La Wellcome Library (Londres)

Présentation de la Wellcome Library à Londres, où Alice Laforêt a effectué un stage d’un mois début 2015.


Un aperçu de l’institution

Située au 183 Euston Road, à quelques minutes à pied de la British Library, la Wellcome Library est beaucoup moins connue du public français que cette dernière. Il s’agit pourtant d’une institution de taille dans le paysage culturel britannique. Ses collections en font l’une des plus grandes bibliothèques au monde pour l’histoire des sciences et de la médecine, tout comme la National Library of Medicine américaine, et la Bibliothèque Interuniversitaire de Santé à Paris. Cette bibliothèque est l’héritière de la collection d’Henry Wellcome, fondateur d’une grande société pharmaceutique et collectionneur frénétique de la première moitié du xxe siècle : dans les années 20, ses dépenses annuelles destinées à l’acquisition de livres et d’artefacts dépassaient celles du British Museum1 . Son intérêt ne se limite pas à l’histoire de la médecine mais englobe le plus souvent l’histoire des sciences dans un sens très large.

C’est à sa mort, en 1936, qu’est créé le Wellcome Trust, fondation qui a pour but d’administrer sa collection et la compagnie pharmaceutique. Le Trust connaît quelques déboires durant l’après-guerre, mais il s’agit aujourd’hui de l’une des plus grandes fondations de charité du monde. La compagnie ayant été vendue, le Wellcome Trust se concentre de nos jours sur le financement de projets de recherche médicale et d’histoire des sciences, et la gestion des collections héritées de Wellcome, à travers deux institutions distinctes, la Wellcome Collection (qui organise des expositions thématiques temporaires et présente en permanence des collections d’objets ayant trait à l’histoire de la médecine) et la Wellcome Library. Ces deux pôles cohabitent dans un même bâtiment – ce qui présente des avantages (la mutualisation des services notamment) et des inconvénients – il apparaît rapidement que la Wellcome Collection possède plus de visibilité que la bibliothèque : certaines de ses expositions, comme celle portant sur la sexologie qui est actuellement en cours, sont facilement saturées le week-end, ce qui n’est guère le cas de la bibliothèque. Au sein du Wellcome Trust, la Wellcome Library permet donc un aperçu d’un type d’institution assez particulier, puisqu’il s’agit d’une bibliothèque de fondation, cas beaucoup moins répandu en France qu’outre-Manche.

Un mois à la Wellcome Library : des incunables aux collections audiovisuelles

La Wellcome Library a de quoi satisfaire des intérêts très variés – un minimum d’attirance pour l’histoire des sciences étant tout de même conseillé – d’autant plus que les conservateurs sont tout à fait prêts à adapter les missions des stagiaires à leurs domaines ou époque de prédilection. Des archives aux livres anciens, du Moyen Âge à l’époque contemporaine, les collections de la bibliothèque se distinguent par leur diversité – j’ai, pour ma part, travaillé sur les mentions de provenance d’un fonds de livre ancien, sur un manuscrit enluminé, ainsi que sur un petit fonds de gravures à classer. L’institution conserve d’importants fonds d’archives, aussi bien qu’un fonds d’estampes, de dessins et de peintures, des collections audiovisuelles et, bien entendu, un riche fonds de livres anciens. Les thèmes abordés ne se limitent pas à l’histoire de la médecine au sens strict mais, à l’image de la curiosité encyclopédique d’Henry Wellcome, touchent souvent à l’anthropologie et à l’ethnologie. On trouve au sein de la bibliothèque des manuscrits astrologiques médiévaux dotés de splendides enluminures, les archives d’institutions psychiatriques du xxe siècle, un important ensemble de manuscrits culinaires et de recueils de recettes de l’époque moderne, ou encore des affiches issues de campagnes de prévention contre le tabac provenant du monde entier.

Un stage à la Wellcome Library permet en outre d’appréhender un peu le milieu de la recherche britannique : la bibliothèque entretient de nombreux liens avec les universitaires, puisqu’elle finance par des bourses un certain nombre de programmes de recherches. Des cours et des séminaires se tiennent également dans ses locaux.

Une bibliothèque en mouvement

La Wellcome Library se retrouve confrontée à la nécessité de s’adapter à des publics très divers, puisqu’elle accueille tant des étudiants et des chercheurs qu’un certain nombre de curieux d’histoire des sciences qui souvent fréquentent déjà les expositions de la Wellcome Collection. Durant mon stage, une nouvelle salle de lecture, the Reading Room, a été inaugurée à l’intention d’un très large public. Il s’agit en effet d’une salle un peu alternative, présentant à la fois des ouvrages en libre accès, des œuvres d’arts issues de la collection, des fac-similés des manuscrits et livres anciens conservés par la bibliothèque, des jeux à caractère scientifique… Des tablettes sont également présentes, dont une de la taille d’une table d’opération, qui permet de manipuler et de disséquer virtuellement certains objets de la collection (dont une superbe momie de chat.) Le succès semble pour l’heure au rendez-vous – reste à voir ce qui relève de l’enthousiasme dû à la nouveauté… Cette salle, où se tiendront régulièrement des évènements et qui invite au dialogue est donc emblématique des principaux objectifs de la Wellcome Library : s’adresser à un large public, sans négliger la recherche scientifique.

Pour aller plus loin :

  1. Cures and Curiosities : inside the Wellcome Library, éd. Tony Gould, p. 9. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.