Les comptes consulaires d’Escazeaux (1359-1419)

Marie Taupiac, archiviste paléographe (prom. 2017), présente sa thèse d’Ecole des chartes intitulée Administrer la communauté villageoise en Lomagne à la fin du Moyen Âge. Étude des comptes d’Escazeaux consulaires (1359-1419), réalisée sous la direction de M. Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et d’archivistique médiévales à l’école, et Olivier Mattéoni, professeur d’histoire du Moyen-Âge à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Propos recueillis par Léo Davy.


Peux-tu nous présenter ton sujet de recherche ?
J’ai travaillé sur les comptes consulaires d’Escazeaux, un petit village situé en Lomagne (Tarn-et-Garonne), qui représentent une série continue de 1359 à 1419, ce qui m’a permis d’étudier l’évolution de la communauté rurale à travers la comptabilité. L’étude des comptabilités a pris de l’essor au sein de l’historiographie, mais les études se sont d’abord portées sur les villes qui ont mieux conservé leur archives. Les villages sont moins nombreux à avoir ce genre d’archives. La période est également particulièrement intéressante car elle est située pendant la guerre de Cent Ans. Au début de la période il y avait 129 feux et environ 60 feux à la fin, cela peut s’expliquer par les effets de la guerre qui pousse les habitants à fuir. Les villages alentours ont aussi été touchés par ce phénomène.
On voit tout d’abord les fortifications se construire : il y a eu beaucoup de dépenses engagées pour les construire, et c’est d’abord pour cette raison que des comptes ont été tenus à jour.

On y voit le passage des gens armés. Le village est attaqué et occupé et, pendant une vingtaine d’année assailli par une compagnie de routiers qui leur fait payer un tribut, un pati, qui pèse lourd sur les finances du village, ce qui génère de la documentation. Le pati est un impôt personnel, levé par tête, ce qui nous donne le dénombrement de chaque foyer. Des gens du village sont envoyés pour suivre les mouvements de troupes pour informer la communauté, ce qui nous donne des informations sur la mobilité en temps de guerre. Et en fin de période on voit des opérations militaires conduites par le seigneur.

Pourquoi ce sujet ?
Je savais que je voulais travailler sur ma région, mais je n’avais pas d’idée de période ou de thématique. Je suis allée voir le président de la société archéologique du Tarn-et-Garonne qui m’a aiguillé sur ces comptes. Ces derniers avaient déjà été l’objet d’un article de Charles Samaran en 19541 qui appelait à une véritable étude sur le sujet. Des érudits locaux du XIXe siècle en avaient fait quelques articles et la revue La Lomagne s’était appuyée sur quelques comptes comme sources d’histoire locale, mais sporadiquement, et jamais dans son ensemble.

Peux-tu nous décrire tes sources ?
Mes sources principales ont été ces comptes qui représentent cinq registres écrits en occitan sur papier, comportant une cinquantaine de feuillets chacun . Escazeaux a également conservé des registres de justice, écrits en latin, que j’ai dépouillé partiellement. À titre de comparaison il y a eu d’autres études sur des comptes consulaires : Albert Rigaudière2 en a fait une sur Saint-Flour (Cantal), Florent Garnier3 sur Millau (Aveyron), et Louis d’Alauzier4 sur Cajarc (Lot). Escazeaux faisait partie de la vicomté de Gimois, dont j’ai cherché à refaire l’histoire des vicomtes, mais leurs archives ne recelaient cependant rien d’intéressant pour le propos de la thèse.

Quelles ont été les approches méthodologiques et les problématiques du sujet ?
Les registres sont tenus en tête bêche, c’est-à-dire que les recettes et les dépenses ne sont pas en vis-à-vis. Les dépenses sont données par ordre chronologique par année sans classement, sans hiérarchisation. Il n’y a pas non plus de totaux. Il a fallu reconstituer les postes budgétaires, selon un modèle idéal des consulats urbains, pour faire rentrer tous les types de dépenses et comparer les postes budgétaires. Il y a quinze monnaies différentes, ce qui a posé des problèmes pour les convertir, mais je me suis basée sur le prix des poules comme unité de conversion !
Les consuls étaient au nombre de quatre par an et restaient en poste un an théoriquement, mais un d’entre eux est resté pendant seize ans. J’ai eu l’ambition de faire une prosopographie des consuls, d’accumuler le plus d’informations sur eux, et sur tous les noms de personnes citées dans les comptes (environ 400 individus), les rôles d’impôt donnant les noms des chefs de famille. Il y avait des informations intéressantes mais je n’ai pas eu le temps de le faire dans la thèse, je ne l’ai fait que pour les consuls. Je pourrai compléter ces informations et avoir une plus grande vision de la communauté grâce aux neuf registres judiciaires (constitués à 90 % de témoignages), qui comportent quelques lacunes, mais qui n’ont pas été travaillés en profondeur. Un autre village à une vingtaine de kilomètres d’Escazeaux a gardé lui aussi ses comptes, mais de manière plus lacunaire et fragmentaire. Ils n’ont pas été étudiés et j’aimerais pouvoir en faire une comparaison. Je pense donc continuer en doctorat.

Quels apports cette thèse offre-t-elle ?
Le principal intérêt est de pouvoir comparer les points communs et les différences avec les villes : il y a des spécificités, comme c’est une petite communauté. Par exemple il n’y a pas de receveur et les consuls engagent les dépenses en leur nom. Mais on remarque que le fonctionnement est assez proche de celui d’une ville sur d’autres points : j’y ai trouvé beaucoup de points communs avec Saint-Flour. Bien qu’en milieu rural,  l’organisation était tout aussi rigoureuse. La charte de coutume d’Escazeaux précise que les attributions judiciaires des consuls sont les mêmes que celle de Toulouse, et ces attributions judiciaires sont importantes : ils peuvent juger des cas de meurtre, le seigneur leur déléguant toute justice. On remarque également que, même en milieu rural, la communauté villageoise a un poids. Le seigneur avait une résidence à Escazeaux mais il n’y était pas souvent. On retrouve trace de négociations avec le seigneur, les consuls et le conseil des prud’homme, qui témoignent que le seigneur ne pouvait pas faire tout qu’il voulait.

Pourquoi après 1419 la série de comptes s’interrompt ?
Le registre après 1419 a peut-être été perdu, mais il y a eu des agitations politiques au niveau du la vicomté, ce qui a créé des troubles. Un autre registre a été conservé pour les années 1460 et 1480, puis une nouvelle interruption, avant que la série continue de l’époque moderne reprenne à partir du milieu du XVIe siècle. J’ai édité un registre entier, celui de 1387 à 1393, parce qu’il montre le poids du pati dans la comptabilité villageoise, et parce qu’on voyait un découpage régulier par année, ce qui manque aux autres, du fait que le consul qui est resté en poste seize années n’a pas été aussi rigoureux.

As-tu trouvé quelques ornementations ou dessins dans ces registres ?
Il y a en effet des en-têtes décorés sur le début du deuxième registre, avec sur certains feuillets quelques dessins, comme une tête auréolée ou un personnage bénissant. Il y a certains dessins qui sont difficiles à interpréter. Mais les dessins sont peu nombreux, sans doute car le rédacteur en a eu assez, alors que c’est la même main qui poursuit sur le registre. Une autre raison est qu’avec le temps les rédacteurs utilisaient toute la largeur du papier, sans laisser de marge pour la décoration, ce qui pourrait signifier qu’ils font plus attention à rationner l’utilisation du papier, parce que la communauté connaît des troubles politiques et les effets de la guerre.
Le rédacteur principal était le consul lui-même. Son nom est indiqué, il s’agit de Bernat de Guondalbuo. On peut le savoir par des moyens détournés, par exemple les registres sont rédigés à la troisième personne du singulier, donc il ne se nomme pas au début du registre. Mais un salaire est versé au rédacteur, et ce salaire est inscrit dans le compte ! Parfois Bernat se trompe et dit « moi » au lieu d’utiliser la troisième personne.

Y a-t-il des vestiges archéologiques de cette période actuellement visibles à Escazeaux ?
Non, il n’y a pas de vestiges visibles comme les fortifications, mais il n’y a pas eu non plus de campagnes de fouilles archéologiques. Donc peut-être que des découvertes seraient à faire ! L’histoire du Gimois est également à écrire.

Comment ces registres sont-ils parvenus jusqu’à nous ?
Par chance, ils ont été conservés dans un placard de la mairie qui n’était jamais ouvert. C’est un érudit du XIXe siècle qui les a découverts. Il a également découvert la charte de coutumes et il a raconté comment il a fait cette découverte : au cours d’un conseil municipal auquel il assistait, la charte passait de main en main jusqu’au moment où elle est arrivée dans les siennes et il a fait suspendre la séance pour faire part de sa découverte ! Il en a fait un petit article, mais il fait des erreurs de paléographie et en a déduit des erreurs : il pensait que ces comptes étaient la trace de l’aide donnée par Escazeaux au village d’Enconde (sur la commune de Maubec) qui avait été détruit par la guerre. Cela a été repris dans toute les articles suivants. Mais j’ai remarqué que ce n’était pas Enconde, mais le comte de Foix qui était écrit.

Est-ce que les habitants du village d’Escazeaux connaissent l’histoire de ces comptes ?
Non pas vraiment, hormis les érudits locaux pour qui ils sont célèbres. Mais une présentation de cette thèse est prévue dans le village, grâce à l’invitation d’un de ces érudits.

  1. Samaran (Charles), « Les comptes consulaires d’Escazeaux (Tarn-et-Garonne) 1358-1464 », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, Tome 68, n°34-35, 1956. p. 263-283. []
  2. Rigaudière (Albert), Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge : étude d’histoire administrative et financière, Paris, PUF, 1012 p., 2 volumes. []
  3. Garnier (Florent), Un consulat et ses finances : Millau (1187-1461), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, 947 p. []
  4. D’Alauzier (Louis), « Les seigneurs de Laroque-Toirac », p. 33-37, Bulletin de la Société des études du Lot, 1950, t. 71, p. 33-37. []

3 réflexions sur « Les comptes consulaires d’Escazeaux (1359-1419) »

  1. Ce que vous dites de la façon d’assurer la continuité des évaluations par les comptables malgré la diversité des systèmes monétaires et de votre outil empirique d’indexation m’intéresse beaucoup. Cela donne envie de vous lire davantage.

    1. Un peu moins, parce qu’ils sont plus tardifs (mi-XVe), mais effectivement, je me suis également appuyée sur ces comptes, ainsi que sur ceux de Saint-Antonin et d’Aucamville d’ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *