Exposer des millénaires d’art chinois au Musée de Shanghai

C’est au sud de l’immense Place du Peuple que le bâtiment actuel du Musée de Shanghai a été élevé dans les années 1990. Haut de trois étages, ses milliers de pièces sont exposées dans onze galeries thématiques, aux côtés desquelles trois autres salles hébergent des expositions temporaires.

A l’ouest du Fleuve Jaune (Huangpu) et du Bund, cette promenade de banques et autres édifices coloniaux massifs de l’Entre-deux-guerres, vitrine de la concession internationale — qui fait face à la vitrine de la Chine contemporaine sur l’autre rive, Pudong et ses tours gigantesques et illuminées au crépuscule —, la Place du Peuple est une trouée carrée au cœur de Shanghai, un parc vert ponctué de modernes bâtiments prestigieux d’un blanc immaculé, entourés à l’horizon par une forêt de gratte-ciels. Ainsi, des architectes ont pu dessiner ces édifices qui composent un cœur culturel de la métropole, le Musée de Shanghai, le Musée d’urbanisme de Shanghai, le Grand Théâtre et la Salle de concert, qui gravitent autour de la Mairie. Le Musée de Shanghai est en face de cette dernière, séparés seulement par une avenue de drapeaux rouges aux cinq étoiles.

Historique et description du Musée de Shanghai

Le début de l’histoire de l’institution a été tourmenté. Fondé en 1952, le musée a connu deux localisations avant la Révolution culturelle, à la fin des années 1960, moment auquel la plupart des fonds sont cachés hors de Shanghai, le fondateur et directeur Ma Chengyuan torturé et envoyé en camp de travail. Vingt ans plus tard, la mairie de Shanghai alloue une parcelle au cœur de la Place du Peuple afin d’y construire un nouveau bâtiment destiné au musée, qui est inauguré en 1996. L’architecte Xing Tonghe a choisi de le dessiner en une base carrée et une élévation circulaire pour rappeler l’ancestrale conception chinoise d’une terre carrée et d’un ciel rond1.

Extérieur du Musée de Shanghai

Les quatorze galeries sont réparties sur quatre niveaux. Les onze expositions courantes présentent, pour chaque type d’art, un demi-millier de pièces issues des fonds du musée (qui dépassent les cent-mille objets). Au rez-de-chaussée, une galerie est consacrée aux bronzes, une autre aux sculptures. On trouve les céramiques au premier étage. Au deuxième sont exposés les peintures, les sceaux et les calligraphies – les arts en rapport avec le papier, d’autant que les sceaux chinois sont principalement des tampons à encre. Enfin, à l’ultime niveau sont exposés les jades, les mobiliers chinois, les monnaies chinoises, celles du Proche-Orient sur la route de la soie, et l’art des « minorités ».

Il serait fastidieux de décrire une à une les salles, la muséographie a bien sûr été pensée à l’échelle du bâtiment, et l’on se répéterait beaucoup.

La visite ne pose pas problème si l’on ne parle pas chinois, à peu près tous les panneaux et cartels sont bilingues, mandarin et anglais. Chaque galerie s’ouvre et se clôt sur un panneau d’introduction et de conclusion, trois paragraphes de mise en situation historique résumant brièvement l’objet d’exposition de la galerie. Hormis cela, la plupart des salles ont un appareil explicatif assez restreint. Dans certains cas, comme dans la grande galerie des bronzes, le parcours est ponctué de panneaux intermédiaires expliquant en deux paragraphes l’évolution des techniques au cours du cheminement dans l’histoire du visiteur. Hormis cela, chaque pièce est accompagnée d’un cartel affichant la fonction de l’objet et sa date.

Monnaie frappée sous Gengis Khan

En parlant de date, il est intéressant de noter que celles-ci sont toujours définies par rapport à une dynastie ou un règne (début de l’époque des royaumes combattants, Shang tardifs), qui précède la datation approximative (en calendrier occidental). 

Zhong et son cartel descriptif

Les galeries de calligraphies et de peintures ont, pour la plupart des œuvres, des cartels plus développés, présentant en quelques lignes l’artiste et parfois le maître qui l’a formé. Dans ces salles sombres, les œuvres sont elles aussi plongées dans une obscurité relative, et sont éclairées grâce à un détecteur de mouvement lorsque le visiteur s’approche, un moyen technologique intéressant de limiter l’exposition à la lumière du papier.

Le problème est que la majorité des autres galeries est aussi sombre, parfois trop. La salle des jades ainsi semble avoir été pensée comme une constellation, avec l’exposition de ces centaines de petits bijoux éclairés dans une ambiance sombre bleutée, mais la lecture des cartels en devient parfois pénible.

Bijoux de jade

Dans l’ensemble, les parcours sont bien dessinés, et les salles spacieuses – ce qui est une condition sine qua non pour un musée d’art phare au cœur d’une métropole mondiale de vingt-cinq millions d’habitants. Mais ces parcours manquent peut-être d’originalité, de dynamisme. On traverse chaque galerie de la même manière, on découvre l’histoire d’un art ou d’un artisanat au fil des dynasties successives. Ce qui est montré, c’est comment chaque art s’est perfectionné techniquement en respectant les accomplissements des ancêtres, il n’est jamais vraiment mention de courants, d’essais, de pistes suivies mais finalement abandonnées, mais se dévoile plutôt une histoire linéaire, des motifs répétés et perfectionnés. Le parcours de la galerie des bronzes est ainsi ponctué de panneaux expliquant des inventions techniques, et même quelques occurrences d’une rangée de moulages décrivant la confection d’un objet étape par étape. Celui de la galerie des monnaies est rythmé par l’évolution des formats de celles-ci, depuis les plus anciennes qui avaient une forme étrange (comme une petite pelle de métal) aux pièces dotées d’un trou central carré, puis aux premiers billets. Ici d’ailleurs, comme dans la salle des sceaux, les pièces petites et nombreuses dans chaque vitrine empêchent semble-t-il la disposition de cartels bilingues, perdant un peu plus le visiteur ne comprenant pas le mandarin, mais en revanche, les scénographes de la salle des sceaux ont fait le choix intéressant, pour montrer les ornementations décorant les matrices, de n’en pas pour autant négliger les motifs du sceau, et ainsi de les reproduire sur de petits cartels quand ils n’usaient pas de miroirs obliques en-dessous des présentoirs. Le parcours de la galerie de calligraphie montre comment cet art s’est perfectionné au fil des siècles et des dynasties, et ainsi comment les caractères ont évolué, leçon agrémentée d’un petit écran interactif où les enfants sont invités à mettre dans l’ordre chronologique les diverses manières de tracer un caractère au cours de l’histoire.

Moulages déclinant les étapes de la fabrication d’un objet de bronze

Ce musée est destiné à exposer une histoire de Chine, ce pays qui a la taille de l’Europe, d’une façon très homogène. Seule exception, au troisième étage, la galerie consacrée à « l’art des minorités ». La constitution chinoise reconnaît cinquante-six minorités en Chine, aux côtés des 92 % de l’ethnie majoritaire Han. Cette salle à l’accent folklorique est destinée à exposer des habits traditionnels, des masques de cérémonies ou encore des morceaux d’étoffes issus de ces cultures minoritaires, dont on trouve une carte détaillée à l’entrée de la galerie. Clou de l’exposition au fond de celle-ci, deux canoës exposés sur du sable qui datent de la seconde moitié du siècle dernier et proviennent de l’île de Lanyu, dans le territoire de… Taiwan, autrement dit la République de Chine, dont la République populaire de Chine ne reconnaît pas le gouvernement (et vice-versa).

