Le verre. Un Moyen Âge inventif !

Avant la fermeture d’une partie du parcours de visite au printemps prochain, le Musée de Cluny présente, depuis le 20 septembre 2017 et jusqu’au 8 janvier 2018, une exposition consacrée au verre et à l’art de la verrerie. Le Moyen Âge a en effet été une période de grande inventivité technique et stylistique du verre qu’il convient de redécouvrir pour en saisir toute la richesse1.


L’exposition s’organise en trois temps : le verre d’architecture, le verre creux et ses usages, le verre précieux et de précision. Les sources utilisées sont autant archéologiques avec la présence de nombreux exemplaires trouvés lors de fouilles, qu’iconographiques avec les représentations médiévales du verre aussi bien dans les enluminures et drôleries des chroniques, des textes liturgiques, des traités d’alchimie, que dans les gravures et peintures à l’huile. Le verre est la métaphore parfaite des attributs oxymoriques de sa nature : désignant à la fois le matériau issu de l’opération de chauffage du sable et de fondants, et l’objet même, protéiforme, qui est créé à partir de ce matériau. Il est doté de propriétés à la fois dures et fragiles, aux effets de transparence et d’opacité, jouant constamment sur son ambiguïté entre matière et lumière. Ces qualités n’ont pas manqué de susciter l’admiration des médiévaux, qui en ont fait un usage inventif comme le démontre l’exposition.


Le verre est communément associé à l’art du vitrail, qui est lui-même l’un des principaux symboles attachés au Moyen Âge. Pourtant il n’est pas l’unique utilisation : le verre se retrouve partout dans les arts et les pratiques sociales, et c’est le mérite du Musée de Cluny d’en rappeler l’existence. Le Moyen Âge a hérité des techniques antiques de fabrication du verre, mais les a complétées et enrichies, notamment grâce aux échanges avec l’Orient, dans ses procédés de fabrication, ses formes, ses couleurs, et ses utilisations.

Les vitraux sont les verres les plus connus au Moyen Âge, en raison de la grandeur du corpus conservé et de la fascination qu’ils ont exercé. Ils connaissent tout au long de la période une inventivité dans leurs techniques de création, d’abord dans leur mise au point, puis dans leur déclinaison, notamment sous la forme du jaune d’argent. Le verre est également le matériau principal, sous forme de poudre, entrant dans la fabrication des émaux, autre art traditionnellement associé à l’époque médiévale, qu’ils soient champlevés ou cloisonnés. Mais il existe également une forme particulière et peu connue : les tableaux « églomisés », produis dans l’Italie du XIVe siècle, qui associent le verre et l’or, les deux matériaux les plus précieux pour produire des œuvres de grande valeur, ce qui témoigne du prestige du verre.

Les verres sont utilisés dans l’architecture comme élément de combinaison : le verre teint et découpé selon une forme particulière est incrusté dans des éléments architecturaux, à la manière byzantine, comme sur les maîtres autels et les sculptures de chœur. Ainsi le verre fait briller les parois et met en valeur les éléments du décor aux yeux du spectateur.

Élément de devant d’autel provenant de la chapelle Saint-Eugène ou Saint-Hilaire de l’abbatiale de Saint-Denis, 3ème quart du XIIIe siècle, calcaire, verre, dorure, cire, Musée du Louvre

Les lunettes, désignées sous plusieurs termes tels monocle, binocle, béricles, sont une utilisation innovante du verre pour grossir les lettres et aider à la lecture. Des travaux de taille et d’expérimentations sont menés par l’école des franciscains d’Oxford, composée de savants tels Roger Grosseteste et Roger Bacon, connaisseurs des travaux d’optique faits par les grecs et les arabes. Ils prennent la forme de verres polis cerclés de bois et maintenus par des rivets. L’invention des lunettes est localisée en Italie mais c’est en Allemagne et aux Pays-Bas que le plus grand nombre d’exemplaire a été trouvé. Elles deviennent l’attribut des hommes de lettres, des savants au travail, mais très tôt détourné pour les caricaturer comme le montrent les tableaux de Jérôme Bosh. L’exposition présente un témoignage émouvant de cette utilisation des lunettes : une empreinte sur un Recueil de Sermons de Saint-Augustin, suggestion d’une lecture distraite.

Sermons de saint Augustin, Bâle, 1494, livre imprimé, Médiathèque d’Orléans, ResA 1607

Les miroirs deviennent de plus en plus grands en taille, et participent à la démonstration de richesse de son propriétaire. Le miroir de Vevey, daté vers 1500, est un exemple exceptionnel de miroir parabolique, l’un des derniers conservés au monde, que le Musée de Cluny a pu emprunter au Musée historique de la ville suisse. En effet l’Allemagne en est le principal centre de production et d’exportation vers toute l’Europe de ces miroirs qui se retrouvent dans nombre d’enluminures et d’illustrations, mais peu dans leur matérialité.

Miroir parabolique « des Conseils », 1500, verre en bosse, 85 x 65cm, Musée historique de Vevey

Le verre est un matériau loué pour ses multiples qualités, et est associé par les théologiens à la manifestation du sacré : au sein de l’espace cultuel il laisse entrer la lumière, source du divin qui éclaire les fidèles, la colore et la fait briller par effet de réflexion sur les matières brillantes. Il est également associé à la Vierge dont il métaphorise les vertus, devenant ainsi un élément de la symbolique : comme elle, la lumière divine la pénètre sans altérer sa pureté, métaphore de l’Immaculée conception.

