Les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon : retours de stages

Présentation des Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon par Romain Benoit et Sophie Gauthier qui y ont effectué un stage de 4 mois, au premier semestre 2015 et 2016 respectivement.


Les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon (ADRML) sont situées au cœur de la capitale des Gaules. Au XXe siècle, elles étaient réparties entre deux bâtiments. En 1907, les archives s’installent chemin de Montauban, sur les flancs de la colline de Fourvière, dans l’ancien couvent des Carmes déchaussés. Pour pallier le manque de place, une ancienne usine de vêtements est acquise en 1984 rue Servient, à côté de la Préfecture, pour constituer une annexe qui ouvre en 1987. De plus, en 1996, une ancienne usine de charcuterie située à une heure de Lyon, à Saint-Symphorien-sur-Coise, complète le dispositif. Jusqu’en 2014, personnels et archives étaient ainsi répartis sur plusieurs sites. Au milieu des années 2000, décision est prise de construire un écrin doré aux quarante-deux kilomètres linéaires (kml) alors conservés. La réouverture au public en septembre 2014 précédait de peu un deuxième changement, institutionnel celui-là : la création en janvier 2015 de la métropole de Lyon.

Un nouveau bâtiment…

En 2014, les Archives départementales du Rhône ont quitté leurs deux sites du chemin de Montauban et de la rue Servient pour s’installer dans un bâtiment créé par l’architecte lyonnais Bruno Dumetier, dans le quartier de la Part-Dieu (3e arr.).

Dans ce nouveau cadre de travail, les Archives disposent d’une capacité d’accueil de 64 kml dont la moitié est déjà remplie. Elles ne cessent de s’enrichir de nouveaux documents. Après un déménagement qui a mobilisé les équipes sur le long terme, les missions de collecte ont repris en 2015 et 2 kml d’archives ont alors fait leur entrée rue Mouton-Duvernet.

Le bâtiment est composé de neuf niveaux en surface. L’accueil du public, distinct des quais de déchargement, se fait au rez-de-chaussée grâce à une vaste salle de lecture, un auditorium et plusieurs salles destinées en règle générale aux groupes scolaires. Six niveaux sont consacrés aux magasins et salles de classement. Les deux derniers étages sont dédiés aux bureaux des agents ainsi qu’à un vaste atelier de restauration.

…pour de nouveaux besoins

Depuis le 1er janvier 2015 et l’entrée en vigueur de la loi MAPTAM1 qui créé la métropole de Lyon, les Archives départementales du Rhône sont devenues également métropolitaines :

Le service départemental d’archives du Rhône exerce les missions définies au premier alinéa sur les territoires du département du Rhône et de la métropole de Lyon. Il assure également la conservation et la mise en valeur des archives de la métropole de Lyon. Le département du Rhône et la métropole de Lyon assurent conjointement le financement du service départemental d’archives du Rhône.

Ce double rattachement se traduit concrètement par le fait que les deux collectivités financent les Archives au prorata de leur population. L’institution est restée dépendante du département même si elle est majoritairement financée par la métropole. Un dialogue permanent avec les élus et les responsables des deux collectivités est donc nécessaire. Si elles font partie des dix plus grands services départementaux d’archives du pays, ce n’est donc pas par leur taille mais par leur singularité que les ADRML se distinguent.

Ainsi, suite à la réouverture du bâtiment, la reprise des activités de collecte a été l’occasion d’accueillir le premier transfert d’archives historiques du Grand Lyon en avril 2016.

La vie d’un stagiaire

Nous avons eu la chance de faire tous deux un stage de quatre mois dans ce service, aux premiers semestres 2015 et 2016. Les archives départementales offrent à un stagiaire la possibilité d’effectuer des missions extrêmement diverses. Outre le classement de fonds (séries A « actes du pouvoir souverain » et Z 58 « sous-préfecture de Villefranche-sur-Saône »), nous avons participé à des tournées d’inspection communale, à des missions de collecte, et à maintes réunions avec les services producteurs. En plus de ces missions classiques, les ADRML accueillent le service de la Conservation des Antiquités et Objets d’Art (CAOA) ainsi que de la Conservation du Patrimoine (CdP). Ces missions spécifiques permettent de découvrir d’autres manières de valoriser l’histoire d’un territoire, au contact des populations et des associations locales.

L’accueil des publics y prend de nombreuses formes : organisation de deux expositions par an, ateliers d’aide à la recherche, visites et nombreuses conférences. La programmation culturelle de cette année 2016-2017 en donne un bon exemple.

Comme stagiaires, nous avons été heureux de prendre plus ou moins part à toutes les missions du service. Le fait de ne pas être rattachés à une sous-direction en particulier nous a permis d’avoir une vue d’ensemble des ADRML. Au cours de ces quatre mois, nous avons pu par ailleurs échanger avec tous les agents et apprendre d’eux les différentes facettes du métier d’archiviste. De la salle de lecture aux greniers regorgeant d’archives en passant par les routes départementales du Rhône et les réponses aux demandes de recherche, la vie du stagiaire y est intense et extrêmement formatrice.

Des documents remarquables

Le plus ancien document conservé aux ADRML est un diplôme de Charles de Provence datant de 861 qui confirme divers privilèges à l’abbaye de l’Île-Barbe.


Parmi les documents emblématiques des ADRML on peut aussi citer les chartes de mariage enluminées. La charte de mariage est un document proprement rhodanien qui s’inscrit dans le rite lyonnais. Elle était bénie et remise aux époux lors de la célébration du mariage.

L’importance de la ville de Lyon et du Rhône dans l’histoire de la région ainsi que l’absence de destructions notables font que ce service a la charge de conserver, classer et communiquer des fonds extrêmement riches. L’histoire récente n’est pas en reste : outre les archives habituelles (justice, préfecture, services départementaux, etc.), les ADRML conservent de nombreuses archives du fait de la place de Lyon dans la Seconde Guerre mondiale. Citons par exemple le procès Barbie ou le Mémorial de l’Oppression (MOP). Dans ce contexte, les ADRML entretiennent des relations privilégiées avec le Mémorial national de la prison de Montluc et le Mémorial de la Shoah.

  1. Loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles. Son article 30 modifie en effet l’article L. 212-8 du Code du patrimoine []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.