La collection Rondel (BnF-Arts du SPectacle) et un peu d’histoire du cinéma

La collection Rondel est emblématique et fondatrice du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France. À son origine se trouve Auguste Rondel (1858-1934), homme d’affaires marseillais collectionneur d’ouvrages et de documents sur le théâtre et plus généralement les arts du spectacle à partir de 1890. Il cherche à établir une collection la plus vaste possible sur le domaine, organisée et classée avec méthode pour servir au mieux la recherche et l’acquisition de connaissances, avec une certaine intuition. Il donne sa collection à l’État en 1920 (plus de 300 000 documents) puis continue à la gérer et à l’enrichir jusqu’à sa mort en 1934.

L’ampleur et l’originalité constitutive de cette collection en font une source très intéressante pour qui s’intéresse aux arts vivants du spectacle à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, mais aussi, et c’est ce qui nous intéresse ici, à l’histoire du cinéma.

ASP-BnF : R Supp.505, détail : l'étiquette ronde caractéristique de la collection Rondel (source Gallica/BnF)
ASP-BnF : R Supp.505, Elle et Lui (1938), film de L. McCarey, détail : l’étiquette ronde (et un peu ogresque) caractéristique de la collection Rondel, qui rappelle les masques du théâtre antique (source Gallica/BnF)

Les documents de la collection

Si la collection Rondel comprend des scénarios, des documents iconographiques et d’autres documents papier, la partie la plus caractéristique de cette collection est constituée de recueils factices. Rondel décide, en effet,  de compiler la presse, à un moment où les formes évoluent : le feuilleton cède la place aux échos mondains de la vie théâtrale, à des mises en scène de la vie artistique par des interviews, des biographies… En bref, c’est tout ce qui fait l’actualité du spectacle (programmes, petites brochures et autres documents devenus plus rares que la presse) qui intègre ses recueils. La constitution des dossiers de presse — sélection, découpage, collage sur des feuillets séparés, reliure en des petits volumes entoilés1 — ne s’est pas interrompue après la mort de Rondel, les revues de presse étant alors cotées “R. Supp.” pour Rondel Supplément.

Naturellement attiré par le théâtre, Rondel s’est aussi intéressé à toutes les formes de spectacle pour nourrir sa réflexion sur les manières qu’ont ces différentes formes de s’influencer entre elles, par la réunion de documents qui mettent en valeur la genèse, la représentation et la réception par le public de l’œuvre. Toutes les formes de spectacle, cela concerne donc en ce début de XXe siècle, le cinéma naissant, art neuf qui fait son apparition dans la collection.

Le cinéma

En 1927, Rondel déclare :

[…] Je m’intéresse maintenant à l’art de l’écran, car cet art vient d’atteindre l’âge de raison. Ce n’est plus un art à l’essai, c’est une certitude d’art, une nouvelle manière de traduire la vie et demain, le cinématographe inspirera, comme les autres arts du spectacle, les poètes et les musiciens2.

Comme pour le théâtre, il veut rassembler toute la documentation imprimée sur et autour du cinéma. C’est dès 1918 qu’il ouvre ainsi une section cinématographique pour collecter avec tout autant de méthode les journaux cinématographiques français et étrangers, les critiques de films, les articles sur les artistes (comme on appelle alors plus souvent les acteurs) mais aussi des programmes. En fin de compte, sur le long terme, la collection rassemble toutes sortes d’imprimés permettant de montrer l’évolution du septième art et de sa réception.

  • Un exemple : Le Corbeau d’Henri-Georges Clouzot, 1943             (R. Supp. 1383)

Si je me suis intéressée à cette collection, c’est qu’elle est l’une de mes sources pour ma thèse d’École, consacrée aux vedettes cinématographiques en France entre 1940 et 1944. Pour l’illustrer, on me pardonnera donc d’avoir pris pour exemple le cas d’un film aussi connu que Le Corbeau de Clouzot. Ce choix se justifie par l’exemplarité du volume Rondel concernant l’œuvre, signe d’ailleurs de l’importance immédiatement accordée au film. Le volume comprend ainsi un programme de séance, les habituelles coupures de presse au moment de la promotion du film pour sa sortie, plutôt plus abondantes que pour un film moyen de la période (Le Corbeau avait suscité de nombreux commentaires tant pour la troublante adéquation du film avec une cruelle réalité — les lettres de dénonciation — que pour sa noire qualité), et enfin, des articles parus dans la presse à l’occasion de la ressortie du film en salle en 1969 ou d’une diffusion télévisée en 1975. Au total, une soixantaine de pages.

Le programme retient ici particulièrement notre intérêt : ce type de brochure est devenu rare. Celui qui figure ici provient du Rex, “Cinéma-Théâtre” de Saint-Étienne, daté du mercredi 8 au lundi 13 décembre 1943, un peu plus de deux mois après la sortie du film en exclusivité au Normandie à Paris. À l’intérieur des 8 pages que compte la brochure, on trouve quelques réclames d’intérêt local, le détail de la séance (où l’on constate d’ailleurs la fin du double programme avec deux grands films au profit d’un seul, comme imposé par la nouvelle législation, et la présence de deux bandes annonces pour un même film, Mon amour est près de toi de Richard Pottier, produit par la même firme que Le Corbeau, la Continental) :

On ne trouve pas d’images extraites du film mais une liste détaillée des interprètes du film qui, comme pour un programme de théâtre, indique les personnages masculins puis les personnages féminins, alors que l’habitude au cinéma dans les contenus publicitaires contrôlés par les producteurs était de faire apparaître les artistes dans l’ordre décidé par leurs contrats. Les vedettes d’abord : Pierre Fresnay, Ginette Leclerc, Larquey, Micheline Francey… Cette liste est suivie par le scénario quasi-complet du film : si l’identité du “corbeau” n’est pas dévoilée, c’est toute l’intrigue et même les scènes finales qui sont racontées.

J’ai souhaité également mettre en avant un article, extrait du journal collaborationniste L’Appel, pour illustrer une pratique assez fréquente d’alors qui accompagne la critique d’un film et qui m’interpelle particulièrement : les caricatures des vedettes du film. Il faut dire qu’on est ici dans une presse quotidienne, moins riche en photographies que la presse magazine qui nourrit habituellement notre étude, et qui subit aussi la pénurie de papier et d’encre de la période.


Pour aller plus loin :

  • une présentation de la collection sur le site de la BnF.
  • ACRIVOPOULOS (Thémis), Du collectionneur à l’œuvre collective, péripéties bibliothéconomiques de la collection Rondel, mémoire d’études DCB ENSSIB, 2013, consultable en ligne.
  • sur Gallica : à notre connaissance, pour le cinéma, les revues de presse à partir de 1937 sont numérisées et librement consultables.

  1. Remarquons en passant que si le même procédé était reproduit aujourd’hui, on réaliserait sans doute un “découpage” différent : on imagine que l’intégralité de la page d’un magazine serait gardée pour documenter aussi la place accordée au sujet dans la mise en page initiale, au lieu d’enlever tout ce qui n’est pas a priori pertinent. []
  2. Dans un article de J. Kolb dans Mon Ciné du 4 août 1927 (BnF-ASP Rk 582), cité par Christophe Gauthier dans La passion du cinéma: cinéphiles, ciné-clubs et salles spécialisées à Paris de 1920 à 1929, Mémoires et documents de l’École des Chartes/A.F.R.H.C., 1999, p. 220. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.