La Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine

Au terme de cette année scolaire, les élèves de deuxième année de l’école des Chartes ont eu, dans le cadre d’un stage de quatre mois, l’occasion de découvrir des institutions patrimoniales, parfois injustement méconnues.

L’un d’entre eux a eu l’occasion de séjourner à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAP), située à Charenton-le-Pont et au fort de Saint-Cyr, près de Saint-Quentin en Yvelines.

Comme son nom ne l’indique pas, la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine n’est ni une médiathèque, ni un centre d’archives à proprement parler, et encore moins une institution entièrement consacrée à ce pour quoi elle a été créée à l’origine, et en faveur de quoi on l’a nommée.

Quel peut être le point commun entre les premiers rapports d’inspection des Monuments historiques par Mérimée, les plans de Carcassonne ou de Pierrefonds par Viollet-le-Duc, les relevés sur calque de la grotte de Lascaux, des autochromes de la première guerre mondiale, les portraits de Sarah Bernhard ou Brigitte Bardot, la maquette des Distorsions d’André Kertész et le négatif du Nu provençal ou du Petit parisien de Willy Ronis ? A priori, rien, si ce n’est leur valeur artistique et historique. Pourtant, tous sont conservés par l’institution.

Là est la richesse de la MAP, objet patrimonial non-identifié qui, si son nom est récent, a pour autant une histoire longue et chargée.

Si l’appellation de l’institution peut paraître erronée à la plupart d’entre nous, il faut savoir que la MAP, avant d’être nommée comme telle, n’était autre que le service d’archives de l’administration des Monuments Historiques, englobant par là-même l’ensemble des sources documentaires et archivistiques relatives au patrimoine national, qu’il soit monumental, mobilier ou archéologique.

Au sein de ces impressionnantes collections, accessibles en partie sur le site internet de l’école des Chartes (hébergeant l’intégralité des procès-verbaux de classement des Monuments Historiques de 1830 à 1950, numérisés et transcrits ), un fil conducteur demeure: la conservation du patrimoine photographique national.

Dès les débuts de l’administration des Monuments Historiques, la photographie joue un rôle précieux dans la constitution d’un corpus documentaire essentiel à l’étude, l’entretien et la restauration des symboles de notre histoire.

Par conséquent, les collections de  la MAP sont riches de près de quinze millions de clichés, des premiers temps de la photographie jusqu’au fichier numérique le plus récent.

On y trouve, pêle-mêle, les clichés de la Mission Héliographique de 1851, l’intégralité des plaques du fonds Nadar père et fils, de même que l’œuvre de plusieurs photographes de renom ayant marqué la période contemporaine : Kollar, Kertész, Raymond Voinquel, Willy Ronis, Sam Lévin.

Au milieu de ces parcours photographiques, se trouve un autre monument national, remarquable pour son originalité et sa richesse documentaire : l’ensemble du fonds des studios Harcourt, de sa création en 1934 à sa première cessation d’activité en 1989.

A travers ce fonds, près de cinquante ans de personnalités et d’anonymes, figés dans leur posture angélique, pour reprendre les Mythologies de Barthes, attendent le chercheur, le décorateur, le commissaire d’exposition, l’étudiant.

Un tour par la planothèque, autre département de l’institution rassemblant près de 130 000 pièces, du XIXe à nos jours, illustre la variété des fonds conservés.

Dans ce département, l’histoire récente des monuments français se trouve concentrée avec une étonnante exhaustivité. De celle-ci se détache par sa singularité une grande collection de planches aquarellées anciennes, la plupart datant du XIXe siècle, sans toutefois appartenir nécessairement au fonds Viollet-le-Duc, autre vitrine du centre d’archives.

Les archives, d’ailleurs, sont avant tout adaptées aux recherches sur les monuments, les sites et fouilles archéologiques, et les objets mobiliers. Leur valeur documentaire leur permet sans nul doute de constituer un corpus dont l’intérêt est certain dans le cadre d’un travail de recherche.

En effet, pour tout  travail portant sur le patrimoine national, l’institution se place comme un point de départ incontournable, tant pour les Architectes des Monuments Historiques en quête de renseignements techniques que pour l’étudiant en architecture ou en histoire.

La bibliothèque, dotée d’un fonds de 60 000 ouvrages et périodiques tant anciens qu’actuels, offre des ressources parfois difficiles à trouver dans d’autres institutions, tant sur l’activité centrale qu’est l’architecture et l’étude du patrimoine, que sur la photographie ; second pôle pour lequel le fonds est d’une grande richesse. Les périodes couvertes sont assez larges, allant du XVIIe siècle à nos jours. On y trouve les principaux traités d’architecture, et toutes les références nécessaires à un travail universitaire consacré à la photographie, entre autres. La variété des collections se confirme également dans ce département avec notamment la présence des relevés architecturaux effectués lors de la campagne d’Egypte, dans leur édition originale.

Outre sa capacité à décliner la diversité, la médiathèque sait conjuguer passé et avenir. Une autre particularité de l’institution réside dans la présence du Centre de recherches sur les Monuments historiques (CRMH), lequel collecte et étudie depuis 1934 les matériaux et les mises en œuvre anciennes. Il a pour vocation de fournir une documentation photographique et dessinée (plans, coupes, élévations, détails d’assemblages) sur les divers aspects techniques de la construction : maçonnerie, charpentes, menuiserie, ferronnerie, serrurerie. Celui-ci conserve 19 000 relevés techniques, qui sont des mises au net de quelques 24 200 croquis réalisés sur le terrain, cotés d’une manière très précise afin de restituer les proportions des éléments étudiés dans l’optique d’une restauration ou d’une reproduction. Ces relevés, avant dépose ou restauration, sont souvent le seul témoignage d’une disposition disparue. Près de 100 000 clichés photographiques permettent des comparaisons d’éléments d’un même type.

Au sein du CRMH, nous retrouvons la matériauthèque, constituée de plus de 2 200 éléments patrimoniaux : divers matériaux de construction (pierre, bois, métal, verre), objets (portes, fenêtres, carreaux, targettes) et outils qui proviennent des chantiers de restauration, de campagnes de relevés ou de donations de la part des artisans, architectes et particuliers.

Viennent ensuite les maquettes, déposées pour valorisation au musée des Monuments français (Cité de l’architecture et du patrimoine). Cette collection a été réalisée dans un but pédagogique pour servir de support aux cours donnés au Centre des hautes études de l’École de Chaillot.

La collection des 76 maquettes en plâtre a été constituée à partir de 1898 sous l’impulsion d’Anatole de Baudot dans le cadre de l’exposition universelle de 1900. Dix maquettes d’édifices à fragments démontables, présentant l’évolution des structures et des décors du Moyen Âge à la Renaissance, ont été réalisées par le sculpteur Braemer. La collection s’est poursuivie jusqu’au début des années 1980 en élargissant le champ chronologique et typologique avec des maquettes d’architecture militaire, civile et même rurale.

On trouve également des maquettes de charpentes, prenant en compte des charpentes d’édifices classiques, civils et ruraux et bien entendu, d’édifices religieux.

4 moulages en plâtre et une exceptionnelle maquette en pierre du Mont Saint-Michel, réalisée en 1880, complètent la collection des maquettes, dont certaines sont visibles au musée de Chaillot.

En bref, la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine est une belle inconnue pour une grande majorité du public. Il est désormais temps de faire davantage connaissance avec elle. D’une nouvelle amitié qui liera l’institution avec un public plus large de chercheurs et d’étudiants, peuvent jaillir de belles collaborations et de beaux travaux de recherche, riches en documents inédits et précieux.

Pour aller plus loin :

Album de la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (à paraître)

http://www.mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr/#myCarousel

Contact :

Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

11 rue du Séminaire de Conflans 94 220 Charenton-le-Pont Téléphone : 01 40 15 76 57 Télécopie  : 01 40 15 75 75 Accès : – Métro ligne 8 – Station Liberté – Bus 24 ou 109 – Arrêt Pont Nelson Mandela


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.