« Fantin-Latour. À fleur de peau » au Musée du Luxembourg

Du 14 septembre au 12 février 2017, le musée du Luxembourg présentait une exposition intitulée « Fantin-Latour. À fleur de peau ». C’était encore une fois l’occasion, pour le club culture de l’Ecole des chartes, d’organiser une visite. Cependant, une fois n’est pas coutume, c’est une des élèves de première année, Marguerite-Marie Luquet, qui a fait la conférence. Actuellement, l’exposition est présentée au musée de Grenoble.


La progression adoptée est chronologique. Ce n’est pas par simplicité que ce choix a été fait, mais bien pour montrer que Fantin travaille de manière concomitante à plusieurs genres. La scénographie a cherché à transmettre cette idée en perçant les cimaises d’ouvertures, qui permettaient au visiteur de voir des œuvres exposées dans les salles voisines en même temps que les toiles devant lui.

Henri Fantin-Latour, Autoportrait, 1858

L’exposition s’applique à décrypter le tempérament de l’artiste, bien traduit par l’expression « à fleur de peau ». Il est véritablement tiraillé entre un culte voué à la nature, qui le pousse à reproduire le plus fidèlement ce qu’il a devant les yeux, et une tentation onirique, qui donnera naissance à des œuvres d’imagination les plus variées. Les autoportraits (qui ouvrent l’exposition) ont une touche dramatique et trahissent une sensibilité romantique. Il admire d’ailleurs Delacroix et lui dédie un Hommage (salle 3), le premier portrait de groupe caractéristique de son style, le premier à faire scandale.

Né à Grenoble, en 1836, c’est à Paris qu’il fait sa formation, notamment en tant que copiste. Il commence le dessin très tôt. Son père, lui-même peintre, l’astreint d’emblée à une discipline de fer. Mais à dix-neuf ans, Fantin écrit : « La peinture est mon seul plaisir, mon seul but ». Il s’agit donc d’une véritable vocation d’artiste qui s’impose à lui. Enfant prodige, il est tout de même très exigent avec lui-même, et le sera toute sa vie (même au faîte de sa gloire, il craint la corruption du succès, et s’acharne d’autant plus à la tâche). Il reste jusqu’au bout au service de son idéal d’art, et c’est ce qui fait qu’on ne peut véritablement pas le “classer“.

Un temps familier avec les jeunes artistes qui deviendront les « Impressionnistes » (voir le bel hommage à Manet, « Un Atelier aux Batignolles », salle 4), il s’en éloigne quand leur groupe et leur style se précisent : il trouve leur art trop lâche, trop mou, les couleurs fades, les effets peu aboutis, sans parler du principe de la peinture en plein air, comble de l’inconfort.

Il n’est pas non plus qu’un peintre de nature mortes (salles 2 et 5). La plupart du temps il compose des bouquets, arrangements savants et variés, ou simples gerbes de fleurs d’une seule sorte. Il les représente avec le plus grand soin, une ténacité comparable à celle de Courbet, pour qui il avait une grande estime. C’est certainement son exercice favori. Or, ce n’est pas l’occasion de représenter des objets disposés au hasard, mais bien de faire vivre la nature sur la toile, comme on fait vivre un modèle dont on doit tirer le portrait. C’est l’occasion d’étudier la nature, en somme.

Ce n’est pas non plus qu’un portraitiste. Il commence par peindre ses sœurs, par commodité – ce sont des modèles peu exigeants –, puis il peint sa fiancée, Victoria Dubourg, et sa sœur, la fascinante Charlotte. Il représente sa belle-famille, ses plus proches amis, les apprenties qui passent dans son atelier… Ces œuvres sont empruntent d’une grande sensibilité accentuée par les admirables effets de lumières. Et pourtant, il a du mal à exécuter des portraits de commande. Les attentes esthétiques du modèle, les désagréments liés à la pose sont autant de contraintes qui enfreignent sa création. C’est ainsi que les commissaires ont choisi de n’exposer que des portraits qui lui tenaient à cœur (salles 1, 5 et 6).

Fantin n’est pas de ces avant-gardes qui recherchent le scandale. Certaines de ses œuvres ont eu un retentissement négatif. Il détruit sa toile intitulée « Le Toast. Hommage à la Vérité » (salle 4) en 1865, après avoir reçu d’exécrables critiques au Salon. Le fameux « Coin de Table » (1872, id.) fait grand bruit en raison de la présence de Rimbaud et Verlaine, deux personnalités aux mœurs déjà très contestées. Mais toute sa vie, il cherche la reconnaissance, couronnée par l’acquisition de l’« Atelier au Batignolles » par l’Etat en 1892 (l’œuvre date de 1870).

Il pourrait cependant être qualifié de peintre de fééries. L’exposition s’ouvre avec une petite œuvre d’imagination (« Le Songe », 1854, peinte à 18 ans), qui ne trouve son écho que dans les dernières salles. Voilà sa véritable aspiration, qui ne reçoit pas de reconnaissance au début de sa vie, mais sera en définitive à la mode. Parfois inspirées de la musique, dont il est grand amateur, ces compositions traduisent ce qu’il a ressenti en écoutant des airs de Berlioz, Schuman ou Wagner (compositeurs controversés, auxquels il rend plusieurs hommages, salle 8 et 9). D’autres sont purement imaginaires, et montrent des figures féminines, baignées de lumière, évoluer dans un environnement céleste et vaporeux. Ces œuvres sont présentées comme l’aboutissement du travail de sa vie : il s’inspire du style des Vénitiens, qu’il a copiés au Louvre, il fait preuve d’une grande maturité et d’une grande confiance, acquises par l’observation, ainsi que le travail de mémoire.

Une section intitulée « Fantin au travail » n’ignore pas une dimension essentielle de son exercice : la photographie. Tout au long de sa vie, il collectionne les reproductions d’œuvres, ainsi que les nus féminins, et s’en fait un véritable corpus de modèles. Quelques uns des quatre mille cinq cents clichés conservés au musée de Grenoble ont été exposés (salle 7). Ce sont surtout les nus qui retiennent l’attention : photographies artistiques ou clairement érotiques, il les copie et les transpose dans ses œuvres, notamment dans ses fééries. On peut dire que c’est un artiste de son temps.

À la fin de sa vie, la production de Fantin est couronnée du succès tant attendu, et tant redouté : l’État acquiert « La Nuit » en 1897, immédiatement après sa présentation au Salon. Dans ces sujets-là, on peut le considérer comme le dernier des romantiques, voire l’un des premiers symbolistes.

Mais il ne s’agit pas pour autant de résumer son œuvre par une simple trajectoire allant du réalisme au symbolisme. En effet, chez Fantin, il n’existe pas de désaccord entre les deux tendances car son principal intérêt est d’abord et avant tout la nature.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *