De l’armoire au compactus : 
le patrimoine vestimentaire à l’épreuve du temps au Palais Galliera, par Joséphine Grimm

Joséphine Grimm est élève archiviste paléographe de troisième année. Elle a effectué au début de l’année 2017 un stage de quatre mois au Palais Galliera – musée de la mode de la ville de Paris. 


Pensez-vous que votre garde-robe pourrait être exposée ? Que votre jean favori ou que votre T-shirt mériterait d’être conservé aussi soigneusement qu’un bijou de famille  ? Il est probable que non aujourd’hui mais dans deux cents ans, ce sera peut-être le rôle du Palais Galliera que de prouver à vos descendants le contraire.

Au début de cette année, j’ai eu la chance de pouvoir effectuer un long stage au Musée de la Mode de la Ville de Paris, plus connu sous le nom de la duchesse qui céda jadis à la ville de Paris son hôtel particulier de la butte Chaillot. Sur bien des aspects, le Palais Galliera est un musée singulier. Contrairement à la quasi-totalité de ses semblables, il ne dispose pas d’une galerie d’exposition permanente, ses œuvres étant bien trop fragiles pour être exposées durablement. En conséquence, c’est par le biais de prêts à d’autres institutions et d’expositions temporaires organisées dans ses murs – ou dans ceux des autres, comme l’a montré l’exposition «  Balenciaga, L’Œuvre au Noir  » au Musée Bourdelle – qu’il peut faire connaître ses collections. Quant aux prêts, ils se font au profit d’établissements aussi bien parisiens que de France ou du Monde. Il peut s’agir d’une petite contribution, quelques éventails et porte-bouquets pour l’exposition «  Le pouvoir des fleurs, Pierre-Joseph Redouté  » au Musée de la Vie Romantique, mais il arrive que les œuvres qui quittent les réserves du Palais se comptent par dizaines. L’exposition «  Volez, Voguez, Voyagez – Louis Vuitton  », qui s’est tenue d’abord au Grand Palais, puis à Tokyo et à Séoul, a nécessité beaucoup de préparation et d’investissement de la part des équipes de Galliera qui ont dû envoyer soigneusement près d’une centaine de pièces.

Certaines œuvres, très demandées car rares, anciennes, belles, étonnantes, impressionnantes voire tout à la fois, voyagent même parfois un peu trop aux yeux des conservateurs. Il n’est en effet parfois pas évident de comprendre que, malgré un bon état apparent, malgré le fait qu’il puisse être récent ou qu’il ait de toute façon été beaucoup porté par le passé, un vêtement doit être traité aussi précautionneusement qu’une œuvre d’art plus « traditionnelle ». Car si au XIXe siècle on pouvait se permettre de jeter négligemment un bas de soie sur un paravent, ou de refermer brusquement dans un geste d’humeur un éventail en plumes, ces même objets ont aujourd’hui vieilli et sont devenus bien fragiles. La conservation de costumes, comme la conservation de tout autre objet patrimonial implique donc des règles qui seront respectées, que l’œuvre soit un réticule Empire ou une culotte Petit Bateau.

Tout comme il faut éviter de présenter un tableau à une source de lumière directe, il en va de même pour un vêtement, qui au-delà de 50 lux risquerait de voir ses couleurs se détériorer irrémédiablement. Mais toute présence de lumière est finalement dangereuse. Ainsi, une œuvre présentée pendant quelques mois dans une exposition temporaire devra ensuite passer plusieurs années à l’ombre, histoire de reprendre des couleurs. Et s’il s’agit d’un costume porté par un mannequin peu mobile, il faudra aussi vérifier que les coutures n’ont pas trop souffert d’être tirées dans la même position pendant des semaines et leur laisser le temps de se remettre convenablement.

Autre ennemi, aussi redoutable que discret  : la poussière. Elle aime particulièrement certains matériaux comme le velours ou le feutre, et s’insinue de préférence dans les endroits où elle ne peut être époussetée, dans les plis, dans les broderies, dans les plumes fragiles et cassantes. Peu à peu elle ternit, alourdit et détériore complètement son hôte, allant jusqu’à former des amas qui peuvent s’apparenter à de la crasse. Pour limiter cet empoussièrement délétère, les œuvres sont micro-aspirées en sortant des réserves avant de se rendre sur le lieu de l’exposition, une fois par semaine tout au long de celle-ci si elles ne sont pas placées dans des vitrines hermétiques, et au retour, avant de retourner à leur place dans les réserves. Et si jamais elles ont toujours l’air un peu terne, on sort à nouveau le petit aspirateur.

Mais il ne s’agit pas seulement de préserver les œuvres pendant qu’elles sont visibles, il faut veiller à ce qu’elles soient conservées au mieux, ce qui passe par une organisation des réserves très étudiée, et par la présence d’une équipe de restauration. Un des grands avantages du Palais Galliera est en effet d’avoir à demeure plusieurs restauratrices, qui se chargent elles-mêmes de remettre en état certaines œuvres qui partent pour des expositions ou, de manière préventive, qui entrent dans les collections du musée. Deux sont spécialisées dans le textile, et une dans la restauration du cuir et du papier, car le Palais Galliera ne possède pas seulement des costumes mais aussi une importante collection d’accessoires et un fonds iconographique concernant l’histoire de la Mode.

Pour ce qui est des réserves, au-delà des questions de température, d’hygrométrie et de lutte contre les insectes – les mites aiment les vêtements, c’est connu – il faut veiller aussi à optimiser l’espace, ce qui n’est pas chose aisée compte tenu des tailles et formes fort disparates qu’arborent les collections. Dans la majeure partie des espaces, on trouve des compactus présentant des portants en hauteur où l’on suspend les costumes assez solides et des tiroirs en bas pour ceux qui sont trop fragiles, ce qui donne un peu l’impression d’avoir affaire à un dressing géant. Du côté des accessoires, certaines étagères ont été conçues pour un type d’œuvre particulier  : comme ces tiroirs de quelques centimètres de hauteur seulement dans lesquels sont rangés à plat gants et sacs à mains de petite taille. Si l’étagère n’est pas étudiée spécialement pour accueillir un objet, c’est la boîte dans laquelle il est rangé qui s’en chargera, comme pour les éventails qui sont placés côte à côte dans des boîtes standardisées rangées en rangs d’oignons, pour ne pas perdre de place. Et, dans une réserve particulière nommée à juste titre «  la “salle du Trésor” » et où sont conservés entre autres les bijoux, l’intérieur des boîtes est garni de supports taillés dans des matières neutres à la forme de l’objet, pour l’accompagner et veiller à ce qu’il ne se déforme pas pendant la durée de sa conversation, que l’on espère très longue.

Les musées de la mode et du costume ne sont pas ceux que l’on rencontre le plus souvent et le statut des collections qu’ils renferment est encore aujourd’hui incertain. Doit-on considérer qu’il s’agit de vêtements, d’artefacts, d’œuvres d’art ? Il y a sans doute autant de réponses que de pièces dans les réserves de Galliera mais une chose est sûre  : ce n’est pas parce qu’ils furent un jour portés sans précaution que ces costumes ne méritent pas une attention particulière. Au contraire, ils illustrent des tendances passées et des usages révolus, et ont survécu de longtemps, pour les plus anciens, à ceux qui les ont portés. Ils sont la trace d’une histoire vivante, portent les marques de ceux qui les ont fabriqués, achetés, revêtus, déchirés, réparés et abandonnés par la force des choses. Immobiles témoins d’une histoire mouvante, ils sont touchants par leur seule présence quand ils ne sont pas tout simplement beaux, et les conserver fait entrer dans l’histoire beaucoup d’anonymes qui, comme les sujets innombrables de portraits en tous genres, ont un jour vécu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *