Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècle)

Entretien avec Max Hello, archiviste paléographe (promo. 2023), prix Lasalle-Serbat, qui récompense la meilleure thèse d’École en histoire de l’art, pour sa thèse intitulée « Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècles) », sous la direction de Charlotte Denoël (BnF, conservatrice en cheffe au département des manuscrits) et Anne-Orange Poilpré (Professeur des universités à Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Propos recueillis par Louis Cheminot, AP21.


Pourquoi ce sujet ?

Pour commencer, j’étais très attiré par le haut Moyen Âge de façon générale. Je savais que je voulais faire un sujet “histoire de l’art”, même si je cherchais un sujet un peu hybride – et il s’est avéré hybride en l’occurrence – d’où le choix de travailler plutôt sur des manuscrits. C’est un médium qui m’intéressait beaucoup, qui est très compliqué à aborder – ça rajoute un challenge supplémentaire – et j’ai estimé que, dans le cadre d’un travail de chartiste, c’était intéressant de se confronter à ce type de sources. Puis je suis allé voir Charlotte Denoël, conservatrice en cheffe au Département des Manuscrits médiévaux ; nous avons fait le tour des productions du haut Moyen Âge, ce qui n’est pas compliqué puisqu’il n’y en a que quatre : mérovingienne, insulaire, carolingienne et ottonienne. La production carolingienne est déjà très étudiée ; je ne suis pas germaniste, ce qui rend l’étude des manuscrits ottoniens plus délicates ; quant à la production insulaire, c’est surtout l’apanage des chercheurs anglo-saxons. Il ne restait plus que la production mérovingienne, qui s’est imposée d’elle-même puisque, mine de rien, beaucoup de sources se trouvent en France – c’est quand même plus simple pour un jeune chercheur – et notamment à la BnF. Surtout, il s’agissait de la production la moins connue des quatre, celle qui méritait le plus de recherche finalement, et qui connaissait un certain regain d’intérêt : quand j’ai choisi mon sujet, vers 2019, on était trois ans après la grande rétrospective sur l’art mérovingien du musée de Cluny, codirigée par cette même Charlotte Denoël2.

Tu dis que le manuscrit est un médium compliqué à aborder : que veux-tu dire par là ? Est-ce propre à la période ou bien dirais-tu cela du manuscrit en général ?

La question est intéressante, puisque c’est quelque chose que je ne soupçonnais pas à ce point. Je dirais qu’il y a d’autres difficultés intrinsèques au début de cette période, mais de manière générale, en effet, le manuscrit, c’est très difficile ; car lorsque l’on veut faire une thèse estampillée “histoire de l’art”, il se trouve que le manuscrit ne se réduit pas à ses enluminures ! C’est là où cela devient compliqué, d’où l’intérêt de l’étudier dans le cadre d’une thèse d’École, puisque cela fait appel à des connaissances en codicologie, cela va de soi, qui ne sont pas toujours évidentes à avoir, en histoire des textes – de quel texte on parle ? – même en ecdotique, en paléographie évidemment, tout ce qu’on fait à l’École des Chartes finalement. Cela me semble assez primordial, sinon l’on passe à côté de beaucoup d’éléments, en considérant uniquement l’enluminure par exemple, d’autant plus à cette période contrairement à d’autres, comme celle de l’enluminure appelée improprement « gothique », où le travail était subdivisé, et l’enlumineur pouvait se concentrer sur sa miniature. Ici, ce n’est pas du tout le cas et il s’avère, on peut le prouver assez clairement, que scribe et enlumineur n’étaient qu’une seule et même personne.

Je voudrais justement revenir sur les limites de ton sujet. Tu as étudié le VIIe et le VIIIe siècle ; pourquoi pas le VIe siècle ? Est-ce une question de sources qui rendait le sujet trop vaste ou bien est-ce complètement différent ? Après tout, l’époque mérovingienne englobe le VIe siècle.

Il y a tout un débat actuel là-dessus par lequel j’ai commencé ma thèse : depuis la publication en décembre 2022 de l’inventaire de Lawrence Nees sur ce qu’il a appelé les Frankish Manucripts3, on considère les manuscrits comme francs et non pas simplement comme mérovingiens. Ceci dit, son étude était bien plus large que le strict corpus mérovingien, mais c’est vrai qu’il s’est refusé à parler d’enluminures mérovingiennes – et carolingiennes aussi d’ailleurs – puisqu’on est confronté à un souci chronologique : la dynastie mérovingienne règne du milieu du Ve siècle au milieu du VIIIe siècle, et non pas du VIIe au milieu du VIIIe siècle.

Alors, pourquoi pas avant et pourquoi après ? Pourquoi pas avant ? Pour une raison bien simple, qui tient à l’histoire culturelle, l’histoire du livre : la production enluminée “mérovingienne”, telle qu’on l’entend, naît véritablement au milieu du VIIe siècle. Avant, il existe une enluminure, mais qui fonctionne selon des modalités très différentes, et qui n’est pas nécessairement produite en Gaule franque ; c’est-à-dire qu’à cette période-là, l’écrasante majorité des manuscrits produits proviennent des scriptoria du nord de l’Italie. Quelques scriptoria francs devaient avoir une certaine activité, en particulier à Lyon, mais on n’en connaît pas davantage. En fait, la naissance de l’enluminure franque coïncide avec l’arrivée des missionnaires étrangers à partir de la fin du VIe siècle, dont l’influence est décisive. On connaît les Irlandais bien sûr, mais il y avait aussi des Aquitains, ou encore Bretons. Ces missionnaires sont à l’origine d’une vague de fondations bien identifiée, notamment dans le nord de la Gaule. C’est pour cela que je dis que c’est à mettre en rapport avec l’histoire culturelle puisque cela coïncide avec ce moment de basculement de la domination culturelle de la Gaule du Sud vers la Gaule du Nord, basculement qui a été mis en évidence par Pierre Riché notamment4. La Gaule du Nord développe alors une culture originale, non plus classique mais essentiellement chrétienne et fondée sur la Bible ; et c’est à cette époque-là que naît une pratique originale de l’enluminure. En fait, c’est l’invention de l’enluminure médiévale en tant que telle. Et pourquoi après ? Ce qu’on peut dire, c’est que l’activité de ces scriptoria identifiés comme mérovingiens ne s’arrête pas à l’avènement de Pépin le Bref, bien au contraire. Comme j’ai essayé de le démontrer dans mes recherches, la renaissance carolingienne, pour tout un ensemble de raisons, s’est appuyée très largement sur l’héritage mérovingien.

Comment as-tu travaillé avec un corpus réduit et dispersé ? Comme tu l’écris dans ta position de thèse, il s’agit de « 150 unités, mais il est très difficile d’en donner un nombre précis tant la production est hétéroclite ». En plus, ce sont des témoins fragmentaires. Donc question-méthode : comment on fait quand on n’a que des épaves, et des épaves très réduites, d’une production qui devait être beaucoup plus importante ?

Il y a deux choses à retenir : à titre comparatif, la production mérovingienne conservée tourne à peu près autour de 150 manuscrits conservés. Pour la période carolingienne, on estime le nombre de témoins à plusieurs milliers. L’écart d’échelle est donc considérable, sachant que la production carolingienne s’étend sur un siècle, pour un siècle et demi pour les Mérovingiens. Donc, premièrement, je m’inscris dans l’héritage de Jean Vezin, qu’il a développé dans une conférence faisant le point sur nos connaissances en paléographie mérovingienne5 : il nous invite à rester humble sur ce sujet, dans la mesure où nous avons si peu de sources qu’il est difficile d’en tirer des conclusions générales. Souvent, on ne formule que des hypothèses.

Deuxièmement, il y a la difficulté induite par la dispersion des sources : pourquoi me suis-je “infligé” cette difficulté alors que j’aurais pu simplement travailler sur quelques manuscrits particulièrement remarquables pour leurs enluminures ? Je pense en réalité qu’il faut travailler sur l’ensemble de la production pour la comprendre pleinement. La chance, c’est que le travail de recensement de ce corpus a été initié par un célèbre paléographe américain, Elias Lowe, qui s’est lancé au début des années 1930 dans le recensement de ce qu’il a appelé les Codices Latini Antiquiores6 : il s’agit d’un recensement par pays et par bibliothèques de chaque pays des manuscrits antérieurs à 800. C’est très large, puisque cela inclut des papyri égyptiens, des fragments de manuscrits grecs, en plus des sources latines. Son travail a été ensuite repris et complété par un autre grand paléographe, Bernhard Bischoff. C’est vraiment le manuel de base, puisque chaque manuscrit est accompagné d’une notice codicologique et d’une analyse paléographique. Rien à voir avec l’histoire de l’art, certes, mais c’est très pratique : il donne des éléments de datation plus ou moins précis, il émet des hypothèses d’attribution, ce qui est très intéressant. Voilà le premier travail à faire : composer cet inventaire – qui n’a jamais été fait, il faut le préciser – à partir de cette base de données. Il n’existe pas de corpus tout fait des manuscrits mérovingiens, même si quelques essais ont été proposés à partir de l’inventaire de Lowe mais il faut l’affiner. Comment ? À partir des différentes écritures, ce qui est difficile car les styles sont si variés à cette époque que les paléographes se sont en général concentrés sur une production à la fois dans leurs articles. Il faut donc faire la synthèse de tout cela.

Enfin, une fois le corpus constitué et mis à jour par des recoupements – surtout lorsque deux fragments conservés dans deux continents différents se rattachent à un même manuscrit ! – on trie, on classe par zone de production et on commence à émettre des hypothèses. C’est là que notre expertise entre en jeu : à force de les côtoyer, on se forge un œil pour reconnaître les différentes écritures. On s’attache à vérifier nos intuitions, à l’aide de plusieurs données : par exemple, l’histoire des textes, pour savoir si tel texte admet telles ou telles leçons similaires. Ensuite viennent les questions codicologiques : est-ce que les cahiers sont constitués et reliés de manières différentes ou pas ? Cela prend beaucoup de temps et on bricole parfois comme on peut. C’est la partie la plus fastidieuse du travail, et c’est justement à ce moment que les enseignements de l’École des Chartes sont les plus utiles…

Donc ça veut dire que tu as passé un certain temps à côtoyer physiquement les manuscrits. Ma question est aussi : il y a beaucoup de sources à la BnF, comme tu disais. Dans ce cas, c’est assez facile, tu traverses la rue, tu montes au Département des Manuscrits et tu demandes à consulter ce qui t’intéresse, sans trop de difficultés. Mais pour ce qui est des autres fonds en Europe, comme la Bibliothèque Apostolique Vaticane, ou encore les témoins conservés en Russie, comment as-tu fait ?

Le cas russe est à part. Pour le reste, la numérisation est importante, ce qui aide beaucoup naturellement. C’est le bonheur dans notre malheur : nous avons peu de sources, mais elles sont conservées au sein d’institutions prestigieuses ayant des moyens importants. Leur rareté a incité à leur numérisation très tôt. Ainsi, dans le cas de la BAV (Bibliothèque Apostolique Vaticane, ndlr.), tout est très bien numérisé. Cependant, la BAV est l’une des seules institutions à numériser ainsi parmi les nombreuses institutions de la péninsule italienne. Il faut donc parfois beaucoup se déplacer, surtout lorsque les manuscrits sont conservés par des bibliothèques diocésaines, qui n’ont souvent pas le matériel pour numériser – comme à Vérone en Italie, ou à Trèves en Allemagne. La numérisation permet de gagner beaucoup de temps, il faut le reconnaître. Toutefois, même dans le cas d’un manuscrit bien numérisé, cela vaut le coup d’aller voir quand même, rien que pour des questions de couleurs – est-ce du brun ou du rouge qui a bruni ? C’est important pour certaines données. Cela permet aussi de voir la manière dont les cahiers sont reliés entre eux pour comprendre les pratiques d’atelier. Pour ces données-là, il faut cibler, car un jeune chercheur ne peut pas tout voir, surtout que nous avons une scolarité à mener en parallèle. Il s’agit davantage d’un projet de chercheur expérimenté, mené sur cinq ou six ans. Donc on jongle avec les données dont on dispose, les numérisations effectuées et les méthodes de travail des institutions qui conservent ce qui nous intéresse.

Parlons du cas russe justement. Le contexte ne se prête pas du tout pour faire un saut à Saint-Pétersbourg. Est-ce qu’il y a un fonds important chez les Russes ? Comment ces manuscrits sont-ils arrivés là-bas ?

Ce corpus-là a une histoire particulière. En effet, le fonds russe est très important d’un point de vue quantitatif, puisqu’il y a un nombre conséquent de manuscrits qui y sont conservés, quasiment une vingtaine, ce qui est beaucoup. Certains sont très importants, parmi les plus beaux et les plus somptueux du corpus, comme le manuscrit des Homélies sur Ézéchiel de saint Grégoire (Lat. Q. v. I. 14), un manuscrit luxovien, dont l’histoire est un peu particulière. Ils sont issus des anciens fonds de Saint-Germain-des-Prés. Pourquoi ce fonds est-il important ? Parce que c’est la maison-mère des Mauristes, historiquement. Les Mauristes sont les premiers à s’être intéressés véritablement à la culture livresque mérovingienne – pas aux enluminures cependant – et à avoir étudié ces manuscrits, proposant parfois des intuitions remarquables, il faut bien le dire, surtout à partir de Jean Mabillon. Or, ce dernier a été moine à Corbie, et on sait qu’il a rapporté et étudié les anciens fonds de l’ancienne abbaye de Corbie, un des centres prépondérants de la culture mérovingienne fondé par la reine Bathilde au milieu du VIIe siècle. Grâce à Mabillon, les fonds anciens ont été préservés. Lors de la Révolution, peu avant les saisies, une partie de ces manuscrits ont été “récupérés” par un diplomate russe, Piotr Dubroski (1754-1816), qui les a ramenés à Saint-Pétersbourg.

Comment les as-tu consultés ? As-tu pu te rendre sur place ? Ont-ils été numérisés ?

Il se trouve qu’un potentiel voyage à Saint-Pétersbourg était prévu vers le début de l’année 2022, juste avant le début de la guerre. Finalement, cela n’a pas pu se faire. Deuxième difficulté, les Russes ne numérisent pas ni n’autorisent les photos. Donc il a fallu trouver des images dans d’autres publications, ce qui existe heureusement. Beaucoup sont en noir et blanc, mais cela permet de se faire une idée. Les descriptions aident également : par ex, le Lat. Q. v. I. 14 est décrit assez précisément, parce que son scriptorium d’origine, Luxeuil, a été très bien étudié par Babette Tewes7.

Grégoire le Grand, Homélies sur Ézéchiel (Saint-Pétersbourg, Bibliothèque Nationale, Lat. Q. v. I. 14, fol. 1v), Luxeuil, fin VIIe – début VIIIe siècle.

Entrons à présent un peu plus dans le vif du sujet. Parlons de l’ornementation dans un premier temps. Tu mentionnes l’importance de la paléographie dans ta position de thèse, au moins pour dater et localiser ; hormis ces considérations, quelle est son importance dans ton étude ? L’écriture est-elle une ornementation à part entière ? Peut-on parler d’un art de l’écriture dans le cas de ces manuscrits ?

Absolument ! En tout cas, c’est une approche que je défends. Je renvoie d’ailleurs à un article sur ce sujet co-écrit par Patricia Stirnemann, historienne de l’art de cette période et des manuscrits en particulier, et quelqu’un qu’on connaît bien ici, Marc Smith, professeur de paléographie à l’école8. Publié en 2007, cet article propose un croisement des regards entre une historienne de l’art et un paléographe et balaie plusieurs productions tout au long du Moyen Âge. Les auteurs s’attachent justement à cette dimension esthétique de l’écriture, depuis la minuscule jusqu’à la lettrine, en passant par l’onciale, la capitale, mais aussi à un type d’écriture récurrent mais qui constituent pourtant un angle mort de la recherche, tant chez les paléographes que chez les historiens de l’art, à savoir les écritures d’apparat.

Qu’est-ce que l’écriture d’apparat précisément ?

Disons qu’il s’agit d’une écriture qui n’appartient pas à un système graphique – capitale, onciale, minuscule, etc. – ni au répertoire de l’enluminure où l’on s’arrête à la lettrine. Très concrètement, pour les Mérovingiens, il peut s’agir de lettres colorées, mais simplement sous forme d’aplats de couleurs. Parfois, il peut y avoir de petits renflements. Le simple fait de poser la question montre justement que cette définition n’est pas facile à donner : où s’arrête l’enluminure, où commence l’écriture ? Je pars du principe que si on n’arrive pas à définir une limite, c’est qu’il ne faut pas en placer une, précisément. Il faut considérer tout cela ensemble : premièrement, parce que les personnes à l’origine et de l’enluminure et de l’écriture sont les mêmes, sauf exceptions qu’il convient d’étudier. Chez les Mérovingiens, la mise en page relève d’un savoir technique : or, la question de la mise en page ne s’embarrasse pas de différencier l’enluminure du reste. Comment mettre en page tel paragraphe, tel titulus, tel incipit… tout cela fait partie d’un seul et même travail à mes yeux et doit être traité ensemble, ce qui permet de mettre en évidence des « protocoles d’écritures », pour reprendre l’expression de Marc Smith et Patricia Stirnemann, où une certaine hiérarchie graphique permet la mise en valeur de certains passages et, finalement, une lecture visuelle du texte en amont de la lecture à proprement parler.

Cela veut-il dire que la forme est en accord avec le fond ? Tu parles de la mise en page comme d’une technique : prenons l’exemple d’une homélie quelconque sur un passage de l’Évangile, est-ce que la mise en page, le type d’écriture et tous ces autres paramètres sont pris en fonction du texte qui va être rédigé ? Y a-t-il concordance entre la manière de mettre en page et ce qu’on met en page ? Les scribes mérovingiens poussent-ils la réflexion jusque-là ?

Parfois oui. C’est le cas en particulier pour les manuscrits liturgiques, qui forment une typologie de manuscrits un peu à part. Les homéliaires sont un peu hybrides, puisqu’il n’est pas exclu qu’on les utilisait pendant l’office, mais ce n’est pas leur fonction première. Dans un manuscrit liturgique, il arrive très souvent qu’on ait un rapport entre le fond et la forme ; parfois, cela peut renvoyer à un programme décoratif global qui concerne tout l’espace du manuscrit, comme on le voit dans l’une des vedettes de ce corpus, le Sacramentaire gélasien de la Vaticane (BAV, Reg. lat. 316), où il y a une correspondance frappante entre le temps liturgique, au sein du texte, avec le temps de l’enluminure. C’est un programme complexe qui a été très bien étudié par Charlotte Denoël9. Parfois, cela peut même prendre des tournures triviales, sous la forme de petits jeux de mots. Je pense à un très beau manuscrit conservé à Bruxelles, un exemplaire des Etymologies d’Isidore de Séville (Bibliothèque royale de Belgique, ms. II 4856) : au chapitre sur la grammaire, notamment au paragraphe qui traite des solécismes, on observe que le S initial de “Solecismus” est orné de petits entrelacs, ce qu’on n’a pas forcément ailleurs dans le manuscrit. C’est vraiment une volonté de faire correspondre la définition à l’image : l’entrelacs, c’est la phrase qui s’emmêle. Donc il y a parfois des petits jeux comme ça, sans que ce soit systématique. Ce que j’affirme dans ma thèse, c’est que les scribes mérovingiens sont des maîtres de l’improvisation : ils sont reconnus pour cela, pour leurs compétences dans la mise en page, et parfois ils ont des petites trouvailles, qui ont des prétentions plus ou moins élevées dans le commentaire intellectuel allant du simple jeu de mot au décor très savant et aux références subtiles. On est dans le monde monastique qui, contrairement à ce que l’on dit, est très brillant à cette époque-là. Cela ne passe pas uniquement par l’enluminure : parfois, on constate des prouesses ornementales qui relèvent purement de l’écriture.

Je pense en particulier à un manuscrit conservé à Ivrée (Biblioteca Capitolare, Cod. I), un exemplaire intéressant de la Règle pastorale de saint Grégoire, car je pense que trois scribes au moins ont travaillé sur ce manuscrit. La troisième partie du texte y est présentée comme le livre II. En fait, ce livre II a la particularité de commencer par une succession d’admonitiones, des petits aphorismes, énumérés au début puis repris un à un. Ce ne sont pas vraiment des chapitres, ni des paragraphes. C’est donc assez technique à mettre en page et, par ailleurs, on remarque que l’écriture change complètement à cet endroit : on passe d’une écriture luxovienne normale, classique, à une autre écriture luxovienne d’un tout petit module, extrêmement experte, réalisée sans doute par un scribe très expérimenté qui aurait repris la main pour mettre en page ce petit passage technique, en faisant varier les A initiaux, transcrits tantôt en capitale, tantôt en onciale – car toutes les admonitiones débutent par aliter, selon une structure anaphorique. Il joue aussi avec la couleur des encres. Ce n’est pas vraiment de l’enluminure donc, mais c’est de la mise en page. Enfin, ce qui est amusant, c’est que cette écriture de petit module, se retrouve à un autre endroit précis du manuscrit, à savoir le frontispice orné. Mon hypothèse est que cette personne était une sorte de maître d’œuvre, qu’elle a réalisé ce frontispice – sur un cahier séparé – et qu’elle a assumé la prise en charge de cette partie-là, parce qu’elle était plus technique, avant de passer la main. Ainsi, cela peut passer par l’enluminure, comme cela peut passer par ce type de jeu d’écriture.

On met souvent en valeur le fait que là où les Carolingiens sont à la recherche de la lisibilité et d’une forme de classicisme en quelque sorte, avant la lettre, par une écriture régulière, bien posée et claire, les Mérovingiens aiment les lettres dans tous les sens, de tailles différentes…

Oui, mais cela dépend des scriptoria : par exemple, le cas de Corbie, qui est sans doute le laboratoire de la minuscule caroline au passage, montre qu’on a cherché d’autres manières d’écrire. Ceci s’explique par une raison simple : Corbie est comme l’avant-poste d’une zone à évangéliser, donc on a surtout besoin de manuscrits lisibles, d’où la concentration des efforts pour produire une écriture régulière et surtout sans ligatures qui pourraient gêner la lecture.

Durant le VIIIe siècle, on constate d’importantes réflexions dans le domaine de l’écriture dont il convient d’étudier les modalités au cas par cas : on attribue à Corbie pas moins de quatre minuscules livresques différentes, ce qui est à mettre en lien avec une recherche intense de lisibilité. Dans d’autres productions en revanche, comme celle dite « de type ab », dont les manuscrits les plus anciens ne peuvent remonter au-delà de 780, soit en pleine renaissance carolingienne, on conserve une écriture d’ascendance mérovingienne. Le cas de la production ab est particulièrement intéressant : son scriptorium n’est toujours pas localisé, en dépit des nombreuses hypothèses émises – j’en ai une pour ma part, on pourra y revenir – mais il s’agit probablement d’un centre de production situé entre Paris et Soissons. Cet atelier semble très proche de la cour à cette époque-là, il s’agit véritablement d’un de ces scriptoria mérovingiens qui ont soutenu la réforme carolingienne. Les manuscrits les plus récents peuvent être datés autour de 810 ou 820 ! C’est vraiment un cas particulier qui n’a pas adopté la minuscule caroline : même l’enluminure reste encore très fidèle à ce qui se faisait dans les scriptoria mérovingiens. C’est pour cela que j’aborde aussi cette production car elle a sans doute été produite dans un très ancien, ou plusieurs anciens, scriptoria mérovingiens. Ils ont mis au point une écriture que l’on pourrait qualifier de calligraphiée ; il s’agit en tout cas d’une cursive plutôt artificielle qui répond à d’autres exigences que la cursivité en tant que telle. Sans doute y a-t-il un sens du style dans cette écriture qui est assez prononcé et qui relève, à mon sens, d’une volonté de conservatisme – visible jusque dans l’enluminure – pour marquer sa différence sans doute avec les nouveaux scriptoria carolingiens et les anciens scriptoria mérovingiens qui se sont mis à la mode carolingienne. Il y en a certains comme cela, je pense à Chelles notamment, qui a complètement adopté la mode tourangelle, c’est-à-dire le classicisme carolingien par excellence, dès la fin du VIIIe siècle.

En bref, même durant la renaissance carolingienne, certains scriptoria tournent le dos à la minuscule caroline et gardent une écriture disons “mérovingienne”, très proche par ailleurs de l’écriture de chancellerie, sans doute pour des exigences d’avantage esthétiques que pratiques. D’autres adoptent les usages carolingiens à la fin du siècle, mais certains avaient déjà développé des écritures avec très peu de ligatures dès l’époque mérovingienne. C’est plus complexe que ce que l’on veut bien dire finalement.

Isidore de Séville, Étymologies (Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. II 4856, fol. 28v), type ab (Soissons ?), dernier quart du VIIIe siècle. L’initiale de “Solecismus” est ornée d’entrelacs comme pour évoquer de manière décorative les mots qui s’entremêlent. On observe aussi sur cette page à quoi ressemble la minuscule que l’on appelle de “type ab”, qui a été pratiquée en pleine renaissance carolingienne et qui pourtant conserve un aspect la rattachant à la tradition mérovingienne.

Nous parlions du programme iconographique ; j’aimerais revenir sur la complexité : est-ce que complexité rime avec hermétisme, sachant que tu faisais référence à la culture brillante des monastères ? S’agit-il d’une production savante, voire imperméable pour quelqu’un qui ne disposerait pas des clefs de lecture ? Doit-on être un immense érudit pour lire et comprendre ces enluminures ?

Il faut en effet briser l’idée reçue selon laquelle les moines mérovingiens sont des sauvages incultes. Les moines et les moniales aussi, d’ailleurs ! Il y a une grande production féminine, c’est une donnée assez propre à cette culture. Les monastères restent les réservoirs culturels de la chrétienté en Occident ; c’est vrai qu’il n’y a pas, sous les rois mérovingiens de cette époque, de politique culturelle d’envergure, en tout cas pas à la même échelle que ce que l’on verra à partir de Pépin le Bref. Mais les monastères restent des centres intellectuels importants. Je ne pense pas qu’il y ait nécessairement une volonté d’être hermétique, c’est surtout un monde qui fonctionne en communauté : ce sont des moines qui fréquentent d’autres moines. Ce sont tout simplement des gens partageant une culture commune, des règles communes – colombanienne et surtout bénédictine – des codes communs. Je pense même que certains étaient assez mobiles et qu’ils ne restaient pas cloîtrés dans leurs monastères. Jusqu’à la fin de la période romane, en fait, les moines sont les détenteurs du savoir, à la fois de son enseignement et de son développement. Ils sont les personnalités intellectuelles du moment, dès l’époque mérovingienne.

En revanche, cette question d’hermétisme est intéressante car nous entrons dans le vif du sujet, à savoir y a-t-il une production mérovingienne originale ? C’est vrai qu’on peut le dire, eu égard à la nature ornementale de cet art qui fait que, contrairement aux Carolingiens dont l’enluminure est plus figurée, la production mérovingienne comporte un goût plus prononcé pour le symbole. On ne représente pas la chose directement, on n’a pas de miniatures représentant une scène biblique par exemple. Tout au plus avons-nous quelques portraits fictifs de personnages saints. Assez tardivement dans la production, pas avant le milieu du VIIIe siècle en tout cas, on note l’émergence d’images savantes, comme la Maiestas Domini, qui a une histoire complexe fort bien résumée par Anne-Orange Poilpré qui a dirigé ma thèse10. C’est sans doute la raison pour laquelle cette production a été longtemps mise de côté, car je pense qu’elle a été mal comprise : c’est un art qui ne représente pas son sujet directement, mais qui développe un discours parfois très savant par le biais de l’ornement.

Eugippe, Excerpta ex operibus sancti Augustini (Paris, BnF, lat. 2110, fol. 252v), Nord-Est (Jouarre ?), première moitié du VIIIe siècle.

Est-ce qu’une unité dans le choix des motifs s’est dégagée au fur et à mesure de ton étude ? Après réflexion, pourrais-tu établir une liste de poncifs ? Ces motifs communs permettent-ils de supposer une production en série ? Ou au contraire, est-ce que ces monastères, comme Chelles, Luxeuil, Corbie etc., tout en se connaissant, développent leurs propres codes ? Pour résumer, y a-t-il une base commune dans les motifs ? Et peut-on parler de réseau ?

Dans les deux cas, oui. Partons du commencement. Ce qui frappe, en effet, la première fois que l’on côtoie des manuscrits mérovingiens, c’est une forme de standardisation dans les formules – je préfère parler de formules, car « motif » fige un peu les choses. Il y a des codes communs dans la structure du manuscrit. Un manuscrit richement enluminé, par exemple, comporte très souvent un frontispice, dans lequel on trouve souvent les mêmes éléments, comme un titre ou une dédicace ; le frontispice, très régulièrement, ressemble à un agencement sous forme d’arcade monumentale – simple, double, triple parfois ! – et puis on trouve aussi en début de manuscrit un titre dont la lettrine est richement ornée, parfois ce sont les signatures des cahiers qui comportent un décor. Ces éléments forment un socle commun, ensuite il y a des exceptions, toujours intéressantes à étudier.

Ce socle commun se retrouve d’ailleurs quelle que soit la typologie du texte, ce qui est spécifique à cette période. C’est important, car on trouve des manuscrits très richement enluminés qui ne sont pas forcément des manuscrits liturgiques, là où chez d’autres, comme chez les Celto-Saxons à la même époque, les livres d’évangiles sont les plus richement ornés. Plus généralement, il y a certaines constantes dans l’art mérovingien, que ce soit dans le rapport à la couleur, qu’on rapproche souvent de l’orfèvrerie – il serait bon d’en étudier les modalités d’ailleurs, car il ne suffit pas de dire que ça y ressemble –, mais aussi dans le répertoire zoomorphe et végétal, à tel point qu’on réduit parfois l’enluminure mérovingienne à du végétal, des oiseaux et des poissons ! Ce n’est pas tout à fait faux dans certains cas, même si je pense que le répertoire zoomorphe est beaucoup plus complexe qu’on veut bien penser. Donc oui, il y a bien quelques récurrences qui rattachent tous ces manuscrits à une même production. Et il est juste de souligner l’organisation du décor, car c’est vraiment à ce moment que naît l’enluminure médiévale, dont la caractéristique est cette faculté de s’emparer de tous les espaces du livre, que ce soient les titres, les initiales, les signatures… C’est à cette époque que tout se crée.

Sacramentaire gélasien (Vatican, BAV, Reg. lat. 316, fol. 131v-132r), Chelles, c. 750

Parlons un peu des acteurs. Quel est le rôle des grands aristocrates laïcs dans la commande ? Ou bien celle-ci est-elle exclusivement le fruit des clercs ? Je fais ici référence à ce qu’on dit des cours mérovingienne et carolingienne : les historiens reconnaissent qu’il y a globalement plus de laïcs lettrés à la cour sous les Mérovingiens que sous les Carolingiens. Cette production ne concerne-t-elle que les évêques et les grands abbés ? Certains laïcs ont-ils le goût des beaux livres, au point d’être des collectionneurs ?

Nous sommes à une époque où les fondations pieuses se multiplient : il faut bien sûr des moines, mais le soutien financier de grands aristocrates locaux, ne serait-ce que pour la construction et l’entretien des bâtiments, est très important. Les premiers de ces fondateurs, au VIIe siècle, agissent autour de grands évêchés, comme Meaux et Laon, et certains abbés sont également de grands évêques. Tout ce petit monde est constitué par les rejetons des grandes familles aristocratiques de la région : à Meaux, c’est la famille des Faronides, autour de saint Faron, évêque de Meaux, fondateur d’une abbaye dans la région – qui porte son nom aujourd’hui – mais aussi sa sœur, sainte Fara (ou Burgundofara), à qui l’on doit la fondation de l’abbaye de Faremoutiers. Comme le nom l’indique, les moines sont liés aux Faronides. Donc le fait aristocrate est extrêmement prépondérant dans les fondations mérovingiennes et le monde culturel mérovingien, que ce soit dans le Nord-Est ou dans le Nord.

En revanche, il est vrai que les livres, pour autant qu’on le sache, sont réalisés surtout pour les abbayes. Souvent, les commandes prestigieuses sont destinées à d’autres abbayes ou d’autres centres religieux, pour rester large, ce qui fait que les commandes de luxe sont souvent des livres liturgiques. On a quelques manuscrits au destin un peu particulier : je pense au Codex Ragyndrudis (Fulda, Bibliothek des Priesterseminars, Cod. Bonifatianus 2), manuscrit peut-être produit à Luxeuil, en tout cas réalisé pas un moine de formation luxovienne, dont l’histoire est singulière. Il est réputé pour être le fameux manuscrit du martyre de saint Boniface, assassiné par des Frisons, qui se serait protégé avec ce manuscrit selon les récits hagiographiques. Ce qui est intéressant, c’est que ce manuscrit a été produit pour, ou a fini entre les mains d’individus Anglo-Saxons, cela est assez clair : on remarque un ex-libris d’un certain Aodulf, écrit en écriture insulaire et dont la consonance laisse peu de place au doute quant à l’origine du propriétaire. Le nom de ce manuscrit vient du fait qu’il a été réalisé pour un certain, ou un certaine, “Ragyndrudis”, qu’on identifierait, sans aucune certitude, à Raegenthryth, une princesse anglo-saxonne qui aurait émigré sur le Rhin au milieu du VIIIe siècle, donc à peu près à cette période. Elle est mentionnée dans une lettre de saint Lull, successeur de saint Boniface à Mayence. Tout ceci n’est pas confirmé. Je pense aussi à un autre manuscrit très célèbre, les Évangiles de Gundohinus, conservé à Autun (Bibliothèque municipale, ms. 3 [S 2]), l’un des manuscrits les plus passionnants du corpus, puisqu’à la fin, dans le colophon, on repère une souscription du scribe, Gundohinus. Il dit avoir composé ce manuscrit à la demande d’un moine, qu’il appelle Fuculf, et d’une certaine Fausta, qui n’est pas définie en tant que moniale et qui pourrait donc être une aristocrate ; mais à la fin, il précise que ce manuscrit a été réalisé pour le monastère de Sainte-Marie-Saint-Jean, à Laon sans doute. Donc les aristocrates sont bien là, mais je ne saurais dire s’il y a eu des bibliophiles. Je ne crois pas qu’on connaisse de palais avec une bibliothèque à cette époque-là. Difficile à prouver.

Souscription de Gundohinus, Évangiles de Gundohinus (Autun, Bibliothèque municipale, ms. 3 [S 2], fol. 186r), Vosevio (Vosges ?), 754-755.

Donc il est difficile de savoir quelle a pu être l’influence de ces grands dans le goût de ces réalisations : on pourrait par exemple se demander quelle est l’interférence du goût des laïcs dans la production.

Je ne crois pas, pour le coup. C’est vraiment une production de moines, faite par des moines, pour des moines, et éventuellement pour des évêques. Une production essentiellement cléricale donc, abbés et évêques pouvant être les mêmes personnes.

Tu soulignais le rôle des moniales. Est-ce une chose que tu as découverte au cours de ton étude ? L’as-tu intégré dans tes travaux ?

En effet, je ne soupçonnais pas forcément l’importance des scriptoria féminins ! C’est vrai qu’on pense avant tout aux moines. Mais d’où cela vient-il ? Car c’est une chose qu’on ne retrouve plus à la même échelle à l’époque carolingienne. C’est dû à la règle, sans doute : une bonne partie des monastères francs suivent celle de saint Colomban, une règle irlandaise donc. Il faut savoir que dans le monachisme irlandais, cette règle est mixte, elle autorise des monastères doubles. Il n’y a pas de distinction entre les hommes et les femmes. À tel point que je pense que cette idée est au cœur du projet de Bathilde, lorsqu’elle crée Chelles et Corbie, qui sont deux abbayes sœurs, fondées en même temps, avec les mêmes moyens : Corbie est une abbaye masculine, Chelles est une abbaye féminine. Pourquoi cela disparaît-il ? Progressivement, la règle bénédictine a fini par s’imposer, notamment grâce au soutien des Carolingiens, car plus souple, mais du même coup, elle interdit les monastères doubles et finit par cloisonner les productions. Peut-être qu’à partir de ce moments-là les monastères masculins ont eu les faveurs du pouvoir. Quoi qu’il en soit, à l’époque mérovingienne en tout cas, les ateliers féminins sont très importants.

Du reste, c’est peut-être aussi culturel : tu n’es pas sans savoir que les femmes, sous les Mérovingiens, jouent parfois un rôle de premier plan. On pense par exemple à Brunehaut, pour n’en citer qu’une. Bathilde s’inscrit aussi dans cette lignée. Je n’ai pas voulu trop en faire et donner à mes recherches une connotation “gender studies”, mais ceci est assez rare pour que cela vaille le coup d’être souligné, car il n’y a aucune distinction d’ordre intellectuel entre les deux productions. C’est très clair. Chelles, qui est un monastère féminin, a produit le fameux Sacramentaire gélasien du Vatican, qui est un des manuscrits les plus somptueux du corpus et qui possède un programme iconographique extrêmement complexe. Nous ne sommes pas du tout dans une sous-culture. Il est possible que d’autres producteurs, proches de Chelles, ait joué ce rôle-là : on se demande s’il n’a pas existé, un peu avant Chelles, un autre embryon de culture de moniales, peut-être à Jouarre, pas loin de Chelles, sur le bord de la Marne. On pense qu’il devait se trouver là-bas un centre intellectuel féminin de premier plan, qui a périclité sans doute au cours du VIIIe siècle. Cela reste une hypothèse à l’heure actuelle : son rayonnement n’est pas connu pour le VIIIe siècle, mais il avait un rôle prépondérant au VIIe siècle. En fait, on se demande si, finalement, Jouarre n’a pas joué à Chelles le rôle que Luxeuil a rempli pour Corbie ; à savoir, au moment où Bathilde crée les deux abbayes, elle demande à des moines de Luxeuil de former le premier embryon de Corbie ; et de la même façon, à Chelles, la première abbesse, Bertille, vient de Jouarre. Donc, pour résumer, il y a bien une culture commune entre monastères masculins et féminins.

Finissons par une ouverture vers les siècles suivants. Est-ce que la renaissance carolingienne fait complètement disparaître ce qui s’est si bien développé pendant 150 ans ? Subsiste-t-il des traces ? Ces fameux monastères féminins périclitent-ils tous une fois la nouvelle dynastie au pouvoir ? Est-ce que le style des ces années-là continue d’exister, sachant que tu mentionnais tout à l’heure le cas, assez mystérieux, de cette fameuse écriture ab archaïsante ? Enfin, est-ce que le nouveau canon artistique qui s’affirme avec les Carolingiens doit quelque chose à ce qui précède ?

Nous pouvons distinguer plusieurs éléments. Il y a d’abord le côté artistique pur, et puis d’autre part le côté institutionnel. Les Carolingiens ont mené des réformes, clairement, et donc ont entraîné un changement dans les ambitions. L’ambition évangélisatrice est beaucoup plus prégnante que sous les Mérovingiens. Les moyens se sont accrus, ce qui explique par exemple l’émergence d’un scriptorium dont on n’entendait pas trop parler avant, celui de Tours. Il se distingue, notamment sous l’abbatiat d’Alcuin (796-804), par une production énorme, à tel point que l’historiographie anglosaxonne a pu parler de “mass production”11. C’est un changement d’échelle, qui explique le succès de la minuscule caroline. Le projet étant axé sur l’évangélisation, il faut diffuser des livres qui servent au culte. On a beaucoup plus de bibles : par exemple Tours a produit, durant la première moitié du IXe siècle, environ une quarantaine de bibles et une vingtaine d’évangiles conservés il me semble, ce qui est considérable. Le nombre de fondations augmente, moins sur le territoire de la Gaule historique que sur la partie orientale de l’Empire. Autour de la région du Rhin se constitue une sorte de barrière autour de grands évêchés comme Trêves ou Mayence et de grandes abbayes comme Lorsch, dans les nouveaux territoires à évangéliser, que ce soit la Frise, ou la Saxe évidemment.

Pour alimenter tous ces nouveaux centres, il faut s’appuyer sur ce qui existe déjà : aussi les Carolingiens se sont-ils appuyés sur ces sites qui ne périclitent pas tous. Il y a certes le cas de Luxeuil, qui a connu en 732 un pillage par les Sarrasins, même si je pense que des héritiers de Luxeuil ont participé pleinement à cette évangélisation à l’Est. Chelles s’inscrit pleinement dans la renaissance carolingienne, notamment sous l’abbatiat de Gisèle († 810), qui est une Carolingienne – elle est la sœur de Charlemagne. Elle entretient une correspondance avec Alcuin, lorsqu’il est abbé de Tours, et l’on constate que Chelles a repris les protocoles d’écriture de Tours. Ce protocole est très strict, très clair, et répond à des exigences de sobriété précises. Mais Chelles est cependant restée fidèle à des motifs plutôt mérovingiens dans son enluminure. Ensuite, il y a cette fameuse production de type ab qui incarne une forme de tradition mérovingienne en pleine réforme carolingienne. Mais est-ce que tout cela a survécu dans l’art ? J’aurais tendance à répondre « pas vraiment ». Disons que ce goût pour l’ornement peut subsister, mais davantage pour des commandes très particulières, sans doute réalisées par des esthètes Carolingiens : je pense en particulier à Drogon de Metz, au milieu du IXe siècle, qui est un grand amateur de livres. Il est à l’origine de la production de deux manuscrits célèbres, conservés à la BnF, le Sacramentaire (BnF, lat. 9428) et les Évangiles de Drogon (BnF, lat. 9388). Eux gardent, malgré une iconographie tout à fait neuve, ce goût pour l’ornement, notamment s’agissant du végétal. Mais je dirais que ce n’est pas cela qui subsiste le plus. L’esthétique qui domine, c’est effectivement ce goût retrouvé, plus que découvert, pour les manuscrits tardo-antiques, mais aussi, je pense, l’esthétique anglo-saxonne. Les Anglo-Saxons ont été pour les Carolingiens au VIIIe siècle ce que les Irlandais ont été pour les Mérovingiens aux VIe et VIIe siècles  : ils ont émigré vers le continent, à l’Est, et y ont reçu le soutien de l’aristocratie locale, c’est-à-dire essentiellement les Pippinides qui étaient très proches des missionnaires anglo-saxons, que ce soit saint Willibrord, saint Boniface, ou encore Alcuin. Au vu de certains cas d’école, on a même soupçonné un temps l’existence de scriptoria anglo-saxons importés sur le continent, je pense au cas d’Echternach notamment. Cette hypothèse est très discutée aujourd’hui12. En tout cas, ils sont venus avec leurs manuscrits, cela est documenté, et il est envisageable qu’ils en aient produits sur place. Donc je dirais que c’est plutôt l’esthétique anglo-saxonne qui a les faveurs à l’époque carolingienne que l’esthétique mérovingienne qu’on ne retrouve plus vraiment après.

