Voyage en Mauritanie avec Odette du Puigaudeau (1894-1991), par Jeanne Sébastien

Jeanne Sébastien, récemment diplômée de master et élève archiviste paléographe, a accepté de nous parler de la thèse d’École qu’elle prépare, intitulée “Les voyages d’Odette du Puigaudeau en Mauritanie (1933-1961)”. Propos recueillis par Léo Davy.


Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

Je souhaitais d’abord travailler sur le thème du voyage et j’ai pensé à un membre de ma famille qui a été explorateur chez les Inuits, mais je me suis confrontée au manque d’archives et à la difficile accessibilité du peu qui existait. J’ai ensuite pensé au Club des explorateurs et j’ai appris qu’il existait, au département des Cartes et plans de la BnF, un fonds d’archives inexploité concernant l’exploratrice Odette du Puigaudeau (1894-1991) qui a voyagé en Mauritanie et y a mené des missions ethnographiques pendant plusieurs décennies du XXe siècle.

Il existait déjà une biographie rédigée par Monique Vérité, ancienne conservatrice de la BnF, à partir des entretiens qu’elle a eus avec elle dans les dernières années de sa vie. Elle a ainsi pu convaincre Odette du Puigaudeau de léguer ses archives privées à la Société de Géographie (dont les archives sont conservées à la BnF depuis 1942). Cette biographie a été un point de départ mais le propos se concentrait surtout sur le récit de vie, sans réelle contextualisation des enjeux historiques et interrogations problématisées.

Quelles ont été les sources utilisées ?

Le fonds Odette du Puigaudeau, conservé au département des cartes et plans de la BnF, est la principale composante de mes sources : il comprend 1000 pièces de correspondance, 4000 photographies sur plaque de verre ou papier négatifs, des dessins, 500 coupures de presse, 200 articles rédigés par Odette du Puigaudeau et des pièces administratives. Toutes ces archives ont été dépouillées de manière exhaustive sur la période couverte par le sujet.

Ce fonds peut être complété avec les 11000 objets conservés au Muséum d’histoire naturelle qu’Odette du Puigaudeau a collectés au cours de ses voyages. Le Muséum conserve également des pièces d’archives, notamment la correspondance qu’elle a entretenue avec les scientifiques de l’époque. Il existe également 189 objets ethnographiques conservés au Musée du Quai Branly. J’ai réalisé des statistiques pour déterminer leur provenance mais leur analyse demanderait une étude en soi pour laquelle je n’ai pas assez de compétences.

J’ai également pu avoir accès à une trentaine de carnets de voyage, décrivant au quotidien ses activités, qui m’ont été prêtés par Monique Vérité.

Odette du Puigaudeau a enfin publié des œuvres, dont sept récits de voyage, un roman animalier, une œuvre politique plaidant pour le rattachement de la Mauritanie au Maroc et une thèse d’ethnographie sur les Maures sous la direction de Théodore Monod qu’elle n’a pas achevée.

Mais certaines sources manquent: elle a réalisé elle-même des films lors de ses périples, mais ils sont introuvables. Selon mon hypothèse ces films ont été conservés sur un support de mauvaise qualité qui s’est dégradé avec le temps, ou ils ont été perdus. 

Quelles ont été les approches méthodologiques et les problématiques ?

Mon principal questionnement porte sur l’hybridité du voyage, qui est au carrefour de plusieurs mondes  (les mondes scientifiques, coloniaux, les mondes de l’édition et du journalisme). De plus, le voyage (celui du grand voyageur) connaît entre les années 1930 et les années 1950 une grande évolution : on repère à la fois une professionnalisation (notamment dans la perspective du journalisme, à la suite du modèle du grand reporter), une exigence scientifique accrue, une redéfinition de l’aventure dans le sens des records sportifs, et, d’un autre côté, une persistance de l’idéal traditionnel du voyage, pratiqué par des catégories aisées dans une logique de gratuité et de démarche personnelle, et perçu comme un moyen de s’évader du monde.

Odette du Puigaudeau est prise dans cette évolution et également dans un paradoxe : d’un côté elle veut rester proche du monde occidental en restant en contact avec celui-ci, en s’appropriant ses logiques scientifiques, et d’un autre côté elle veut le fuir pour vivre en Mauritanie et adopter le mode de vie maure. Après la Seconde Guerre mondiale elle rejoint la cause anticolonialiste et plaide à la fin des années 1950 pour le rattachement de la Mauritanie au Maroc.

Les articles publiés dans les journaux reflètent cette nouvelle représentation de l’aventure, et témoignent de la perception d’un basculement autour de la Seconde Guerre mondiale. Sylvain Venayre, professeur d’histoire contemporaine à l’université Grenoble-Alpes, a démontré dans sa thèse les mécanismes de transformation du voyage : au XXe siècle il n’existe plus de régions totalement inconnues sur lesquelles les Occidentaux n’ont pas déjà posé le pied, dès lors l’explorateur n’a plus tellement de raison d’être, ou, au moins, voit son idéal traditionnel fragilisé. Odette du Puigaudeau voyage dans des régions connues, cartographiées, et qui sont placées sous contrôle français, mais elle est perçue comme une aventurière, c’est-à-dire quelqu’un qui s’aventure, au sens propre du terme, dans des régions peu connues ou qui restent dangereuses, et cherche à se démarquer toujours des autres voyageurs, des touristes, etc. Elle se revendique d’ailleurs de cette identité d’aventurière à plusieurs reprises dans ses écrits.

Odette du Puigaudeau est issue d’un milieu aristocratique. Son père, Ferdinand du Puigaudeau (1864-1930), était un peintre de l’école de Pont-Aven, et elle a grandi dans un cénacle d’artistes en Bretagne. Elle est fille unique et son père l’élève un peu comme un garçon. Elle voudrait échapper au monde occidental en voyageant (elle est homosexuelle et cette volonté d’évasion n’y est sans doute pas étrangère), mais n’a pas assez d’argent pour pouvoir le faire. Grâce au livret maritime qu’elle a obtenu (fait exceptionnel pour une femme) pendant des campagnes de pêche auxquelles elle a participé comme reporter, elle peut embarquer sur des langoustiers qui pêchent jusque sur les côtes de Mauritanie. C’est pour cette raison qu’elle décide d’explorer ce pays et aussi parce qu’elle peut y obtenir des subventions et la protection des autorités françaises. La Mauritanie n’est alors pas encore totalement “pacifiée”, et elle a le sentiment de pouvoir connaître le danger qu’ont affronté les premiers explorateurs dans le désert, endroit mythique pour des aventuriers. Elle est encore de nos jours connue en Mauritanie, l’année 1934 y est appelée « l’année des deux dames » car elle a voyagé pendant cette année dans le désert avec sa compagne.

De son vivant Odette du Puigaudeau était assez connue : elle a été primée par l’Académie française pour l’un de ses ouvrages, et a reçu un écho médiatique important. Elle est reconnue dans le milieu scientifique et ethnographique pour sa grande connaissance des tribus maures, alors qu’elle n’a pas reçu de formation universitaire. Elle a acquis son expérience sur le terrain et a servi d’intermédiaire entre le milieu scientifique et les populations locales. Elle ne disposait pas des outils conceptuels qui ont fait la reconnaissance de l’œuvre anthropologique de Claude Lévi-Strauss ou de Paul Rivet, mais elle a correspondu avec eux et avec d’autres grands noms du milieu scientifique comme l’abbé Breuil ou Théodore Monod, sous la direction duquel elle a entrepris une thèse d’ethnographie. Mais elle ne bénéficie pas d’une postérité aussi grande qu’Alexandra David Néel ou Isabelle Eberhardt, qui était l’un de ses modèles.

Quels apports et quelles nouveautés cette thèse offre-t-elle ?

Ce travail est une pierre apportée à l’histoire du voyage. L’historiographie du voyage connaît des carences : il existe très peu d’études sur le voyage au XXe siècle et pratiquement pas après 1945. Les ouvrages existant sont en majorité des biographies ou des anthologies d’explorateurs, mais on manque d’une réelle étude sur un seul voyageur en lui appliquant des questions conceptuelles ou des enjeux plus globaux sur les représentations et évolutions du voyage, peu étudiées dans des biographies qui restent souvent sur un plan événementiel ou à la personnalité du voyageur. Je voulais réaliser une étude fouillée d’un personnage-explorateur, mais en réinscrivant son parcours dans un contexte historique global et interroger le rôle qu’elle a tenu dans ce processus de redéfinition du voyage entre science, littérature, journalisme et contexte colonial.


3 réflexions sur « Voyage en Mauritanie avec Odette du Puigaudeau (1894-1991), par Jeanne Sébastien »

  1. Bonjour,bon courage pour votre travail interessant qui vient comme apport aux travaux d’Odette et de Monique, que j’avais rencontrée dans la Wilaya du Tagant a Tidjikja les années 90 ( avec son amie elles y avaient séjourné) -sur les traces d’Odette ( qui vivait alors au Maroc). Dans son livre: le Tagant, Odette parle de ses rencontres avec mon père Bahou Kastelani qui est originaire de la ville. Après son retour du Tagant en France, Monique avait eu la gentillesse de m’envoyer a Tidjikja une copie du livre en nouvelle réédition”pieds nus à travers la Mauritanie” elle m’avait envoyé un article qu’elle avait fait paraître dans la revue le Saharien,j’ai lu aussi le livre de Monique relatif a la vie et travaux d’Odette. Il est regrettable que tous ces travaux soient si peu connus en Mauritanie comment pensez que cela pourrait se faire? bon courage et félicitations. Mohamed Bahou Kastelani Mauritanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.