Archéologie d’un site castral : l’exemple poitevin du château de Talmont

Entretien avec Charles Viaut, élève de quatrième année, qui termine cette année sa thèse d’École des chartes portant sur Du lieu de pouvoir à l’espace vécu. Pouvoirs, société, espaces bâtis et vie quotidienne au château de Talmont (XIIIe-XVe siècles), réalisée sous la direction de Nicolas Prouteau, maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Poitiers, et de Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’école1.  Propos recueillis par Léo Davy.

Sur le même sujet on peut consulter le premier article consacré à cette recherche, publié sur Chroniques chartistes en date du 9 février 2016, afin de comparer les deux états de la recherche.

Comment as-tu choisi ce sujet ?

Je « pratiquais » déjà l’archéologie longtemps avant d’intégrer l’École, surtout sur le terrain. Pour le choix du sujet de thèse, j’ai eu, en première année, plusieurs idées de sujets portant sur des périodes antérieures, mais je me suis ensuite décidé pour la période médiévale. En début de deuxième année j’ai contacté Nicolas Prouteau en lui expliquant que je voulais travailler sur le Moyen Âge selon une méthode interdisciplinaire. Il est lui-même archéologue et prône cette approche plurielle des méthodes. C’est lui qui m’a proposé de travailler sur le château de Talmont qui faisait l’objet d’une opération de fouilles programmées et d’un projet de recherche commun entre l’université de Poitiers et l’INRAP. Il y avait une grande lacune archéologique sur la connaissance du château entre le second tiers du XIIIe siècle et le début du XVIe siècle : les données archéologiques étaient bien là, mais les bâtiments en élévation et le corpus documentaire des sources archivistiques et iconographiques étaient peu étudiés.

Quelle est l’histoire de ce site ?

Le site du château de Talmont appartient à la commune à Talmont-Saint-Hilaire.2 Il a fait l’objet de fouilles au XXe siècle mais les niveaux archéologiques ont été dégradés par ces opérations, parfois menées par des amateurs. Ce n’est que depuis les années 2000 que le chantier est devenu professionnel et qu’une véritable étude correspondant aux standards scientifiques actuels est menée3 . Il a été étudié pour la période XIe-XIIIe siècle par différents historiens de l’architecture, dans de petits articles, mais l’historiographie du château était alors relativement limitée. La présente étude a été menée de manière interdisciplinaire, en combinant étude archéologique du sous-sol et de l’élévation, et étude des archives médiévales.

Localisation de Talmont-Saint-Hilaire (Vendée). Carte réalisée avec umap.openstreetmap.fr/

Il y a une première phase d’occupation du site à la fin du Xe – début XIe siècle, qui a notamment été fouillée en octobre 2017, sans que l’on sache encore à quoi elle correspond exactement. Un édifice religieux y est associé, dont la tour porche est encore en élévation. Il y a une première mention de l’existence du château en 1050, mais on ne peut pas le dater à partir des archives. Il y a ensuite une grande phase de construction au début du XIe siècle : la première enceinte de pierre et notamment deux grandes salles qui étaient partagées entre les seigneurs locaux et les comtes de Poitiers, sans doute à l’origine de ce programme de construction.

Dans la deuxième moitié XIe siècle l’édifice religieux a été en partie détruit. La tour porche sert de base à la construction d’une tour maîtresse qui s’accole à une des grandes salles. On dispose d’une description du château au milieu du XIIe siècle par l’abbé Suger qui accompagnait le roi Louis VII lorsqu’il assaillit le château pour mater le seigneur de Talmont Guillaume de Lezay, qui était un rebelle.
Les études du XIXe et XXe siècles ont cru que la construction de la troisième grande phase de construction de Talmont était une commande de Richard Cœur de Lion (1157-1190), qui a été seigneur de Talmont, car il a mené un grand nombre de programmes de construction dans ses domaines. Mais les investigations récentes conduisent à nuancer ou réfuter ces hypothèses. Il s’agirait plutôt de Savary de Mauléon, seigneur de Talmont, troubadour et sénéchal de Poitou au début du XIIIe siècle, qui a été à l’initiative de la construction. Nicolas Prouteau a montré à partir des archives anglaises que la couronne anglaise a fourni des milliers de livres au seigneur pour fortifier ces châteaux. L’étude archéologique du bâti confirme la datation de cette phase au début du XIIIe siècle et montre notamment des similitudes avec le château de Bristol, dont Savary fut aussi châtelain.