Masques de cérémonie

Ce musée est malgré tout une visite obligée lors d’un séjour à Shanghai. Le voyageur peut voir dans un seul bâtiment, gratuitement, un condensé des arts chinois sous de nombreuses formes dans ce musée qui est l’un des plus importants de Chine. C’est aussi l’un des rares endroits de Shanghai où l’on peut contempler un aperçu de la longue histoire de l’empire du milieu, puisque cette ville a une histoire récente et n’a commencé à prospérer qu’après les guerres de l’opium et l’aliénation contrainte des concessions internationale et française sur la rive gauche du Huangpu. Si l’on trouve mention sur les cartes d’une « vieille ville chinoise », celle-ci n’est qu’une sorte de parc d’attraction géant où l’on peut se promener au milieu de lilongs (vieux quartiers) rebâtis en maisons clichés où s’entassent les restaurants et les boutiques de marques occidentales. Le Musée de Shanghai permet de toucher (des yeux !) une histoire millénaire au milieu de la métropole contemporaine voire futuriste par excellence.

Au Musée des Affiches de Propagande, l’histoire contemporaine vue de Chine 

Ce musée expose globalement des pièces et œuvres d’art qui ne dépassent pas la date de 1911, la destitution de Puyi et la fin de l’empire Qing. On peut alors se tourner vers plusieurs musées d’art contemporain, mais aussi, à l’ouest de l’ex-concession française, un petit musée qui occupe le sous-sol d’un bâtiment pas plus remarquable que ceux alentours. Il s’agit du Musée des Affiches de Propagande. Celui-ci constitue un détour original et instructif. Issu d’une riche collection accumulée par Yang Pei Ming, celui-ci permet de revisiter l’histoire de la Chine au XXe siècle depuis là où l’on s’est arrêté, la république fondée par Sun Yat-sen, jusqu’à l’ouverture au capitalisme mondialisé sous Deng Xiaoping. Si le panneau d’entrée explique que cette collection a vocation d’ »aider à maintenir la flamme de l’imagination pour les générations à venir », le fait de progresser d’année en année au sein de cette collection permet aussi de voir les grandes évolutions et les grandes bifurcations du régime communiste. Ainsi on trouve certaines perles, telles une affiche montrant tous les dignitaires du régime lors de la proclamation de la république populaire en 1949, déclinée en trois exemplaires pas tout à fait identiques, puisque disparaît à chaque fois une personnalité évincée du pouvoir. Chaque période a droit à un panneau de mise en contexte trilingue, mandarin, anglais et français, chaque affiche est accompagnée d’une courte description bilingue. On replonge dans le siècle, on suit les premières années où l’amitié sino-soviétique est maintes fois louée jusqu’à la rupture brutale, on découvre la propagande soutenant les politiques du Grand Bond en avant et de la Révolution culturelle, mais aussi les affiches soutenant le combat pour les droits civiques des noirs aux États-Unis, l’indépendance des colonies africaines ou encore le régime castriste.

L’intérêt n’est pas qu’historique, mais aussi artistique, les dessinateurs chinois puisent leur inspiration dans ce qui s’est fait en URSS pour représenter cette vision idéalisée de la Chine que promeut le régime – et qui n’est pas la même tout au long de ce parcours – et les descriptions permettent au novice de comprendre ce que chaque affiche représente. Si le Musée de Shanghai pouvait décevoir par sa présentation monolithique de chaque art, cette progression linéaire, ce perfectionnement respectueux de l’art ancestral, le Musée des Affiches de Propagande, qui offre lui aussi un parcours chronologique mais bien sûr beaucoup plus détaillé, expose une histoire en mouvement à travers ces affiches radieuses, telles des voiles jetés sur la violence des événements, des maisons de Potemkine déployant sous nos yeux la Chine rêvée, idéalisée, utopique que la Révolution voulait créer, tandis que les cartels énumèrent les millions de victimes que ces politiques ont provoqué. Cette collection propose de revivre ces événements que nous connaissons grâce à nos manuels d’histoire du point de vue de ceux qui les ont vécus, selon la vérité du régime, celle qui était placardée sur les murs de Chine et à laquelle avaient accès ses habitants.

L’une des pièces du Musée des Affiches de Propagande.
  1. http://www.shanghaimuseum.net/museum/frontend/en/infomation/introduction []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.