothèque — thème à l’honneur du congrès cette année1, autour de la question de la rénovation urbaine. Animée par Pascal Ferri, la table-ronde faisait entendre des points de vue variés : lecture publique à Champigny-sur-Marne, enseignement supérieur et recherche au campus Condorcet et en dernier lieu un regard rétrospectif sur l’architecture des bibliothèques publiques des trente dernières années.

Peut-être faut-il commencer par définir ce que recouvre l’expression « rénovation urbaine »2. Le terme n’est pas nouveau et il évoque, notamment en France, des objectifs de salubrité, d’hygiénisme, de fonctionnalité (en ce qui concerne les transports et les autres usages des lieux). C’est ce qu’évoquent les grandes transformations de Paris, accompagnées de vastes démolitions, réalisées sous l’égide du baron Haussmann, ou encore, dans la première moitié du XXe siècle, les principes de la Charte d’Athènes. Le concept rappelle aussi les reconstructions de l’après Seconde Guerre mondiale. Aussi renvoie-t-il à un besoin social important, qui dépasse des questions purement architecturales. À l’opposé de la réhabiliation, qui implique de garder l’ancien pour le remettre en état, la rénovation suppose de détruire l’existant pour reconstruire un nouveau bâtiment/un nouvel environnement3. Du côté politique, la « rénovation urbaine » se traduit en 2000 par la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU), dont le volet le plus connu, destiné à renforcer la mixité sociale, est l’obligation pour les communes importantes à mettre à disposition 20% de logements sociaux4. Par la suite, la loi Engagement social pour le Logement, en 2003, a vu la création de l’Agence nationale pour la Rénovation urbaine (ANRU), où le terme apparaît explicitement. L’ANRU centralise les décisions et les financements dont bénéficient les collectivités. Le concept de rénovation urbaine se concentre donc, ces dernières années, plus particulièrement sur les espaces périphériques des agglomérations, longtemps délaissés.

C’est essentiellement du point de vue de l’architecture et de la construction de bibliothèques que la table ronde a donc logiquement cherché à interroger la place de la bibliothèque comme outil de cette « rénovation » urbaine.  Les bibliothèques, au-delà d’être des points d’accès à la culture et à la lecture, peuvent marquer l’engagement des politiques publiques en faveur de transformations physiques de l’espace urbain et contribuer à redynamiser un territoire, à rendre un centre à des périphéries déliées. 

Le premier exemple offert à notre réflexion était celui de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), présenté par Gaëtane Perrault, responsable de la lecture publique et de la médiathèque Jean-Jacques Rousseau. La ville de Champigny-sur-Marne, à l’attractivité économique moyenne, va bientôt bénéficier des projets de transport du Grand Paris Express. Ces aménagements de transports impulsent la réalisation de grands projets urbains, dans une ville aux besoins sociaux importants (forte part des jeunes dans la population, faible part de diplômés, seulement 60,6 % de foyers imposables). Par le biais d’ateliers collaboratifs, un plan local d’urbanisme participatif a été élaboré, dont est ressorti un document appelant à rendre un centre-ville à la commune par des équipements de qualité, tant des services publics que des commerces. La restructuration de la bibliothèque Jean-Jacques Rousseau s’inscrit donc dans un projet global de refonte de la place Lénine et vise à en faire un lieu incontournable par sa situation géographique, mais aussi par son ouverture aux différentes cultures (Champigny-sur-Marne étant un berceau d’immigration depuis la Libération) et par son accessibilité. Du fait de la collaboration forte entre les pouvoirs publics, les habitants et les partenaires, ce futur équipement apparaît comme le symbole d’un renouvellement urbain pour la ville, porté par l’évolution des mobilités en Ile-de-France.

