Au-dessous du Volcan : une promenade virtuelle dans les bibliothèques municipales du Havre

À l’occasion de mon stage de deuxième année, je tenais à intégrer et découvrir une bibliothèque municipale pour mieux saisir sur le terrain les nombreux défis que ces institutions doivent relever. C’est près de l’estuaire de la Seine que j’ai donc eu l’occasion d’être initié à la vie d’une telle institution, au sein du service patrimoine de la bibliothèque Armand Salacrou. Pour présenter le réseau des bibliothèques municipales du Havre et ses multiples facettes, je vous propose une visite virtuelle des lieux au cours de laquelle les espaces parcourus serviront de tremplin à une description de l’organisation et des enjeux de l’institution.

Hôtel de Ville du Havre

Prologue : place de l’Hôtel de Ville

Si vous arrivez en train au Havre et souhaitez visiter les bibliothèques du centre-ville, vous devez vous arrêter à l’arrêt de tramway « Hôtel de Ville ». Le décor est assez impressionnant : les rails traversent une grande place carrée, ses pelouses interdites aux piétons, ses multiples jets d’eau brillant sous les rayons du soleil estival et l’immense hôtel de ville rectangulaire surmonté à l’ouest d’une haute tour d’horloge. Au sud de la place, vous pourrez vous asseoir un instant sur un banc original : au milieu, un panneau propose quelques photographies d’archives et deux textes de Pascal Quignard sur « Le Havre en reconstruction ». Ce banc est la douzième étape de la « Promenade littéraire », un parcours en centre-ville de vingt bancs sur chacun desquels on peut découvrir le regard d’un auteur sur la ville1.

En bas, quatre petits logos attireront peut-être votre regard. Sans surprise, vous reconnaîtrez celui de la municipalité, mais il est devancé par un autre logo, « Lire au Havre ». Il s’agit de la politique publique d’accès au livre et à la lecture, un pilier majeur de la politique culturelle de la municipalité havraise. Celle-ci a été entreprise en 2012, lors du premier mandat d’Édouard Philippe, et traduit une volonté politique importante en la matière. Trois grands axes permettent de saisir les objectifs de Lire au Havre.

1) Rapprocher géographiquement la lecture des habitants en restructurant le réseau territorial. Avant le déclenchement de cette politique, Le Havre possédait une bibliothèque en centre-ville, huit bibliothèques de quartier, et un bibliobus itinérant. De plus, le projet d’une nouvelle bibliothèque moderne dans le centre-ville sise dans les bâtiments rénovés du Volcan d’Oscar Niemeyer était déjà dans les rails, trouvant ses origines dans le dernier mandat du prédécesseur d’Édouard Philippe, Antoine Rufenacht. Pour améliorer le maillage territorial et se rapprocher de quartiers auparavant en marge de la lecture publique a été décidée la création des relais lecture, où l’on trouve une offre documentaire, de médiation culturelle, et des espaces de lecture. Le huitième et dernier, celui de la Fabrique Pierre-Hamet, a été inauguré le 21 avril dernier par le Premier Ministre et son successeur à la mairie du Havre, Luc Lemonnier2. Cependant, cette initiative est allée de pair avec le sacrifice de deux bibliothèques de quartier dès 2012, La Mare Rouge et Aplemont, cette dernière évoluant en relais lecture. La mesure avait provoqué l’inquiétude des équipes concernées, d’autant que les relais lecture ont la particularité d’être gérés par des agents municipaux ne relevant pas de la lecture publique, dans une démarche de mutualisation de la masse salariale. Néanmoins, aucun des postes n’a été supprimé, ils ont été redéployés pour la majorité dans l’équipe « montée en puissance » préparant l’installation de la nouvelle bibliothèque Oscar Niemeyer. Autre nouveauté, des livres nomades ont pu être mis en circulation principalement grâce aux dons des particuliers et sont disponibles à une cinquantaine de points dans la ville : il s’agit d’ouvrages préalablement munis d’un large bandeau que l’on peut prendre à volonté et garder autant de temps qu’on le souhaite.

Les travées où sont entreposés les livres nomades avant leur dispersion © Le Havre, Bibliothèque municipale

2) Cibler une grande diversité de publics et leur rendre accessibles les bâtiments. Cela passe par une réflexion sur l’offre documentaire, qui doit être suffisamment riche tant à destination des tout petits que des malvoyants par exemple, ainsi que sur la médiation culturelle, qui cible particulièrement les publics scolaires, mais aussi les séniors et les publics empêchés. Cela nécessite aussi des bâtiments accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR). Un établissement modèle a été identifié, la jeune médiathèque Martin Luther King, déjà beaucoup sollicitée par des groupes de personnes porteuses de handicaps, et dont les dix ans ont été fêtés ce printemps : elle bénéficie d’une accessibilité PMR, n’a pas d’étage, et propose des fonds « handicap et Dys »3.

3) Encourager une dynamique événementielle et festive autour de la lecture. On peut citer le festival annuel Le Goût des Autres4 invitant des dizaines d’auteurs et artistes pour des lectures, conférences et concerts. La lecture à voix haute est aussi à l’honneur lors de l’invitation d’un auteur dans le cadre du rendez-vous trimestriel « Un livre, un lecteur ». Le réseau des bibliothèques municipales programme aussi des ateliers lors du festival printanier Une Saison Graphique, et a aussi participé aux festivités du cinquième centenaire de la ville en 2017.

Si la bibliothèque municipale du Havre est la colonne vertébrale de Lire au Havre, cette politique culturelle a une portée plus large, reposant aussi notamment sur le monde associatif. Le site de la bibliothèque Armand Salacrou héberge ainsi l’antenne havraise du Labo des histoires, qui organise des ateliers d’écritures destinés aux jeunes publics.

Voilà donc pour cette introduction à l’ambitieuse politique publique Lire au Havre. Depuis la place de l’Hôtel de Ville, les deux bibliothèques de centre-ville sont à trois minutes de marche. Commençons par la plus récente, la bibliothèque Oscar Niemeyer.

Première étape : bibliothèque Oscar Niemeyer

Pour rejoindre l’espace Niemeyer, il faut prendre la rue de Paris, qui donne sur une double arche de conteneurs multicolores, une structure originellement éphémère montée pour les célébrations du cinq-centenaire, la Catère de Vincent Ganivet, et adoptée par les habitants de la ville portuaire. Amateurs d’art, petit conseil si vous passez dans le secteur : en continuant deux minutes à droite de ce monument, vous trouverez l’endroit d’où Monet a peint Impression Soleil Levant – et pourrez visiter de l’autre côté de la rue le Musée d’art moderne André Malraux. Mais nous ne restons qu’un instant sur la rue de Paris, puisqu’à peine a-t-on quitté la grande place carrée que l’on se retrouve face à un décor encore plus étonnant : au cœur de ce centre-ville quadrillé des immeubles rectangulaires pâles aux nuances jaunes et roses qu’Auguste Perret a pensés pour rebâtir les décombres laissés par la Royal Air Force s’élève un bâtiment tout en courbe, un volcan de béton neige, sans fenêtre. Voici le Volcan de Niemeyer. Ce bâtiment n’héberge pas la bibliothèque municipale, mais la Scène nationale du Havre. A droite se dresse un petit Volcan, lui percé d’une rangée de fines fenêtres. La bibliothèque est aménagée sous celui-ci, et sur toute la longueur de l’espace auquel on accède en descendant dans le cratère aménagé entre les deux volcans. Ce nouvel équipement moderne a été inauguré le 2 novembre 2015, l’aboutissement d’un projet de réhabilitation du Volcan de l’architecte brésilien amorcé une décennie auparavant5. Il a pris le nom du créateur de son écrin, qui est mort en 2012. Vous serez étonné par une main noire qui sort du béton, la paume tournée vers le ciel. C’est une fontaine réalisée à partir d’un moulage de la main droite d’Oscar Niemeyer, accompagnée d’une citation de l’architecte brésilien, au-dessus d’un petit plan d’eau.

La bibliothèque municipale Oscar Niemeyer, l’entrée est au fond et les espaces s’étendent jusqu’au « petit Volcan » ; à gauche, la Scène nationale © Le Havre, Bibliothèque municipale

Dès l’entrée de la bibliothèque, vous trouvez, avant même l’accueil, un espace cafétéria, avec quelques quotidiens nationaux que l’on peut consulter tout en consommant le breuvage de son choix, nourriture et boissons sont interdites dans tous les autres espaces, comme le rappellent régulièrement des pictogrammes sur les murs. Une série d’ordinateurs sont disponibles à gauche de l’accueil. Dans les bibliothèques municipales du Havre, le wifi est disponible sans code et sans enregistrement, mais avec une limitation temporelle d’une heure – chaque lecteur enregistré et ayant sa carte a sa propre session. Les lecteurs peuvent d’ailleurs accéder, sur le site de Lire au Havre, à des ressources numériques : films de fiction et documentaires, musique, formations au code de la route, à l’informatique, aux langues étrangères, livres et magazines numériques. D’ailleurs, plus loin sont à disposition plusieurs tablettes numériques reliées à des tables, près du « jardin d’hiver », une petite salle ronde illuminée par sa verrière où est établi l’espace presse. Des tablettes peuvent aussi être empruntées.

Le « jardin d’hiver », espace presse © Le Havre, Bibliothèque municipale

Revenons à l’accueil. Ici, plusieurs agents de service public peuvent renseigner les arrivants, inscrire de nouveaux lecteurs, ou encore accueillir des touristes étrangers. De plus, de nombreux points d’information sont disséminés dans les différentes salles. L’un des aspects importants du réseaux des bibliothèques municipales est la gratuité : la carte de lecteur n’est pas payante, même pour des lecteurs vivant dans d’autres communes, les activités proposées dans les différentes bibliothèques (initiation aux outils informatiques, lecture à voix haute, séance d’écriture de fiction, rendez-vous vidéoludique) se font sur inscription mais sont gratuites, les événements programmés (conférences, concerts, saynètes destinées au public familial) ne dérogent pas à cette règle. Ceux-ci, quand ils se déroulent à la bibliothèque Oscar Niemeyer, se font souvent dans l’Atrium. Cette grande salle où sont mis à disposition des bandes dessinées et des mangas se situe en-dessous du « petit volcan », et est surmontée d’une grande verrière qui a remplacé le plafond de béton au moment de la rénovation du bâtiment, avec l’accord de l’architecte.

La rotonde de Niemeyer (au sein du « petit Volcan »), l’espace BD & manga est au rez-de-chaussée, les romans sont à disposition au premier étage © Le Havre, , Bibliothèque municipale, Clémence Thibault, tiré du compte Instagram lh_biblio
Autre point de vue sur la rotonde de Niemeyer © Le Havre, Bibliothèque municipale

Une grande partie des espaces de la bibliothèque se situe au rez-de-chaussée, depuis l’accueil jusqu’à l’Atrium, lui-même entouré d’un déambulatoire où l’on retrouve l’espace musique, les documents d’histoire et géographie, les films et séries. Seul l’espace roman est au premier étage de l’Atrium, accessible par plusieurs escaliers et par un ascenseur. Une grande salle est consacrée aux enfants, des ordinateurs sont adaptés pour différents handicaps.

Selon les mots du directeur de la bibliothèque municipale, Dominique Rouet, le jour de l’inauguration du nouvel équipement : « La bibliothèque Oscar Niemeyer est aussi un lieu de vie où l’on peut venir pour passer du temps »6. Avec son espace webcafé à l’entrée, sa large salle destinée à l’enfance, ses nombreuses bornes doob pour la lecture de médias audios et vidéos7, ses Sonic chairs, ses alcôves auxquelles sont attachées des tablettes, et ses salles closes destinées au travail en groupe, la bibliothèque a été conçue avec en ligne de mire le concept du « troisième lieu »8. Une ambition qui a rapidement reçu des gages de reconnaissance, puisque la bibliothèque Oscar Niemeyer a reçu en 2016 le prix Livres-Hebdo de l’espace intérieur9, distinguant l’environnement proposé à l’usager dans ce moderne écrin de la lecture publique havraise. Les activités programmées autour de sujets variés – et ce, dans toutes les bibliothèques du réseau – qui peuvent aller de la calligraphie aux jeux vidéo contribuent à y créer un lieu de rencontres.

Un aspect important est le numérique. Depuis 2010, l’État, par l’intermédiaire du Ministère de la Culture, soutient un programme de développement de la lecture en incitant « les grandes collectivités françaises à se doter de bibliothèques numériques de haut niveau » et met en valeur ces dernières avec le label de bibliothèque numérique de référence (BNR)10. Le Havre a été retenu dans le programme il y a quelques mois. Cela se traduit par un arbre de projet qui devrait être mis en œuvre dès 2019. Un nouveau SIGB (Système Intégré de Gestion de Bibliothèque) remplacera l’actuel, Aleph. Le site internet fera aussi peau neuve, et une bibliothèque numérique patrimoniale dans le cadre de Gallica Marque Blanche est en cours d’élaboration. Dans ce contexte, l’équipement moderne numérique, qui peut avoir un caractère « gadget », les tablettes, les bornes doob et les Sonic chairs, sont rarement libres et contribuent à l’attraction qu’exercent les différents sites de la bibliothèque municipale du Havre, dont la fréquentation s’accroît ces dernières années11. Évoquées plus tôt, les ressources numériques variées disponibles sur le site de Lire au Havre enrichissent cette offre numérique.

L’emprunt de documents s’effectue via une interface numérique à une borne tactile, conçue pour être facile d’utilisation, située près de l’accueil. Il faut noter l’amplitude possible des emprunts : jusqu’à vingt livres pour un mois, plusieurs films (seulement deux semaines) et CD. Tous les documents transférés à Niemeyer ont été pourvu d’une RFID (radio frequency identification, une radio-étiquette) lors de la constitution de la bibliothèque, le reste des fonds dans les autres bibliothèques et les nouveaux achats sont progressivement équipés. Enfin, il est possible de rendre les documents à n’importe quelle bibliothèque du réseau, où ils sont triés dans des caisses qu’un prestataire « navette » est chargé de ramener dans leur site d’origine.

Pour que les bibliothèques puissent tenir ce rôle de « troisième lieu », il est nécessaire non seulement de mettre en place un environnement et des activités permettant de créer ce forum de rencontre, mais aussi de le rendre accessible temporellement, d’étendre ses horaires d’ouverture pour les adapter aux rythmes de vie et de travail des populations desservies. Il s’agit ici de l’un des leitmotive politiques récurrents ces dernières années, on peut ainsi rappeler le rapport remis par la sénatrice (Ille-et-Vilaine) Sylvie Robert à la Ministre de la Culture Fleur Pellerin en 201512, devenue l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron13. Le rapport Orsenna de février 2018 en fait un élément important de la politique culturelle du nouveau quinquennat, qui se traduit dans la loi de finances 2018 par une augmentation de 8 millions d’euros de la dotation générale de décentralisation (DGD) à cette fin. Dans cet objectif de faire de Niemeyer un équipement de pointe, il a ainsi été décidé d’étendre l’ouverture au dimanche selon les mêmes horaires qu’en semaine, de 10 à 19 h ; de plus, la fermeture à 19 h a été généralisée sur le site de Niemeyer, alors qu’elle ne concernait que deux jours par semaine auparavant. La bibliothèque patrimoniale Armand Salacrou est quant à elle désormais ouverte du mardi au samedi de 14 à 18 h, et en période de vacances scolaires, les deux établissements ferment leurs portes à 17 h. Est donc atteinte aujourd’hui à Niemeyer une amplitude horaire de 54 h hors vacances scolaires, à comparer à la moyenne nationale de 42 h en 201514.

Concilier cette volonté politique d’ouvrir de plus en plus longuement les bibliothèques et la réalité du terrain et du personnel, qui est alors amené à travailler le dimanche et dont les effectifs doivent être augmentés, n’est pas évident, et c’est là que se situent les réticences et les blocages. Ce printemps 2018 a été marqué par la grève du personnel de la bibliothèque municipale de Nantes concernant la volonté d’application de cette mesure15, la même chose s’est produite au Havre en 201416. Il ne s’agissait, dans les deux cas, pas d’une opposition totale au principe même de l’ouverture du dimanche, mais de la revendication de compensations (en termes de prime du travail du dimanche, de majoration du traitement des heures dominicales), d’engagements (de créations de postes en nombre suffisant) et du volontariat (afin que le travail dominical ne soit pas imposé).

Au Havre, une convention a été signée entre deux syndicats (CFDT et CGT) et la municipalité, qui nécessite qu’une part suffisante du personnel se déclare volontaire, lors d’une consultation annuelle qui se déroule au printemps, pour travailler un ou deux dimanches par mois (qui remplacent des samedis travaillés), sans quoi le principe du volontariat serait abandonné et tout le monde se verrait imposer un cycle de travail incluant automatiquement les dimanches – l’ouverture concerne une trentaine de dimanches en tout, hors période de vacances scolaires. Le temps de travail a été annualisé, mais les syndicats ont obtenu que les agents travaillent un jour de moins le weekend sur des cycles de quatre semaines (trois samedis, auxquels on soustrait le nombre de dimanches auxquels l’agent est volontaire). En outre, des personnels non permanents sont recrutés en renfort pour le service public dominical.

En sortant de la bibliothèque, vous pourrez noter à gauche une borne dans laquelle on peut rendre des documents empruntés dans n’importe quelle bibliothèque : il s’agit d’un automate qui les trie automatiquement pour leur retour dans les étagères des différents espaces du site ou dans leur bibliothèque d’origine.

La bibliothèque patrimoniale Armand Salacrou © Le Havre, Bibliothèque municipale

Deuxième étape : bibliothèque patrimoniale Armand Salacrou

Revenons à la Place de l’Hôtel de Ville et empruntons à l’est de la mairie la rue Jules Lecesne. En chemin, juste avant l’entrée du bâtiment, vous verrez un banc de la Promenade patrimoniale, consacré à un natif de la cité portuaire, Raymond Queneau.

Arrêtons-nous un instant sur ce site, qui était aussi l’antenne majeure du réseau des bibliothèques du Havre avant l’ouverture au public du nouvel équipement dans le Volcan. Inaugurée en 1967, à l’époque de Paule Tardif, conservatrice en chef, il s’agit d’une des premières bibliothèques de France installée dans un bâtiment construit pour cette fonction, mais elle est aussi considérée comme le dernier bâtiment de la reconstruction selon les plans de l’architecte Auguste Perret après la Seconde Guerre mondiale (inscrite par l’Unesco au Patrimoine mondial de l’humanité en 2005). Le site précédent, une aile du lycée François-Ier, était un des rescapés des bombardements alliés qui avaient réduit le centre-ville en cendres en 1944, mais l’espace y était insuffisant17.

La Bibliothèque municipale n’a été baptisée Armand Salacrou que deux décennies plus tard, en 1990, un an après la mort de ce dramaturge qui a vécu la majeure partie de sa vie au Havre18. La dernière municipalité communiste du Havre avant la défaite du maire sortant cinq ans plus tard rend hommage à la fois à un écrivain reconnu, membre de l’Académie Goncourt, Grand-officier de la Légion d’honneur, joué de son vivant à la Comédie-Française, et à un homme de gauche respecté, journaliste à L’Humanité dans les années 1920, résistant dans les Forces françaises libres, et auteur de Boulevard Durand, une pièce à propos de Jules Durand, ouvrier syndicaliste havrais victime d’une erreur judiciaire surnommée « l’affaire Dreyfus du monde ouvrier »19.

Avec le transfert à Niemeyer de la lecture publique en centre-ville, le rôle de la bibliothèque Armand Salacrou envers les usagers a profondément évolué. Lorsqu’elle était la seule bibliothèque de centre-ville, ses espaces de lecture et de documents en libre-service occupaient une grande partie du rez-de-chaussée et une partie des deux premiers étages. Depuis qu’elle a été requalifié en bibliothèque patrimoniale, ils ont été considérablement réduits, et réaménagés en devenant plus spacieux. Trois grandes tables sont installées sous des structures boisées rappelant des nefs renversées. On trouve dans les étagères alentours la presse régionale, une sélection du fonds local normand, tant les éditions d’auteurs de la région que les livres concernant son patrimoine et son histoire, de plus en plus exhaustive à mesure de la proximité du sujet ou de l’auteur. La majeure partie des documents du catalogue demeurent dans les magasins, voire même dans la réserve, et peuvent être demandés aux guichets.

Salle de lecture de la bibliothèque Armand Salacrou

En 2018, la bibliothèque patrimoniale participe pour la première fois à Une Saison Graphique le printemps et l’été avec l’organisation de l’exposition « Écrire son nom », dont est commissaire et scénographe l’artiste invitée Marion Bataille. Pour l’occasion, des documents conservés par la bibliothèque municipale, mais aussi par les Archives municipales ou encore la Maison du patrimoine, sont présentés dans les vitrines disposées à l’entrée du bâtiment et dans la salle d’exposition à l’étage, à laquelle on accède par un escalier en colimaçon ou un ascenseur. Le visiteur peut ainsi voyager des premiers autographes d’enfants de maternelle essayant d’imiter le modèle de leur maître·sse aux formulaires monotones sur des feuilles bleu pâle indiquant la mort d’esclaves anonymes dans les cales d’un navire négrier havrais en passant par un ancien livre d’or de la mairie ou encore la carte de bibliothèque de Jean-Paul Sartre, à l’époque où il officiait comme professeur dans la cité portuaire.

Une vitrine de l’exposition « Écrire son nom » consacrée à l’apprentissage de l’écriture, présentant à gauche ‘L’Art d’écrire’ de Jean-Baptiste Alais de Beaulieu (conservé dans la réserve des manuscrits de la bibliothèque patrimoniale Armand Salacrou) et au centre un [Buvard tiré de Cahiers d’écoliers, école Jules Durand, Jean Jaurès, 1969-1970] (issu du fonds moderne des Archives municipales du Havre) © Le Havre, Bibliothèque municipale
Cartel de l’exposition créé par Marion Bataille, en lien avec la vitrine ci-dessus © Le Havre, Bibliothèque municipale

Si la vitrine du réseau des bibliothèques du Havre est son nouvel établissement prestigieux dans le Volcan, son cœur bat encore à Salacrou : y sont installés les bureaux de nombreux services, ou encore le garage du bibliobus et le dépôt où les livres nomades sont préparés avant d’être distribués dans la ville. C’est ainsi dans ce bâtiment qu’est installée l’administration et le service informatique. La plupart des équipes ayant en charge une partie des collections (musique et cinéma, jeunesse, etc.) ont leurs bureaux en haut du « petit volcan » de l’espace Niemeyer, mais le pôle littérature est lui aussi sis à Salacrou. Enfin, on y trouve le service patrimoine.

Ce dernier, au sein duquel j’ai passé mes trois mois de stage, a en charge la conservation et la valorisation des fonds se superposant dans les quatre étages de magasins. Cela nécessite un travail de tous les jours pour la protection matérielle des documents, une vigilance à l’égard de l’humidité et de la température, du nettoyage, du cirage, le conditionnement permanent de certains ouvrages fragiles.

Certains fonds remarquables y sont conservés. Le noyau de la bibliothèque municipale, créée après la Révolution françaises, est issu principalement des confiscations des bibliothèques de plusieurs congrégations religieuses. On peut aussi citer le fonds Chardey, une documentation exceptionnelle rassemblée par ce collectionneur du XIXe siècle sur les révolutions françaises, qui s’étend sur un bon épi20. La bibliothèque municipale possède aussi des fonds documentaires exceptionnels à propos de plusieurs auteurs liés à la ville portuaire. Ainsi, entre 1856 et 1866, elle inaugure une politique d’acquisition patrimoniale ambitieuse en achetant la majeure partie des manuscrits de Bernardin de Saint-Pierre21. Un siècle plus tard, Armand Salacrou lègue à la bibliothèque qui allait prendre son nom à sa mort (1989) l’ensemble de ses papiers, manuscrits, photographies et mémoires22.  Les magasins contiennent donc une large variété de documents : périodiques remontant à l’Ancien Régime, comme le Mercure de France, plaques de verre photographiques, livres destinés à des générations d’enfants, partitions de musique, lettres manuscrites…

Au-delà des demandes individuelles en lecture publique sont mises en œuvre plusieurs manières de diffuser ces fonds. Deux expositions thématiques par an sont organisées, qui proposent un parcours, un récit, et permettent une découverte à caractère éducatif des documents. La dernière est au carrefour de l’univers artistique de sa commissaire Marion Bataille, une graphiste notamment autrice de plusieurs livres Pop-Up, qui s’intéresse entre autres à la typographie et à l’apprentissage de la lecture et l’écriture par les enfants23, et de documents d’archives et ouvrages dont la majorité sont issus de ces magasins, autour de la thématique titre de l’écriture de son nom. Autrement, la numérisation de documents en permet la consultation sur le site de Lire au Havre : en quelques clics, l’internaute peut découvrir d’anciennes photographies d’une ville qui a beaucoup changé malgré elle, plusieurs régions du monde cartographiées dans un portulan du XVIe siècle, ou bien l’intégralité du quotidien Le Petit Havre de 1914 à 191924. Le travail évoqué plus haut avec Gallica Marque Blanche permettra la création d’une bibliothèque numérique patrimoniale dans le cadre du programme des bibliothèques numériques de référence.

Ma mission au cours de ce stage a consisté à travailler sur un fonds particulier : celui de l’ancienne bibliothèque de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp, issu des confiscations révolutionnaires. Sous l’Ancien Régime, une grande partie des livres appartenaient à des congrégations religieuses. À leur dissolution, ces ouvrages ont été transférés dans des dépôts municipaux et ont été le noyau des premières bibliothèques publiques. L’abbaye de Fécamp a été fermée en 1791, et sa bibliothèque transférée à Rouen, préfecture de Seine-Inférieure, dans le couvent des Jacobins, choisi pour accueillir les fonds patrimoniaux du nouveau département. Cette décision a suscité les protestations de la municipalité du Havre-Marat, qui estimait que « les dépôts utiles à l’instruction doivent être placés au centre de la population et dans les communes où elle est la plus nombreuse ». Elle obtient ainsi que les imprimés de Fécamp lui soient transférés afin de créer une bibliothèque publique qui ouvre ses portes en avril 1800 ; cependant les manuscrits restent à Rouen, qui demeure le pôle de conservation de ces fonds précieux25.

Une tablette du Fonds Général © Le Havre, Bibliothèque municipale

Ces derniers temps, les bibliothèques dispersées sont l’objet d’un intérêt scientifique nouveau, à travers le rassemblement virtuel et la numérisation de leurs collections. On peut citer les projets de l’équipex Biblissima tels que celui, voisin et précurseur, qui porte sur la bibliothèque de l’abbaye du Mont-Saint-Michel26. L’abbaye de Fécamp a été un établissement religieux majeur au cours de sa longue histoire. L’intérêt pour ce fonds conservé dans les travées de Salacrou ne date pas d’hier, en témoigne l’exposition du 8 septembre au 10 novembre 2001, intitulée « La bibliothèque imprimée de l’abbaye de Fécamp », pour le millénaire de cette abbaye bénédictine. Plus récemment, les 25 et 26 octobre 2017, ont été organisées par Nicolas Leroux et Stéphane Lecouteux des journées d’étude à ce sujet (ce dernier a d’ailleurs déjà été un fer de lance pour la recherche autour de la bibliothèque du Mont-Saint-Michel en sa qualité de conservateur de la bibliothèque patrimoniale d’Avranches27.)

Plusieurs indices de provenance permettent d’identifier tous les ouvrages provenant de Fécamp reposant sur des tablettes havraises. Le principal est une épaisse liasse de feuillets, le Ms 900 : le Catalogue des ouvrages de la bibliothèque de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp, attribué (sic) à la bibliothèque municipale du Havre, rédigé à la réception du fonds, dans les années 1790. J’ai ainsi dû retrouver les cotes actuelles des ouvrages décrits dans ce catalogue après avoir transcrit ses notices, puis relever leurs ex-libris pour une double identification, afin d’indiquer leur provenance dans les notices de notre OPAC28.

Catalogue des ouvrages de la bibliothèque de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp, attribué à la bibliothèque municipale du Havre © Le Havre, Bibliothèque municipale

Ce travail, quand il sera achevé, permettra de mieux connaître le fonds en provenance de l’abbaye bénédictine de Fécamp, et la possible constitution d’une base provenance.

La médiathèque Léopold Sédar Senghor, au sud du Havre © Le Havre, Bibliothèque municipale, tiré du compte Instagram lh_biblio

Troisième étape : bibliothèque du Mont-Gaillard

Les deux sites que nous avons visités ont chacun été conçus à un demi-siècle d’intervalle, pour être l’antenne principale du réseau des bibliothèques havraises. Ils sont tous deux en plein centre-ville, gravitant autour de l’hôtel de ville – et le centre-ville du Havre n’est pas très bien nommé, il est près de la plage et des docks, et la ville s’est étendue depuis vers l’intérieur des terres. On a vu que la politique publique Lire au Havre comprenait une restructuration du réseau territorial, dont la décision la plus importante a été la fermeture d’une bibliothèque de quartier et la mise en place de huit relais lecture, dont l’un à la place d’une autre bibliothèque de quartier.

Prenons le tramway vers le nord, qui nous dépose près de la bibliothèque du Mont-Gaillard. Celle-ci s’appelait auparavant Raymond Queneau, on retrouve encore ce nom dans des documents présentant le plan Lire au Havre29, mais il a disparu, passé d’usage, pour celui du quartier dans lequel elle est implantée, l’accent est mis sur cet ancrage territorial.

Il s’agit d’un équipement assez ancien, dont les quarante ans ont été fêtés en avril dernier. Les espaces de lecture publique, tous au rez-de-chaussée, sont bien sûr plus restreints qu’à Niemeyer, mais on y retrouve une diversité des fonds : romans, documentaires, livres jeunesses, CD, films… Les bibliothèques municipales de quartier sont tout autant concernées par le programme BNR que celles de centre-ville. Ainsi, alors qu’a récemment été réduit de moitié le nombre de bornes doob du site Niemeyer, l’une d’entre elle a été transférée à Mont-Gaillard, permettant d’injecter du neuf dans un matériel numérique peu renouvelé ces dernières années.

Les bibliothèques de quartier ont bénéficié du déménagement des collections de Salacrou à Niemeyer, entraînant l’impossibilité des prêts de documents puis la fermeture pendant trois mois de la bibliothèque de centre-ville en 2015, qui a provoqué un gain d’affluence de lecteurs. Il ne s’est pas évaporé lors de l’ouverture de Niemeyer, même si en proportion le centre-ville a un poids encore plus important qu’auparavant, les bibliothèques de quartier ont su fidéliser de nouveaux publics et gagner en visibilité.

Leur rôle est aussi essentiel dans la médiation avec les publics de proximité, notamment les écoles et les associations. Tous les agents de service public ont une part importante de médiation dans les quartiers, une polyvalence nécessaire dans le cadre d’équipes de cinq à sept agents, un environnement professionnel différent des pôles thématiques spécialisés de Niemeyer, bibliothèque qui mobilise aussi beaucoup les services transversaux du réseau (médiation, informatique).

Le « Raymond, le magazine des bibliothèques et relais lecture du Havre », numéro du printemps 2018 © Le Havre, Bibliothèque municipale

Sur un présentoir, vous trouverez un curieux magazine répondant au doux nom de Raymond (en hommage à un Havrais qui a déjà été nommé à plusieurs reprises dans ces lignes). Il s’agit du trimestriel du réseau des bibliothèques du Havre, dans lequel l’usager peut découvrir l’actualité des divers services et pôles, leurs coups de cœur, des articles thématiques, et la programmation des trois prochains mois, disponible dans tous les sites du réseau. N’oubliez pas d’en prendre un en souvenir, c’est gratuit.

Judicieux choix de périodiques à la bibliothèque Armand Salacrou © Le Havre, Bibliothèque municipale
  1. Site internet de la Promenade littéraire, avec la carte des étapes et les textes et photographies de chaque banc. []
  2. Desse (Natalie), « Le premier ministre n’oublie pas Le Havre », Ouest-France.fr, 22 avril 2018 [En ligne]. []
  3. Site internet de la Fédération Française des Dys pour plus d’informations sur les troubles Dys. []
  4. Site internet du festival Le Goût des Autres. []
  5. Larrochelle (Jean-Jacques), « Au Havre, le Volcan se réveille », Le Monde.fr, 9 janvier 2015 (mis à jour : 12 janvier 2015) [En ligne]. []
  6. Texier (Bruno), « La bibliothèque du Havre s’habille en Niemeyer », Archimag.com, 2 novembre 2015 [En ligne]. []
  7. Page de présentation de la société doob sur son site internet. []
  8. Servet (Mathilde), « Les bibliothèques troisième lieu. Une nouvelle génération d’établissements culturels », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2010, n° 4, p. 57-63 [En ligne]. []
  9. Heurtematte (Véronique), Georges (Pierre), « Dunkerque remporte le Grand Prix Livres Hebdo des bibliothèques 2016 », Livres Hebdo, 8 décembre 2016 (mis à jour : 11 décembre 2016) [En ligne]. []
  10. Une page du site internet du Ministère de la Culture présentant le programme Bibliothèques numériques de référence. []
  11. Une page du site internet de la ville du Havre faisant le bilan de la fréquentation du réseau Lire au Havre un an après l’inauguration du site Niemeyer. []
  12. Robert (Sylvie), « Rapport à Madame la Ministre de la Culture et de la Communication sur l’adaptation et l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques publiques », Juillet 2015 [En ligne]. Voir également un compte-rendu d’ActuaLitté sur ce rapport : Oury (Antoine), « Rapport de Sylvie Robert : 18 préconisations pour les bibliothèques », ActuaLitté, 3 novembre 2015  [En ligne]. []
  13. Page du site internet d’En Marche exposant le programme culturel du candidat Macron, voir le troisième point de l’objectif 1. []
  14. D’après les données d’activité de 2015 des bibliothèques municipales et intercommunales de l’Observatoire de la lecture publique [En ligne]. []
  15. Boucault (Sarah), « Nantes. La grève se poursuit dans les bibliothèques », Ouest-France.fr, 24 avril 2018 [En ligne]. []
  16. « Travail le dimanche : les agents des bibliothèques du Havre reprennent la grève », actu.fr, 29 octobre 2014 [En ligne]. []
  17. Tardif (Paule), « La Nouvelle Bibliothèque municipale du Havre », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1968, n° 7, p. 315-323 [En ligne]. []
  18. Page du site Lire au Havre qui présente le fonds Armand Salacrou. []
  19. Ancery (Pierre), « Le cas de Jules Durand ou la « seconde affaire Dreyfus » », Retronews, 28 mars 2018 (modifié le 28 mai 2018), réservé aux abonnés. []
  20. Page du site Lire au Havre qui présente le fonds Rémi Chardey. []
  21. Page du site Lire au Havre qui présente le fonds Bernardin de Saint-Pierre. []
  22. Page du site Lire au Havre qui présente le fonds Armand Salacrou. []
  23. Site internet de Marion Bataille. []
  24. Rubrique Patrimoine en ligne, disponible sous l’onglet Patrimoine du site de Lire au Havre. []
  25. La bibliothèque imprimée de l’abbaye de Fécamp. Exposition 8 septembre-10 novembre 2001 dans le cadre du millénaire de l’abbaye bénédictine de Fécamp, Bibliothèque municipale du Havre. []
  26. Site internet de la bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel. []
  27. Drevet (Laetitia), « La numérisation des manuscrits du Mont-Saint-Michel reconstitue une bibliothèque disparue », La Croix, 22 juin 2017 [En ligne]. []
  28. Online Public Access Catalogue, interface en ligne du catalogue. []
  29. « Les bibliothèques et Lire au Havre », Lire au Havre (site internet) : remarquer que le site est encore nommé bibliothèque Raymond Queneau dans cet article datant sans doute des années 2010, mais que l’on a préféré préciser entre parenthèses le quartier. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.