Carte postale Larressore, sanatorium

La France de l’entre-deux-guerres à l’épreuve de la peste blanche

Entretien avec Julie Faget, archiviste paléographe (prom. 2023), auteure d’une thèse d’École des chartes intitulée La France de l’entre-deux-guerres à l’épreuve de la peste blanche. Étude de cas d’un réseau de lutte antituberculeuse dans les Basses-Pyrénées. Son travail a été dirigé par Mme Anne Rasmussen, directrice d’études à l’EHESS et M. Edouard Vasseur, professeur d’archivistique, diplomatique et d’histoire des institutions de l’époque contemporaine à l’École nationale des chartes (ENC). Propos recueillis par Giulia Ceccarelli, élève archiviste paléographe en quatrième année.1

 Comment as-tu abouti au choix de ce sujet ?

Depuis le lycée, j’ai toujours eu une passion pour la biologie, ce qui m’avait poussée à choisir un baccalauréat scientifique. Au moment du choix de la thèse de l’École nationale des chartes, j’ai souhaité garder cet aspect scientifique et le combiner avec l’histoire, dont j’ai le goût depuis la classe préparatoire. L’histoire de la médecine à l’époque contemporaine laissait de la place à de nouveaux travaux et j’ai rapidement trouvé des idées de sujet de recherche dans le domaine des épidémies. Je jouissais d’une grande liberté de choix, car il reste beaucoup à faire là-dessus. Rapidement, je me suis intéressée à la tuberculose et à ses aspects culturels. Quand on pense à cette maladie, nous en avons immédiatement une image romantisée : la pâleur qui caractérise les malades a inspiré les écrivains romantiques, qui ont dessiné tout un imaginaire de la tuberculose et des malades qui en sont atteints. Ces aspects certes captivants avaient déjà été traités par deux chercheuses, Isabelle Grellet et Caroline Kruse, sous la direction de Roland Barthes, et il paraissait difficile de pouvoir en dire plus. Avec l’aide de mes professeurs, j’ai alors choisi de m’intéresser à l’aspect plus institutionnel de la maladie et à la manière dont les malades étaient traités. Il me fallait donc un fonds d’archives assez complet, qu’il soit possible d’exploiter aussi à distance. En effet, les débuts de mes recherches ont été marqués par la crise du COVID, qui restreignait particulièrement l’accès aux salles de lecture.

Grâce à mes lectures, j’ai constaté que le Sud-Ouest était une région qui hébergeait un grand nombre de sanatoriums. De plus, il s’agit de ma région natale, ce qui suscitait tout mon intérêt ; cela m’a permis de trouver le fonds du sanatorium de Larressore, situé dans le département des Pyrénées-Atlantiques, autrefois appelées Basses-Pyrénées. Ce fonds est conservé par les archives départementales, sur le site de Bayonne et a l’avantage d’être en partie numérisé.

Dans le cadre du master que j’ai soutenu à l’EHESS, j’ai choisi de faire une monographie de ce sanatorium. Ensuite, pour la thèse, j’ai essayé d’élargir le plus possible mes recherches au département des Basses-Pyrénées, mais également aux partenaires extérieurs à celui-ci. Je me demandais notamment comment tant de malades provenant de toute la France, pouvaient être envoyés dans ce sanatorium. En effet, seulement un tiers des malades étaient des Basses-Pyrénées, alors que ce sanatorium avait une vocation départementale.

Quand tu as commencé à travailler sur le sujet, quel était l’état de l’historiographie sur le sujet ? Cela a-t-il évolué au cours de tes recherches ?

Malheureusement, il s’agit d’un sujet peu traité, qui ne connaît pas beaucoup d’actualité. Un doctorant de l’EHESS, Kylian Godde, effectue actuellement ses recherches sur la lutte antituberculeuse française après la seconde Guerre mondiale, avec l’arrivée des antibiotiques2. Un ouvrage capital sur la question, qui a été mon entrée en matière sur le sujet, est celui de Pierre Guillaume, intitulé Du désespoir au salut : les tuberculeux aux XIXe et XXe siècles 3. L’auteur a travaillé jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, en couvrant intégralement la période qui m’intéressait. D’autres historiens se sont spécialisés dans ces questions, en étudiant en particulier une région, comme Olivier Faure et Dominique Dessertine4 qui ont beaucoup écrit sur la région lyonnaise, ou Stéphane Henry qui a travaillé dans le cadre de sa thèse sur la Normandie5.

Dans le détail, quelles sont tes sources ? Comment les as-tu exploitées ?

Le fonds principal est celui du sanatorium de Larressore. Il s’agit d’un fonds de 10 mètres linéaires, conservé aux archives départementales des Pyrénées-Atlantiques. Celui-ci regroupe les archives datant de la création de l’établissement, pendant la Première Guerre mondiale, jusqu’en 1970. Il s’agit d’une structure hospitalière pour les malades tuberculeux de la région. À l’origine, les bâtiments étaient ceux du petit séminaire. À la suite de la séparation des Églises et de l’État, le conseil général du département en acquiert la propriété, puis le transforme, au cours de la Première Guerre mondiale, en un hôpital militaire, puis un sanatorium pour les blessés du poumon, et enfin, à partir de 1921, en un sanatorium départemental. L’établissement a fermé ses portes en 1995, date du versement des archives.

Ce fonds s’est avéré très riche, mais d’une exploitation difficile. Les archives de la santé bénéficient de règles spécifiques d’accès : les documents administratifs produits par les établissements de santés publics sont des archives communicables, mais les dossiers médicaux conservent des informations confidentielles, soumises au secret médical. Les délais de communication sont alors de 25 ans après le décès du patient ou 120 ans après sa naissance, si la date de décès n’est pas connue. Cela m’a obligée, puisque nous étions avant la récente réforme qui décentralise cette procédure, à faire une demande officielle au SIAF6 pour la consultation de certains ensembles contenant des données médicales. Les règles de reproduction se sont alors révélées strictes, ce qui a rendu l’exploitation de cette source particulièrement compliquée.

         Je me suis, par exemple, beaucoup servie des registres d’entrées et de sorties, mais n’ayant pas l’autorisation de les photographier, j’ai dû dicter les informations et les retranscrire ensuite dans un tableur. Ils présentaient des nombreuses informations, comme l’adresse du malade, son établissement d’origine, sa profession, sa religion, etc. Je ne pouvais pas, dans le cadre de mes recherches de master, utiliser toutes les données fournies chaque année, à cause du temps imparti trop restreint. J’ai choisi de prendre en compte toutes les années en 0 et en 5 sur la période de mon étude. Cela a réduit les données à traiter et m’a permis de les exploiter dans le cadre d’une étude quantitative, grâce notamment aux outils numériques. Ainsi, j’ai pu analyser et comparer la vie et l’état de santé d’un petit millier de malades, qui sont passés par le sanatorium de Larressore. Il s’agissait de la première exploitation scientifique qui était faite de ces données.

 Au sein de ce fonds d’archives, il a été aussi possible de consulter les comptes-rendus de la commission administrative, qui dirigeait le sanatorium. On y trouve aussi les documents comptables, qui permettent toujours d’en savoir davantage sur le fonctionnement d’un établissement. Les dossiers des patients, classés dans l’ordre alphabétique, occupent aussi une grande partie du fonds. Ils contiennent toutes les informations médicales du patient, de l’évolution de sa maladie à ses antécédents médicaux et peuvent parfois en dire beaucoup sur son histoire personnelle, mais je n’ai pu exploiter que partiellement ces données.

En plus de ces archives, j’ai pu consulter les archives préfectorales et départementales des Pyrénées-Atlantiques, au sein des séries X et M, ce qui m’a permis d’enrichir mes connaissances de l’établissement sanatorial et d’appréhender ses institutions partenaires.

            Puisque je souhaitais comprendre le fonctionnement plus général des sanatoriums, je me suis aussi rendue aux Archives Nationales où l’on trouve les rapports de l’inspection sur le fonctionnement des sanatoriums publics et privés. Cela m’a permis d’avoir un regard complet sur les établissements du département, mais aussi de comparer le fonctionnement dans les Basses-Pyrénées à celui d’autres départements.

Pour comprendre la raison de l’envoi de malades à Larressore par d’autres départements que les Basses-Pyrénées, j’ai aussi consulté les délibérations des conseils généraux des départements intéressés. Ces délibérations ont été éditées sous forme de volumes, dans lesquels il fallait faire des recherches par année, afin de trouver des rapports de préfets ou des délibérations des élus relatives à la politique sanitaire et sociale du département.

            Ces sources extérieures au sanatorium m’ont permis de mieux comprendre l’articulation de l’activité de l’État et de celle des départements pour affronter la menace que fait peser la tuberculose sur la société. Chaque département avait une organisation différente et il serait intéressant encore d’élargir cette étude à d’autres territoires.

As-tu exploité aussi des sources complémentaires, notamment des sources audiovisuelles ? Pourquoi en avais-tu besoin ?

          Je n’ai pas consulté d’archives audiovisuelles, mais un érudit local, Michel Forrier, m’a fait l’honneur de me donner accès à des archives privées de soignants du sanatorium qui contenaient beaucoup de photographies. Intéressé par l’histoire de la famille Rostand et son activité philanthropique au cours de la Première Guerre mondiale, il a rassemblé de la documentation relative à l’histoire du Pays basque dans la première moitié du XXe siècle, y compris sur les établissements de soin comme le sanatorium de Larressore.

J’ai également constitué moi-même un fonds iconographique sur lequel je me suis beaucoup appuyée : rapidement, dans mes recherches, l’idée m’est venue à l’esprit de chercher des cartes postales représentant le sanatorium de Larressore. Il s’agissait du seul moyen qui me permettait à la fois de faire parler les malades et de donner une image aux lieux décrits par les autres sources. Les cartes postales sont très précieuses : on y voit les malades posant avec le personnel devant les locaux ou s’adonnant à des activités variées, agrémentant un quotidien plutôt morne. Parfois, elles présentent également l’intérieur des chambres ou les galeries de cure, qui étaient l’endroit où les malades passaient l’essentiel de leur temps pour s’adonner à la cure d’air. En effet, comme il n’existait pas de traitement contre la tuberculose, seule la cure hygiéno-diététique, reposant sur les bénéfices supposés de l’environnement et de l’alimentation, pouvait permettre le rétablissement des malades. Cela demandait notamment une exposition à l’air libre, dans les galeries.

Vue extérieure Larressore (sanatorium)
Carte postale présentant une vue du sanatorium de Larressore avec ses galeries de cure. Main privée, tous droits réservés.

            Les textes des cartes postales sont parfois très touchants et loquaces sur la manière de vivre au sein de ces établissements. Les malades ajoutaient souvent des notes manuscrites, mentionnant leur chambre ou la position de leurs amis sur l’image de la carte, ou encore adressaient leurs pensées à leurs proches lointains. J’ai pu constituer ce petit fonds simplement en achetant ces cartes postales en ligne. Par ailleurs, j’aurais souhaité pouvoir enrichir mes recherches avec des fonds cinématographiques, notamment avec les actualités, mais à cause du temps restreint de mes recherches, cela n’a pu aboutir.

Quelles ont été les difficultés principales dans l’exploitation de tes sources ?

Tout d’abord, les restrictions de communicabilité des documents ont été un premier obstacle de taille. J’ai dû effectuer des demandes pour pouvoir y accéder, et on ne m’a pas autorisée à faire des reproductions, ce qui a gêné le travail à distance. De plus, la crise sanitaire du COVID a beaucoup entravé le déroulement de mes recherches en archives, avec des horaires restreints d’ouverture des différents établissements. La distance avec mes sources n’a pas non plus facilité les recherches.

 Enfin, il a été particulièrement difficile de faire parler les patients. Je ne voulais pas qu’ils soient simplement des chiffres au sein de mes statistiques, mais il était particulièrement compliqué de leur donner une voix ou même d’avoir plus d’informations liées à leur situation médicale avant ou après le sanatorium. Le milieu médical et en particulier celui des établissements de cure pour la tuberculose est un environnement très difficile à vivre, avec une discipline très stricte. Les patients, en général, craignaient de devoir y entrer, et de demeurer ainsi longtemps éloignés de leur famille. L’étude des cartes postales et de leurs messages m’a permis de donner de la chair aux patients : certains se prennent d’affection pour les infirmiers et infirmières, d’autres échangent avec d’autres patients des gâteaux envoyés par leurs familles. Ces détails de leur vie quotidienne, quoique parcellaires, permettaient de revenir aux individus et de faire vivre davantage cette part de l’histoire.

Quel était l’état du système sanitaire français au moment de l’entre-deux-guerres ?

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, le système sanitaire français se construit au fil de nouvelles lois, dont chacune ajoute une strate d’assistance à un type de population. Dans l’entre-deux-guerres, le phénomène s’accélère et des couvertures plus universelles naissent. Il s’agit d’une phase très importante de l’histoire socio-sanitaire française, où se construit la conception du système sanitaire moderne.

L’État instaure d’abord l’assistance médicale gratuite (AMG) en 1894, ce qui permet aux couches les plus populaires d’avoir un minimum de droits d’accès aux soins. Puis l’État crée les assurances sociales (1928 et 1930), mais celles-ci reposent sur le système de capitalisation, c’est-à-dire que chacun cotise pour sa retraite ou ses problèmes de santé à venir. Or, les malades atteints de la « peste blanche » le sont souvent très jeunes, et, une fois atteints , ils peinent à s’insérer dans le monde de l’emploi. Ils n’ont donc généralement pas les moyens de cotiser pour leur assurance et, sans l’aide de l’État et des collectivités par le biais de l’AMG, ils ne pourraient pas se permettre de telles dépenses de soin. C’est pourquoi les sources que j’ai consultées mentionnaient principalement l’AMG comme origine de financement des séjours des malades. Le développement de la solidarité est donc une première base à mes recherches, sans laquelle on ne peut pas comprendre l’existence d’un système sanatorial aussi étendu dans l’entre-deux-guerres, et destiné aux masses populaires.

En ce qui concerne plus spécifiquement la tuberculose, elle représentait un problème tabou avant le premier conflit mondial, qui n’intéresse guère les autorités. Mais la Première Guerre mondiale fait comprendre à l’État qu’il perd trop de soldats à cause de cette maladie. Les pouvoirs publics commencent alors à s’intéresser à une manière d’éviter la diffusion de cette maladie et plusieurs médecins qui alertaient déjà sur les ravages de la maladie sont sollicités pour aider à mettre en place un système qui puisse, certes, apporter des soins aux malades, mais aussi les mettre à l’écart pour réduire la contamination. Ce processus concerne d’abord les soldats et s’étend ensuite aux civils après la guerre. L’objectif est de couvrir tout le territoire national avec des établissements permettant de s’occuper des malades à chaque stade de la maladie.

Les patients du sanatorium de Larressore que j’ai étudiés étaient principalement des hommes, et ils devaient payer leur séjour à la journée. En 1925, cela pouvait coûter 15 francs, mais les prix augmentent constamment jusqu’à atteindre plus de 25 francs à la fin de la période, à cause de l’inflation. Un prix élevé, inaccessible pour beaucoup sans l’assistance des pouvoirs publics. Le prix de journée des sanatoriums était encadré par l’État, sauf pour les établissements privés, qui avaient une totale liberté de tarification.

Les soins offerts aux tuberculeux sont cependant limités. Puisqu’il n’existait pas de solution médicale à cette maladie, les patients devaient suivre une cure diététique et être exposés à l’air pur, non pollué. On assiste à la mise en pratique de la conception hygiéniste qui prône l’exposition à des environnements plus sains, loin des grands centres urbains. Les climats sont classés en fonction de leur qualité et celui du Pays basque est particulièrement réputé. La lumière est censée aider à réduire la propagation du bacille.

Parmi les premiers moyens de soigner la tuberculose, émerge aussi la chirurgie, qui est très invasive, et sans anesthésie. Les médecins pouvaient procéder au pneumothorax artificiel, c’est-à-dire injecter de l’air directement dans les poumons, entre les plèvres, ou même enlever des cotes pour provoquer l’affaissement des poumons – c’est la thoracoplastie. Ces deux techniques visent à soulager l’organe en le mettant au repos et à cicatriser les lésions tuberculeuses.

Réfectoire sanatorium Larrassore - tubercolose
Carte postale figurant le réfectoire du sanatorium de Larressore, envoyée en 1927. Main privée, tous droits réservés.

            Au sein des dossiers d’entrées et de sorties que j’ai pu analyser, l’état du patient à son départ faisait l’objet d’un commentaire trop subjectif, pour pouvoir évaluer son réel état, et donc le succès de la cure. On trouve des mentions comme « amélioré », ce qui demeure très vague et ne permet pas de savoir s’il était vraiment guéri. Une de mes conclusions est que le sanatorium n’est pas un institut qui soigne, puisqu’il n’existe pas de moyen thérapeutique de guérir un malade. Cette institution est plutôt un endroit où tout le monde peut accéder à des conditions de vie relativement confortables et à un cadre plus sain, même les plus pauvres, ce qui peut favoriser une guérison dont la cause n’est jamais certaine. Le sanatorium a aussi un rôle social important, car il permet d’éloigner les malades de la société et d’éviter la propagation de la maladie.

Quels sont les moyens que l’État investit pour la cure des malades de tuberculose ?

L’État fait des investissements importants, mais s’appuie aussi beaucoup sur les collectivités. La loi la plus importante de la période est la loi Honnorat du 7 septembre 1919, qui oblige chaque département à se doter d’un sanatorium pour les malades de sa propre population, dans une sorte de processus de décentralisation médicale. Toutefois, ce système est rapidement détourné par des départements réticents à investir dans ce domaine. Ces derniers peuvent, en effet, toujours passer des accords avec d’autres départements, pour y envoyer leurs malades. Les victimes de la tuberculose peuvent donc se trouver à devoir traverser la France, souvent par leurs propres moyens, pour arriver dans le sanatorium où leur a été attribuée une place.

 La création de dispensaires est aussi encouragée, par le biais de la loi Bourgeois du 15 avril 1916. Il s’agit d’un lieu de prévention, mais aussi de dépistage et d’accompagnement des malades dans leur réintégration de la société, auquel sont affectées des infirmières visiteuses. Elles ont un rôle à mi-chemin entre les infirmières et les assistantes sociales actuelles : elles assistent les médecins du dispensaire et visitent les patients à la maison. Ce nouveau personnel médical permet notamment de diffuser les gestes de prophylaxie, destinés à éviter la diffusion de la maladie. Ainsi, des gestes simples comme celui de tousser dans un mouchoir ou de cracher les expectorations tuberculeuses dans un crachoir désinfecté régulièrement, sont enseignés aux malades et à leur famille. Pour les autorités départementales, les dispensaires présentent l’avantage d’être moins onéreux que la création d’un sanatorium ; c’est pourquoi ils se développent beaucoup plus rapidement.

L’État développe également des normes architecturales pour les structures devant héberger les malades (sanatoriums, préventoriums, écoles de plein d’air, etc.). Il peut s’agir de constructions nouvelles, ce qui est la solution considérée comme idéale car elle permet la mise en place en toute liberté des exigences hygiénistes, ou bien du réemploi de bâtiments, qui demandent souvent des rénovations. Dans les Basses-Pyrénées, le département exploite souvent des structures déjà existantes, comme dans le cas de Larressore, qui était anciennement un séminaire. C’est un choix problématique, car, s’il peut sembler économique, en réalité, les travaux de réaménagement peuvent coûter très cher, et s’avérer récurrents pour rester aux normes, qui sont en constante évolution. Ils nécessitent un réel investissement de la part de la collectivité, et les recettes issues des séjours des malades sont très insuffisantes pour assurer de telles dépenses. De ce fait, ils se trouvent souvent dans un état de délabrement tout à fait contradictoire avec l’objectif sanitaire recherché.

Un autre coût important dans le fonctionnement des sanatoriums est celui du personnel. Étaient présents, dans le cas du sanatorium étudié, deux médecins et moins d’une dizaine d’infirmières. Cette dernière catégorie professionnelle commence à peine à être qualifiée : les formations d’infirmières émergent à cette période, mais restent rares. La plupart du personnel est constitué de travailleurs de peine, qui se consacrent à l’exploitation du terrain, à la buanderie, ou bien au travail en cuisine.

Finalement, l’État est à l’origine de la lutte antituberculeuse, mais il se repose en grande partie sur les conseils généraux pour la mettre concrètement en œuvre, ce qui donne des actions adaptées à chaque territoire, mais donc disparates et aux succès divers.

Pourquoi délimiter ton histoire à cette période historique et à cet endroit géographique en particulier ?

J’ai choisi une des périodes historiques les moins étudiées, qui laissait le plus de champ libre à de nouveaux travaux. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, cette maladie était taboue ; au contraire, le moment de l’entre-deux-guerres est celui d’une prise de conscience de la gravité et de l’ampleur de cette maladie dans la population, donc la France se donne les moyens de répondre à cette crise sanitaire. Avec la Seconde Guerre mondiale, la tuberculose connaît une autre histoire grâce au développement des antibiotiques.

En ce qui concerne la zone géographique, le Sud-Ouest de la France me paraissait peu étudié, alors que cette région offrait beaucoup de lieux de soins de la tuberculose. En outre la qualité du fonds du sanatorium basque de Larressore était une opportunité majeure.

Quelles étaient les spécificités et les contraintes d’une maladie comme la tuberculose ?

La tuberculose est une maladie qui existe sous plusieurs formes, pulmonaire, mais aussi ganglionnaire, osseuse, etc. C’est le côté mystérieux de cette maladie qui en a engendré des nombreux mythes et a suscité l’intérêt de nombreux auteurs ou artistes. De plus, il s’agit d’une maladie endémique, mais qui a explosé à un moment – celui de l’industrialisation – au sein de la population, sans doute sous l’effet d’une multitude de facteurs.

Un vaccin est créé aux débuts des années 1920, le BCG, du nom de ses créateurs, Calmette et Guérin, mais son utilisation se limite à l’inoculation d’une partie des nouveau-nés, et elle est, de toute façon, freinée par le drame de Lübeck en 1930, un accident de vaccination dû à une erreur de préparation qui a entraîné la mort de plusieurs dizaines de nouveaux-nés dans cette ville d’Allemagne. Par conséquent, le principal levier d’action sur la maladie est la prophylaxie, alliée à l’isolement. La maladie, au moment de son explosion, est immédiatement rapprochée des conditions difficiles de la vie en ville : la promiscuité que l’on y rencontre, ainsi que la pollution de l’air. Les médecins hygiénistes souhaitent extraire les malades de la société urbaine et industrielle afin que l’immersion dans un environnement sain apporte ses bienfaits à leurs corps affaiblis.

Toutefois, je n’ai que peu développé ces considérations en raison du temps imparti. Mes recherches ont davantage porté sur l’histoire sociale et institutionnelle. En outre, les archives purement médicales présentaient une difficulté supplémentaire : celle de devoir déchiffrer des termes médicaux qui parfois n’existent plus aujourd’hui, et c’est un domaine que je connais moins.  C’est pourquoi j’ai fait le choix de ne pas les exploiter pleinement à ce stade.

Quelles sont les conclusions de tes recherches ?

J’ai pu confirmer que le rôle du sanatorium est moins médical que social, comme l’ont fait notamment Dominique Dessertine et Olivier Faure. Il permet d’éloigner les malades du regard de la société et d’éviter la diffusion de la tuberculose. Il s’agit d’un établissement médical géré de manière autonome par le département, sur un modèle proche de celui des asiles psychiatriques, bien que cette question reste à approfondir. Mais ce système démontre aussi des failles majeures : beaucoup de départements choisissent de ne pas investir dans les sanatoriums. Cela amène les malades à traverser le pays pour aller se soigner, ce qui a dû certainement avoir un impact sur la diffusion de la maladie. De plus, le nombre de places offertes par ces établissements n’est pas suffisant par rapport aux besoins des malades pour la majeure partie de la décennie 1920.

Je me suis concentrée sur l’histoire institutionnelle de cette maladie : analyser les décisions de l’administration centrale, ainsi que leurs évolutions au niveau local permet de comprendre comment les institutions interagissent entre elles face à une épidémie si atypique. En l’occurrence, le poids de la lutte, qui repose lourdement sur l’échelon départemental, explique des mises en œuvre hétérogènes des lois antituberculeuses, qui restent encore à étudier sur d’autres territoires pour en avoir une vue plus complète.

Aimerais-tu poursuivre tes recherches avec un doctorat ?

Cette thèse m’a permis de repérer des sources que j’aimerais exploiter et il me semble que de nombreux aspects permettraient de nouvelles publications ou études. C’est pourquoi j’ai entamé une thèse de doctorat au deuxième semestre 2023, à l’EHESS au sein du Centre Alexandre-Koyré, toujours sous la direction d’Anne Rasmussen. Mon angle d’approche est, cette fois, celui de l’étude de la mobilité des malades et s’étend à l’échelle nationale. Je m’intéresse, entre autres, au Comité national de défense contre la tuberculose. Il s’agit d’une administration sanitaire relais de l’État, chargée d’organiser la lutte contre la tuberculose en France. Elle a été fondée par Léon Bernard en 1919, qui souhaitait mettre en place des mesures de prophylaxie efficaces et, par la mise en œuvre de moyens importants, enrayer la diffusion de la maladie.

Cependant, je dois jongler entre ma thèse de doctorat et la poursuite de mon parcours dans le domaine du patrimoine, puisque je suis, depuis janvier 2024, élève conservatrice du patrimoine à l’Institut national du patrimoine. Ce n’est pas toujours chose facile, mais je continue d’être animée par l’envie de poursuivre la recherche scientifique.

Bibliographie sommaire :

DESSERTINE (Dominique), FAURE (Olivier), Combattre la tuberculose : 1900-1940, Lyon : Presses universitaires de Lyon, 1988.

GRANDVOINNET (Philippe), Histoire des sanatoriums en France (1915-1945). Une architecture en quête de rendement thérapeutique, Genève: MétisPresses, 2014.

GRELLET (Isabelle), KRUSE (Caroline), Histoires de la tuberculose : les fièvres de l’âme, 1800-1940, Paris : Ramsay, 1983.

GUILLAUME (Pierre), Du désespoir au salut : les tuberculeux aux XIXe et XXe siècles, Paris : Aubier, 1986.

HENRY (Stéphane), Vaincre la tuberculose, 1879-1939 : la Normandie en proie à la peste blanche, Mont-Saint-Aignan: Presses universitaires de Rouen et du Havre: 357, 2013.

  1. Image mise en avant : Carte postale présentant la cour du sanatorium de Larressore et plusieurs malades prenant la pose, [1920]. Main privée, tous droits réservés. []
  2. Sous la direction de Jean-Paul Gaudillière et Luc Berlivet []
  3. GUILLAUME, Pierre, Du désespoir au salut : les tuberculeux aux XIXe et XXe siècles. Paris, Aubier (Collection historique), 1986, 376 p. []
  4. DESSERTINE Dominique, FAURE Olivier, Combattre la tuberculose. Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1988, 244 p. []
  5. HENRY, Stéphane, Vaincre la tuberculose (1879-1939), La Normandie en proie à la peste blanche. Rouen, PU Rouen, 2013, 370 p. []
  6. Service interministériel des Archives de France []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Giulia Ceccarelli (15 mai 2024). La France de l’entre-deux-guerres à l’épreuve de la peste blanche. Chroniques chartistes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11o6l


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.