Au milieu du XIIIe siècle la seigneurie passe aux vicomtes de Thouars, tout en conservant son autonomie. Au XVe siècle la vicomté passe aux mains des seigneurs d’Amboise, puis aux seigneurs de La Trémoïlle. Enfin au XVIe siècle peu d’éléments documentent le château, qui est délaissé et peu à peu tombe en ruines. Il devient une place de garde des protestants au début du XVIIe siècle, car situé à proximité de La Rochelle. Le château est finalement démantelé en 1628 sur ordre de Richelieu, ce qui a paradoxalement permis de le conserver à l’état de ruines jusqu’à nos jours.

As-tu participé aux travaux de fouilles ?

Oui, j’ai participé à la campagne de fouilles pendant deux mois, en août et septembre 2016, qui portait sur une aula seigneuriale au nord du château et qui présente une occupation continue du XIe au XVe siècle. Je faisais partie d’une équipe de douze personnes menées par Teddy Béthus, archéologue de l’INRAP et responsable d’opérations à Talmont depuis 2001. Il a travaillé sur la période XIe-XIIIe siècles du site. On a aussi mené une étude archéologique du bâti comprenant les courtines, la chapelle castrale et le logis seigneurial. J’y suis ensuite retourné à plusieurs reprises pour faire des photos. Cette expérience m’a permis de fouiller hors de ma période, et surtout de discuter et partager avec les membres de l’équipe.

As-tu utilisé des sources archivistiques pour compléter les sources archéologiques ?

Oui, bien sûr, elles sont diverses. Ce sont d’abord des chartes d’établissements réguliers de fondation comtale et seigneuriale, qui renseignent des donations, échanges, dons et rentes. C’est une source intéressante pour la généalogie seigneuriale et l’étude sociale, mais limitée pour l’histoire du château. Elles donnent des indications sur le partage des pouvoirs et sur l’exploitation des domaines. Les originaux sont conservés aux archives départementales de la Vendée4.
À la fin du XIIIe siècle, quand le Poitou est intégré au domaine royal, on trouve des mentions du château dans les registres de la chancellerie royale, qui renseignent également sur l’histoire politique5
Les archives anglaises de la chancellerie des Plantagenets sont, jusqu’au milieu du XIIIe siècle, des sources d’une grande richesse. Elles sont malheureusement négligées, et sous exploitées pour l’histoire castrale et l’étude de l’ouest de la France au XIIe et au XIIIe siècle, alors qu’il en existe des éditions6.

Les sources écrites deviennent plus variées au XVe siècle avec des comptes de la châtellenie conservés dans le fonds de la principauté de Talmont aux archives départementales de la Vendée : ce sont notamment des comptes d’entretiens et de réparations sur les chantiers.
Comme le château a intégré la vicomté de Thouars, il en est fait mention dans le chartrier de Thouars, le plus grand fonds privé conservé à Pierrefitte7 : on y trouve des quittances, de la correspondance entre seigneurs et agents, des registres de comptes et des dépenses, des visites seigneuriales du XVe siècle. J’ai par ailleurs trouvé aux Archives nationales un censier enluminé inédit des vicomtes de Thouars, intitulé le Livre rouge de Thouars, daté de 1292, qui donne de précieux renseignements sur Talmont. C’est une mine d’informations qui pourrait servir à d’autres historiens pour le domaine des vicomtes de Thouars. La partie concernant Talmont est en tête de ce Livre rouge, ce qui démontre, en corroborant avec d’autres éléments, que les vicomtes y étaient très attachés.

Livre rouge de Thouars, f° 1 r., Archives nationales.

L’iconographie ancienne est limitée : on connaît un plan et une vue cavalière du château datant du début du XVIIIe siècle, réalisé par l’ingénieur géographe Claude Masse (1652-1737), et quelques gravures, mais aucune iconographie médiévale.

« Plan des vestiges du château de Talmont sur Jard en bas Poitou », Claude Masse, vers 1703, Vincennes, Service Historique de la Défense, J 10 C 1293 (1)

 

Quelles ont été les approches méthodologiques et les problématiques du sujet ?

J’ai dû combiner l’approche archéologique et l’approche documentaire. Il faut d’abord se poser des questions à partir du site. On traite les données du terrain séparément des données écrites, qui doivent être soumis à une critique des sources, d’où l’apport de la diplomatique et de la typologie documentaire. Les différents types de sources fournissent des informations de nature diverse sur Ensuite on fait une comparaison entre les conclusions issues des sources écrites et des sources archéologiques, qui se recoupent ou non.
Il faut se méfier des sources écrites pour l’étude d’un site : elles fournissent des aperçus, sporadiques, alors que le bâti et les séquences archéologiques peuvent fournir une séquence continue. Par exemple pour dater un bâtiment, le texte médiéval ne mentionne parfois que le terminus ante quem, et quand il n’y a pas de comptes de construction, ou de dates d’abandon, c’est le terrain qui prime sur les scansions de l’évolution du site car la datation des écrits n’est souvent pas fiable, et la fonction des textes médiévaux n’est pas la description exacte du site telle que nous l’entendons. Certains auteurs dataient surtout à partir des textes et de la typologie, et ainsi leur datation s’est avérée fausse après les résultats des études de terrain (je pense ici au donjon de Loches). Il faut séparer l’analyse d’archéologie et l’analyse des textes, qui ont chacun leur propre mode d’études. Il faut ainsi tirer des conclusions séparées, puis établir des synthèses. Dans ce domaine, l’archéologie a dû batailler pour se libérer de la primauté des textes et pour faire accepter l’apport du terrain. Aujourd’hui, les deux approches sont plus paritaires.

Ce travail de synthèse est-il toujours possible ?

Il est en effet difficile. Par exemple pour l’étude de l’alimentation, on possède des séquences archéozoologiques avec des vestiges sur une séquence continue, mais les textes de la fin du XVe siècle ne renseignent que sur ce qui est acheté et non consommé à des décennies d’intervalle. Les contextes documentaires sont totalement différents. Aux XIIIe-XVe siècles les données archéologiques priment sur de nombreux thèmes. L’écrit est parfois un miroir déformant et les archives, si riches soient elles, ne peuvent rendre compte toutes seules de la complexité de la société médiévale.

Sous quels angles thématiques as-tu développé l’étude de ce château ?

Au cours de cette étude j’ai abordé six thèmes :
-l’histoire politique du château grâce aux textes et l’apport résiduel de l’archéologie.
-la prosopographie des différentes catégories sociales de la population du château, surtout grâce aux textes.
-l’espace bâti à travers l’organisation des chantiers, la maîtrise d’œuvre pour savoir qui sont les artisans, les commanditaires, connus par les textes et les matériaux, connus par les fouilles. Je me suis intéressé au logis seigneurial de la seconde moitié XVe siècle et à la chapelle castrale du XIIIe-XIVe siècle, selon leurs différentes phases chronologiques, afin de proposer une évolution de la topographie du bâtiment, et une restitution 3D du logis.
-les modes de vie à travers l’alimentation à partir des comptes et des données archéologiques : la composition, les lieux de préparation, les pratiques culinaires, en se demandant si on y voit une portée sociale, ce qui est clairement le cas malgré l’effet déformant de la documentation.
-le château dans son environnement comme centre domanial et économique, et lieu d’échanges pour l’approvisionnement, à partir des monnaies et du mobilier retrouvé en fouille, des comptes d’achats et des ventes. Ainsi on retrouve le vaste monde au pied du site : les fouilles ont permis de découvrir que les habitants du château consommaient au XVe siècle beaucoup d’épices cultivées en Inde ou en Asie du Sud-est, ce qui est classique dans l’alimentation élitaire, mais qui connecte le site à l’échelle mondiale.
-les espaces naturels : la forêt, où la chasse est pratiquée par l’aristocratie, à partir des vestiges de mobiliers, des restes animaliers, afin de comprendre quelles sont les relations entre les seigneurs et les espaces forestiers.
C’est donc une monographie à échelle réduite d’un site, mais qui est enchâssée à différentes échelles et dans différentes approches méthodologiques correspondant à des thèmes historiques variés.