Augustin d’Hippone, Enarrationes in Psalmos (Cologne, Dombibliothek, Cod. 67, fol. 2v), Chelles, c. 785-819. Sur ce manuscrit chellois sans doute produit durant l’abbatiat de Gisèle († 810), les protocoles graphiques rappellent la rigueur tourangelle (capitale, capitale teintée de traits onciaux, puis une minuscule proche de la minuscule caroline) ; pourtant les formules enluminées restent fidèles au répertoire mérovingien traditionnel.

Il y a donc ce fameux type ab. Ce traditionalisme dans les protocoles d’écriture est-il un unicum ? Quelles sont tes hypothèses là-dessus ?

Cette production constitue vraiment un cas à part au sein du corpus. Plusieurs chercheurs s’y sont repris plusieurs fois pour tenter de localiser le scriptorium dont il est issu. Sans entrer dans les détails de l’historiographie, on a mis beaucoup de temps à comprendre ce qu’était ce spécimen. D’ailleurs, la localisation est toujours inconnue. On a longtemps attribué cette écriture à Corbie, puisque la majorité des manuscrits de type ab conservés sont issus des anciens fonds de Corbie. Aujourd’hui, grâce notamment aux travaux de David Ganz13, grand paléographe et historien du livre de cette période-là, nous savons que ce n’est pas possible pour des raisons codicologiques : les cahiers ne sont pas reliés dans le même sens d’une production à l’autre. Par ailleurs, on connaît d’autres productions contemporaines attribuées avec certitude à Corbie : cela signifierait que dans un même atelier coexisteraient deux écritures différentes, cela est peu probable.

Mais pourquoi cette production est intéressante ? Il y a d’abord cet aspect conservateur dans la production ; ensuite, souvent, ces manuscrits, pour la plupart très volumineux – ce qui trahit une production disposant de gros moyens – ont été produits rapidement, d’après les oublis qu’on y a repéré dans les textes. Surtout, ce sont des textes rares ! On a sans doute affaire, comme le dit David Ganz, à un scriptorium qui mobilise une ou plusieurs bibliothèques d’envergure. Parmi ces textes rares, beaucoup semblent avoir été produits pour la cour ; certains manuscrits sont des recueils de saint Augustin sur la Trinité, mais sous forme de florilèges très pointilleux. David Ganz pense que ces manuscrits ont été établis à l’occasion de la querelle du Filioque, notamment en vue de l’organisation du concile d’Aix-la-Chapelle de 809, et je le rejoins sur ce point. On a également des doublons, comme un manuscrit conservé en partie à la BnF (lat. 11529-11530), et en partie à la BSG14 (ms. 55 [ff. 1, 150]), à Cambrai (Bibliothèque municipale, ms. 693 [633]) et à Carlsruhe (Badische Landesbibliothek, Fragm. Aug. 140), le Liber Glossarum, un glossaire produit sans doute à la demande d’Adalard de Corbie – avec Théodulf d’Orléans et Alcuin, ce cousin de Charlemagne est l’une des personnalités culturelles et politiques les plus en vue de son temps : c’est une création, pas une copie, réalisée sans doute à partir de feuilles volantes et qui forme une œuvre considérable. Il fallait donc quelqu’un capable d’encadrer tout ce travail, mais aussi la capacité d’aller piocher dans plusieurs bibliothèques. C’est pour cela qu’on pense que cet atelier est très proche du pouvoir royal. Une étude récente15 attribuerait une partie seulement de cette production à Saint-Médard de Soissons, qui est une abbaye historique du royaume des Francs – c’est-à-dire que son histoire débute avant le VIIe siècle. C’est donc une ancienne abbaye mérovingienne, située dans une des capitales de l’empire : je rappelle que Pépin le Bref s’y est fait couronner. Mais le problème est que Saint-Médard est une abbaye masculine ; or, on a retrouvé une inscription, en écriture ab, où le scribe se nomme “ancilla” (Paris, BnF, lat. 12205, fol. 2r), ce qui veut dire que c’est une femme qui a écrit. L’attribution à Saint-Médard est certes plausible, mais il n’y avait pas de femmes : on a donc aussi penché pour Notre-Dame de Soissons, une abbaye féminine voisine. On soupçonne donc que plusieurs ateliers aient pratiqué cette écriture.

Ce que j’ai essayé de mettre en exergue dans mes travaux, c’est que la particularité de cette production-là, à la fois dans l’enluminure mais aussi dans l’écriture, est d’être très proche de ce qui se faisait à Chelles, notamment autour de la production du fameux Sacramentaire gélasien, qui comporte une écriture que l’on appelle de “type b“. Il y a vraiment une continuité : ces écritures demeurent différentes, mais sans doute viennent-elles du même environnement16. Au fur et à mesure des recherches, on se rapproche de plus en plus de Paris : c’est ce que j’ai appelé, dans ma conclusion, une « aire parisienne », qui pourrait justement contenir ces bibliothèques prestigieuses, puisque c’est précisément la zone où l’on trouve les bibliothèques les plus riches ainsi que la majorité des abbayes royales, comme Chelles et Saint-Médard. Dans cette aire parisienne on pourrait aussi inclure Sainte-Croix-Saint-Vincent, future Saint-Germain-des-Prés, et Saint-Denis également. Or on sait qu’il y a eu un scriptorium à Saint-Denis au IXe siècle, ce qui est moins clair pour les siècles antérieurs. C’est intéressant car on a retrouvé, dans les anciens fonds de Saint-Denis – on ne sait pas si ça été produit au sein de cette abbaye – un manuscrit à l’écriture complètement unique, qui ressemble à un état un peu intermédiaire de l’écriture ab – il y a d’ailleurs des passages en écriture de type ab (Paris, BnF, NAL 1619, fol. 206v). Mon hypothèse est que le type ab, d’une manière ou d’une autre, a eu des liens avec Saint-Denis, grande abbaye royale mérovingienne, sise à proximité de Paris et une des capitales culturelles des Mérovingiens. La difficulté qui réside dans ce genre d’attribution se situe dans le fait que nous avons parfois des manuscrits, mais pas forcément le scriptorium qui s’y rattache, voire aussi de prétendus scriptoria sans manuscrits : Saint-Denis fait partie de ces centres, à l’instar de Fleury – Saint-Benoît-sur-Loire – dotée d’une bibliothèque très ancienne, mais dont tous les manuscrits proviennent d’Italie, sauf une poignée d’entre eux. Donc je pense, pour le type ab en tout cas, qu’il faudrait réfléchir ainsi en termes de réseau parisien. Cela pourrait constituer un début d’explication quant à la nature conservatrice de cette production : Paris et sa région ont une forte identité mérovingienne, la ville est depuis le VIe siècle au moins la cathedra regni, le siège du royaume ; or les Carolingiens regardent plus naturellement vers l’Est et vers Aix-la-Chapelle, dont Charlemagne fera la capitale de son empire à partir du IXe siècle. Ainsi, on peut envisager que certains ateliers parisiens aient volontairement souhaité conserver leurs traditions mérovingiennes, peut-être pour signifier de façon ostentatoire le prestige de leur ancienneté vis-à-vis des nouveaux centres qui se développent sur le Rhin.

Et pour conclure, quelles sont les perspectives que tu envisages pour poursuivre ce travail ?

Je vais poursuivre mes recherches en contrat doctoral avec la Sorbonne. Il serait bon de publier quelques articles sur certains manuscrits en particulier. Plus généralement, outre le fait d’aller un jour à Saint-Pétersbourg, il faudrait créer un catalogue raisonné de tout le corpus, pour que ce soit utile, car il n’a jamais été réalisé. Cette production mérite une base de travail solide et d’être considérée en tant que telle. Ce n’est qu’une question de temps.


Bibliographie sélective

ATSMA, Hartmut (dir.), La Neustrie. Les pays du nord de la Loire de 650 à 850, Actes d’un colloque historique international, t. I-II, Sigmaringen, 1989.

BARDIÈS-FRONTY, Isabelle, DENOËL, Charlotte et VILLELA-PETIT, Inès (dir.), Les Temps mérovingiens. Trois siècles d’art et de culture (451-751) [cat. expo.], Paris, musée de Cluny – musée national du Moyen Age, 26 octobre 2016 – 13 février 2017, Paris, 2016.

BONNE, Jean-Claude, « De l’ornemental dans l’art médiéval (VIIeXIIe siècle). Le modèle insulaire », dans L’image. Fonction et usages des images dans l’Occident médiéval, dir. Jérôme Baschet et Jean-Claude Schmitt, Paris, Le Léopard d’Or, 1996, p. 207-240.

CUGNIER, Gilles, Histoire de l’abbaye de Luxeuil à travers ses abbés : 590-1790, t. I, Langres, 2003.

DENOËL, Charlotte, « Un somptueux manuscrit mérovingien au Vatican : le sacramentaire gélasien de Chelles », dans Art de l’enluminure, n° 58, sept./oct./nov., 2016, p. 2-55.

DEREMBLE, Jean-Paul, « Lettres performatives, le Sacramentaire de Gellone », dans Chroniques d’art sacré, 48, 1996, p. 12-15.

GANZ, David, Corbie in the Carolingian Renaissance, Sigmaringen, 1990.

GOULLET, Monique (dir.), Le Légendier de Turin. Ms. D. V. 3 de la Bibliothèque Nationale Universitaire, Florence, 2014.

HELLO, Max, « Décorer le vide. Le cas singulier du manuscrit latin 2110 de la BnF (VIIIsiècle) », dans L’église microcosme. Architecture, objets et images au Moyen Âge, dir. Philippe Plagnieux et Anne-Orange Poilpré, Paris, 2023, p. 145-164.

LOWE, Elias A., CLA: Codices Latini Antiquiores: a palaeographical Guide to Latin Manuscripts prior to the Ninth Century, I-IX + Supplement, Oxford, 1935-1971.

MCKITTERICK, Rosamond, Books, Scribes and Learning in the Frankish Kingdoms, 6th-9th centuries, Aldershot, 1994.

MICHAUD, Éric, Les invasions barbares. Une généalogie de l’histoire de l’art, Paris, 2015.

NEES, Lawrence, Frankish Manuscripts: The Seventh to the Tenth Century, 2 vol., Turnhout, 2022.

TEWES, Babette, Die Handschriften der Schule von Luxeuil: Kunst und Ikonographie eines frühmittelalterlichen Skriptoriums, Wiesbaden, 2011.

WOOD, Ian, The Modern Origins of the Early Middle Ages, Oxford, 2013.

ZIEGLER, Ulla, « Das Sakramentar Gelasianum Bibl. Vat. Lat. 316 und die Schule von Chelles », dans Archiv für Geschichte des Buchwesens, n° 16, 1976, p. 1-142.

ZIMMERMANN, Ernst H., Vorkarolingische Miniaturen, 5 vol., Berlin, 1916-1918.



Citer ce billet
louischeminot (2024, 26 février). Orner le manuscrit à l’époque mérovingienne (VIIe-VIIIe siècle). Chroniques chartistes. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://chartes.hypotheses.org/10043

  1. Image de couverture : Varia opera (Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Cod. Guelf. 99 Weiss., fol. 1r), Luxeuil, c. 720-730. []
  2. Les Temps mérovingiens. Trois siècles d’art et de culture (451-751) [cat. expo.], Paris, musée de Cluny – musée national du Moyen Âge, 26 octobre 2016 – 13 février 2017, dir. Isabelle Bardiès-Fronty, Charlotte Denoël et Inès Villela-Petiy, Paris, 2016. []
  3. Nees, Lawrence, Frankish Manuscripts: The Seventh to the Tenth Century, 2 vol., Turnhout, 2022. []
  4. Riché, Pierre, Éducation et culture dans l’Occident barbare : VIe-VIIIe siècle, Paris, 1962. []
  5. Vezin, Jean, « Un demi-siècle de recherches et découvertes dans le domaine de l’écriture mérovingienne », dans Archiv für Diplomatik, 50, 2004, p. 247-275. []
  6. Lowe, Elias A., CLA: Codices Latini Antiquiores: a palaeographical Guide to Latin Manuscripts prior to the Ninth Century, I-IX + Supplement, Oxford, 1935-1971. []
  7. Tewes, Babette, Die Handschriften der Schule von Luxeuil: Kunst und Ikonographie eines frühmittelalterlichen Skriptoriums, Wiesbaden, 2011. []
  8. Smith, Marc H. et Strinemann, Patricia, « Forme et fonction des écritures d’apparat dans les manuscrits latin (VIIIe-XVe siècle) », dans Bibliothèque de l’école des chartes, t. CLXV, 2007, p. 67-100. []
  9. Denoël, Charlotte, « Un somptueux manuscrit mérovingien au Vatican : le sacramentaire gélasien de Chelles », dans Art de l’enluminure, n° 58, sept./oct./nov., 2016, p. 2-55. []
  10. Poilpré, Anne-Orange, Majestas Domini. Une image de l’Église en Occident (Ve-IXe siècle), Paris, 2005. []
  11. Voir à ce sujet Ganz, David, “Mass production of early medieval manuscripts, The Carolingian Bibles from Tours”, dans dir. R. Gameson, The early medieval Bible. Its production, decoration and use, Cambridge, 1994, p. 53-62. []
  12. Sur cette question, voir notamment McKitterick, Rosamond, « Le scriptorium d’Echternach aux huitième et neuvième siècles », dans L’évangélisation des régions entre Meuse et Moselle et la fondation de l’abbaye d’Echternach (Ve-IXe siècle). Actes des 10e Journées Lotharingiennes. 28-30 octobre 1998 (Centre Universitaire de Luxembourg), dir. M. Polfer, Luxembourg, 2000, p. 499-522. []
  13. Ganz David, Corbie in the Carolingian Renaissance, Sigmaringen, 1990, p. 48-56. []
  14. Bibliothèque Sainte-Geneviève, ndlr. []
  15. Goullet, Monique (dir.), Le légendier de Turin. Ms. D. V. 3 de la Bibliothèque Nationale Universitaire, Florence, 2014. []
  16. Peut-être cet environnement était-il proche de la chancellerie royale ; on retrouve d’ailleurs des traces du type b de Chelles dans des chartes royales mérovingiennes comme carolingiennes, cf. Chartae Latinae Antiquiores, XIII-XIX, en particulier XIII, 552, 556 ; XIV, 573, 575, 576, 577, 579, 583 et 587 ; XV, 595, 596, 601-607, 614-616 ; XIX, 672, 679 et 681. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.