Les verres de table, les gobelets et les récipients, de plus en plus travaillés dans leur forme (tige, pied, corps), et dans leur décoration, deviennent des objets participant au faste des cours royales et princières, qui s’en servent lors des dîners et banquet. Ils sont prisés par des collectionneurs qui en cherchent les exemples les plus raffinés. Mais le verre n’est pas réservé qu’à l’aristocratie, il se retrouve, comme les fouilles archéologiques le confirment, dans les lieux populaires que sont les tavernes et les fêtes (banquets de confrérie, repas de noces, repas funéraires).

Verres à tiges d’Occident et verres dorés et émaillés d’Orient, XIVe siècle

Le vase-reliquaire de Saint-Savin-sur-Gartempe est un exemplaire unique conservé dans son entier. Il a été découvert en 1866 sous un maître-autel de l’église, et contenait les reliques des saints Fidèle et Boniface. Il a été soufflé à l’air libre dans un verre bleu cobalt translucide, et son décor de verre blanc opaque a été rapporté à chaud sur la panse et le col. Son atelier de production n’est aujourd’hui pas encore localisé en Europe mais d’autres fragments de ce type ont été découverts sur le continent.

Coupe reliquaire de Saint-Savin-sur-Gartempe, XIe siècle, France, Musée Sainte-Croix de Poitiers, Inv. 2009.0.4.11

Le verre a bénéficié d’une réputation magique et il lui a été prêté des vertus prophylactiques. Les urinaux, récipients recevant les urines des patients, sont les outils de diagnostic des maladies selon leur couleur et leur consistance. Il est ainsi devenu le symbole de la médecine médiévale, l’attribut du médecin, qui est toujours représenté, « mirant » les urines à la lumière du soleil. Grâce à ces qualités de pureté, à ses parois lisses, il est reconnu comme le contenant idéal des huiles parfumées, des baumes, et des eaux de vies. Il est ainsi produit sous la forme d’alambics et de fioles, et devient le matériau préféré des médecins et des apothicaires.
Les fenêtres vitrées sont faîtes de cives (en Allemagne) ou de losanges (en France), assemblés par du plomb et de vergettes dans un cadre en bois. Elles sont également un support d’inventivité, mais se diffusent lentement : elles n’entrent dans les intérieurs qu’au XIVe siècle et restent rares. Seul le niveau supérieur des fenêtres, l’imposte, en est pourvu.

Par ces quelques exemples reconstituant une typologie des usages du verre, c’est un monde beau et fragile, à l’image de ce matériau, que nous invite à découvrir le Musée du Cluny.

  1. Un grand merci à Julie Glodt pour les prises de vues photographiques []

2 réflexions sur « Le verre. Un Moyen Âge inventif ! »

  1. De l’autre côté du miroir.
    Ce que ni le catalogue, ni l’exposition ne dévoilent sur ce joyau des Musées de Poitiers à l’affiche de l’exposition « Le Verre, un Moyen Age inventif » :
    L’histoire de la découverte de ce verre bleu inattendu est aussi passionnante que l’histoire de la recherche qu’il inspira.
    Soufflé à l’air libre dans un verre sodique bleu-cobalt (d’où l’ excellent état de conservation), il est orné d’un décor de filets et de pastilles blancs rapporté à chaud qui explique qu’il fut longtemps considéré comme romain. X. Barbier de Montault lui consacra une importante étude en 1895, et voulut y voir un vase eucharistique réalisé en Poitou au 4e siècle destiné à l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe, où il fut découvert, utilisé comme reliquaire. F. Fremerdorf du musée de Cologne, l’attribua lui aux ateliers rhénans du Bas-Empire. C’est ainsi qu’il fut exposé longtemps parmi la verrerie antique du musée. L’élaboration du « Catalogue des verres d’époque romaine des Musées de Poitiers » fut l’occasion de reconsidérer le vase de Saint-Savin à la lumière des travaux scientifiques menés en Europe. C’est le catalogue d’une exposition sur le verre médiéval, organisée en 1988 par les Musées de Bonn et Bâle, qui nous permit, grâce à l’illustration de modestes fragments, de restituer ce verre au Moyen Age. Les tessons, prélevés en position stratigraphique (10e-11e s.), en Allemagne et en Suisse, témoignaient pour la première fois, d’un atelier spécialisé dans la production de verres bleus de prestige réservée aux lieux de pouvoir. Le vase bleu-cobalt et blanc de la célèbre abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe offraient les mêmes caractéristiques (confirmées par analyses) et se rattachait bien à cette production destinée à l’élite, largement diffusée par une officine implantée quelque part en Europe occidentale. Le verre bleu de Saint-Savin est bien l’unique verre intact, connu à ce jour, de cette étonnante production qui témoigne de la maîtrise de l’art difficile du verre, à une époque où (à défaut de natron d’origine orientale) on opte pour le verre potassique à base de plantes forestières. Le beau vase bleu vase du Musée de Poitiers est aujourd’hui au centre d’un programme de recherche européen sur cette production médiévale de verres bleus que l’archéologie dévoile peu à peu sur les lieux de pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *