Élaboration d’un modèle appuyé sur le RDF dans le cadre de la réalisation d’une Bibliothèque virtuelle Chris Marker à la Cinémathèque française

Dans le cadre de son stage de fin d’études à la Cinémathèque française, Camille Monnier, diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » a élaboré un modèle appuyé sur le RDF comme première pierre de la Bibliothèque virtuelle Chris Marker. Elle revient pour Chroniques chartistes sur le projet qu’elle a mené et les difficultés qu’elle a pu rencontrer. Propos recueillis par Nola N’Diaye.


Peux-tu dans un premier temps nous présenter le projet de départ, le contexte dans lequel tu es arrivée ?

En 2012, la Cinémathèque française a acquis les archives du cinéaste et vidéaste Chris Marker, décédé au cours de l’été. Né en 1921, ce dernier a été tour à tour écrivain, éditeur, photographe, cinéaste, vidéaste, développeur d’applications informatiques, créateur d’installations multimédias. Au total 550 cartons de déménagement comprenant des photographies, affiches, disques vinyles, archives papier, éléments audiovisuels, appareils, ouvrages, éléments informatiques, miniatures, VHS et DVD, etc. ont intégré les collections de la Cinémathèque française.

À mon arrivée les équipes de la conservation et du traitement documentaire de la Cinémathèque travaillaient déjà depuis quelques années sur ce fonds. Les membres de la petite équipe Marker trans-services m’ont fait part de leurs observations quand aux problématiques majeures du traitement de ce fonds et m’ont beaucoup aidée à appréhender la matière. J’étais chargée d’étudier spécifiquement la bibliothèque. Au sein du fonds, cette dernière revêt une importance particulière, par son ampleur, par la diversité des sujets qu’elle traite, par les usages que Marker lui avait assignée. L’artiste utilisait ses livres comme système de conservation d’une partie de ses archives (correspondances, photographies, archives de presse, etc.), chaque ouvrage étant « truffé » d’un ou plusieurs documents et chaque document pouvant renvoyer à d’autres documents conservés ailleurs.

La communication physique des éléments signifiant une menace pour l’intégrité de ces derniers, la Cinémathèque a formé le projet de créer une « bibliothèque Marker virtuelle » – c’était là tout l’objet de mon stage, tel qu’il m’avait été exposé par Joël Daire (directeur du patrimoine de la CF & maître de stage) plusieurs mois auparavant. Je disposais pour ce faire d’une grande liberté et autonomie dans la réalisation propre.

Quels étaient les objectifs de ta mission ?

Défricher un projet de bibliothèque virtuelle, faire des propositions, une étude. Au départ cela m’apparaissait vaste, nébuleux, je ne savais pas bien par où commencer. Puis les étapes se sont progressivement éclaircies. Je me suis plongée dans l’univers Marker et dans la partie documentaire du fonds pour en dégager une modélisation. J’avais eu l’intuition que le RDF et son modèle de graphe allait pouvoir me servir à décrire la bibliothèque, mais j’ai beaucoup tâtonné car à vrai dire je n’y connaissais pas grand chose au départ. Une fois le modèle établi j’en ai proposé une visualisation par l’intermédiaire du logiciel libre Omeka. J’ai traité quelques ouvrages, photographiant les inserts, ce qui m’a permis de me rendre compte de la complexité de la tâche de numérisation qu’il resterait à accomplir et le nécessaire échantillonage (car on se retrouve vite noyé par la masse avec Marker)…

Vue du studio de Chris Marker avant enlèvement.
Vue du studio de Chris Marker avant enlèvement.

La bibliothèque de Chris Marker et son fonds d’archives présentent de multiples particularités, pourrais-tu nous les présenter ?

Ce qui est fascinant avec le fonds Marker c’est que quel que soit le carton qu’on ouvre, les éléments nous rappellent d’autres éléments croisés plus tôt. A tel point qu’on pourrait s’y perdre (c’est d’ailleurs ce qui se passe régulièrement). Le rapprochement, c’est le principe qui semble organiser le fonds. Marker a réuni des éléments disparates dans des boîtes à chaussures, des cartons, des pochettes, autour d’un sujet, d’une ressemblance. C’est toute la dynamique qu’on retrouve dans sa bibliothèque, par un simple procédé d’insertion physique, souvent à la page près, deux éléments distincts sont connectés, un sens nouveau né de l’association se dégage. La richesse de la bibliothèque repose sur sa fragilité, si on sépare le document inséré de son ouvrage on perd la valeur produite par le rapprochement. On retrouve ainsi un carton de profiteroles Leader price dans Intermezzo de Jean Giraudoux, un bonbon avec un emballage en tourbillon dans un dossier consacré à Vertigo côtoyant des notes de travail pour Immemory; dans les ouvrages de Pierre Goldman la correspondance échangée entre l’auteur et Chris Marker, le plis annonçant à Marker l’assassinat de l’écrivain, une photographie de son fils etc. On trouve le travail artistique et l’intime, difficilement cloisonnable, et régulièrement des trésors comme un tapuscrit inédit du poète François Vernet rédigé durant la Seconde Guerre mondiale, retrouvé noyé parmi des lettres et autres articles de presse découpés.

Carton d'emballage publicitaire inséré dans Intermezzo de Jean Giraudoux.
Carton d’emballage publicitaire inséré dans Intermezzo de Jean Giraudoux.

Chris Marker s’est passionné pour l’informatique dès les origines. De ses créations informatiques on peut citer le programme conversationnel Dialector écrit en Basic Apple Soft en 1985, ou encore le CD-ROM Immemory (1997). Une opération de sauvegarde est actuellement lancée sur 553 disquettes 5.25 pouces liées au programme Dialector. Plus largement, les archives numériques représentent 15 Terra-octet de données numériques natives. Ce gigantisme, difficilement traitable manuellement, constitue pour la Cinémathèque une invitation à élaborer des pistes de réflexion, concernant ce fonds mais également ceux à venir. En effet, au vu des pratiques de travail de plus en plus dématérialisées, les archives numériques Marker risquent de ne pas demeurer longtemps un cas isolé, préfigurant ainsi un certain nombre d’enjeux liés au numérique dans le traitement d’archives privées.
La Cinémathèque s’est rapprochée du département audiovisuel de la BnF concernant cette question et par ailleurs Thomas Chauveau, élève archiviste paléographe, a effectué un stage d’un mois (juin 2016) spécifiquement sur les archives numériques Marker.

Pourquoi as-tu choisi d’établir un modèle conceptuel exprimé en RDF ?

Un petit mot sur le RDF (Resource description framework), il s’agit d’un modèle de description construisant des relations entre des entités distinctes sous la forme d’un triplet sujet/prédicat/objet. Le RDF permet de construire un vaste réseau tentaculaire et décentralisé, à la différence par exemple de l’XML-EAD au fonctionnement arborescent. J’ai choisi le RDF pour son adéquation directe entre l’objet à décrire et le modèle proposé pour le représenter. Car le fonds entier (la bibliothèque avec lui) est parcouru d’associations complexes, multicritères, et un plan de classement hiérarchisé et arborescent, même établi sur mesure, parviendrait difficilement à en décrire la richesse. Le modèle en graphe du RDF permet de décrire chaque élément de manière autonome et de construire des liens multiples entre ces différentes entités. On peut alors entrer dans la bibliothèque par le nom d’un auteur, par un livre, par un sujet, une typologie documentaire, une étagère etc. A la différence d’un système arborescent, le RDF permet de déplacer le regard, de rebondir, il autorise chaque utilisateur à emprunter un chemin différent, en fonction de ses intérêts. Quand on regarde le fonds d’un peu plus près on a l’impression d’observer un immense réseau multidirectionnel, cet proximité directe entre l’objet à décrire et son modèle s’est révélée assez fascinante.

Schéma de la Bibliothèque virtuelle Marker
Schéma de la Bibliothèque virtuelle Marker

Quelles sont les difficultés que tu as pu rencontrer ?

J’ai n’ai pas pu obtenir de la part de la DSI de la Cinémathèque l’environnement de travail Linux dont j’avais besoin pour installer Omeka, mon argumentation démontrant l’impossibilité de réaliser la bibliothèque virtuelle avec les outils actuels de la Cinémathèque a été rejetée. C’est en me tournant vers mes encadrants côté école (Gautier Poupeau et Jean-Baptiste Camps) qu’on a pu finalement trouver une solution d’hébergement externe auprès de la TGIR Huma-Num – j’en profite pour remercier vivement l’équipe (Stéphane Pouyllau, Nicolas Larousse et Joël Marchand).

Ce fut une période un peu complexe, d’une durée d’un mois environ, j’ai pu apprendre par la suite que cette expérience n’est en rien un cas isolé. La double compétence que fournit le master fait de nous des êtres hybrides, à la jonction entre les métiers et l’informatique, dont position n’est pas toujours très confortable.

Si ta mission était amenée à se poursuivre, quels seraient tes objectifs pour la suite, ou tes préconisations ?

Le modèle a prouvé son efficacité, si le projet était amené à se poursuivre la rédaction d’un cahier des charges à l’aide du mémoire soutenu sur le sujet en septembre constituerait la suite logique. Cependant entre l’étude de faisabilité et le réel déclenchement du projet, le temps peut s’allonger. C’est aujourd’hui le cas, j’espère que la suite pourra s’enclencher rapidement, afin de pouvoir communiquer une partie de la bibliothèque de Marker au moment de la grande rétrospective prévue sur le cinéaste au printemps 2018.

Aurais-tu un conseil à donner aux promotions suivantes ?

Ne pas hésiter à s’entourer, à provoquer les choses. Ce sont les échanges que j’ai pu avoir avec les professionnels de la Cinémathèque et de l’ENC qui m’ont permis de murir le projet. La position de stagiaire n’est jamais aisée, mais en s’entourant on arrive à prendre quelques centimètres tous les mois, c’est précieux.


2 réflexions au sujet de « Élaboration d’un modèle appuyé sur le RDF dans le cadre de la réalisation d’une Bibliothèque virtuelle Chris Marker à la Cinémathèque française »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *