« Les Temps Mérovingiens », au Musée du Moyen Âge de Cluny

Le 13 février 2017 prend fin l’exposition Les Temps Mérovingiens organisée au Musée du monde médiéval, à Cluny, avec le concours de la BnF. Ouverte le 26 octobre 2016, celle-ci prend la forme d’un parcours circulaire et chronologique, et a l’ambition de faire changer notre regard sur cette époque grâce aux cent-cinquante pièces exposées.

Loin d’une époque de chaos et de barbarie qui aurait pris place à la chute de l’Empire romain d’Occident, le visiteur découvre plutôt une continuité, une évolution, qui se déroule entre la lente fragmentation de l’Europe occidentale en divers royaumes encore imprégnés de la culture romaine et l’avènement de Pépin le Bref en 751. Le panneau d’accueil l’affirme d’ailleurs : il n’y a pas de césure nette entre l’Antiquité et le Moyen Âge, et les Temps Mérovingiens sont, dans l’espace de la Gaule, un moment de transition entre deux empires, romain et carolingien.

Au début du parcours est présenté le trésor de Childéric, le père de Clovis, retrouvé dans sa tombe à Tournai en 1653. On y retrouve des parties d’armes : d’une francisque, d’un scramasaxe, mais aussi des bijoux d’or et de rubis, tels que des bagues ou de petites abeilles finement ciselées, peut-être issue d’un manteau royal, qui inspireront plus tard à Napoléon son symbole pour remplacer la fleur de lys. Le raffinement de ces pièces permet d’éloigner l’idée d’un roi barbare, au sens d’étranger à la civilisation et au raffinement. Après tout, le peuple gouverné par Childéric puis Clovis, les Francs saliens, est depuis la seconde partie du IVe siècle fédéré dans l’empire romain, au niveau de l’actuelle Wallonie, et fait partie du monde romain. Les rois germaniques reprennent à leur compte certains codes des empereurs romains, on trouve ainsi dans le trésor de Childéric une boule de cristal qui aurait pu orner un sceptre (et ne servait sans doute pas à faire de la divination). Quand on avance un peu, on se retrouve en face du trône de Dagobert Ier, arrière-arrière-petit-fils de Clovis, qui fait partie du trésor de Saint-Denis, dont la basilique actuelle est d’ailleurs à l’emplacement d’une première chapelle édifiée sur ordre dudit Dagobert. Ce trône en or est néanmoins difficile à dater, et a subi de multiples ajustements et changements, ayant notamment été utilisé par la suite par Napoléon – ce n’est pas un hasard si on retrouve à plusieurs reprises le nom de l’empereur en rapport avec les Mérovingiens, dans son entreprise de se rattacher à un passé dynastique précédent l’avènement des Capétiens. D’autres trésors sont exposés, montrant notamment la réalité des échanges entre le bassin rhénan et la Méditerranée, avec par exemple des têtes de lions en cristal, faites sans doute à Rome ou Constantinople, retrouvées dans une tombe en actuelle Allemagne.

Mais l’exposition amène aussi le visiteur devant des manuscrits. Le premier apparaissant en vitrine est l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours, évêque de la ville ligérienne au VIe siècle, mais il s’agit là d’un manuscrit du début du VIIIe siècle. Vient ensuite la Chronique de Frédégaire : ce sont donc des récits historiques sur l’histoire des Francs qui sont les premiers écrits présentés. Viennent ensuite des papyrus issus des Archives Nationales, et notamment parmi eux des actes royaux. Par exemple, on découvre un précepte de Clovis II (fils de Dagobert Ier, et roi de Neustrie, la moitié ouest du royaume, par opposition à l’Austrasie) confirmant un privilège d’immunité accordé à l’abbaye de Saint-Denis par l’évêque Landry de Paris. Un précepte de Childéric II (fils du précédent, roi d’Austrasie) est remarquable car l’on a conservé son sceau, qui est rempli de cheveux humains, peut-être destinés à renforcer le pouvoir exécutif de l’acte en y insérant une parcelle du corps du roi ! Les monnaies des rois barbares sont intéressantes notamment du fait de l’évolution observée. Les plus anciennes, des monnaies d’or des Ve et VIe siècles, sont à l’image des monnaies impériales. Vers 580 apparaît le tiers de sou d’or, qui montre le roi de profil, d’une manière typiquement mérovingienne.

20161110_144532

Ensuite, une partie du parcours circulaire s’intéresse aux textes de loi. Un Code théodosien, et les lois salique, alamane et ripuaire. A droite, un manuscrit présente des enluminures spectaculaires : il s’agit du Pentateuque d’Ashburnham, du nom d’un comte qui l’a acheté en 1847 au comte Libri qui l’avait en 1842… volé à la Bibliothèque de Tours, ville dans laquelle il avait passé un millénaire. Revendu en 1888 à la BNF, il date de la fin du VIe ou du début du VIIe, et sa provenance est difficile à déterminer : l’Espagne, l’Afrique du Nord, ou encore la Syrie. Le Pentateuque regroupe les cinq premiers livres de la Bible, qui correspondent à la Torah, la loi juive. Des manuscrits exposés présentent les textes de Pères de l’Église : Isidore de Séville et saint Augustin.

20161110_145350

Une partie de l’exposition concerne le thème des reliques. Plusieurs objets et vêtements sont attribués à saint Germain de Trêves, on découvre un fragment de croix de saint Éloi, ou encore des authentiques : ce sont de petites bandelettes sur les reliques qui les authentifient ! Le trésor d’une nouvelle tombe, après celle de Childéric, et exposé plus loin : celui du tombeau d’Arégonde, le mieux documenté du haut Moyen Âge, avec notamment sa bague sigillaire portant le nom « Arnegundis ». Arégonde est l’épouse de Clotaire Ier, le fils de Clovis.

La fin de l’exposition montre les travaux de verrerie remarquable de l’époque, tels qu’une corne à boire venant du Rhin, une coupe rémoise, ou encore un collier de verre et d’ambre venant de Rosselange, en actuelle Moselle. Ce parcours mène à des fibules ouvragées, et le cercle se termine sur l’avènement de Pépin et des Carolingiens mettant un terme aux Temps Mérovingiens. On se retrouve à nouveau au début de l’exposition, les deux empires entourant cette époque des rois descendants du légendaire Mérovée sont en quelque sorte adjacents, mais cette ronde de trois siècles a bien fait comprendre que la période entre la fin d’un empire millénaire et la renaissance carolingienne n’est pas sans intérêt, mais est justement une nécessaire transition et évolution comportant sa propre richesse, son propre intérêt dans l’histoire des textes, des arts, du pouvoir et de la religion.


Une réflexion au sujet de « « Les Temps Mérovingiens », au Musée du Moyen Âge de Cluny »

  1. Le récit du propos de l’exposition est bien présenté dans ce compte-rendu cependant il est regrettable pour des futurs professionnels du patrimoine d’occulter l’aspect muséographique. Cette exposition est loin d’être un exemple en terme d’éclairage, d’accessibilité, de soclage, de supports audiovisuels, etc. L’expérience de visite, longuement travaillée par les muséographes canadiens et aujourd’hui mis en oeuvre dans de nombreux musées français, est ici négligée. Ainsi, bien que les objets soient intéressants, il est dommage de constater que les conservateurs de ce musée n’aient pas eu le souci de ce qu’exposer veut dire. Une exposition d’objets est bien plus que ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *