“Le Grand Condé. Rival du Roi Soleil ?” Une exposition inédite à Chantilly

20161118_155258

C’est dans la salle du Jeu de Paume près du château de Chantilly, la demeure des Condé, que Mathieu Deldicque, conservateur adjoint au Musée Condé de Chantilly, archiviste paléographe (prom. 2012), nous a présenté cette exposition inédite sur le Grand Condé, qui dure du 5 septembre 2016 au 2 janvier 2017. Nous avons eu la chance de la découvrir, dans le cadre du Club Culture du Bureau des Élèves & des Étudiants de l’École des chartes, en étant guidé par son commissaire, qui a pu ainsi nous expliquer les choix qu’il a faits dans la scénographie des quelques cent vingt pièces exposées.

20161118_153346

Si cette exposition sur ce « héros d’une époque en quête de héros » — selon les mots du conservateur — est inédite, cela est dû au testament du duc d’Aumale, le cinquième fils de Louis-Philippe, qui possédait le château de Chantilly, et qui a demandé qu’on garde intacte la collection au sein du Musée Condé. Ainsi, cette exposition n’aurait pu avoir lieu ailleurs qu’à Chantilly, car plus de la moitié des pièces qu’on peut y voir sont concernées par le testament.

20161118_160325

L’exposition est conçue comme un grand diptyque, une « cimaise coupe en deux l’espace de l’exposition comme un coup d’épée du Grand Condé ». Après un hall d’introduction, on entre dans le premier couloir, rouge, s’élargissant, puisque la cimaise coupant en deux la salle est en diagonale. Il est dédié à l’épopée condéenne, militaire et politique. Ainsi, on ne commence pas par l’enfance du personnage, mais par la naissance de sa légende, la bataille de Rocroi, victoire décisive sur les invincibles Tercios espagnols, début d’une série de succès militaires du jeune prince dans la décennie, permettant de changer le cours de la Guerre de Trente Ans à un moment d’affaiblissement d’une monarchie apauvrie et surtout dont le roi, depuis cinq jours, est un enfant de quatre ans et demi, Louis XIV. Surplombés par le drapeau dit « de Rocroi » pris à l’ennemi Habsbourg en ce 19 mai 1643 par celui qui n’était encore que duc d’Enghien, une série de tableaux montre la propagande rapidement déployée autour du jeune prince. Un portrait le montre ainsi devant le champ de bataille de Rocroi en arrière-plan, son physique ingrat adouci comme dans la plupart des œuvres, peint par Juste d’Egmont. Il est présenté comme le nouvel Alexandre, Hercule, ou encore Hannibal. À gauche du couloir sont exposés sous vitrine une série de plans de batailles des années 1640. Quand on avance, on trouve à droite quatre tableaux présentant la famille du Grand Condé. Puis un segment du couloir est d’un rouge plus clair, plus précisément d’un « rouge cardinalice » : c’est le moment d’évoquer la Fronde, dans laquelle Condé a été impliqué en étant d’abord soutien du jeune Louis XIV, avant que notamment sa rivalité avec Mazarin (et un an de prison) ne le pousse à prendre la tête de la Fronde, puis après son échec à fuir en Flandre et rester six ans généralissime des armées d’Espagne. Louis XIV a voulu étouffer au maximum le souvenir de la Fronde, aussi était-il difficile d’illustrer cette période, mais un petit tableau montre toutefois le combat sous les murs de la Bastille. La fin du couloir montre le retour en grâce de Condé, ses derniers faits d’arme, de grands tableaux d’histoire, dont l’un montre sa dernière grande victoire, à Séneffe, en 1674. Les portraits du vieux Condé en chef militaire ne sont plus du style baroque de sa jeunesse, cette iconographie étant désormais accaparée par Louis XIV.

20161118_160333

La deuxième galerie est beige, avec un éclairage plus chaud, pour imiter un intérieur d’appartements de prince, avec un plafond décoré, et un environnement musical : Psyché de Lully, Tartuffe… C’est le moment de découvrir l’autre versant de la gloire du prince le plus représenté au XVIIe siècle hors les rois. Des gravures montrent Chantilly et les jardins de Le Nôtre, dont c’étaient les premiers grands travaux, avant Versailles. Le résultat, que l’on peut admirer avant ou après l’exposition, a été permis grâce à une rivière traversant le domaine de Chantilly qui a été canalisée. Des gravures évoquent les fameuses fêtes de Chantilly, l’une d’entre elles montre ainsi plusieurs navires décorés dans le canal. L’épisode fameux du suicide de Vatel, le maître d’hôtel de Condé, est difficile à évoquer parce qu’on ne lui connait pas de portrait, qu’il n’existe pas d’originaux des lettres de Madame de Sévigné, dont une célèbre raconte l’événement. Finalement, on a réussi à trouver dans les archives de Modène la lettre d’un certain Carlo Vigarani racontant l’épisode, un document inédit. Plus loin, un tableau montre Condé dans une posture de lecteur, illustrant l’homme mécène, protecteur des grands auteurs de son temps : Corneille, Racine, Molière, La Bruyère. Un florilège de tableaux représente la riche collection de Condé, de peintres italiens, mais aussi flamands : il est pionnier en la matière parmi les princes du sud de l’Europe, c’est sans doute dû à son exil dans la région. La pièce la plus coûteuse, pourtant peu connue aujourd’hui, est un tableau d’Antonio Miro, La Résurrection du Christ avec saint Pierre et saint Paul.

À la fin de ce parcours se dresse ,dans une petite salle carrée noire tendue de violet, un obélisque où est écrite, en-dessous d’un médaillon représentant le Grand Condé, l’oraison funèbre de Bossuet. Mort le 11 décembre 1686, le Grand Condé reçoit deux derniers hommages. Le roi quitte lui-même le château de Fontainebleau, ne pouvant rester sous le même toit qu’un mort (d’habitude, l’inverse se produit). Et le 10 mars 1687 se tiennent à Notre-Dame les funérailles les plus somptueuses du siècle, dont les projets de décors éphémères, certains réalisés, d’autres non, sont représentés par des gravures exposées sur le pourtour de la pièce.

Ainsi, pour la première fois, une exposition est consacrée à l’un des plus grands personnages du XVIIe siècle, dans un environnement aussi agréable qu’adapté à un tel sujet, qui vaut bien la peine de prendre le RER D à travers monts et vallées jusqu’aux Hauts-de-France !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.