La présentation du projet d’équipement documentaire du campus Condorcet par Marie-Odile Iliano, directrice adjointe, constituait un deuxième exemple de la dynamique de renouvellement d’un territoire par l’implantation d’une nouvelle bibliothèque. Cette fois, le projet s’inscrit dans le chantier de rénovation du Nord de Paris, dans un contexte universitaire : créer un campus dédié aux sciences humaines et sociales, dont le Grand Équipement Documentaire, en cours de construction à Aubervilliers, sera le cœur. Cet établissement, s’il est d’abord destiné aux chercheurs, ambitionne de ne pas se réduire à ce public. La méthode des personas a ainsi été utilisée pour déterminer quels riverains pourraient être amenés à le fréquenter : allant des ingénieurs travaillant à proximité du campus aux ouvriers retraités, encore actifs à Aubervilliers. De même, le GED comportera une librairie et un café, en cherchant à travailler avec les autres commerces à proximité. Depuis l’annonce du projet, le quartier a d’ailleurs évolué grâce à l’implantation de nouveaux commerces misant sur l’attractivité du secteur. Le décloisonnement culturel, social et même scientifique apparaît comme une dimension forte du projet.

Enfin, Luigi Failla, architecte et docteur en architecture des universités Paris-Est et de Palerme, a remis cette question en perspective en analysant l’évolution de l’architecture des bibliothèques. Luigi Failla a ainsi présenté plusieurs modèles chronologiques de mutations des bâtiments de lecture publique. Le premier s’apparente à une logique de consommation fonctionnelle avec une architecture à plusieurs niveaux déclinant des thématiques et des usages (années 1980-2000), dans lequel les espaces de rencontres sont sectorisés, à l’exemple de la médiathèque Jean-Cabanis de Toulouse. Des années 2000 aux années 2010, les propositions architecturales évoluent vers un modèle à deux niveaux, intermédiaire entre la spécialisation des espaces et l’affaiblissement de cette tendance à hiérarchiser les usages (citons entre autres la médiathèque du Kremlin-Bicêtre). Enfin, depuis des modèles « non hiérarchiques » ont vu le jour, souvent à un niveau, se prêtant à des usages multiples, à l’image de la bibliothèque Louise-Michel à Paris. Les fonctions traditionnelles (prêt, lecture) peuvent être des instruments pour faire entrer le public dans ces espaces de rencontres qui débordent dans l’ensemble du lieu.

À travers ces différents exemples, on voit toute l’importance que peut avoir la bibliothèque dans un projet de reconfiguration urbaine. Si la bibliothèque ne « rénove » pas à elle seule un quartier ou une ville, elle apparaît comme un des points-clefs d’une politique de rénovation urbaine, en s’appuyant notamment sur la question de la mobilité. Pour laisser le mot de la fin à Luigi Failla, la bibliothèque à elle seule ne peut pas être le moteur d’une régénération de quartiers défavorisés, cependant,  « à côté de politiques de renouvellement urbain, [elle] peut contribuer à la création d’un contexte social favorable. Pour garantir cet effet de redressement, le bâtiment ne doit pas être nécessairement isolé par rapport au contexte urbain, comme dans la conception des bâtiments monumentaux du passé où ils déterminaient les grilles et les tracés régulateurs de l’environnement urbain dans lequel ils s’inséraient »5.


À consulter :

  • le programme du Congrès 2018 de l’ABF et la captation vidéo de la session ;
  • le diaporama de Marie-Odile Illiano ;
  • le diaporama de Luigi Failla, son ouvrage Du livre à la ville : la bibliothèque comme espace public, Gollion, MétisPresses, 2017, 222 p. et sa thèse soutenue en 2015 : « Le devenir de la bibliothèque publique et le rôle de l’architecture : stratégies de conception pour le XXIe siècle » [en ligne].
  1. Le thème de cette édition 2018 étant « À quoi servent les bibliothèques ? ». []
  2. Je me suis notamment appuyée sur cet article de Maurice Blanc, « La rénovation urbaine : démolition ou patrimonialisation ? . Comparaison entre la France et l’Allemagne », La Vie des idées , 11 juin 2013. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/La-renovation-urbaine-demolition.html. []
  3. Et pour citer un exemple dans le domaine des bibliothèques, on peut penser à la construction de la BnF, alors Bibliothèque de France, dans une friche industrielle, dont la physionomie continue à évoluer aujourd’hui. []
  4. Depuis la loi Duflot I de 2013, ce taux a été porté à 25 %. []
  5. L. Failla, Le devenir de la bibliothèque publique et le rôle de l’architecture : stratégies de conception pour le XXIe siècle, Thèse de doctorat de l’Université Paris-Est, 2015, p.385. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.