Plan phasé du site de Talmont. DAO Teddy Béthus

As-tu rencontré des difficultés dans ton travail ?

Hormis les difficultés intellectuelles qui sont l’apanage de la recherche, j’ai eu la chance de bénéficié d’un encadrement de grande qualité : le projet de recherches sur Talmont était déjà monté, et j’ai pu travailler dans des conditions idéales. On ne peut pas faire un projet interdisciplinaire tout seul, c’est un travail d’équipe, qui se nourrit beaucoup des discussions avec les autres membres de l’équipe de recherches. L’équipe était d’ailleurs en demande d’un chercheur sur la période du Bas Moyen Âge. J’ai aussi bénéficié de la qualité de l’encadrement et du soutien dans ma réflexion de mes directeurs de recherche.

Penses-tu poursuivre cette thèse en doctorat ?

Je souhaite en effet réaliser un doctorat en archéologie médiévale. Méthodologiquement cette thèse m’a formé à l’interdisciplinarité, et j’aimerais poursuivre dans cette voie. Mais je vais d’abord participer à la publication des recherches sur Talmont.

Quel est l’avenir du site lui-même ?

La fouille a porté de manière exhaustive sur la grande salle entre 2013 et 2017, et des sondages ont été effectués à d’autres endroits du château. Pratiquement toute l’élévation a été étudiée et les sources documentaires dépouillées. La dernière campagne a eu lieu en octobre 2017. C’est maintenant la phase documentaire qui s’ouvre avec la publication des rapports de fouilles, qui devrait intervenir à l’horizon 2019, avec le soutien du service régional de l’archéologie des Pays de la Loire. L’aspect patrimonial du site a été beaucoup développé avec des visites guidées, des animations touristiques. Talmont est l’un des sites patrimoniaux les plus visités de la Vendée. Des opérations de valorisation ont été déjà été organisées, comme une exposition à la médiathèque de Talmont, et une autre, en 2016, sur « Richard Cœur de Lion entre mythe et réalité(s) » à l’Historial de la Vendée. À chaque fois les données issues de Talmont ont été incluses dans le programme scientifique, car il constitue un fer de lance de l’archéologie médiévale dans le département.

L’espace 2 en cours de fouille en 2016. Crédits photo : Teddy Béthus

Enfin, aurais-tu des conseils que tu souhaiterais partager ?

L’intérêt pour la méthode interdisciplinaire. J’aime beaucoup l’idée de faire, dans la recherche, du « hors-piste intellectuel » selon l’expression de Joëlle Burnouf, professeur émérite d’archéologie médiévale de l’université Paris I. Il faut oser pousser les portes de l’université, des séminaires, de l’École du Louvre, se former par soi-même pour compléter la formation que dispense l’école afin d’être le plus polyvalent possible.

  1. Crédit photo de couverture : Julien Boureau, Conseil départemental de la Vendée []
  2. Arr. Sables-d’Olonne, Vendée. []
  3. Site internet château de Talmont : http://www.chateaudetalmont.com/index.html []
  4. Archives départementales de la Vendée, 1 E 1113-1284 []
  5. Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la Chancellerie de France, 14 vol., GUERIN (Paul) (éd.), Poitiers, imprimerie Houdin, 1881 []
  6. Calendar of the Liberate Rolls preserved in the Public Record Office, Henry III, vol. I : A.D. 1226-1240, Londres, HMSO, 1916 ; Calendar of Patent Rolls of the reign of Henry III (A.D. 1216-1225), Londres, Public Record Office, 1901 ; Calendar of Patent Rolls of the reign of Henry III (A.D. 1225-1232), Londres, Public Record Office, 1903 ; Rotuli Chartarum in Turri Londinensi Asservati, éd. T. D. Hardy, vol. I (1199-1216), Londres, Public Record Office, 1837 ; Rotuli Litterarum Clausarum in Turri Londonensi asservati (1204-1227), éd. T. D. Hardy, Londres, Public Record Commission, 1833-34 []
  7. Sous-série 1AP []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.