À propos du « Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne » (dir. Erick Noël)

Présentation par Julie Duprat, élève archiviste paléographe en quatrième année,  dont la thèse d’École est intitulée « Présences noires à Bordeaux : passage et intégration des gens de couleur à la fin du XVIIIe siècle », contributrice du volume.


Le dernier tome du Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne vient de paraître aux éditions Droz. Après un premier volume consacré à Paris et son bassin1 et un deuxième dédié à Nantes et à la Bretagne2, cet ultime volume s’attaque à un espace géographie souvent délaissé dans l’étude des populations noires en France, le Midi (cette dénomination rassemble une vaste zone géographique, allant de Bordeaux à Marseille). Ce dictionnaire, édité sous la direction d’Erick Noël3, enseignant-chercheur à l’Université des Antilles-Guyane, a nécessité le concours de plusieurs chercheurs : ce dernier volume bénéficie ainsi de l’apport de 18 contributeurs.

L’objectif initial de ce dictionnaire était de réévaluer la présence noire en France à l’époque moderne en énumérant toutes les mentions de personnes de couleur au sein des archives. Sa forme est donc assez aride : il s’agit d’une liste d’occurrences, classées par ville et par ordre chronologique, sous la forme de notices plus ou moins développées en fonction du nombre d’informations disponibles par individu. Un double index, par personne de couleur et par nom de maître, permet de s’orienter plus aisément au sein de cette masse de données. Pour établir un panorama de cette immigration toute particulière en France, plusieurs sources ont été croisées : les archives relatives à l’histoire maritime sont sans doute celles qui ont offert le plus grand nombre d’informations. On compte parmi elles les déclarations des maîtres à l’Amirauté, rendues obligatoires à partir de 1716 pour tout esclave entrant en métropole mais aussi les rôles d’armement et de désarmement des navires, comprenant une liste des passagers et du personnel navigant. Cette première approche a été complétée dans chaque ville par le dépouillement de sources variées : registres paroissiaux et hospitaliers, archives notariées, presse locale, recensement de 1777 et 1807 entre autres. Toutes ces sources ont permis de retracer le parcours de 8 089 individus de couleur dans le Sud de la France à l’époque moderne.

Si ce dictionnaire se pose donc surtout comme un outil de recherche à destination des chercheurs souhaitant approfondir des parcours individuels, ce volume aura eu le mérite de mettre en perspective tout un pan oublié de l’histoire moderne méridionale. Les attentes initiales des chercheurs ont en effet été largement excédées, notamment à Bordeaux et la Rochelle : dans cette première ville, la rédaction du dictionnaire a permis d’augmenter d’un bon millier l’estimation habituellement retenue par la communauté historienne. Avec près de 5 439 personnes débarquées entre 1562 et 1807, Bordeaux s’affirme comme le deuxième grand port d’entrée des populations noires en France (juste derrière Nantes, avec 5 902 notices sur la même période). Le dépouillement de sources complémentaires devrait encore permettre d’accroitre ce chiffre dans les années à venir.

Les notices permettent également de comprendre la variété des parcours individuels de ces individus : quoi de commun en effet entre un esclave anonyme parmi de nombreux passagers, dont seul le nom du maître nous est parvenu, et la destinée du métis Hugues Montbrun de Pomarède, élevé en France au rang de la noblesse et qui accomplit une brillante carrière militaire ? Ce volume a surtout permis de mettre en valeur le parcours de nombreux « nègres libres » qui, loin de la hiérarchie raciale qui règne aux colonies, parviennent à obtenir en métropole une autonomie fort appréciable comme Michel Nicolas, marchand liquoriste à la Rochelle.

  1. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne (fin XVe s. – 1792), vol. I — Paris et son bassin, Genève, Droz, 2011, 578 p. []
  2. Noël, Erick (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, vol. II — La Bretagne, Entrée par année, début XVIe siècle-1792, Genève, Droz, 2013, 964 p. []
  3. Et auteur, notamment, d’Être Noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006, 320 p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *