Biblioteca nacional Bogotá

La Bibliothèque Nationale de Colombie

Présentation de la Bibliothèque Nationale de Colombie (Bogotá), où Adrien Barbé effectue un stage de trois mois (août—octobre 2016).


Un bref aperçu des collections

La Bibliothèque Nationale de Colombie fut fondée à Bogotá sur ordre du vice-roi de Nouvelle-Grenade Manuel de Guirior le 9 janvier 1777, ce qui fait d’elle l’une des plus anciennes bibliothèques publiques d’Amérique latine. Le but était alors de recueillir les précieux ouvrages issus de l’expropriation des Jésuites, expulsés des colonies de l’empire espagnol dix ans plus tôt. C’est des biens de cette communauté que proviennent de nombreux manuscrits, parfois uniques au monde, ainsi que 12 des 50 incunables que compte aujourd’hui la bibliothèque1. Celle-ci s’est vite enrichie de livres issus des grandes imprimeries hispano-américaines, situées à Bogotá mais aussi à La Havane, Mexico, Lima ou Quito2.

Pour parvenir aux collections actuelles, riches de près 2 millions d’ouvrages et d’1,5 millions de périodiques, on pense notamment à l’importance du dépôt légal, qui commande l’envoi d’un exemplaire de tout ce qui est imprimé sur le territoire national. La première loi de dépôt légal en Colombie est là aussi assez précoce, datant du 26 mars 1834. Mais celle-ci a longtemps connu des difficultés d’application, qui, même si la situation s’est grandement améliorée, perdurent en partie aujourd’hui. Détail que je trouve admirable, il n’est pas rare qu’un employé consciencieux de la bibliothèque rapporte de ses voyages dans le pays quelques opuscules, affiches, ou prospectus, qui auraient pu sans cela passer à travers les mailles du filet du dépôt légal. Comme pour les autres bibliothèques nationales, celui-ci permet néanmoins l’entrée à la bibliothèque de documents variés : livres, journaux et revues, documents audiovisuels, etc., reflet de la production nationale colombienne. Ce sont aussi les donations qui ont en grande partie contribué à la richesse des collections de la BNC. Lors de l’inauguration en 1938 du bâtiment actuel de la bibliothèque conçu par l’architecte Alberto Wills Ferro, quelques pays invités réalisèrent des dons : la France mais aussi le Japon ou l’Allemagne nazie, laquelle donna près de 2 000 volumes, d’où la présence dans les collections d’ouvrages de propagande national-socialiste.

Plus massivement, de nombreux intellectuels, écrivains ou scientifiques colombiens ont légué leur bibliothèque personnelle, qui constituent les fondos especiales. Germán Arciniegas (1900-1999), écrivain, historien, ancien ministre de l’éducation et personnage-clé du XXe siècle en Colombie, a par exemple fait don non seulement de sa bibliothèque de 13 500 volumes, mais aussi de ses archives personnelles et d’un important fonds de photographies. De là proviennent des fonds variés, dépassant largement la seule production éditoriale du pays.

Progrès et difficultés

Ces dernières années, la Bibliothèque Nationale a pu poursuivre sa modernisation dans plusieurs domaines. Le service conservation réalise à ce titre un travail admirable. La BNC possède un des rares laboratoires du pays, avec une importante « collection » de champignons et de micro-organismes susceptibles d’attaquer les livres (dans un pays où ils sont susceptibles d’être exposés à des conditions d’humidité inconnues en France), dans le but de les étudier et les éliminer. Le programme de numérisation a connu un nouvel élan grâce à un partenariat ayant débouché sur un don par la République de Corée de plusieurs scanners à la pointe de la technologie, adaptés aux documents de tous les formats. L’accent est mis sur les titres de presse, lesquels sont parfois très détériorés, et dont l’importance peut être majeure : les victimes de conflit peuvent obtenir un dédommagement fournissant des articles journaux régionaux comme preuve des torts qu’ils ont subis. Depuis trois ans a également débuté la collecte des données de l’internet, pour l’instant sur la base du volontariat, faute de moyens de stockage suffisants. La BNC participe enfin aux débats les plus actuels qui animent le monde des bibliothèques. Du 27 au 30 septembre, la quatrième édition de la semaine du livre numérique a rassemblé de nombreux intervenants (venant de Colombie, mais aussi d’Espagne, du Mexique ou des États-Unis) sur le thème des humanités numériques : les perspectives ouvertes par les diverses conférences et discussions m’ont parues particulièrement stimulantes. Différentes ressources numériques ont été évoquées au cours de ces échanges, dont voici quelques exemples : 

Aujourd’hui, le problème principal de la BNC me semble être la difficulté à attirer un public nombreux. Seules trois salles sont dédiées à la consultation : la salle Daniel Samper Ortega, pour consulter la majorité des monographies, la salle de l’hémérothèque nationale3 pour les périodiques, ainsi que pour la consultation des microfilms, et enfin la salle du fonds ancien, rarement usitée, pour l’étude des incunables ou des manuscrits les plus rares. Pour se rendre compte de ces espaces limités, on peut citer l’exemple suivant : quand un document arrive en provenance des magasins, un membre du personnel de la bibliothèque appelle le lecteur par son nom d’une voix forte, et celui-ci se déplace alors jusqu’à la banque de salle pour le récupérer. On compte seulement quelques dizaines de lecteurs par jour, dans cette bibliothèque qui est pourtant une des plus grandes du pays, derrière l’immense bibliothèque Luis Angel Arango4.

Plusieurs explications simples peuvent être données à ces difficultés. Outre l’importance de la Luis Angel, la concurrence avec les bibliothèques universitaires est forte dans ce quartier central qui comporte la Universidad Jorge Tadeo Lozano et, un peu plus loin, la Universidad de los Andes. Le public étudiant est ainsi en bonne partie capté. La BNC, comme les autres bibliothèques nationales, ne permet pas le prêt aux lecteurs, ce qui est un désavantage par rapport à ses concurrentes. Comme ailleurs, la numérisation peut jouer un rôle, si les usagers restent chez eux pour consulter les ouvrages libres de droits. D’autres raisons conjoncturelles, comme le coût élevé des parkings publics ou les interminables travaux aux abords du site, ne peuvent enfin pas être négligées. Pour y remédier, le personnel réfléchit à une carte de bibliothèque qui accorderait plus d’avantages à l’usager… jusqu’à des réductions dans les restaurants du quartier !

La bibliothèque dans son époque

Une autre mission de la Bibliothèque Nationale de Colombie est d’apporter une aide aux milliers de bibliothèques publiques du pays. Cela peut prendre plusieurs formes. Le personnel des petites bibliothèques, notamment les bibliothèques municipales, est souvent très peu ou mal formé. Le premier objectif est de sensibiliser aux enjeux de la conservation. Des correspondants locaux se déplacent pour vérifier l’état des bâtiments, qui souvent connaissent des dégradations, et délivrent des conseils quant au rangement des ouvrages et leur communication. Un autre enjeu est de favoriser l’intérêt des populations, aux conditions de vie pouvant être très précaires dans certaines zones rurales, pour le livre et la lecture. Les équipes de la BNC aident à l’organisation d’événements, de séances de lecture publique, d’ateliers de création autour des enfants, de visites d’écrivains, etc. Enfin, un grand projet vise à équiper toutes les bibliothèques en Technologies de l’information et de la communication (TIC), à savoir des écrans, des tablettes, des ordinateurs, tout objet informatique pouvant être bénéfique pour la bibliothèque. Ce programme est intégralement financé par la fondation Bill et Melinda Gates, ce qui permet à la BNC de disposer de moyens importants pour une action efficace. Cette vocation de la bibliothèque me semble capitale dans un pays comme la Colombie, où les disparités, géographiques comme sociales, sont encore fortes.

Les événements ponctuels, conférences, diffusions de film et autres concerts, sont évidemment aussi organisés dans les locaux de la Bibliothèque Nationale elle-même. J’ai la chance d’effectuer mon stage alors que la Colombie vit un moment historique. Un accord de paix avait été signé le 26 septembre 2016 entre le gouvernement et les Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC), dans le but de mettre fin à un conflit qui dure depuis 52 ans. La façade de la bibliothèque s’est parée des couleurs du programme « ¡ Descanse en paz la guerra ! » (Repose en paix, la guerre !), des concerts sur ce thème sont organisés, le site internet relaie des informations sur le processus de paix… Malheureusement, le plébiscite populaire du 2 octobre a débouché sur un rejet des accords de paix. Dans le succès du discours de l’ancien Président Álvaro Uribe, chantre du No au referendum, il faut certainement voir le signe que ce peuple qui a tant souffert reste sous l’emprise de sentiments irrationnels que sont la peur et la haine : ce pays où le catholicisme reste prégnant n’était peut-être pas encore prêt à pardonner. Mais, sans abdiquer, la Bibliothèque Nationale de Colombie continuera à promouvoir le goût de la réflexion critique et du vivre-ensemble, deux valeurs qui auraient dû conduire le Sí à la victoire. L’institution, qui le 13 septembre diffusait dans son auditorium le film Human du Français Yann Artus-Bertrand, revêt plus que jamais cette dimension humaine, cette volonté de questionner l’homme dans sa vie en société. Avec le présupposé que, par le livre et la culture, la bibliothèque peut le rendre meilleur.

  1. Robinson López Arévalo, “La colección de incunables de la Biblioteca Nacional de Colombia, tras las huellas y vacíos de su formación”, in Historia y memoria, no13, Tunja, 2016, p. 85-120. []
  2. Voir Adrien Barbé, « Étudier un manuscrit de la Bibliothèque nationale de Colombie« , article de blog, 16 sept. 2016, pour plus d’informations sur les fonds anciens. []
  3. Une hémérothèque est un lieu où l’on conserve journaux et revues dans le but de les mettre à disposition du public. []
  4. Grande bibliothèque du centre de Bogota, créée en 1958, qui appartient à la Banque de la République de Colombie. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *