Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIe – début XVIe s.)

Rencontre avec Ewen Thual, actuellement élève de 3e année, qui nous évoque sa thèse d’École intitulée : Fonder pour la gloire. Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIIIᵉ-début XVIᵉ s.). L’occasion de mieux comprendre le fonctionnement de ces établissements dans le contexte de la Haute-Bretagne. Propos recueillis par Claire Daniélou.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’on entend par collégiale ?

Une collégiale est une église desservie par une communauté de clercs différente de l’église cathédrale, qui vivent en chapitre mais qui, à la différence des moines, ne suivent pas de règle. Ces clercs sont appelés chanoines séculiers, qui récitent ensemble l’office divin, qui ont leurs propres revenus (prébende) et qui ont voix au chapitre.

Leur origine remonte à l’époque carolingienne, date à laquelle on a essayé de leur imposer une règle, après le concile d’Aix-la-Chapelle (816), reprenant une grande partie de la règle que Chrodegang de Metz a façonné pour les chanoines de sa cathédrale. À partir de cette époque, une distinction plus nette s’est faite entre les modes de vie monastique et canoniale, ce qui s’est accentué par la suite avec la sécularisation des chapitres cathédraux et l’essor des fondations de collégiales séculières, aux XIe et XIIe siècles en ce qui concerne la France.Le terme même de “collégiale” (collegiata) n’est pas absolument fixé avant le Moyen Âge central, il faut donc veiller à distinguer dans les sources ce qui relève d’un chapitre séculier (on parle alors de “chanoine”, de “prébende” dans les chartes de fondation) et ce qui ne rentre pas dans cette définition : certains établissements au statut mal défini ont été considérés à tort comme des collégiales, alors qu’il ne s’agissait que de simples chapelles, quelle que soit l’importance de la dotation initiale1.

Issues avant tout d’une volonté laïque, les collégiales de Haute-Bretagne illustrent ce qu’on peut appeler une double voie des chanoines séculiers, entre prière – collective, les chanoines suivant les heures canoniales, des primes aux vigiles nocturnes – et engagement profane. Selon les cas, les chanoines peuvent présenter des recteurs – c’est le nom des curés en Bretagne – ou, dans un autre domaine, servir de conseiller du seigneur, disposition parfois contenue dans la charte de fondation du chapitre.

Pourquoi avoir choisi de travailler sur la Haute-Bretagne ?

Les fondations de collégiales connaissent un rythme différent du reste de la France en Haute-Bretagne : deux chapitres sont nés au XIe siècle à Fougères et Vitré, période phare des fondations en France, mais ils sont rapidement régularisés – c’est-à-dire transformés en prieuré, chanoines augustins et bénédictins. Les collégiales durables et dont l’origine est connue sont fondées en Bretagne à partir du XIIIe siècle.

Le sujet porte sur une Haute-Bretagne restreinte aux diocèses de Rennes et de Nantes – en ajoutant deux établissements proches par leur histoire du contexte haut-breton : Saint-Tugal de Laval et Saint-Michel-du-Champ d’Auray sur lesquels existent des fonds d’archives intéressants. Le choix s’est porté sur deux diocèses avec des cités épiscopales fortes mais aux situations différentes (il y aurait deux collégiales à Nantes, une avérée et une incertaine ; en revanche aucune à Rennes). L’ensemble définit un corpus de huit établissements, nés entre 1170 (Laval) – 1206 (Vitré) et 1446 (Champeaux), situés pour la majorité en zone de frontière, entre le duché de Bretagne et la Normandie, le Maine, l’Anjou et le Poitou.

Par ailleurs, c’est un sujet dont l’historiographie est en cours de renouvellement : s’il existe un groupe du LAMOP2 qui travaille sur les collégiales séculières en France, les diocèses bretons n’ont toutefois pas été étudiés. Je conçois donc ma thèse d’École comme le prélude d’une thèse de doctorat étendue aux collégiales de toute la péninsule.

Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIe-début XVIe siècle), réal. E. Thual
Les collégiales séculières de Haute-Bretagne (XIe-début XVIe siècle), réal. E. Thual

 

Quels sont les axes que tu envisages de traiter ?

Je prévois d’étudier différents éléments : tout d’abord, la vocation funéraire de ces collégiales, qui passe par l’élection de sépulture dans ces églises, par les donations pieuses qu’elles reçoivent et par leur rôle comme nécropole dynastique. Les fondateurs dotent leur église d’un chapitre de chanoines afin d’améliorer le service divin, à la gloire de leur lignage.

L’état antérieur de ces établissements qui sont transformés en collégiale séculière n’est pas un point à négliger non plus. On peut citer par exemple Notre-Dame de Nantes, ancien prieuré de Marmoutier puis de Sainte-Croix de Quimperlé qui a été érigé en collégiale en 1325, ainsi que Sainte-Marie-Madeleine de Champeaux, deux siècles plus tard, une ancienne chapelle qui obtient des droits paroissiaux puis devient un chapitre de chanoines.

Il s’agit aussi de faire une typologie des établissements, selon la qualité du fondateur, les dimensions et dotations différentes des chapitres. Le nombre de chanoines varie : plus fréquemment au nombre de 12 en souvenir du collège apostolique (la Madeleine de Vitré, Notre-Dame de La Guerche), les chanoines peuvent aussi être 19 (Notre-Dame de Nantes), ou même 6 (la Madeleine de Champeaux), etc.

La question du devenir des chapitres est également particulièrement importante. Plusieurs évolutions marquent les collégiales haut-bretonnes de la fin du Moyen Âge. Aux XIVe-XVe siècles, à la faveur du gonflement des fondations de messes anniversaires, la population cléricale augmente en la personne des chapelains qui se constituent en sociétés, dirigées par un maire-chapelain et chargées d’assurer le service funéraire (notamment dans les établissements les plus peuplés, comme Notre-Dame de Nantes).

Enfin, je m’intéresse aussi aux liens avec les seigneurs haut-bretons. Les seigneurs participent à la réforme des chapitres en aidant à la rédaction de statuts, insistant notamment sur l’obligation de résidence des chanoines, ou au moins à leur présence aux offices. De plus, parce qu’ils sont des clercs engagés dans voie de l’Eglise et ouverts sur le monde, les chanoines de collégiale et surtout les dignitaires peuvent embrasser des carrières politiques : c’est le cas de Pierre Le Baud, trésorier de la Madeleine de Vitré à la fin du XVe siècle (cf. Chambre des images). Ces chanoines qui ne respectent pas les obligations liées à la détention de leur bénéfice suscitent quelques critiques à la fin du Moyen Âge, dans un contexte général de dénonciations des abus des clercs et religieux – le cumul des bénéfices, la commende et les mœurs douteuses du clergé sont particulièrement visés.

Sources consultées

  • Fonds des collégiales aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, de Loire-Atlantique et du Morbihan. Chartes de fondation, statuts, temporel et revenus (français et latin).
  • Trésor des chartes des ducs de Bretagne, Archives départementales de Loire-Atlantique (accessible en ligne, rubrique « Actes et délibérations »).
  • Éditions des pouillés de la province de Tours, des diocèses de Nantes et de Rennes.
  • Autres fonds et services consultés : Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Charenton-le-Pont), BnF (ancien fonds des Blancs-Manteaux, copies d’actes sur l’histoire de Bretagne), Bibliothèque municipale de Nantes, etc.

Pour aller plus loin : 

  • Anne MASSONI, « Un nouvel instrument de travail pour la communauté scientifique : le répertoire des collégiales séculières de France à l’époque médiévale », Revue d’histoire ecclésiastique n °102 (2007/3-4), p. 915-939.
  • Base des collégiales séculières de France (816-1563), réalisée par l’équipe « Collégiales » du LAMOP, avec une cartographie des chapitres référencés, des indications bibliographiques et des éléments de définition.

  1. Par exemple, l’acte de fondation de l’église Notre-Dame du Folgoët (1422) par le duc Jean IV ne comporte ni la mention de “prébende” ou “chanoine”, ni celle de “collégiale”, alors qu’elle est définie comme telle par l’historiographie : il s’agit alors sans doute à cette date de chapelains, le titre de chanoine pouvant être donné à certains clercs à titre honorifique. []
  2. LAboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.