Le loup en Corrèze : de la « male bête » à l’animal. Une exposition aux archives départementales de la Corrèze

Depuis le 19 juin et jusqu’au 13 octobre 2017, les Archives départementales de la Corrèze présentent une exposition inédite « Le loup en Corrèze », qui vient retracer de l’Ancien régime au milieu du XXe siècle le parcours de cet animal et des hommes qui y ont été confrontés.


« Para lo lop, petiòta, para lo lop ! Para lo lop, que n’empòrta l’anhelon ! »1. En Corrèze, le loup est partout : au rocher du loup, à Peyrelevade, mais aussi dans la maison du loup d’Espartignac, ou encore dans le nom des fleurs, puisque la digitale pourpre y est appelée la gola de lop (la gueule de loup) et la parisette à quatre feuilles, l’estrangla-lops (l’étrange-loup).

Fruit d’un partenariat entre le parc animalier des Monts de Guéret « Les loups de Chabrières », le musée archéologique et du patrimoine Marius Vazeille à Meymac, le musée du pays d’Ussel et les Archives départementales de Corrèze (AD19), l’exposition « Le Loup en Corrèze, de la ‘male bête’ à l’animal » retrace la présence de cet animal dont les déplacements ont rythmé la chronique locale jusqu’au milieu du XXe siècle2. Documents d’archives aux murs, objets divers, vidéo de présentation du loup par les Monts de Guéret, kakémonos richement illustrés ponctuent cette petite mais complète exposition, au sommet des collines de Tulle.

Lo lop s’ancre dans les traditions et les croyances du Bas-Limousin. Diabolisé dans la société médiévale, classé parmi les bestiae par saint Augustin au tournant des IVe et Ve siècles, le loup est l’objet d’incantations familiales, de pater noster spécifiques dans les livres de raison familiaux, à l’instar de celui de Pierre et Michel Terrade (1558-1652), notaires à Chaumeil. C’est aux acteurs de ceux qui ont croisé le destin de cet animal que la parole est donnée3, entre description des blessures, récit de poursuites entre villageois et loup et recrutement de personnalités locales comme louvetiers (c’est le cas du maire de Bugeat, Antoine Bayle, ou du sous-directeur du haras de Pompadour, Jousset, sous la IIIe République).

Le récit des attaques est étayé de documents d’archives originaux conservés aux AD19. Avant que la bête du Gévaudan ne défraye la chronique en 1764-1767, la « bête » de la Xaintrie fait vingt-et-une victimes, principalement de jeunes filles de douze ou treize ans. Plus tard, en 1784, le « loup enragé de Cornil » blesse dix-sept villageois, à tel point que les cahiers de doléances de la ville, cinq ans plus tard, demandent expressément de faire raser « la petite forêt d’Obazine » où viennent se cacher les loups. Recensements des loups tués, indemnisations des médecins recrutés pour soigner la rage et les blessures sont complétés par des diplômes de louvetiers délivrés en grande quantité. Des battues spectaculaires sont retracées à travers les documents, et les moyens développés pour que l’homme triomphe du loup se font de plus en plus ingénieux : des enluminures du Livre la chasse de Gaston Phébus, l’on est passés aux pièges à loups en métal (dont un exemplaire est visible dans la salle d’exposition) et aux fosses, comme en atteste une photographie réalisée par les AD19 à Saint-Étienne-aux-Clos.

Le combat de l’homme contre le loup supplante celui du loup contre l’homme, et la « mal bête » devient objet de législation, bio-indicateur de la gestion des zones rurales et environnementales. La convention de Berne de 1979 qui considère que le loup est un animal légitime des montagnes, campagnes et forêts, tout comme son retour dans le parc National du Mercantour dans les années 1990, viennent apporter un éclairage contemporain sans entrer dans un débat public, que les siècles n’ont pas estompé.


Voir aussi : Le loup en Corrèze, de la « male bête à l’animal », catalogue d’exposition, Tulle, 2017, 95 pages. L’ouvrage peut être commandé en ligne, ici.

Pour s’y rendre : Exposition du 19 juin au 13 octobre 2017, aux Archives départementales de la Corrèze, Le Touron, 19 000 Tulle. Entrée libre et gratuite du lundi au jeudi de 8h30 à 17h et le vendredi jusqu’à 16h30.

  1. « Prend garde au loup, petite, prend garde au loup ! Prend garde au loup, qu’il n’emporte l’agnelet ! » []
  2. Le dernier loup de Corrèze a été tué à 1918 à Meilhards, et le dernier loup aperçu à Saint-Hilaire-Luc en 1947. []
  3. Une notice contenant toutes les transcriptions des documents originaux est mise à la disposition des visiteurs à l’entrée de l’exposition. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *