Culpeper, Virginia. La conservation de l’audiovisuel à la Bibliothèque du Congrès

Le vendredi 14 octobre dernier, dans le cadre de mon stage de 3 mois à Baltimore aux Sheridan Libraries de l’Université Johns Hopkins, j’ai eu la chance de visiter un centre de conservation de la bibliothèque du Congrès dont les missions, l’histoire et l’architecture sont très particulières : le National Audio-Visual Conservation Center (NAVCC) sur le campus de Packard1Il s’agit du principal site sur lequel la bibliothèque du Congrès conserve des documents audiovisuels de formats et supports variés : du film, mais aussi de la vidéo, la télévision, la radio, des enregistrements sonores ainsi que des jeux-vidéos, qui forment une collection forte de près de 6,2 millions de documents.

Un site hérité de la Guerre froide

Situé au pied des Blue Ridge Mountains de Virginie, à Culpeper, le site a une histoire plus ancienne que celle de son occupation par le département Motion Pictures, Broadcasted and Recorded Sound de la Bibliothèque du Congrès depuis la mise en activité des équipements en 2007. C’est ce qui explique sa situation géographique a priori étonnante2.

Le NAVCC a en effet pris place sur un ancien bunker d’une des antennes de la Fed, la Réserve fédérale de la Banque de Richmond, achevé en 1969, en période dite de détente des relations américano-soviétiques. Malgré la détente, la peur d’une guerre atomique persiste et la construction d’un tel bunker témoigne bien de la prise en compte par les décisionnaires politiques et économiques de cet équilibre de la terreur. Si l’on est bien loin d’un Fort Knox, le Culpeper Switch fut tout de même construit dans l’éventualité d’une guerre nucléaire, d’où une importante partie souterraine extrêmement sécurisée. On visait alors à la fois à abriter plusieurs centaines de personnes issues du personnel de la Fed et des dollars en quantité suffisante pour renflouer les zones à l’Est du Mississippi si l’économie venait à être détruite des suites d’une attaque nucléaire. Si la pertinence de l’infrastructure est discutable, son caractère ultra-sécurisé, également du point de vue des réseaux informatiques, fut un atout dans la décision d’y implanter les collections de films de la Bibliothèque du Congrès après la mise en vente du site par la Fed dans les années 1990, suite à sa fermeture. 

Cela a évidemment eu une influence directe sur l’architecture du bâtiment actuel, presque entièrement reconstruit. Celle-ci exploite la situation géographique exceptionnelle du lieu : la vue y est imprenable sur les montagnes et la structure des terrasses, superposées en étages, en imite le relief. Le projet final doit aussi beaucoup à la volonté de son mécène David W. Packard. À sa demande, les espaces de travail en pleine lumière, plus agréables, sont réservés à la majorité du personnel alors que les bureaux des exécutifs et des conservateurs sont eux situés, si l’on peut dire, du côté obscur du bâtiment, ce qui est assez peu conventionnel aux États-Unis.

Un centre de conservation et non de recherche

Avoir choisi un site aussi éloigné de Washington implique évidemment que l’objectif recherché n’est pas l’accessibilité. La mission du campus de Packard est bien la conservation des documents analogiques, parfois très fragiles, obsolètes, et potentiellement dangereux, comme les films nitrate. On y conserve aussi par extension les copies numériques de ces documents physiques (copies de conservation) et depuis quelques années, des films et enregistrements directement produits de façon dématérialisée. En principe, seul le personnel de la Bibliothèque du Congrès travaille sur place, et le centre s’ouvre également régulièrement pour des visites guidées très encadrées.

La Bibliothèque du Congrès n’a commencé à collecter des images animées de manière systématique qu’à partir de 1942, malgré l’existence dès 1912 d’une loi sur le copyright des films. Des dépôts antérieurs, y compris à 1912, avaient cependant eut lieu, de la part de Thomas Edison et d’autres producteurs de cinéma des premiers temps. Cependant, l’inflammabilité des matériaux3 avait poussé la Bibliothèque du Congrès à ne pas stocker les films nitrate, faute d’infrastructure adaptée : seules les informations concernant les droits d’auteur des films étaient donc enregistrées. Cependant, si la Bibliothèque n’a pas conservé d’images animées sur pellicule à cette époque, elle fut dépositaire d’un nombre très important de tirages papier des films (la Paper Print Collection, qui représente plus de 3 000 films), qui ne posaient aucun danger et qui pouvaient, en l’absence de loi sur la propriété intellectuelle des images animées, garantir à leurs producteurs la protection de leur travail. C’est le cas notamment de ce film, L’Éternuement de Fred Ott4, qui est probablement le premier film américain déposé à la Bibliothèque du Congrès sous cette forme et à avoir obtenu un droit d’auteur.

À partir de 1942, on comprit la nécessité de conserver la mémoire cinématographique et l’acquisition des copies du copyright deposit eut lieu de manière rétrospective. On y ajouta la télévision en 1949, puis la vidéo.

Le conservation de l’ensemble de ces médias implique une attention particulière à leur restauration. C’est sans doute sur ce point que le campus Packard est le plus impressionnant : ses laboratoires de restaurations offrent aux restaurateurs les moyens de traiter tout type de film (noir et blanc, couleur, nitrate, acétate), de vidéo et aussi de supports d’enregistrement sonore analogiques. La préservation passe également par la numérisation du contenu de ses supports fragiles, une fois nettoyés et/ou restaurés, ce qui permet également de les diffuser sans détérioration afférente et d’en améliorer la qualité grâce à des logiciels de traitement d’images et de son.

C’est en salle de lecture à Washington que l’accès à toutes ces collections est possible pour les professionnels du cinéma, de la télévision et les chercheurs. Cela nécessite toutefois un travail important du Data Center de Culpeper, afin de recevoir le dépôt des données numériques et de les transmettre jusqu’aux postes de consultation au Capitole. Ce Data Center comprend l’Archive Storage Infrastructure et le Workflow Application Infrastructure : le premier est là pour stocker les copies numériques issues des postes de numérisation et le contenu déposé par les partenaires ; le second gère les opérations sur les collections : génération de listes des médias physiques à numériser à partir des requêtes des conservateurs et des lecteurs, lien entre le document numérique ensuite produit et les métadonnées qui lui correspondent.

De nouvelles préoccupations

La projection en numérique, en l’espace de quelques années, a connu un essor commercial rapide et de grande envergure, au point que l’extrême majorité des salles est aujourd’hui convertie : cela fait surgir des problématiques nouvelles de conservation, dans l’ensemble des cinémathèques et archives de films. En effet, il est vite apparu aux sociétés de production qu’il était moins coûteux de déposer dans ces institutions des copies numériques en DCP (Digital Cinema Package), format équivalent en qualité aux copies de projection argentiques, ne serait-ce que pour les frais de transport. Cependant, ce format est dépendant des clefs de lecture qui protègent les documents, cryptés sur un disque dur. Ainsi, le premier DCP, Justin Bieber : Never Say Never – Director’s Fan Cut de John Chu, déposé par la Paramount au NAVCC en 2011 — tardivement, ce qui montre la réticence des studios à déposer des copies de très haute qualité, même dans des institutions publiques visant à les protéger —, n’est toujours pas lisible faute d’accord avec le studio sur cette question des clefs de lecture. L’obsolescence de tels documents est donc une vraie interrogation pour leur conservation sur le long terme.

Je conclurai cet article par un passage vers la salle de projection du campus Packard, qui montre que le site n’est pas si fermé qu’énoncé précédemment. Dans cette salle au style néo-Art Déco pouvant accueillir 200 personnes, le NAVCC propose une programmation régulière de films anciens issus de ses collections, dont les séances sont gratuites. Une belle manière de transmettre la mémoire du cinéma et faire vivre des films qui ne doivent pas seulement dormir dans leurs magasins…

  1. Du nom de David W. Packard, fils du co-fondateur de la société Hewlett-Packard, mécène très actif pour la conservation des supports d’images animées, qui a financé le site. []
  2. À environ 100 km de la Bibliothèque du Congrès, soit 2 heures de route []
  3. La majorité des films réalisés jusqu’au début des années cinquante (période à laquelle le film en acétate de cellulose, dit Safety, est rendu obligatoire), a été fabriquée sur une pellicule à base de nitrate, extrêmement inflammable et en cas d’incendie, inextinguible. []
  4. Titre original : Edison Kinetoscopic Record of a Sneeze, produit par l’Edison Manufacturing Company, réalisé par William K.L. Dickson. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *